Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 20:13

 

Ces 3 sujets sont abordés dans OUEST FRANCE de ce jour 8 janvier 2013 dans un dossier réalisé par Marylise KERJOUAN que nous remercions. Des pistes intéressantes à garder en mémoire.

 

 

eau-robinet-150x150

La question est posée par Lionel CHAILLOT, maire de Landevielle, président du syndicat d’alimentation en eau potable : « avec 20.000 habitants en plus est-on sûr d’avoir assez d’eau potable ?…et la réponse est non »…pour la zone côtière.

voir : EAU en VENDEE décembre 2012 : que d'eau et pourtant cela ne suffira pas si 2013 est une année dite de sécheresse  

Cette information n’étonnera pas nos lecteurs et suscite une légitime inquiétude des élus et des habitants. Une région qui vit en partie du tourisme ne pourra pas se satisfaire d’une situation où les restrictions d’utilisation de l’eau potable se multiplient avec même le risque de coupures d’eau. " il pourrait manquer 7 millions de m3 d’eau sur la zone côtière". Il faut savoir que la capacité totale des retenues d’eau en VENDEE (tous les barrages étant pleins) est de 56 millions de m3 et que l'exploitation de l'eau potable sous-terraine est quasiment nulle (moins de 10% de l'eau distribuée).

Le Syndicat départemental VENDEE EAU affiche désormais une certaine transparence sur les risques de pénurie :

N’oublions pas non plus que le Préfet de Région a mis en garde les collectivités locales qui envisageaient de créer des lotissements sur le risque de ne pouvoir alimenter en eau potable les dits lotissements.

C’est face à ce danger que nous ne cessons de sensibiliser la population sur le risque réel de manque d’eau potable en VENDEE.



MIXITE SOCIALE ; « les seniors d’un côté, les jeunes de l’autre ».

grands parents

Ce titre un peu provocateur de ce même journal OUEST France du 8 janvier 2013 rappelle aussi que les niveaux de prix de l’immobilier sur le littoral empêchent les jeunes primo accédants de s’installer. Ceci entraîne le risque de la création de deux ghettos : sur le littoral les seniors et les riches, sur le retro littoral les jeunes.

Certaines collectivités ont anticipé en créant des réserves foncières quand il en était encore temps (avant la flambée des prix des terrains constructibles).

Pour les autres, « pour faciliter la réalisation de projets d’habitat à des prix accessibles » l’Établissement Public Foncier de VENDEE a commencé à proposer ses aides.

Des solutions se mettent donc en place et les Plan locaux de l’Habitat PLH doivent justement prendre en considération ce problème très sensible sur le littoral.

C’est pour cela que nous avons réclamé à plusieurs reprises à la Communauté de Communes des Olonnes CCO l’élaboration de ce PLH. Et, c’est pour cela aussi, que nous avons marqué notre désappointement de voir le dossier PLH escamoté lors du Conseil Communautaires de décembre 2012 et que nous espérons qu’en 2013 le PLH du Canton des Olonnes pourra être adopté ou au moins sa partie concernant les communes de la CCO : Château d’Olonne, Olonne-sur-Mer et Les Sables d’Olonne.

Quant au troisième thème abordé dans cette série d'articles il rejoint le thème précédent...les collectivités doivent gérer leurs espaces et maintenir un équilibre entre les secteurs : c'est en densifiant les zones à urbaniser qu'on économise les terres agricoles et les sites à protéger. Priorité doit être donnée à un urbanisme maîtrisé...éviter les lotissements éloignés des centres villes dans lesquels il existe des dents creuses et des zones constructibles "abandonnées" voir LOGEMENTS : espaces constructibles, il existe des dents creuses même sur le secteur des Sables d'Olonne

"Les besoins supplémentaires sur les 10 prochaines années sont estimés à 10 millions de m3 sur la moitié Ouest de la Vendée. En année de sécheresse, le problème de la sécurité globale de l'approvisionnement est donc posé."

Partager cet article

Repost0

commentaires