Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 23:39

246a80e951ffa4f3ec011741ee613bd3.jpg 

 

L'évolution de la démographie au Pays d'Olonne sortie de son contexte socio-économique  ne nous paraît pas la meilleure des choses à exposer;

La concurrence en ce domaine démographique ne peut qu’être malsaine.

Les élus commentent leurs  « chiffres » comme s’il s’agissait d’un concours, d’une unité de mesure de la valeur ou du dynamisme des villes.

Il faut dépasser ce raisonnement de cour de récréation.

Les habitants du pays d’Olonne qu’ils soient sablais, olonnais, chaumois, castelolonnais, natifs, « émigrés » appartiennent à une seule entité « leur pays » où il fait bon vivre.

Olonne sur Mer s’affiche la ville la plus peuplée avec 14.565 personnes . Pour la première fois elle dépasse Les Sables d’Olonne. Et alors !

Les chiffres INSEE diffusés par la presse entraînent la comparaison des populations « municipales » de 2008 à 2011 au sein du Pays d’Olonne 

Les Sables d'Olonne poursuit sa chute avec – 1.9% à 14.165 habitants

Château d'Olonne a une population quasi stable 13.473 habitants soit + 0.8%

Olonne sur Mer continue sa progression avec 13.840 habitants avec une croissance de + 2,3%

 

LES TROIS COMMUNES ONT DONC UNE POPULATION QUASI IDENTIQUE. Chaque commune a ses spécificités : taille, histoire, économie… les 3 communes auxquelles il faudrait ajouter les communes retro littorales, ont des vocations complémentaires et c’est cela l’essentiel.

Cette complémentarité doit s’exprimer dans l'aménagement du territoire des Olonnes. Utiliser au mieux l’espace, valoriser les atouts, investir en commun pour l’avenir…en un mot 45.000 habitants unis dans une communauté unique qui existe de fait et doit être traduite dans les fais juridiquement … c’est la commune unique.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

La commune unique est une évidence criante ! Seuls queleus malfaisants s'y oposent pour des questions archaïques et d'un autre âge au mépris détestable de l'intérêt général. Des gens qui n'ont
plus rien à faire dans lea gestion de la res publica. Tôt ou tard cela s'imposera, mais le temps perdu ne sera pas rattrapé.  
Répondre


oui le tempq perdu ...il faut espérer cette fois que le bon sens et le sens de l'intérêt général l'emporteront su la bêtise des ambitions personnelles, et sur les qeurelles de clocher dépassées
en cette periode de crise.