Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 21:49

 

DSC02539 panneaux électoraux

 

 

 Voir :

  CUMUL DES MANDATS : nos craintes fondées, l'abolition des privilèges n'est pas pour demain...la majorité fait marche arrière

 

 

Les pratiques dans les Pays de l'Union Européenne : un élu, un mandat

Dans les Pays de la zone euro, Monarchies Parlementaires et Républiques, le cumul des mandats n'existe pas. Un député ou un sénateur ne peut être maire d'une grande ville ou président d'exécutif. La règle est, en général, un élu, un mandat.

 

Les avantages du cumul

- pour le cumul dans le temps...3, 4, 5 mandats successifs ont l'avantage est de donner à l'élu l'expérience des fonctions, son carnet d'adresses  peut "faciliter" l'avancement des dossiers locaux délicats,

- pour le cumul de plusieurs mandats successifs : député ou sénateur, maire, président de la communauté de communes, de syndicats... : cela permet à l'élu d'avoir une vue globale des dossiers locaux et nationaux.

Les inconvénients des cumuls  :

Les inconvénients de la professionnalisation des fonctions électorales sont débat :

-                1) être élu, réélu, rééélu…fait que l’objectif principal de l’élu devient souvent celui d’être réélu. Il devrait être celui d’être au SERVICE de ses concitoyens et de proposer des orientations et réalisations qui soient décidées dans le seul intérêt général ; les intérêts personnels de l'élu ne doivent pas être pris en considération dans la prise de décision y compris le risque de mécontenter quelques électeurs.    

-          2) le risque du cumul des mandats est aussi celui du CLIENTELISME        

o   d’une part, l’élu ne peut pas déplaire à son électorat donc il n’est plus libre dans ses décisions : il est pris entre le favoritisme face aux nombreuses sollicitations dont il est victime parfois consentante et sa mission d’élu porteur des projets d’intérêt général,

o    d’autre part, il crée ainsi autour de lui un réseau auprès duquel il est redevable et c’est là sa seconde perte d’indépendance.    

-          3) ce risque se traduit aussi par une forme de SCLEROSE du tissu politique. En effet, le non-renouvellement du personnel politique bloque les jeunes talents, les détourne de leur souhait d’une expérience au service de leurs concitoyens. Combien d’élus éliminent les jeunes "loups" qui risquent de leur faire de l’ombre…au lieu de les préparer aux prises de responsabilités.

 Le cumul des mandats est  donc un risque grave pour la démocratie. Il faut continuer à le combattre et aménager les conditions d'exercice des mandats des élus. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires