Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 22:08

 

IMGP1577

Vue du massacre à la tronçonnuese : CHATEAU D'OLONNE en VENDEE : abattage d'arbres suite 

KER NETRA

                                                            QUI MENT ?

 

Au conseil municipal du 27 novembre 2012, il est apparu que le Maire de Château d’Olonne a tenté de semer le doute sur la légitimité de notre volonté de protéger l’espace boisé. Il a soutenu une série de mensonges (terme employé par le Maire lui-même et terme que nous, nous  ne prononçons jamais) parmi lesquels:

  1. s’agissant d’une propriété privée, la commune serait dans l’impossibilité d’empêcher le déboisement ;
  2. de toute façon, le déboisement porterait essentiellement sur des « cupressus » essence sans intérêt écologique

 La première série de mensonges a consisté à dissimuler devant la majorité municipale, la possibilité offerte par l’article L130-1 du code de l’urbanisme relatif aux espaces boisés, exprimée comme suit :

Les plans locaux d'urbanisme peuvent classer comme espaces boisés, les bois, forêts, parcs à conserver, à protéger ou à créer, qu'ils relèvent ou non du régime forestier, enclos ou non, attenant ou non à des habitations. Ce classement peut s'appliquer également à des arbres isolés, des haies ou réseaux de haies, des plantations d'alignements.

Le classement interdit tout changement d'affectation ou tout mode d'occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements.

Le classement en espaces boisés peut s’appliquer à toute propriété publique ou privée. Il n’entraîne aucune charge supplémentaire pour la commune.

Ce mensonge s’est accompagné d’une manœuvre de diversion consistant à déporter le débat sur la signification des « zone NA du POS » et « zone AU du PLU ». Les élus de l’opposition CAP VRAI ont dénoncé cette manœuvre en posant la question suivante :

·         pourquoi avoir divisé la propriété Ker Netra en deux zones –l’une occupée par un centre de vacances et l’autre ouverte à l’urbanisation - alors qu’elle est dans sa globalité notoirement affectée au fonctionnement du centre de vacances ?

 Persistant dans sa démarche mensongère, le maire a soutenu que la partie boisée n’était pas utilisée par la colonie de vacances…

La deuxième série de mensonges : le maire a tenté de dissimuler la consistance du déboisement. Les élus de l’opposition CAP VRAI ont dénoncé l’affirmation mensongère du maire selon laquelle le déboisement portait uniquement sur des « cupressus » Et ils ont rappelé l’inventaire des arbres abattus parmi lesquels 17 chênes verts et 13 chênes rouvre ayant une espérance de  longévité de mille ans…..

     

Le Maire et ses adjoints Joël MERCIER et Isabelle DOAT ont affirmé qu'il n'y avait pas de tentes installées l'été sur l'espace boisé....voyez les tentes et les jeunes sur la video de la ville de Clermont Ferrand...nous dirons que le maire et son adjoint ne mentent pas mais se trompent parfois!  pour les besoins de leur cause; 

  http://www.clermont-ferrand.fr/Ker-Netra,7255.html#

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain RIVIER 02/12/2012 15:10


Béton, béton, béton... Toujours béton pour satisfaire son ego !!!!!!

CACO 02/12/2012 20:13



Jusqu'à maintenant nous avions maintenu une attitude de réflexion sans aagressivité...priorité au débat démocratique ferme franc mais courtois . A partir du moment où le Maire en public lance le
mot "mensonge" avec la complicité de la presse qui le reprend, la forme du débat change.


D'abord cntrairement à l'habitude, la presse (OUEST FRANCE)  a publié de manière complice le propos du maire sous 48 heures ! mais en plus elle a tronqué notre raisonnement qui a perdu de sa
force voire de son sens. Nous avons adressé immédiatement une demande de rectificatif (jeudi dernier) aprés avoir téléphoné au journal. A ce jour, pas de trace de notre droit de réponse au terme
mensonge !


La presse locale  nous avait habitué ces derniers temps à plus d'impartialité. Dommage !