Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 19:45
COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION LES SABLES D'OLONNE : METTRE TOUS LES DOSSIERS SUR LA TABLE ET FAIRE L'UNION SACRÉE POUR RÉUSSIRCOMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION LES SABLES D'OLONNE : METTRE TOUS LES DOSSIERS SUR LA TABLE ET FAIRE L'UNION SACRÉE POUR RÉUSSIRCOMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION LES SABLES D'OLONNE : METTRE TOUS LES DOSSIERS SUR LA TABLE ET FAIRE L'UNION SACRÉE POUR RÉUSSIR

DANS L’HÉRITAGE REÇU PAR LA NOUVELLE COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION LES SABLES D’OLONNE IL N’Y A PAS QUE DE BONNES CHOSES

Le non débat d’orientation budgétaire DOB

http://www.olonnes.com/2018/02/communaute-d-agglomeration-les-sables-d-olonne-le-non-debat-d-orientation-budgetaire.html

a au moins permis de citer mais non d’expliciter clairement la problématique de ce lancement de la Communauté d’Agglomération LES SABLES D’OLONNE.

 

UN DÉBAT QUI AURAIT PU PERMETTRE DE MONTRER QUE LES ÉLUS ÉTAIENT CONSCIENTS DES DIFFICULTÉS QUE DOIT RÉSOUDRE L’AGGLOMÉRATION ET QU’ILS ÉTAIENT DÉCIDÉS ET UNIS POUR FAIRE FRONT SANS ARRIÈRE PENSÉE

En effet, il y a comme dans tous les héritages des cadeaux empoisonnés que l’Agglomération Les Sables d’Olonne a reçus et qu’elle devra en urgence gérer avec adresse : un vrai challenge.

Citons :

  • Le Vendéopôle,
  • Le Village Entreprises Nautiques,
  • Le Pôle Équestre,
  • Les transports publics,
  • Les piscines…

Il aurait été opportun que ces dossiers soient examinés publiquement pour permettre à tous les élus et à tous les citoyens d’avoir une opinion sur l’ampleur  de la tâche et le courage de ceux qui se sont engagés à réussir.

Il est certain :

- que le Président de l’Agglomération ne peut crucifier un collègue élu responsable d’un de ces cadeaux empoisonnés en projets réalisés ou en cours de réalisation. Le Président et tous les élus qui ont signé la charte fondatrice de la Communauté d’Agglomération se sont engagés à prendre actifs et passifs et à les gérer au mieux sans avoir à passer leur temps à regarder dans le rétroviseur les fautes et erreurs commises dans un passé qui ne lui appartient pas.

Le Président Yannick MOREAU a le privilège dans ces dossiers de ne pas avoir une grande part de paternité.

- que le Président doit UNIR pour RÉUSSIR

 

OR, IL Y A BEAUCOUP À REDRESSER

Le redressement d’opérations importantes concerne tous les aspects de ces projets  :

  • Le redressement psychologique : redresser la confiance au niveau des structures concernées pour repartir en avant,
  • Le redressement financier et technique en tirant le meilleur parti d’une « dotation pourrie » et construire le plan de redressement avec tous les acteurs.

 

EXEMPLE : LE PÔLE ÉQUESTRE VENDÉEN

La situation est si difficile qu’aucun « entrepreneur» privé professionnel ne s’est porté candidat pour en obtenir la gestion en Délégation de Service Public.

C’est donc parti pour la gestion en Régie un peu à titre expérimental. Nous ne ressentons pas vraiment une volonté unanime et forte de redresser la barre, mais un élan est donné.

  • Il faut mobiliser d’abord les élus sur la base d’un diagnostic incontestable,
  • Faire et le faire savoir : les élus, le public doivent être largement informés des manifestations projetées et des possibilités du site,
  • Établir le plan de redressement avec le planning de programmation des utilisations du site,
  • Accepter de se doter des moyens pour la relance…les demies mesures ne sont pas de mise.

Tout cela, le père du Pôle Équestre Jean-Pierre DUBREUIL Vice-Président de l’Agglomération en gestionnaire émérite et reconnu le sait.

Ces moyens financiers mis sur la table sont un engagement des élus non seulement financier mais aussi celui de leur volonté de gagner, engagement de tous les élus pour le sauvetage du Pôle Équestre.

 

AUTRE EXEMPLE : LE VILLAGE ENTREPRISES NAUTIQUES « VEN »

C’est le prototype de l’échec d’une collectivité qui s’explique par un cumul d’erreurs depuis sa conception et le manque de travail collégial :

  • Un projet mal défini ou peut-être pas défini du tout au départ et qui a évolué au gré du vent ;
  • Pas d’étude de marché,
  • Pas de concertation,
  • Pas d’écoute des Conseils et ni des concepteurs ni des élus concernés.

 

Mais maintenant le VEN existe et il faut le faire vivre.

Pour le redressement, il fut REGARDER L’AVENIR avec un travail en équipe en ne visant que l’intérêt général. Et là aussi il y aura à y mettre les moyens : les ambitions de l’AGGLO sont de mettre en valeur l’existant et de promouvoir les chantiers de demain.

Nous avons toujours dit et écrit « du temps de la Communauté de Communes des Olonnes CCO que le soutien logistique du personnel de la CCO n’était pas à la hauteur et d'un niveau  très loin de celui qu'exigeraitent des ambitions légitimes d’une telle collectivité. S’il y a projet, il y a managers responsables!

 

CITONS AUSSI LE VENDÉOPÔLE : STAND BY NÉCESSAIRE ? CERTAINEMENT

Un élu spécialiste en la matière qui siégeant au Syndicat Mixte du VENDÉOPOLE n’a-t-il pas dit qu’il n’achèterait pas un m² sur ce site ? Tout y est bancal : problème d’accès, de visibilité,  proximité de la station d’épuration, zones humides, un prix de vente qui rendra invendable  cette sous-zone d’activité…

Alors que faire…surtout ne pas relancer le projet sans avoir la certitude qu’il sera viable et sans avoir acquis la certitude que l’AGGGLOMÉRATION puisse gérer simultanément deux sites « concurrents » LA VANNERIE et le VENDÉOPÔLE d’autant plus qu’il y a maintenant d’autres zones industrielles ouvertes au niveau de l’Agglomération : Les Epinettes, La Combe, Les Brottières...

Investir sur le VENDEOPÔLE aujourd’hui dans la précipitation serait pure folie.

 

Mais pourquoi donc de tout cela il ne fut pas question dans le non débat d’orientation budgétaire ?

 

AVANT D’ALLER DE L’AVANT L'AGGLOMÉRATION DOIT TIRER LES LEÇONS DU PASSÉ ET TIRER UN TRAIT DESSUS POUR POUVOIR RECONSTRUIRE CE QUI PEUT ET DOIT L’ÊTRE.

SURTOUT NE PAS CASSER LES EFFORTS DE LA STRUCTURE QUI NE PEUT COURIR ÂPRES 36 LIÈVRES À LA FOIS : DONC ADAPTER MOYENS ET STRUCTURES À LA SITUATION.

Partager cet article
Repost0

commentaires