Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 18:23
L'Hôtel de Ville des Sables d'olonne et Yvan KERVENKA l'homme "finances" de ce conseil municipal.L'Hôtel de Ville des Sables d'olonne et Yvan KERVENKA l'homme "finances" de ce conseil municipal.

L'Hôtel de Ville des Sables d'olonne et Yvan KERVENKA l'homme "finances" de ce conseil municipal.

BUDGET DE LA VILLE DES SABLES D'OLONNE : DU MIEUX APPRÉCIÉ

 

Le précédent Débat d'Orientation Budgétaire qui eût lieu en décembre dernier laissait présumer une amélioration des finances de la commune des Sables d'Olonne...Est-ce une application du "Quand on veut, on peut "?...peut-être

 

LES CINQ POINTS POSITIFS DU BUDGET 2016 DE LA VILLE DES SABLES D'OLONNE

- pas d’augmentation des taux d’imposition,

- pas de recours à l’emprunt,

- diminution drastique des frais de fonctionnement,

- maintien de l’investissement à un haut niveau,

- poursuite du désendettement et notamment, extinction d'emprunts toxiques.

Un tour de force de l'adjoint responsable des Finances Yvan KERVENKA avec la forte implication de tous et les félicitations quasi unanimes des élus.

 

UNE SOIRÉE BUDGET PLUS OPTIMISTE

Ce conseil municipal fut orienté... chiffres, gestion et projets et avait un avantage :

dans sa première partie; était en effet présenté le résultat de la gestion 2015 (première année complète de mandat)

et dans la seconde partie; le budget primitif 2016.

Une façon de suivre l'évolution de la gestion municipale doublée d'une explication avec projection accessible même pour un  public peu familiarisé avec la comptabilité d'une commune.

Il faut se rappeler qu'en début 2015 il était présenté aux élus une situation-bilan de la précédente mandature plutôt alarmiste. La situation de la commune était confrontée à une éventuelle baisse de ses recettes et surtout "plombée" par les fameux emprunts toxiques dont la sortie peut devenir catastrophique.

Rappelons que la dette de la Ville des Sables d'Olonne est de l'ordre de 40 millions d'euros. Ceci est dans les normes pour des villes de la taille des Sables d'Olonne...sauf qu'une grosse partie est composée d'emprunts toxiques.

2015 dégage un résultat positif reporté sur 2016 qui voit s'ouvrir une année plus riche mais avec des incertitudes incitant à la prudence.

 

LES EMPRUNTS TOXIQUES

Pour les curieux, nous recommandons le dernier rapport de la Cour des Comptes sur le trou laissé par la banque DEXIA, filiale de la Caisse des Dépôts, le grand distributeur-vendeurs d'emprunts toxiques aux collectivités locales et aux hôpitaux. Ce rapport explique bien le danger des emprunts toxiques et le coût pour en sortir.

https://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2016

voir le chapitre : 6 La gestion extinctive de Dexia : de premiers résultats fragiles, des conséquences à tirer sur les responsabilités en cas de sinistre financier .

Nous verrons le rôle nocif de la situation générée par les emprunts toxiques signés dans le passé et consacrerons un article prochainement sur ce sujet. En effet, ces emprunts dénaturent les débats sur les budgets actuels de nos communes victimes consentantes de cette erreur de gestion que constitue le recours aux emprunts postérieurement dits toxiques.

 

LES GRANDS CHIFFRES DES BUDGETS DE LA VILLE DES SABLES D'OLONNE

2015 se termine donc mieux que prévu...

 

2016 budget : 54 937 883 euros qui se décompose ainsi

fonctionnement : 39 384 720

investissement : 15 553 163

 

Frais de personnel : 15 755 170 € soit 53,57 % des charges réelles de fonctionnement est en légère baisse

effectif du personnel municipal : 365 équivalents temps pleins qui doivent passer en 2016 à 359.

 

Les principaux investissements dépenses prévues en 2016 :

 

Voirie : 2,3 millions d'€

Entretien des infrastructures 3,15 millions d'€

L'antenne universitaire : 935 000 €

Bibliothèque : 675 000 €

Notre Dame : 491 000 €

Accessibilité : 350 000 €

Les Roses : 345 500 €

Blockhaus : 400 000 €

L'ISO : 460 000 €

Ponton passeurs : 270 000 €

 

Produits des impôts et taxes : 23 736 182 €

Produits des services et du domaine : 4 867 366 €

 

À SUIVRE : LE DÉBAT ET LES GRANDES ET PETITES EXPLICATIONS

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires