Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 21:43
REJETS SAUVAGES ...MAIS IL Y A EU BIEN PIRE CET ÉTÉ !

REJETS SAUVAGES ...MAIS IL Y A EU BIEN PIRE CET ÉTÉ !

ÉDUCATION ET MESURES RÉPRESSIVES S'IMPOSENT

Il y a des pays voisins qui forcent notre admiration par la propreté et le civisme dont font preuve leurs habitants : villes et villages propres, fleuris, respect des règles de circulation, courtoisie...

Certaines communes françaises ont adopté des mesures répressives et dissuasives pour lutter contre l'incivilité sous forme de contraventions dont le montant est parfois fort élevé ( Décret n° 2015-337 du 25 mars 2015 relatif à l'abandon d'ordures et autres objets...)

 

Ce que nous vivons aux Sables d'Olonne comme aussi dans d'autres sites que nous visitons est devenu vraiment insupportable.

 

LE CAS DES SABLES D'OLONNE : DES ACTES INDIGNES

La Commune investit pour rendre accessible, agréable, ludique un espace comme le petit bois entre le lac de Tanchet, le Zoo, le Tennis-Club et le Casino des Pins.

Des itinéraires ont été balisés pour footing, promenades, pique-nique...

Des poubelles ont été ajoutées et sont vidées régulièrement ...

Par exemple, aujourd'hui ce que nous trouvons dès l'entrée du bois est innommable ! mais il y a bien pire : un monument en mémoire de...a été endommagé...nous n'en dirons pas si ce n'est que dans le climat actuel on constate que ce qui ne fut qu'un presque banal "accident" devient vite une nouvelle manifestation d'incivilité grave. (fausse nouvelle heureusement!).

 

LA MUNICIPALITÉ EST RESPONSABLE. ELLE PEUT ET DOIT PRENDRE DES MESURES DEVANT LA CARENCE DE L'ÉTAT

Pour ce qui est de l'ordre public local, l'État est incapable d'assumer ses fonctions de "sécurité" Il s'est désengagé disant aux communes "débrouillez-vous !"  Les renforts d'été en force de sécurité ont été diminués voire supprimés.

L'Éducation Civique qui était aussi un devoir de l'État est laissée à l'abandon et le Président Macron nous promet un service civique obligatoire, actuellement expérimental et si l’expérience est positive il n'y aura pas les fonds pour financer ce nouveau service universel !

Celui-ci ne sera, de toutes façons, qu'un palliatif, c'est le constat de l'échec de la formation civique qui devrait être développé dès le plus jeune âge en milieu scolaire.

Donc, les collectivités ont une charge supplémentaire qui est de la compétence de l'État et qui est de fait transmise aux collectivités...sans financement.

Après on peut discuter des heures sur le rôle de la police municipale dont les effectifs vont croissants faute de mieux. C'est l'aspect répressif. Mais le mal est à la racine : défaut d'éducation, défaut de sanctions.

La première mesure est celle de la concertation au niveau local après constations de l'état des lieux. Puis il faut que les municipalités utilisent tous moyens de communication et d'éducation adaptés à la situation.

La deuxième mesure est encore un mode de communication : une signalétique non équivoque qui rappelle devoirs et sanctions.

L'arsenal juridique français actuel donne les moyens (code pénal et code général des collectivités locales ) aux maires de faire respecter la propreté et la salubrité dans nos cités et campagnes...mais les actions à mener ont un coût élevé pour la collectivité. C'est entre autres pour cette raison que les sanctions d'auteurs d'actes d'incivisme doivent être sévèrement réprimés. Il faut que police, magistrats et municipalité prennent bien conscience de leurs devoirs respectifs et que les citoyens, au lieu de critiquer ce qui se met en place, incitent aussi les autorités à agir et sévir plus. Là aussi il faut des citoyens participatifs.

 

Aujourd'hui au stade où on en est arrivé, les élus ne peuvent plus se permettre d'éluder le problème. C'est vrai qu'il faut aujourd'hui assumer le passif laissé par les anciennes municipalités par exemple celles du Pays des Olonnes incapables de s’unir pour faire front. Ainsi l'ancienne municipalité castelolonnaise, en 10 ans, n'a pu, par exemple,  trouver les moyens d'entamer  le processus de disparition de la friche, dépôts d'ordures diverses et trafics...  que constituait la Clinique du Pas du Bois !

 

Quand on voit, au lever du jour, l'effort déployé inlassablement par les employés de la ville des Sables d'Olonne pour effacer les traces de la nuit et de la veille, on ne peut que regretter les méfaits d'une incivilité génératrice de désordres en tous genres, gêne publique, insalubrité...

Les pollueurs et autres sans-gênes manquent totalement de respect à leurs concitoyens et aussi au  personnel qui, inlassablement, doit collecter les immondices et autres déchets abandonnés sur les lieux publics.

Il y aura un bilan de la saison 2019 mais il y aura aussi une campagne électorale où il faudra que les citoyens s'expriment, critiquent, proposent, agissent...puis veillent à ce que les promesses électorales qui ne manqueront pas d être faites soient tenues.

 

 

ET OUI...IL Y A EU UN FEU AU CENTRE DE CE BOIS !

ET OUI...IL Y A EU UN FEU AU CENTRE DE CE BOIS !

À L'ENTRÉE DU BOIS...À QUELQUES MÈTRES D'UNE POUBELLE PRÈS DU TENNISCLUB !

À L'ENTRÉE DU BOIS...À QUELQUES MÈTRES D'UNE POUBELLE PRÈS DU TENNISCLUB !

QUELQUES MÈTRES PLUS LOIN

QUELQUES MÈTRES PLUS LOIN

Partager cet article

Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 19:06

COMMUNIQUÉ DE L'AGENCE DE LA BIOMDECINE

 

SAVOIR ET FAIRE SAVOIR

UN APPEL POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE
UN APPEL POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 21:48
BUDGETS 2018 SUITE AVEC LES PROMESSES GOUVERNEMENTALES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE

LE RETOUR À L'ÉQUILIBRE DE CE BUDGET SÉCURITÉ SOCIALE 2018 EST ENCORE POUR DEMAIN

 

LES DÉPENSES AUGMENTENT ET LES RECETTES SOIT DIMINUENT SOIT STAGNENT SI L'IMPOT COMPENSE ...QUEL ÉQUILIBRE ET POUR QUAND ?

Le précédent gouvernement et sa Ministre de la Santé  Marisol TOURAINE ont  en 2016  menti en annonçant le retour à l'équilibre de ce budget : on avait cru à un miracle ?  ce n'était qu'un mensonge.

Le conseil des ministres a arrêté les grandes lignes de ce qui attend les français en 2018.

Mais le communiqué du Gouvernement reste assez laconique et peu compréhensible .

Conformément aux engagements pris, il établit l’objectif d’évolution des dépenses d’assurance maladie pour 2018 à 2,3 % un taux supérieur à celui des trois années antérieures.

LES COTISATIONS SUR LA FEUILLE DE PAYE VONT BIEN BAISSER...cette perte de recettes doit être compensée. On aurait bien voulu savoir comment et quel engagement le gouvernement va-t-il prendre et tenir ?

 

DONC, MOINS DE RECETTES PLUS DE DÉPENSES CELA FAIT UN DÉFICIT AGGRAVÉ...RÉSULTAT IL FAUT AUGMENTER LA CSG 
 

DES CHANGEMENTS STRUCTURELS PROMIS

- Le RSI (régime des indépendants dont la gestion a défrayé le chronique mais qui surtout a été d'une part insupportable pour les travailleurs indépendants et d'autre part, trés pénalisants par exemple en matière de retraite et de prise en charge des soins...

Les affiliés RSI au 1er janvier 2018 se retrouvent incorporés pour la gestion de leurs prestations au régime général. Maintenant il reste le plus dur à faire ou à subir : que deviendront les cotisations des ex adhérents au RSI (hausses? ) et leurs droits en matière de santé et de retraite ?

- En matière de santé : priorité à la prévention avec généralisation de la vaccination obligatoire pour les enfants de moins de 18 mois...La Ministre de la santé vient de dévoiler son plan : un gros pari d'une autre conception de la SANTÉ 

LES FUMEURS VONT PAYER : 2020 la paquet à 10 €

EQUILIBRE 2020, 2022 ?

Ce premier Projet de Loi de Finances Sécurité Sociale LFSS de la mandature s’inscrit dans la perspective, annoncée par le Premier Ministre dans sa déclaration de politique générale, d’un retour à  l’équilibre des comptes de la sécurité sociale à l’horizon 2020. En 2018, le déficit au titre du régime général et du fonds de solidarité vieillesse devrait s’établir à 2,2 milliards d’euros, en diminution de 3 milliards d’euros par rapport à la prévision pour 2017.
 
Ce PLFSS met en œuvre les engagements pris devant les Français. Il donne 7 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux actifs, par une baisse de leurs cotisations sociales. Il favorise la création d’entreprises par l’exonération des cotisations sociales l’année de création, à compter de 2019. Il prévoit enfin, à compter de 2019, la transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en allégements généraux pour l’entreprise.
 
Il met en œuvre une meilleure protection pour nos concitoyens les plus fragiles par la revalorisation du minimum vieillesse, dont le montant mensuel augmentera de 100 euros en trois ans et par la revalorisation du complément familial majoré versé aux familles les plus pauvres. Il aide spécifiquement les familles monoparentales, par la revalorisation de l’allocation de soutien familial et la revalorisation de 30 % du montant maximum de l’aide pour la garde d’enfant.

C'est beau mais...

Toujours renvoyer la solution des problèmes à 2020 et 2022 finit par être lassant et de moins en moins crédible.

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 18:00
LE DOCTEUR MICHEL MALINET EST INTERVENU LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION "LA FACTURE D'EAU EST IMBUVABLE" SUR "LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS"

LE DOCTEUR MICHEL MALINET EST INTERVENU LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION "LA FACTURE D'EAU EST IMBUVABLE" SUR "LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS"

CONFÉRENCE DU DOCTEUR MICHEL MALINET

Le 13 mai 2016

 

LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS  : SAVOIR, DES PRÉCAUTIONS À PRENDRE EN ATTENDANT DES RÉGLEMENTATIONS

 

Des perturbateurs endocriniens peut-être aussi dans l’eau…mais pas que…

 

 

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques d’origine naturelle (phyto-œstrogènes présents dans le soja par exemple) ou artificielle (phtalates dans les plastiques mous, PCB dans les transformateurs électriques…) qui interfèrent avec le système endocrinien et provoquent des maladies chez l’homme et parfois ses descendants.

 

Citons  :

le diabète,

l’obésité,

problèmes thyroïdiens

mais aussi augmentation ou baisse du QI des enfants...

 

On suspecte très fortement que certains cancers hormonaux dépendants dont on observe l’augmentation, cancers tels que les cancers du sein, de l’utérus, de la prostate et des testicules pourraient être liés à l’absorption des ces substances présentes dans notre environnement.

 

Le lien de causalité est difficile à démontrer en raison de la multiplicité de l’exposition de chacun de nous à des centaines de molécules, dans certains cosmétiques (parabènes), dans les retardateurs de flamme (polybromodiphényles), dans notre alimentation (produits phytosanitaires), dans les tickets de caisse (bisphénol A) et tout simplement dans l’eau (produis phytosanitaires et tous les médicaments que la population a absorbés auparavant), pour ne citer que ces quelques exemples, mais aussi en raison des très faibles quantités de ces produits capables d’induire des effets délétères.

 

C’est sans doute pour ces raisons et aussi parce que les grands groupes de l’industrie chimique, mis en difficulté pour trouver des molécules de substitution, font pression pour retarder une réglementation européenne qui soit à la hauteur des enjeux de santé publique.

 

Dès à présent, et sans attendre l’évolution de cette réglementation, chacun de nous peut s’interroger sur la pertinence d’utiliser certains cosmétiques, de faire chauffer des plastiques au contact des aliments et d’utiliser des pesticides ; gageons que les fabricants sauront d’adapter à la demande des consommateurs clairvoyants.

Partager cet article

Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 21:53
SOINS PALLIATIFS : SOEUR ROXANE STUDER NOUS A APPRISSOINS PALLIATIFS : SOEUR ROXANE STUDER NOUS A APPRIS

SOIGNER MIEUX

Pour Sœur ROXANE STUDER, responsable d'une unité de soins palliatifs en Bretagne, à Malestroit, la prise en charge de la dimension spirituelle du malade est une priorité.

Ils étaient une centaine ce samedi 18 février 2017 à abandonner le beau soleil pour aller écouter sœur Roxane développer sa démonstration sur le développement d'une alternative à ce qui se pratique mal et trop peu en matière de soins pour les malades en fin de vie.

On a toujours tort de ne pas s'informer sur l'intervenant  quand on va assister à une conférence surtout si le thème est aussi sujet à controverse et abordé par le béotien avec plein d'apriorismes. Pour l'auditoire, le ton, la profondeur de la pensée et l'humanité de ce professionnel de la santé furent une découverte.

Un journaliste avait posé cette question à Sœur Roxane : Quelle est votre approche de la personne dans votre service ?

Sa réponse :  

"Nous essayons de la considérer dans ses quatre dimensions : physique, psychique, sociale et spirituelle. Chacune est prise en charge par des professionnels spécialisés : médecins et paramédicaux, psychologues, assistants sociaux. Le problème du soin en France, c’est qu’on néglige la dimension spirituelle de la personne. Elle est le plus souvent omise par les soignants, parce qu’elle est assimilée aux domaines du religieux ou du psychologique."

Sœur Roxane a emmené son auditoire loin, très loin aux frontières de la philosophie et aux frontières du réalisme sur la douleur de la fin de vie et du mystère de l'homme : d'où vient-il ? Où va-t-il ? Il n'a pas demandé à vivre.

Nous serons tous appelés à être des soignants.

D'origine suisse, sœur Roxane a cheminé de la fonction d'infirmière à celle de chef de service d'une unité de soins en passant par celle de porte parole d'un axe de recherche du mieux être, du mieux soigner et bien sûr par sa vie religieuse.

"Choisis la vie : comment aider l'autre, souffrant, à façonner sa demeure intérieure." fut le thème interpellant.

On a été loin de textes de loi controversés, de discours de salon...

Résolument mais calmement sœur Roxane a préparé son auditoire à admettre qu'il y avait une autre voie que l'euthanasie, qu'il fallait prendre conscience de la dimension spirituelle dans la prise en charge du patient " ce n'est pas un domaine de spécialiste mais une partie intégrante du soin."

Cela n'a pas empêché en réponse aux nombreuses questions posées de fustiger une médecine qui a tous les moyens de soulager la douleur :  "c'est inhumain de laisser souffrir les gens"," Donner la mort n'est pas la solution?".

Il y aurait tant d'autres réflexions à rapporter . Retenons que le spirituel n'est pas que le religieux et que si le corps se dégrade l'esprit s'accroît jusqu'au dernier moment et donc la communication demeure.

Une certitude : les paroles de Sœur Roxane ne s'envoleront pas pour ceux qui ont eu la chance de les écouter.


Pour conclure par cette citation, un parmi tant d'autres  messages que sœur Roxane nous laisse : 

"Notre rôle à nous, c'est d'aider les malades à transformer la souffrance morale en une réconciliation avec la vie...la maladie entrouvre en chacun de nous une fenêtre spéciale de notre vie intérieure, qui libère l'amour enfoui en nous et est un appel aux vraies valeurs..."

 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 22:37
Des antennes protégées ou pas il y en a partout : un danger ?

Des antennes protégées ou pas il y en a partout : un danger ?

COMPTEURS INTELLIGENTS ET COMMUNICANTS UN DANGER POUR LA SANTÉ PUBLIQUE ? RELATIVISONS

 

L’HYPERSENSIBILITÉ DE CERTAINS

Il faudra encore attendre les prochaines études pour avoir peut-être une réponse aux éventuels dangers courus par les êtres humain, les animaux..;et on peut craindre que ces études ne soient que partielles. En effet, étudier les effets d'un seul type d'appareil ne peut permettre de juger de l'effet combiné des émissions de l'ensemble des sources électromagnétiques qui entourent une être humain voire l'agressent.

 

Les experts de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses) rappellent que l’exposition liée aux compteurs domestiques de type Linky est bien en deçà des valeurs limites.

Mais ils n’en concluent pas à l’innocuité totale…

Le problème est plus vaste et dépasse LINKY. Le problème est que LINKY s’ajoutera à toutes les autres sources de champs électromagnétiques qui nous "traversent".

UNE DÉCISION DE JUSTICE QUI NE PEUT FAIRE JURISPRUDENCE

Le 9 décembre 2016, le tribunal de grande instance de Grenoble a ordonné en référé le retrait d’un compteur d’eau à radiofréquence du domicile de Mme C, qui se déclare être électrosensible. «Ma cliente a été diagnostiquée électrohypersensible, raconte l’avocat de l’habitante du département de l’Isère, et ses symptômes se sont aggravés après l’installation en 2012 de ce compteur dans son appartement.»

Ce mercredi 15 décembre, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) lui répond indirectement. Elle publie en effet un avis qui qualifie de «peu probables» les risques sanitaires liés aux compteurs communicants.

«L’agence conclut à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants (...) engendre des effets sanitaires à court ou long terme»

.La formulation est prudente car, en matière sanitaire, il est presque impossible d’exclure un risque, mais les experts ne relèvent aucun exemple d’impact sur la santé avec ce type d’appareil.

Cet avis de l’agence fait suite à une saisine de la Direction Générale de la Santé.

Dans leur travail, les experts rappellent qu’il faut distinguer deux types de matériels: les compteurs Linky, qui communiquent via le courant sur le réseau de distribution d’électricité, et les compteurs de gaz (Gazpar) ainsi que ceux dédiés à l’eau, «qui utilisent la technologie des communications radioélectriques par voie hertzienne».

Si l’on dispose de peu d’études sur les compteurs Linky, la technologie étant trop récente, il en existe suffisamment sur des techniques similaires plus anciennes, rappelle l’Anses. Dans ce contexte, les niveaux d’exposition liés à Linky «sont très inférieurs aux valeurs limites d’exposition», souligne Olivier Merckel, chef de l’unité d’évaluation des risques liés aux agents physiques à l’Anses. Ce type de compteur «est à l’origine d’une exposition comparable à celle d’autres équipements électriques déjà utilisés depuis de nombreuses années: télévision, chargeur d’ordinateur, table de cuisson à induction...

 

UNE SOUFFRANCE RÉELLE

Quant aux compteurs d’eau et de gaz, ils fonctionnent avec une technologie radio à l’instar des téléphones mobiles. Or «l’exposition à proximité d’un compteur de gaz ou d’eau est très faible, compte tenu de la faible puissance d’émission et de la forme impulsionnelle utilisée, soit quelques impulsions toutes les six heures», précise l’agence. «Et à la différence d’un téléphone, les compteurs ne se collent pas à l’oreille», rajoute le Pr Gérard Lasfargues, directeur général adjoint scientifique de l’Anses.

À l’origine, rappelle l’Anses, la controverse sur ces compteurs, qui a commencé en 2011 aux États-Unis avant d’arriver en Europe, portait sur des questions plus économiques que sanitaires. Imposés dans la plupart des pays dans le cadre des mesures d’efficacité énergétique, les citoyens redoutaient des risques de surfacturation ou dénonçaient des atteintes à la vie privée. Mais, depuis, les craintes sanitaires ont pris le dessus. Pour aider à lever les craintes des usagers sur les nouveaux compteurs, l’agence demande expressément aux opérateurs «de leur fournir une information claire et facilement compréhensible incluant notamment la fréquence et la durée des expositions aux champs électromagnétiques».

L’avis de l’Anses permettra-t-il de rassurer les usagers? Rien n’est moins sûr. Car si la souffrance des personnes électrosensibles est bien réelle, aucune étude n’a pu faire un lien avec des émissions électromagnétiques. Avant l’été, l’Anses doit justement rendre un rapport sur l’électrosensibilité.

 

Un document très attendu. même si ce ne sera pas la levée de tous les doutes par rapport à  l'ensemble des émissions électromagnétiques...car appliquer le principe de précaution aujourd'hui nécessiterait plus d'études incontestables prenant en charge tous les paramètres, l'étude causes à effets, l'étude...pour arriver à interdire compteurs intelligents, antennes relais, téléphones cellulaires...Le sujet qui revint à l'ordre du jour st loin d'être épuisé.

 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 09:53

S'INFORMER : UNE INVITATION UTILE

 

faites suivre cette invitation...l'environnement c'est l'affaire de tous ne la laissez pas aux mains des spécialistes et des seuls professionnels

ENVIRONNEMENT,  SANTÉ : S'INFORMER EST UNE NÉCESSITÉ

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 11:08

Une voie, une suggestion : les directives anticipées ? 

Aussi dramatique soit-il, le calvaire de Vincent Lambert présente un aspect positif : révéler au grand public l’utilité, la nécessité de faire connaître, tant que nous sommes lucides, nos directives anticipées. Imaginez un instant que vous soyez à sa place : prisonnier d’une vie dont il ne veut plus, parce qu’il ne l’a pas écrit, juste dit à ses proches, mais la parole ne compte pas… Quelle frustration, quel supplice…

Les directives anticipées consistent à fixer par écrit ce que l’on veut devenir si, atteint d’une maladie incurable et invalidante, nous ne pouvons plus nous exprimer personnellement. Cet écrit, sur lequel on peut revenir à tout moment, doit être déposé auprès d’une à trois personne(s) de confiance que l’on choisit et désigne, avec leur accord : famille, amis…  Une copie des directives doit être remise à votre médecin qui est tenu de les accepter. Même s’il n’est pas d’accord il n’a pas le droit de vous en dissuader. De plus il convient de déposer un exemplaire à une association comme l’ADMD (Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité, 50 rue de Chabrol, 75010 Paris, tél. 01 48 00 04 16 ou 92) qui tient un fichier national des directives anticipées.

On peut écrire, par exemple : « Je souhaite que ma personne de confiance soit consultée sur ma volonté de finir dignement ma vie ; qu’on n’entreprenne, ni ne poursuive les actes de soins qui n’auraient pour seul effet que la prolongation artificielle de ma vie (art. L 1110-5 du code de la santé publique) ; que l’on soulage efficacement mes souffrances, même si cela a pour effet secondaire d’abréger ma vie ; que, s’il n’existe aucun espoir de retour à une vie consciente et autonome, l’on me procure une mort la plus rapide et la plus douce possible. »

On vit plus serein lorsque cette démarche est accomplie.

Partager cet article

Repost0