Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 22:42
QUI A CACHÉ LES STOCKS DE MASQUES QUI ONT FAIT DÉFAUT ? ET OÙ ?

QUI A CACHÉ LES STOCKS DE MASQUES QUI ONT FAIT DÉFAUT ? ET OÙ ?

 

 

CONTRE-VÉRITÉS OU MENSONGES D’ÉTAT POUR OCCULTER D’AUTRES TRISTES ERREURS ?

 

 

CITOYENS POUR QUI LE PRÉSIDENT MACRON VOUS PREND-Il ?

 

 

Celui-ci a pris la responsabilité de gérer lui-même la crise sanitaire. Il a demandé et obtenu du Parlement sur ce domaine les pleins pouvoirs. Il est donc responsable et présumé coupable s'il y a eu de graves manquements qui ont pu mettre en danger la vie de ses concitoyens.

 

Les déclarations présidentielles sur les masques sont claires mais attristantes pour nous tous citoyens :

 

« Nous n’avons jamais été en rupture», «Des manques, des tensions, mais jamais de rupture. »,

 

« Les choses ont été dites, gérées, déclare-t-il. Il y a eu une doctrine restrictive pour ne jamais être en rupture que le gouvernement a prise et qui, je pense, était la bonne. Il y a eu ensuite un approvisionnement renforcé et une production renforcée. »

 

On croît avoir rêvé.

 

En effet, pourquoi personnel soignant, personnes en danger, pharmacies…manquaient totalement de masques. Pourquoi des médecins battaient la campagne pour demander à des donateurs entreprises ou particuliers de leur fournir d’urgence masques et autres protections ?

 

Un tweet parmi tant d’autres résume le désappointement de certains qui osent s’exprimer « Les familles de soignants morts notamment à cause du manque de masques vont être ravies de l'apprendre quand tu leur diras en face ».

 

Pourquoi toute une population de petites mains s’est mise en route pour fabriquer des masques…si l’État en avait des stocks ?

 

Est-ce un mensonge pour occulter la bévue, le mensonge ou l' incompétence que fut le mépris du même Président pour le port du masque inutile…qu’il promulgue aujourd’hui comme obligatoire dans de nombreuses circonstances de la vie courante ?

 

UNE FRANCE CHOQUÉE

 

La France est très choquée par cette annonce du Président de la République. Le bon peuple français s’aperçoit-il cette fois qu’on le prend pour un ramassis de débiles méprisés par ses dirigeants. Le peuple va-t-il encore  toujours tout gober ?

 

Que cache donc ce mensonge présidentiel, que cache aussi le départ de la Ministre de la Santé Agnès BUZYN ?

 

Association citoyenne, sur un tel sujet, pour nous il n'est pas question de politique, nous exprimons simplement le mal ressenti par les citoyens sidérés. Mal fait à nos institutions, fait à la  fonction de Président de la République, et à ses dirigeants…qui « masquent » même une vérité aussi criante et annoncée : les masquent manquaient, un point c'est tout !

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 20:56
UNE RÉFLEXION EN MARGE DE CET ARTICLE : QUELQUE SOIENT LEURS QUALITÉS, EPHAD ET AUTRES ÉTABLISSEMENTS ACCUEILLANT LES SENIORS EST-CE LA SOLUTION POUR UNE FIN DE VIE DIGNE ?

UNE RÉFLEXION EN MARGE DE CET ARTICLE : QUELQUE SOIENT LEURS QUALITÉS, EPHAD ET AUTRES ÉTABLISSEMENTS ACCUEILLANT LES SENIORS EST-CE LA SOLUTION POUR UNE FIN DE VIE DIGNE ?

 

 

APRÈS LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, C’EST LA PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE QUI S’EN EST PRIS AUX SENIORS

 

Ceux-ci commencent à réagir et cela mérite une sérieuse mise au point. S’en est trop ! La mesure proposée d'un surplus de confinement s’efface délicatement des tablettes ; encore une marche arrière salutaire pour EN MARCHE avant !

 

Nous n’avons pas l’intention d’être le porte-parole des séniors mais simplement Association Citoyenne nous répétons haut et fort que les seniors sont des citoyens à part entière valides ou blessés par la vie, ils ne méritent ni la discrimination, ni le mépris. Ils méritent le respect, la reconnaissance. Ils sont capables avec des plus jeunes de réaliser plus de masques que l’État français n’a pu le faire et de reprendre le collier comme soignants voire d’y risquer leur vie ! Sans eux, sans ces séniors ostracisés, bannis, parqués, exploités qui représentent les millions de bénévoles tisseurs de liens sociaux la France perdrait son âme. Il ne faut pas sortir de l'ENA pour comprendre cela. Les seniors ne sont-ils pas un pilier et un pilier indispensable de notre société ?

 

Alors, un homme politique aura-t-il le courage de répondre à nos interrogations ? Ne nous faisons pas d’illusion : un silence assourdissant répondra.

 

  • D’abord pourquoi vouloir opposer les générations ? La jeune génération n’a connu ni la dernière guerre, ni les tickets de restriction, ni l’effort de reconstruction et la crise du logement, ni les 72 heures de travail hebdomadaire (samedi compris) dès l’âge de 14 ans sans récup, ni RTT, ni la poliomyélite et la tuberculose, ni les guerres qui ont suivi comme l’Algérie et un service militaire de 28 mois voire plus…Les comparaisons entre générations dégradent non pas seulement la réalité de la puissance du lien intergénérationnel mais aussi ceux qui les font dans un but inavoué de clientélisme. Les générations ne s’opposent pas,  elles se complètent comme les maillons d’une chaîne.

 

  • La discrimination annoncée des plus de 70 ans qui auraient dû rester confinés est dégradante. Qui a osé cette proposition ? S’il faut prendre des précautions, ces plus de 70 ans catalogués comme personnes à risques se comporteront en personnes libres et responsables…ne les enfermons pas ? Laissons-leur la liberté de respirer, de vivre... Ils ne voudront pas prendre des risques ! Alors pourquoi les stigmatiser ?

 

  • Séparer les générations grands-parents/petits enfants n’est-ce pas une idée malsaine, destructrice de liens affectifs essentiels et souvent particulièrement solides et enrichissants. Est-ce une façon vicieuse de tuer la notion de famille, cellule de base de notre société ? Tuer aussi le lien intergénérationnel ?

 

  • Pourquoi faire naître et attiser cette jalousie intergénérationnelle ? Pourquoi taper sur les économies qu’ont réalisées ces plus de 70 ans qui ont appris en se privant qu’on ne peut vivre aux crochets de la société.

 

  • Pourquoi ainsi taper sur les fourmis, les écraser par le mépris alors que les cigales trop souvent se gavent de la redistribution d’argent. Mais de l’argent  pour quoi faire ?

 

  • Les fourmis ont contribué et continuent à alimenter des « caisses » endettées que les générations futures devront renflouer ! A l’inverse, il faut savoir que si certaines caisses de retraite professionnelles bien gérées ont des « réserves » c’est qu’il y a des gestionnaires qui assument la décision de ces charges qui pèsent sur leurs cotisants depuis des décennies. Ces réserves sont là pour préserver des difficultés comme celles que nous vivons. Nous répondrons au Président de la République que les 75 milliards de réserves des caisses de retraite complémentaires répondent au principe de précaution et sont souvent une obligation légale ou contractuelle. Sa tentative de faire main basse sans scrupule sur ces économies qui appartiennent aux cotisants, c’est de l’escroquerie qui aurait pu salir toutes les générations qui auraient bénéficié de ce hold up. Une manne qui aurait été indûment distribuée ou utilisée pour boucher des trous, combler des régimes gérés par des cigales irresponsables en dépit du bon sens.

 

 

  • LES FOURMIS SENIORS EN ONT ASSEZ D’ÊTRE MAL AIMÉES DES TECHNOCRATES ET ELLES VEULENT SIMPLEMENT ÊTRE RESPECTÉES ET VIVRE LIBRES

 

  • ELLES NE VEULENT SURTOUT PAS ÊTRE OPPOSÉES AUX JEUNES GÉNÉRATIONS. ELLES VEULENT GARDER LE DROIT ET LES MOYENS D’AIDER ET D’AIMER CES JEUNES GÉNÉRATIONS : MAIS CELA, DANS LES HAUTES SPHÈRES, QUI PEUT LE COMPRENDRE ?

 

  • FAUDRA-T-IL QUE LES SENIORS VALIDES OU DANS LEURS FAUTEUILS ROULANTS RESSORTENT LEURS GILETS JAUNES POUR ÊTRE RECONNUS ET UTILISENT LEURS BULLETINS DE VOTE POUR CHASSER LA TECHNOCRATIE MALFAISANTE, IRRESPECTUEUSE ET IRRESPONSABLE ?

Partager cet article

Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 22:30
IL N'Y A PAS QUE LA STATUE À PRÉSERVER, NOTRE LIBERTÉ D'EXPRESSION SERA TOUJOURS MENACÉE ET DONC À DÉFENDRE

IL N'Y A PAS QUE LA STATUE À PRÉSERVER, NOTRE LIBERTÉ D'EXPRESSION SERA TOUJOURS MENACÉE ET DONC À DÉFENDRE

 

LIBERTÉ D'EXPRESSION, LIBERTÉS INDIVIDUELLES : PETITE INVITATION SANS PRÉTENTION À LA RÉFLEXION

Nous n'avons pas la prétention et même les moyens de dénoncer les dangers d'atteinte aux libertés fondamentales.

De plus, a priori, tous les outils modernes qui permettent à toujours plus avoir accès à toujours plus d'informations sont, a priori, bons a prendre sauf que les auteurs d'abus des libertés peuvent donner des raisons d'affaiblir voire de tuer la liberté.

DES MOYENS ULTRA SOPHISTIQUÉS AU SERVICE DES ENNEMIS DE LA LIBERTÉ INDIVIDUELLE

Puisque nous sommes sagement confinés nous vous faisons part de cette information :

"Capgemini Invent, spécialisée dans l’innovation digitale, le conseil et la transformation (groupe Capgemini) s’associe à Bloom, société experte dans la veille marketing et l’analyse des réseaux sociaux via l’intelligence artificielle, afin de disposer d’une solution « capable d’identifier et de décrypter au sein des réseaux sociaux l’ensemble des activités sociales liées à un sujet ou à une communauté », selon un communiqué. En clair, pouvoir détecter les signaux faibles, les centres d’intérêt, le niveau d’influence des communautés ou encore les émotions et la perception des marques par les consommateurs."

Au moins cette information est claire...tout ce qu'on dit, qu'on écrit pourra être retenu, fiché...truqué, exploité...

 

C'EST UN AVERTISSEMENT AUSSI AUX INCONSCIENTS QUI PROPAGENT LES FAUSSES NOUVELLES  OU PIRE QUI EN  GÉNÈRENT ET OUVRENT LA BOITE DE PANDORE : CELLE QUI CONTIENT LA CENSURE ET AUTRES MANŒUVRES PERNICIEUSES

Tous les groupes de pression, les gouvernements sont tentés ou pire passent à l'acte : espionner, prendre en défaut ceux qui abusent de la liberté d'expression pour limiter celle-ci.

Un arsenal se met en place pour la bonne cause soit-disant celle qui diminue la liberté d'expression pour la sauver !

Mais le dérapage sera alors tellement tentant pour des gouvernants mal intentionnés.

Penons garde : ne nous laissons pas voler des espaces de liberté qui restent et ne tombons pas dans le piège de l'abus de la liberté d'expression  qui donnera liberté aux dirigeants avec les moyens ultra puissants et ultra sophistiqués de la mise en œuvre de moyens qui aboutiront à rogner puis couper les ailes de la LIBERTÉ D'EXPRESSION ET NOS AUTRES LIBERTÉS INDIVIDUELLES.

NOUS SOMMES EN LIBERTÉ SURVEILLÉE VOIRE ESPIONNÉS 24 HEURES SUR 24

NOUS SOMMES EN LIBERTÉ SURVEILLÉE VOIRE ESPIONNÉS 24 HEURES SUR 24

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 15:19
LA DÉPENDANCE : LE PROBLÈME SOCIAL LE PLUS URGENT À TRAITER

LA DÉPENDANCE : LE PROBLÈME SOCIAL LE PLUS URGENT À TRAITER

GOUVERNANTS, CITOYENS NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLES DES VICTIMES QUE FAIT CORONAVIRUS PARMI LES PERSONNES ÂGÉES

 

EXAMEN DE CONSCIENCE OU AUTOCRITIQUE

Citoyens, nous avons collectivement lâchement "abandonné" des membres de notre famille, des proches qui sont confinés chez eux, dans les EHPAD ou dans d'autres établissements.

Quand nous disons "abandonné" c'est parfois pour de justes raisons d'éloignement, de moyens...mais nous disons aussi politiquement. Nous avons laissé nos gouvernants nous endormir sur la prise en compte du cinquième risque qui découle du vieillissement de la population et d'autres facteurs comme le mode de vie.

Pourtant, les cris d'alarme n'ont pas manqué, l'alerte avait été donné avec les problèmes récurrents des canicules, avec ceux du personnel soignant des établissements des personnes âgées. Pourtant toute notre admiration va à ce personnel soignant et méritant.

Mais les victimes et leur entourage ne pouvaient pas descendre dans la rue pour, au moins, se faire entendre ! C'est tout juste si on parlait d'eux au moment des élections : un "ancien" en maison de retraite ou dans d'autres établissements, cela peut voter !

Donc, nous nous sommes laissés entraîner dans une impossible réforme des retraites, dans d'inutiles réformes des impôts (revenu, taxe d'habitation...), dans une réforme du droit social qui ne fut qu'accentuation de la complexité de notre législation et dans d'autres réformettes...et pendant ce temps un million de familles attendait des solutions au problème humain crucial, vital d'un proche ou d'un des leurs. Nous attendions vainement que soient rendues dignes les conditions de vie de nos anciens et ne disions presque rien sur ce drame social.

Avant de s'occuper de secouer des problèmes d'éthique diviseurs, ouvrant des portes sur des vides abyssaux sur notre civilisation nos gouvernants ont oublié l'essentiel : nos anciens dans l'oubli. Et nous, citoyens, n'avons pas eu le courage de le leur rappeler.

 

ON VIT EN DIRECT LE DRAME DES RAVAGES QUE FAIT  CORONAVIRUS DANS LES "ÉTABLISSEMENTS DE RETRAITE" UNE FIN DE VIE DANS DES CONDITIONS "INHUMAINES"

Quand on voit comment certains animaux entourent d'attention leurs parents qui sont dans la souffrance qui parfois se cachent pour mourir et quand on voit ce qui se passe aujourd'hui pour des hommes, des femmes et leurs familles, nous devons avoir honte de notre lâcheté collective.

C'est vrai que le Président de la République n'aime pas les personnes âgées qui ont pourtant redressé la France, n'ont pas compté leur temps, leurs efforts...

Mais, rappelons que le Président est le Président de tous les français même celui des retraités et des handicapés.

Au grand drame que nous révèle le nombre de décès des personnes âgées "à risques", il faut ajouter celui de ceux qui s'en vont seuls et celui de leur famille...voilà où nous a menés l'incurie de ceux qui nous gouvernent.

Ils étaient conscients du problème : chiffres à l'appui, coût financier, besoins de formation du personnel, adaptation de sites...

Ils ont fait un choix que nous dénonçons : les anciens n’étaient pas prioritaires. Ils ont priorisé les choix politiques au détriment des choix humains.

 

Et nous, citoyens, dans notre confort, nous n'avons pas eu l'idée et le courage de dire, de crier à l'adresse de nos dirigeants :

"Depuis 30 ans, depuis 40 ans, vous, gouvernants, vous nous bercez avec des promesses, maintenant qu'attendez vous pour prioriser le dossier des personnes âgées, des EHPAD et de leur personnel , des dépendances liées au vieillissement, du maintien à domicile et des aidants... en 2040, ces dépendants seront 2 millions !"

Le dossier est prêt.

Aura-t-il fallu CORONAVIRUS, ses statistiques macabres et ses drames pour vous rappeler vos promesses, et rappeler aux citoyens leur devoir collectif de solidarité ?

Le Président SARKOZY a abandonné le dossier suite à la crise de 2008. La crise qui suivra, peut-être, la fin des méfaits de CORONAVIRUS ne doit pas être une excuse pour ne pas commencer la prise en compte immédiate et dans son intégralité du problème humain qui passe avant le problème économique : celui du quatrième et cinquième âge et le droit à une fin de vie dans la dignité.

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 11:35
L'ELYSÉE, MATIGNON NE PEUVENT TOUT RÉGENTER EN FRANCE

L'ELYSÉE, MATIGNON NE PEUVENT TOUT RÉGENTER EN FRANCE

 

PARTIR DE CE QUI APPARAIT COMME UNE "ÉVIDENCE" POUR BÂTIR UN PROJET, FAUTE D’ANALYSES PRÉALABLES OBJECTIVES ET CONCERTÉES, C'EST COURIR À L’ÉCHEC !

 

En effet, les "évidences" n’en sont souvent que pour ceux qui ne voient pas les problèmes dans tous leurs tenants et aboutissants…ce sont souvent des "évidences" avec avis péremptoires de Comptoir du Café du commerce.

Ces sentences « évidentes » se heurtent à la réalité des faits qui sont têtus, aux exceptions, aux impossibilités de faire…

Cela devient une catastrophe quand ce sont les ministres, les secrétaires d’État voire le Président d la République qui lancent des projets « évidents » qui deviennent des ordres, contre-ordres, anathèmes, réformes, réformettes, abandon de réformes…

 

LA RÉFORME DES RETRAITES : UN DOSSIER MAL PRÉPARÉ ET POURTANT C’ÉTAIT UNE RÉFORME ÉVIDENTE, NÉCESSAIRE ET SOUHAITÉE PAR LES FRANÇAIS

On aurait pu prendre un excellent sujet pour illustrer les « évidences » : celui de la réforme de la retraites…cette réforme était une nécessité reconnue mais il fallait analyser toutes les incidences pour les régimes déficitaires, pour les régimes spéciaux, pour les cotisants qui en signant leur contrat de travail s’ouvraient certains droits dérogatoires aux règles générales, pour les droits des cotisants sur les réserves des régimes complémentaires, à toutes les inégalités évidentes mais peut-être justifiées ou pas…

Le Président voulait sa réforme…il tentera de la faire jusqu’à ce que survienne CORONAVIRUS qui, non seulement, l’a condamné à faire marche arrière et mais, en prime, lui a offert une porte de sortie de crise honorable.

 

LA "RÉFORME TERRITORIALE" DU PRÉSIDENT HOLLANDE : NÉCESSAIRE MAIS IRRÉALISABLE

On pourrait aussi pour illustrer les dossiers fondés sur des « évidences » qui tournent au fiasco et rappeler celui de la réforme territoriale du Président François HOLLANDE.

Elle part d’une " évidence"  : 36 000 communes, 600 000 élus, un mille-feuille ingérable où les compétences des collectivités se télescopent.

Le projet bâclé, critiqué (comme toute réforme en France) s’est réduit comme peau de chagrin.

Il s’est quasiment réduit à la réforme des Régions (diminution de leur nombre) qui, comme l’avaient prévu nombre d’analystes, se révèle comme une catastrophe financière. La grande réforme se trouve à des réformettes annexes (communauté de communes, agglomération, métropoles…).

 

NON DISTRIBUTION DES DIVIDENDES : NOUVEAU PROJET QUI PART D’UNE « ÉVIDENCE ».

AU NOM DE LA SOLIDARITÉ NATIONALE DANS LA PÉRIODE QUE NOUS VIVONS LES ENTREPRISES SOUTENUS PAR DES FONDS PUBLICS DEVRAIENT ABANDONNER LA DISTRIBUTION DES DIVIDENDES. EST-CE AUSSI SIMPLE QUE CELA ?

Sous le titre : « Dividendes : une raison d'être solidaire », Les Échos font dans leur éditorial du 29 mars 2020 une analyse de ce projet peut-être à vocation sociale et solidaire mais aussi un peu démagogique voire heurtant et injuste ! Est-ce vraiment à l’État de gérer les dividendes générés et distribués par les entreprises ? Faut-il traiter les grandes groupes comme les entreprises à capitaux familiaux ?...

Voici le texte des Échos (nos commentaires en NDLR)

« La France n'a jamais vraiment aimé les actionnaires.

Il n'est donc pas très surprenant que les pouvoirs publics aient choisi de conditionner l'accès au dispositif de soutien pour les entreprises au non-versement de dividendes . L'affaire semble si évidente que, pour une fois, le gouvernement, une grande partie du patronat et les syndicats sont alignés.

Certains grands groupes, pourtant, trouvent la solution un peu simple, quand ils n'y sont pas franchement hostiles.

Les dividendes ont pour origine l’exercice 2019 avant le CORONAVIRUS …et 2020 risque d’être morose. (NDLR)

Après tout, les dividendes versés cette année devaient l'être au titre de l'année 2019, un millésime exceptionnel. Ce sont les dividendes payés l'an prochain qui, en toute logique, devraient porter les stigmates de la crise sanitaire. Le krach boursier s'est en outre déjà chargé de faire payer les actionnaires, alors même que contrairement à la dernière crise, il n'est question cette fois d'aucune dérive de l'industrie financière.

Les entreprises en difficultés en 2020 auront besoin de soutiens de leurs actionnaires qui, s’ils sont mis à la portion congrue en 2020 , se feront tirer l’oreille à l’avenir.(NDLR)

Dans les mois qui viennent, certaines entreprises fragilisées auront par ailleurs besoin de la bienveillance de leurs actionnaires si elles doivent lever des fonds pour améliorer leur structure financière. De fait, toutes n'abordent pas la crise dans les mêmes conditions. Certaines ont des actionnaires qui se sont endettés, pour soutenir leur titre ou de façon défensive , et ont absolument besoin de dividendes pour se maintenir à flot. D'autres, comme les banques, valaient déjà la moitié de leur actif net en Bourse avant la crise, et ne peuvent pas se permettre de maltraiter leurs actionnaires.

Ces arguments, légitimes, seront toutefois difficilement audibles dans le contexte actuel, qui n'a rien d'ordinaire. Car les entreprises ne sont pas les seules à supporter l'effort de guerre. Les pouvoirs publics, les contribuables, les employés, les ménages confinés ne sont pas plus responsables que ces dernières de l'épidémie. Leurs actionnaires ont en outre été bien servis ces dernières années - les entreprises du CAC 40 leur ont versé près de 50 milliards d'euros au titre de 2018, auxquels s'ajoutent 11 milliards de rachats d'actions. Ceux-ci ont été les premiers bénéficiaires des records boursiers enregistrés ces dernières années, eux-mêmes largement portés par une politique monétaire ultra-accommodante n'ayant pas grand-chose à voir avec la performance intrinsèque des groupes cotés.

Les grands groupes qui pourraient être tentés de donner la priorité à leurs actionnaires alors que l'économie se prépare à une récession dont l'ampleur ne fait guère de doute, étaient il y a encore quelques mois les premiers à défendre l'existence d'une raison d'être, censée dépasser le simple capitalisme actionnarial. Difficile de ne pas s'en souvenir.

 

CONCLUSIONS

 

Doit-on laisser ainsi à l’État la gouvernance des entreprises ? L’État et surtout ceux qui nous gouvernent peuvent-ils tout régenter ? Quand on voit la gestion des Hôpitaux et de la Santé et celle des EPHAD avec les promesses concernant les personnes dépendantes, on peut douter fortement de cette capacité de l’État.

 

Les entreprises et leurs dirigeants ne savent-ils pas mieux que les ministres et les hauts fonctionnaires ce qui est bon et bien pour la solidarité nationale, pour l'économie et pour leurs entreprises ?

 

On ne gère pas un pays avec de prétendues et présumées bonnes idées de quelques-uns et sans concertations préalables et études sérieuses et surtout sans a priori.

 

Nos dirigeants n'ont pas compris "les gilets jaunes" et le Grand Débat...pourtant celui-ci s'était déroulé il y a seulement 14 mois !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 17:31
AUX SABLES D'OLONNES 8 LISTES, 376 CANDIDATS : LA DÉMOCRATIE LOCALE NE SE PORTE PAS SI MAL

AUX SABLES D'OLONNES 8 LISTES, 376 CANDIDATS : LA DÉMOCRATIE LOCALE NE SE PORTE PAS SI MAL

 

DIMANCHE 15 MARS 2020...VOTEZ : C'EST CHOISIR CEUX ET CELLES QUI SERONT VRAIMENT CAPABLES DE GÉRER VOTRE COMMUNE, VOTEZ EN CITOYENS RESPONSABLES

 

Vous avez reçu les proclamations de foi de vos candidats.

Prenez donc quelques minutes pour parcourir ces documents avant d'aller voter. Préparer son vote en citoyen responsable. Savoir éliminer les listes vides de sens, de projets réalistes...

 

DES PROFESSIONS DE FOI VIDES QUI ATTESTENT DE LA MÉCONNAISSANCE DES BESOINS ET POSSIBILITÉS LOCALES : DIMANCHE NOUS SOMMES DANS LE CADRE D'UNE  ÉLECTION LOCALE !

Des professions de foi nous attristent : chez nous, on appelle cela plutôt de la "bouillie pour chats" : des généralités, des banalités, aucune dynamique, aucun élan pour demain dans votre commune, aucunes idées nouvelles, aucune vison d'avenir, aucun humanisme, aucun savoir faire...pas crédible !

On se demande donc pourquoi 47 personnes ont osé prêter leurs noms et cautions pour figurer sur ce type de liste.

Nous sommes dans le cadre d'une élection locale où, par définition, ce qui compte c'est l'engagement de personnes pour des projets et une gestion réaliste et réalisable sous tous les plans ( y compris financiers...sans augmenter les impôts), innovant sur le plan local, le fruit d'une réflexion collective sur le devenir du territoire concerné : la commune, votre commune.

 

D'AUTRES PROFESSIONS DE FOI : DES LISTES COMPORTANT DES INTENTIONS ET DES PROJETS À LA PRÉVERT, SANS COHÉRENCES, SANS VISION D'AVENIR, SANS CHIFFRAGES CONNUS OU REVISITÉS : PAS CRÉDIBLES.

Trouver dans des professions de foi des promesses qui défient le bon sens :

- des projets dits nouveaux sur des objets déjà en cours de réalisation comme aux Sables d'Olonne : l'antenne universitaire, les logements pour primo accédants, révision des transports publics, développement durable...

- Sur des projets irréalisables bizarrement nommés comme "sécurisations des pistes cyclables" ,"repenser la maison médicale", "

- créer "quatre mairies de proximité" dans une commune qui a opté démocratiquement et légalement pour la fusion des 3 communes...d'abord UNE COMMUNE NE PEUT AVOIR QU'UNE MAIRIE ! C'est la maison commune des locaux permettant dans chaque quartier permettent d'offrir accueil, permanences des services municipaux...

- projet de "nouvelle médiathèque"...Où ? quand ? Comment ? Quel coût ?...il y a déjà 3 médiathèques dans la commune !

Comment peut-on présenter un programme quand on n'a pas l'équipe pour le réaliser et pour le penser en connaissance de cause...élaborés un programme sans avoir assister précédemment aux conseils municipaux et communautaire c'est comme passer son permis de conduire sans avoir jamais conduit !

 

AVANT DE VOTER : CHOISISSEZ BIEN ET EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE au moins après avoir parcouru les professions de foi que vous avez reçues.

Les candidats figurant sur la liste que vous choisirez méritent-ils votre confiance ?

 

N'oubliez pas : DEMAIN, DANS VOTRE COMMUNE ON NE RASERA PAS GRATIS !...

CAR CE SONT VOS IMPÔTS QUI FINANCENT TOUS LES PROJETS ET LES FRAIS DE FONCTIONNEMENT DE VOTRE COMMUNE .

 

Une perle dans une profession de foi : "Aider la SNSM  en lui mettant à disposition deux effectifs humains financé par la mairie" (textuel, orthographe comprise, chercher le sens de cette promesse et  où sont les erreurs et leurs auteurs)

Partager cet article

Repost0
12 mars 2020 4 12 /03 /mars /2020 10:04
VOTRE PASSEPORT CITOYEN

VOTRE PASSEPORT CITOYEN

DIMANCHE 15 MARS 2020 : VOTEZ !

 

VOTER : C'EST UN DROIT, C'EST AUSSI UN DEVOIR

 

LE DROIT DE VOTE NE S'USE QUE SI L'ON NE S'EN SERT PAS...ne pas voter, c'est perdre le droit de critiquer.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 22:45
DIMANCHE 15 MARS 2020 : PREMIER TOUR DES ÉLECTIONS MUNICIPALES

DIMANCHE 15 MARS 2020 : PREMIER TOUR DES ÉLECTIONS MUNICIPALES

À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT D'ALLER VOTER

 

LA GESTION D'UNE COMMUNE, D'UNE AGGLOMÉRATION NE PEUT ÊTRE CONFIÉE  QU'À DES CITOYENS EXEMPLAIRES, COMPÉTENTS ET SE SACHANT RESPONSABLES

 

LA DÉMOCRATIE FAIT QUE TOUT CITOYEN PEUT FAIRE TOUT CE QUI N'EST PAS INTERDIT...ET DONC TOUT CANDIDAT À UNE ÉLECTION PEUT DIRE TOUT CE QU'IL VEUT, FAIRE PREUVE DE LA PIRE MAUVAISE FOI MAIS LA SANCTION ET LE JUGE UNIQUE, CE SONT LES  BULLETINS DE VOTE DANS L'URNE.

Il y a bien un code électoral mais pas de déontologie réservée voire imposée aux candidats et particulièrement aux responsables de listes.

Il y a bien une charte de l'élu mais elle sera donnée ...après l'élection aux seuls élus !

Il n'y a pas de charte du candidat...c'est cela la démocratie !

 

LA LIBERTÉ D'EXPRESSION ET LA LIBERTÉ DE LA PRESSE : NE PAS EN ABUSER

La loi fondamentale du 29 juillet 1881 votée donc sous la III ième République sanctionne certaines déviances citoyennes comme l'usage de l'injure, la diffamation...

Il est bien dommage que les plaintes déposées contre des candidats aux élections qui ont enfreint les règles légales soient quasiment systématiquement "classées sans suite" car l'exemplarité et la peur du gendarme auraient un impact certain sur la bonne tenue du débat.

 

DONC, LE MENSONGE, DES DÉFAILLANCES DANS L'EXERCICE DE LEURS FONCTIONS D'ÉLUS PRÉCÉDEMMENT, DES PROMESSES AUSSI VAGUES QU'INTENABLES, L'INEXPÉRIENCE DE LA MAJORITÉ DES MEMBRES D'UNE LISTE...

C'est l'électeur qui va sanctionner les défaillances des candidats et l'électeur responsable se doit de les rechercher. Il doit ainsi sanctionner par le rejet les listes où il peut déceler :

- l'incompétence de candidats aux fonctions d'élus : la recherche de compétences des candidats à exercer la fonction d'élus n'est pas chose aisée puisqu'on les trouve très rarement exprimées dans les professions de foi des élus (un comble) mais juger la qualité d'une liste est chose possible,

- le retour de candidats devant les électeurs d'anciens élus qui n'ont pas brillé dans l'exercice de leurs fonctions ou pire qui, par exemple, ont été pour les Sables d'Olonne des pourfendeurs de la fusion et veulent encore, malgré les votes des citoyens favorables à la fusion, revenir au passé. Peut-on faire confiance à d'anciens élus qui ont démissionné en janvier 2019 parce que leur candidat n'a pas été choisi comme maire lors d'un vote fait  démocratiquement et incontesté : ces élus sont-ils encore dignes d'être réélus après avoir abandonné ainsi leurs fonctions d'élus ? 

- une liste composée d'une majorité de candidats inexpérimentés : ils ne savent même pas qu'en se présentant ils auront la responsabilité de gérer une agglomération et une ville 53 000 habitants, 200 millions d'euros. Ils suivront aveuglément une tête de liste qui les mènera à l'aventure...aventure que l'on retrouve d'ailleurs décrite dans les documents électoraux de ces listes.

 

LE VOTE D'UN CITOYEN AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES CONSISTE À DONNER UN MANDAT DE 6 ANS À UN CONCITOYEN POUR QU'IL GÈRE LA COMMUNE EN SON NOM. CELA MÉRITE RÉFLEXION...on ne donne pas un mandat à un tiers sans étude du dossier.

 

Partager cet article

Repost0