Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 22:44
JOËL MERCIER EX MAIRE DE L'EX VILLE CHÂTEAU d'OLONNE

JOËL MERCIER EX MAIRE DE L'EX VILLE CHÂTEAU d'OLONNE

 

 

DES ANCIENS ÉLUS ATTESTENT DE LEUR INCOMPÉTENCE EN MATIÈRE DE GESTION

 

Suite de

 

http://www.olonnes.com/2019/04/les-sables-d-olonne-vote-du-budget-2019-l-absent-joel-mercier-ose-en-parler.html

 

 

Dans l’article du Journal des Sables que nous commentons : reprenons le propos de Brigitte TESSON, ancienne maire adjointe des Sables d’Olonne. Elle critique ainsi les projets d’études votés lors du Conseil Municipal de la ville Nouvelle des Sables d’Olonne le 1er avril 2019 pour un montant de 650 000 euros

 

« Pour autant, il semble particulièrement inapproprié, l’année qui précède le scrutin municipal, de passer une commande de 650 000 euros pour les études.

 

Le Journal des Sables rajoute « Elle rappelle qu’un grand nombre d’études peuvent être effectuées en interne par les services. »…Ensuite « l’année qui précède les élections municipales, on peut s’interroger sur l’intérêt de ces études, voire s’inquiéter d’une précipitation à lancer des réalisations, réaliser des achats ou des ventes sans l’aval des électeurs »

 

 

Brigitte TESSON qui possède un assez long passé d’élue met malencontreusement entre parenthèses quelques principes de base de la gestion d’une commune.

 

ON N’ARRÊTE PAS LE FONCTIONNEMENT D’UNE COLLECTIVITÉ POUR CAUSE D’ÉLECTIONS DANS 15 MOIS !

 

Ce n’est pas parce qu’il y a proximité des élections que tout doit s’arrêter…si on allait dans ce sens, rien qu’aux Sables d’Olonne, on aurait une part importante des 900 agents communaux réduits au chômage…en attendant les élections suivantes puis en attendant, en plus, que la nouvelle équipe élue bâtisse ses projets.

 

Heureusement que les collectivités territoriales ne fonctionnent pas ainsi.

 

LA FOLLE IDÉE D’UNE ANNÉE BLANCHE ! L’IRRESPONSABILITÉ D’ANCIENS ÉLUS

 

Éliminées de la scène par un suicide collectif, des élus comme Joël MERCIER et Brigitte TESSON veulent continuer à exister. Il eût été plus simple et plus citoyen d’honorer leur mandat, d’assumer leur mandat jusqu’à sa fin et de faire un bloc d’opposition qui aurait pu s'exprimer.

 

Année blanche : c’est pourtant cette situation que prônait de manière irresponsable Joël MERCIER ; une fin de mandature blanche ! Sans projet : programme : exécuter les affaires courantes !

 

Arrêt des dépenses publiques, plus de marchés pour les entreprises, plus d’investissements, des impôts perçus et non utilisés y compris pour des urgences. Ce serait des pertes graves d’activités au plan local…Les élus bricoleraient pour dépenser quelques sous et se payer leurs indemnités. Ridicule et impensable !

Question idiote :  pendant ce temps-là de "stand by" les élus  toucheraient-ils encore leurs indemnités ?

 

Brigitte TESSON, peu versée dans les problèmes de gestion et, en général, assez loin des dossiers et aveuglée par sa distance avec Yannick MOREAU verse dans une critique sans fondement sérieux qu’on ne pourra mettre à son actif.

 

Si elle avait voulu assister à ce Conseil Municipal elle aurait d’ailleurs eu une réponse à sa question au moins sur les études.

 

Nous pouvons lui rappeler des précédents de décisions prises en extrême fin de mandat telles que le PLU de Château d’Olonne voté à la veille des élections, la construction de la fameuse nouvelle mairie inutile de Château d’Olonne (4,5 millions d’euros) qui fut votée à la veille des élections, le dossier médiathèque des Sables d’Olonne qui a fait tant de dégâts dans la majorité sablaise poussé à la hâte à la veille de la fusion…l'activité d'une commune ne se bloque pas pour cause de futures élections.

 

C’est quand même extraordinaire.

 

Ce sont les élus qui ont retardé la date de la fusion et empêché d'avoir une période plus longue de mise en place de la Commune Nouvelle fusionnée qui aujourd'hui écrivent que cette  Ville Nouvelle plébiscitée pouvait se passer d’investissements et de projets pendant 15 mois de plus.

 

S’ils avaient été cohérents ces élus auraient dû faire voter par leur majorité une forte baisse fortement les impôts dès 2017 et de même pour 2019 puisque les dépenses devaient baisser !

 

C’est vrai, ces élus ne peuvent plus « suggérer » puisqu’ils ont abandonné leur mandat lâchement en démissionnant !

 

 

BAISSER LA FISCALITÉ, C’EST DONNER DU POUVOIR D’ACHAT

 

Ce que n’a jamais compris Joël MERCIER c’est que les impôts doivent être votés en fonction des besoins et projets bien mesurés et acceptés par la population.

 

Les élus responsables depuis des années ont en vain essayé de lui faire comprendre que prévoir des enveloppes de 7 millions d’euros d’investissement et en réaliser 2 millions c’était voler le contribuable castelolonnais.

 

Pour le dire, Mauricette MAUREL a pris la succession des élus des oppositions des mandats précédents. Orfèvre en la matière comme ancienne chef des services de la Ville de Château d’Olonne, élue de l’opposition à Château d’Olonne depuis 2014, devenue adjointe aux finances de la Ville Nouvelle des Sables d’Olonne, elle a dit et répété publiquement en pure perte à son maire Joël MERCIER, lors du vote des derniers budgets castelolonnais, que voter trop d’impôts pour payer des dépenses qui ne seront jamais réalisées c’est spolier le citoyen.

 

Ainsi, la municipalité castelolonnaise de Joël MERCIER depuis des années a présenté de faux budgets avec des dépenses gonflées car irréalisables et des impôts trop élevés puisque le niveau des dépenses n’exigeait pas ces impôts.

 

De plus prélever trop d’impôts, c’est diminuer le pouvoir d’achat des citoyens et appauvrir la collectivité.

 

 

JOËL MERCIER COMME SON PRÉDÉCESSEUR N’ONT VRAIMENT JAMAIS RIEN COMPRIS À LA GESTION D’UNE COLLECTIVITÉ LOCALE

 

La preuve : publiquement Joël MERCIER, par voie de presse, ose poser une question aussi saugrenue que :

 

« Peut-on sans danger baisser la fiscalité et se priver de 813 000 € de recettes et en même temps augmenter fortement le niveau d’investissement ? » (Journal des Sables du 11 avril 2019)

 

Oui, c’est effectivement possible ; pire c’est ce que souhaitent tous les citoyens…mais cela, jamais ni Joël MERCIER ni son mentor son prédécesseur le maire Jean-Yves BIURNAUD ne l’ont jamais compris et n’ont jamais voulu le comprendre.

 

Des années durant, ils ont fait leur tambouille magouille avec quelques complices aux frais du contribuable. Cela, c’est la réalité concrète, vécue, écrite…Cela, tous les citoyens peuvent le vérifier, en reprenant les procès-verbaux des Conseils Municipaux et Débats d’Orientation Budgétaire des dernières années de la ville de Château d’Olonne.

 

Pour bien attester de sa qualité de très mauvais gestionnaire et prouver qu’il n’a pas compris le sens du mot gestion, Joël MERCIER s’interroge donc encore sur la possibilité pour une collectivité de diminuer les impôts et d’augmenter les investissements. Possible et souhaitable !

 

Et, en plus, au lieu de se payer une nouvelle mairie à Château d’Olonne inutile Joël MERCIER et son prédécesseur pouvaient ces dernières années :

  •  diminuer les impôts,
  •  créer des réserves foncières,
  • améliorer la voirie,
  • supprimer la friche de la Clinique du pas du Bois,
  • créer, il y a deux décennies un vrai Centre-ville et non un Centre bourg rabougri et sans vie collective modèle 2018/2019 dépassé avant d’être créé…alors que Château d’Olonne ne sera jamais plus une ville !
  • gérer les marchés publics selon le code des marchés (voir rapports de la Chambre Régionale des Comptes)…

 

Nous espérons que tous ceux qui avaient encore un doute sur les capacités de gestionnaire de Joël MERCIER ont désormais perdu leurs dernières illusions.

 

Et aujourd'hui les citoyens sablais reconnaissent qu'ils sont dans une ville qui bouge et ils ne s'en plaignent pas.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Normand 15/04/2019 11:51

Bravo, ça fait du bien de lire quelques bonnes vérités, c'est tellement rare.