Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:59
Joël MERCIER Vice-président de la CCO responsable des finances

Joël MERCIER Vice-président de la CCO responsable des finances

LES ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES DE LA CCO : ASSAINISSEMENT ET AMÉLIORATION EN VUE MAIS À QUEL PRIX ?

 

Cette photographie de la situation financière d'une institution comme la CCO à travers la présentation d'un document qui reprend le passé et tente une projection est particulièrement intéressante.

Le public nombreux qui assistait à cette délibération du Conseil Communautaire du 22 janvier 2016 n'a pas beaucoup résisté à la platitude de la présentation chargée d'hésitations des orientations budgétaires par le vice-président Joël MERCIER chargé des Finances.

Les élus décrochaient, le public décrochait.

Il serait grand temps que toutes les institutions comme le font nombre de communes et intercommunalités adoptent un mode de présentation des budgets dynamique et accessible. Et ce, d'autant plus que la comptabilité publique n'est pas une comptabilité classique voire trompeuse pour le commun des mortels.

 

QUE RETENIR ?

LA MECANIQUE IMPLACABLE QUI A MENÉ LA CCO À LA QUASI CESSATION DE PAYEMENT EN 2015. Il a fallu augmenter les impôts et les taxes .

La CCO créée en 1994 a été et devait être le moteur économique du Pays des Olonnes. Les réalisations furent nombreuses. Citons:

- la création de 4 zones industrielles et commerciales : Actilonne, Les Plesses, la Vannerie et le Vendéopôle,

- le Boulevard du VENDÉE GLOBE,

- Les transports publics : OLÉANE a succédé TUSCO,

- la gestion des déchets avec la création des 2 déchetteries,

- la fourrière animale,

- l'assainissement avec la station d'épuration,

- le conservatoire de musique,

- des équipements sportifs dont les deux piscines,

- le réseau des bibliothèques,

- la petite enfance avec le multi accueil de l'Ile VERTIME et les Relais Assitance Maternelle ,

- l'accueil des gens du voyage (grands rassemblements)...

Donc, des compétences toujours croissantes et de gros investissements réalisés.

Chaque investissement entraîne du recrutement de personnel pour sa gestion comme ce fut le cas en 2015 avec les piscines, la petite enfance, l'assainissement et entraîne aussi d'autres frais de gestion.

Ainsi l'effectif, par exemple, est passé de 124,78 "équivalents temps plein" en 2014 à 133,23 en 2015.

 

Ainsi d'un côté la dette croît et surtout de l'autre, les frais de fonctionnement ont augmenté de 21.4% entre 2010 et 2015 dont 60% pour les frais de personnel.

Les recettes ne suivent pas ce rythme :

Donc le résultat de la soustraction qui donne la capacité d'auto-financement

recettes - frais de fonctionnement

est de plus en plus petit.

Or, ce résultat c'est la ressource  qui permet d'investir...en 2015 ce résultat tendait vers zéro, les recettes baissaient et les frais de fonctionnement augmentaient.

Cause de cette situation : l'imprévoyance des élus surtout lors de la précédente mandature. Ils  ont chargé la barque : OLÉANE, piscine de Château d'Olonne , VENDÉOPOLE...sans mesurer l'impact en fonctionnement et prévoir les recettes pour couvrir les frais générés par ces investissements.

C'est ce qu'a dû rappeler Yannick MOREAU, Président  de la CCO en réponse à une question de l'opposition expliquant du même coup pourquoi il avait fallu augmenter la taxe d'habitation de 15% .(10 428 200 € de recette  en 2014 deviennent 12 481 024 en 2015).

 

PROJECTION 2016 et 2017 à 2020

Pour 2016, le redressement intervenu en 2015 laisse cependant peu de marges de manoeuvre car les dépenses de fonctionnement obligatoires représentent maintenant 84 % du budget. Ce sont :  

- l'ensemble des délégations de services publics comme OLÉANE, la collecte des déchets et les piscines pèse trés lourd : 5.2 millions d'euros,

- Trivalis (traitement des déchets) : 3,5 millions d'euros !,

- VENDÉOPOLE et autres budgets annexes : 900 000 euros

- 5.5 millions d'euros de frais de personnel.

La prudence est donc de mise et conduit à une certaine paralysie de la CCO en attendant le 1er janvier 2017,date de création de la Communauté d'Agglomération et la fin de la CCO.

Dans ce cadre, les projections pour 2017 et les années suivantes ne présentent pas d'intérêt aujourd'hui.

Ce dernier Débat d'Orientations Budgétaires de la CCO est donc un budget prévisionnel d'attente sans grand projet si ce n'est celui de gérer les affaires courantes en attendant 2017 : peu enthousiasmant mais le réalisme économique et l'héritage font loi.

 

 

 

 

-

Partager cet article

Repost 0

commentaires