Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 07:32
Les urnes ne sont souvent pas assez pleines.

Les urnes ne sont souvent pas assez pleines.

UN ÉLECTEUR SUR DEUX NE VOTE PAS OU NE VOTE PLUS

 

 

Reprenons ce qu'écrit une élue locale du Finistère,  Ghislaine Bourland,

 

"Jacques Garello, économiste français, président de l'Aleps a choisi de s’adres, ser aux abstentionnistes par le biais d’une lettre ouverte publiée sur Contrepoints.org .

« Voter est un droit et non une obligation, voter est un choix, ne pas voter est un autre choix. Le vote est un droit imprescriptible ; le droit de se déplacer librement n’interdit pas de rester tranquillement chez soi.», dit-il...

.

 

L'ABSTENTION : UN BONUS AUX PROFESSIONNELS DE LA POLITIQUE

 

"L'abstention est un phénomène qu'un bon nombre de « professionnels » politiques préfère minimiser. Pour cause, ils profitent pleinement de la situation.

Chacun, citoyen élu ou non élu, doit comprendre qu’il est en mesure d’agir sur les événements, de changer le cours des choses.

La politique ne doit pas être l’affaire de quelques-uns, elle ne doit pas être l’affaire de clans. Notre régime démocratique n'a pas été pensé ainsi. La démarche individualiste des « carriéristes » qui surpasse de plus en plus la démarche collective est néfaste à un renouvellement salutaire de la classe politique."

 

L'ABSTENTIONNISTE RESTE RESPONSABLE DU MAL ETRE FRANCAIS

 

"Ceux d’entre nous qui préfèrent rester à la maison les jours d’élection mettent en péril notre démocratie, installent sans le vouloir et sans en prendre conscience une oligarchie de fait, et renforcent les extrêmes.

Chacun doit comprendre qu’il est tout aussi responsable que les « politiques» de la situation de la France.

Qu'il boude les urnes ou qu'il pratique un vote impulsif, il choisit ceux qui conduisent la destinée du pays.

La médiocrité du personnel politique est de son fait.

Je ne sais de quoi sera fait l'avenir mais j'ai une certitude : nous n'avons pas le droit de baisser les bras tous autant que nous sommes. "

 

L'ABSTENTIONNISTE FAVORISE CEUX QUI ONT INTÉRÊT A CE QUE RIEN NE BOUGE ET PARTICULIÈREMENT LES PARTIS CONSTITUÉS DE CARRIÈRISTES

 

"Nous arrivons avec Monsieur Garello à une même conclusion : « Il y a une demande potentielle de changement radical, mais elle ne semble pas trouver pour le moment d’offre politique sérieuse qui lui réponde ».

Les formations politiques –éléments indispensables d’un régime démocratique n’en déplaisent aux « apolitiques »- n’ont d’autres choix que de moderniser en profondeur leurs instances ; un simple lifting ne sera pas suffisant pour une réconciliation durable avec un électorat en perdition."

 

Nous avons coutume d'écrire : "le droit de vote ne s'use que si l'on ne s'en sert pas." Les mal élus (élus avec - de 50  % des électeurs inscrits ) se satisfont de leur résultat : est-ce normal ? Quelle est leur légitimité réelle ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

CACO 18/05/2015 22:11

Association citoyenne nous nous battons pour redonner le pouvoir au citoyen les élus s'en étant emparés beaucoup trop pour que la démocratie locale par exemple puisse s'exprimer comme elle devrait pouvoir le faire. Nous voulons éviter que le trou se creuse entre élu et citoyen.
C'est en cela que nous avons noté à plusieurs reprises vos interventions et votre livre que nous citerons dans un prochain article.

Ghislaine Bourland 18/05/2015 14:16

Bonjour,
Vous avez repris l'un de mes articles récemment publié sur mon blog. J'en déduis que vous vous intéressez au sujet abordé ; j'en suis fort heureuse.
Pour information, je suis certes une ancienne élue locale du Finistère, mais avant tout une citoyenne engagée auteure d'un essai politique "Démocratie en péril, Le Regard d'une citoyenne engagée" publié aux éditions 7Ecrit fin mars.

http://7ecrit.com/livre/democratie-en-peril-le-regard-dune-citoyenne-engagee

Ensemble, nous pouvons trouver les justes mots pour convaincre ceux qui boudent les urnes, ou pratiquent un vote impulsif, de réfléchir aux conséquences de leur choix.

"Chacun citoyen, élu ou non élu, doit comprendre qu’il peut et doit agir sur les événements. La passivité de tous envoie le pays dans le mur. La politique ne doit pas être l’affaire de quelques-uns, elle ne doit pas être l’affaire de clans. La démarche individualiste des « carriéristes » qui surpasse de plus en plus la démarche collective est néfaste pour un renouvellement salutaire de la classe politique, à laquelle aspirent de nombreux citoyens.

Retrouver sur FB @Démocratie en péril.