Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 20:50
LE PRÉSIDENT ET LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

 

 

LIBERTÉ DE LA PRESSE ET UNE INCOHÉRENCE AU NIVEAU LE PLUS ÉLEVÉ DE L’ÉTAT FRANÇAIS

 

 

Le Président Emmanuel MACRON dans son discours de vendredi au Panthéon :

 

« La liberté dans notre République est un bloc. C’est la liberté de conscience et en particulier la laïcité, ce régime unique au monde qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire. Mais qui n’est pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème. »

 

Association citoyenne, nous sommes comme tous ceux pour qui la France est fière de sa devise « Liberté, Égalité, Fraternité » si souvent citée à l’étranger.

 

La liberté d’expression fait partie du patrimoine français et parfois elle a tendance à vouloir être réduite par le Pouvoir (voir la loi AVIA censurée par le Conseil Constitutionnel).

 

Nous devons défendre cette liberté que tant de pays ne possèdent pas. Nous devons réagir à ce que nous espérons être un incident regrettable.

 

 

EN EFFET, CETTE BELLE DÉCLARATION DU PRÉSIDENT MACRON SUIT UN ÉVÉNEMENT QUI NOUS A CHOQUÉS

 

En visite au LIBAN, Le Président français s’en est pris avec violence à un journaliste qui l’accompagnait.

 

https://www.lci.fr/politique/document-lci-tf1-ce-que-vous-avez-fait-est-grave-au-liban-la-colere-d-emmanuel-macron-contre-un-journaliste-francais-2163426.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1599045829

 

 

https://www.europe1.fr/politique/video-emmanuel-macron-sen-prend-a-un-journaliste-et-enflamme-les-reseaux-sociaux-3989337

 

En s’en prenant véhémentement et publiquement ainsi à un journaliste lors de son voyage au Liban et qui plus est, journaliste, grand reporter et ancien otage en Irak, le Président de la République est tombé dans le piège du « faites ce que je dis et ne faites pas ce que je fais ».

 

Ce journaliste qui n’est autre que Georges MALBRUNOT, spécialiste du Proche Orient, a donc été otage en Irak pendant 124 jours.

 

L’article du journaliste qui a déclenché l’ire du Président MACRON concerne une rencontre du Président MACRON avec Mohammed RAAD, chef du bloc parlementaire du fameux Hezbollah dont la branche armée revendique des actions de guerre civile au Liban et qui est fichée au moins pour une partie du mouvement comme terroriste.

 

Le Président français omettait peut-être que ce sont ses services de l’Élysée qui ont autorisé ledit journaliste à faire partie de ce voyage présidentiel et que cet article ne contient aucune fausse nouvelle même s’il pouvait éventuellement gêner le Président dans sa démarche politique et diplomatique au Liban.

 

Est-ce à dire qu’un journaliste qui ne pense pas comme le Président sur un sujet doit se taire ? Mais alors où est donc la liberté d’expression que le même Président vient de magnifier dans son discours de ce vendredi au PANTHÉON ?

 

Le journaliste ne faisait que son métier.

 

Mais il faut aussi relever le ton du Président vis-à-vis du journaliste, son désir violent d’humilier le professionnel traité publiquement d’« irresponsable ». La vidéo est insupportable.

 

Comment un homme, Président de la République ou simple citoyen, peut-il humilier en public un journaliste qui fait son métier  en lui jetant à la figure "ce que vous avez fait est grave, non professionnel et mesquin" allant jusqu'à l'accuser de manque à la déontologie !

 

 

Décidément, nous aurons beaucoup de mal à comprendre parfois nos Présidents de la République et espérons que cet incident, ce dérapage verbal qui a duré plusieurs minutes a pu se régler humainement au nom de la sacro-sainte liberté d’expression. L'affaire serait en cours...

 

Notons aussi le peu d'empressement des médias dans leur ensemble y compris les chaînes de télévision à présenter toute la scène et à réagir pour défendre leur liberté et la nôtrte

Partager cet article

Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 22:10
AVOIR OU PRENDRE UN PEU DE TEMPS POUR LA RÉFLEXION :  LA DÉCENTRALISATION NÉCESSAIRE

AVOIR OU PRENDRE UN PEU DE TEMPS POUR LA RÉFLEXION : LA DÉCENTRALISATION NÉCESSAIRE

 

SUITE DE NOS RÉFLEXIONS ESTIVALES

LA FRANCE INGÉRABLE : CENTRALISATION OU DÉCENTRALISATION

 

Désolé, mais cette période estivale doit un peu, beaucoup, être le temps de la Réflexion à laquelle nous vous convions si vous voulez bien la partager avec nous.

 

Ainsi, nous, Association Citoyenne, allons abuser de votre disponibilité et avec votre consentement vous obliger à vous pencher sur le fonctionnement du pouvoir dans notre Pays. La crise sanitaire a révélé encore une fois une des causes de son déclin : l’extrême centralisation du pouvoir qui devient impuissant mais avec des structures de Pays décentralisé : belle contradiction !

 

 Ces structures constituent le « millefeuille » : État, régions, départements, communes avec ses sous-couches de millefeuille que sont les territoires, les intercommunalités, les cantons, les métropoles…

 

 

LA PESANTE ET IMPUISSANTE MACHINE ÉTAT FRANÇAIS DANSE UNE VALSE-HÉSITATION ENTRE BEAUCOUP DE CENTRALISATION ET DES MIETTES DE DÉCENTRALISATION

 

 

PETIT RAPPEL NÉCESSAIRE SUR LES FORMES DE POUVOIR EN MATIÈRE DE GESTION DE L’ÉTAT, DES TERRITOIRES ET DES CELLULES DE BASE DITES COMMUNES

 

LA ROYAUTÉ À LA FRANÇAISE PUIS LA RÉPUBLIQUE EN PASSANT PAR L’EMPIRE DE NAPOLÉON PREMIER

 

La France fut construite par la royauté : un homme représente le pouvoir et tout pouvoir s’exerce en son nom.

 

C’est une forme extrême de centralisation du pouvoir : LOUIS XIV en a été le modèle.

 

Puis, sous le régime républicain, c’est, en théorie, le peuple qui détient le pouvoir. Mais le peuple c’est tout le monde donc personne ! c’est souvent l’anarchie.

 

APRÈS LA « TERREUR », L’EMPIRE DE NAPOLÉON RECONSTRUIT UNE FRANCE PLUTÔT CENTRALISÉE

 

 

CENTRALISATION ET DÉCENTRALISATION…C'EST L’ÉCHELON DE DÉCISION SUPÉRIEUR DU POUVOIR

 

LA CENTRALISATION DU POUVOIR

 

La centralisation politique est un mode d'organisation de l'État dans lequel une autorité centrale détient l'ensemble des pouvoirs de décision (politique, administratif, financier) et des attributions de la puissance publique. Le niveau local est totalement dépendant du niveau central.

 

 

DÉCENTRALISATION DU POUVOIR

 

La décentralisation politique vise à conférer aux citoyens ou à leurs élus plus de pouvoirs de décision. Mais cet objectif se heurte en France à la résistance farouche des centralisateurs comme le furent les jacobins qui envoyèrent les girondins à l’échafaud.

 

Sous la cinquième République, les tentatives des derniers septennats et quinquennats illustrent bien la difficulté à sortir d’une FRANCE au pouvoir étatique ultra centralisé pour un faire un Pays au pouvoir décentralisé comme les états fédérés avec leurs provinces ou états fédérés.

                                                                                                                                 

 

CENTRALISATION ET DÉCENTRALISATION : À NE PAS CONFONDRE AVEC CONCENTRATION ET DÉCONCENTRATION...QUI CONCERNE L’ÉCHELON INFÉRIEUR DANS LA HIÉRARCHIE DES POUVOIRS : L’ÉCHELON DE L’EXÉCUTION

 

Alors que la centralisation et la décentralisation concernent les rapports entre les organes centraux et les organes locaux, la concentration et la déconcentration des pouvoirs ne visent que les rapports entre les divers échelons des organes centraux : elles ne sont que des modalités de la centralisation.

 

CONCENTRATION

 

Dans un système administratif concentré seul l'organe situé au sommet de la hiérarchie, essentiellement le chef de l'exécutif et les ministres, dispose du pouvoir de décision

 

DÉCONCENTRATION

 

La déconcentration est un processus d’aménagement de l’État unitaire qui consiste à implanter dans des circonscriptions locales administratives des autorités administratives représentant l’État. Ces autorités sont dépourvues de toute autonomie et de la personnalité morale.

 

Donc, le danger perpétuel, en France, c'est que le pouvoir central tout puissant propose des mesures qu'il baptise mesures de décentralisation nécessaire...qui, dans les faits, seront de simples mesures déconcentrées, des parcelles de compétences administratives ! Les maires ne sont pas dupes de cette ruse du pouvoir central à qui ils ne font plus confiance.

 

 

 

 

À SUIVRE...LA FRANCE INGOUVERNABLE : LA CENTRALISATION EN PARTIE RESPONSABLE

 

LA FRANCE INGÉRABLE : LA CENTRALISATION TUE L'INITIATIVE ET LE BESOIN DE RÉFORMES PROFONDES

Partager cet article

Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 18:47
FRANÇOIS BAYROU HAUT COMMISSAIRE AU PLAN ?

FRANÇOIS BAYROU HAUT COMMISSAIRE AU PLAN ?

 

TOUT MILITE CONTRE CE PROJET

 

  • La France est déjà un pays sur-administré et mal administré (voir la gestion de la crise COVID-19). N’en rajoutons pas !
  • Les tentatives de planification de l’économie faites dans de nombreux pays se sont toutes terminées par des échecs.
  • Le précédent Commissariat au Plan a eu sa raison d’être mais il a sombré. On ne recopie pas une copie qui a eu un zéro pointé.
  • Le Président MACRON et son Premier Ministre ont missionné en mai 2019 les Ministres pour acter la nécessaire diminution des Agences inutiles et couteuses : n’en rajoutons pas une nouvelle !
  • Un Commissariat au Plan est par définition un organisme interministériel ce qui, par définition aussi et par expérience, est ingérable. Il faut rattacher cette « agence » à un Ministère ou aux services du Premier Ministre. C’est alors parti pour des doublons, triplettes…du gaspillage de fonds publics et de la complexification des procédures.
  • Un Commissariat au Plan, c’est une officine faite pour distribuer des fonds publics directement ou indirectement donc une nouvelle porte ouverte aux lobbys capteurs de fonds publics…il y en a déjà assez comme cela !

Et il y a certainement tant d'autres raisons pour supplier le Président de la République de ne pas alourdir l’Administration de la France avec ce Commissariat supplémentaire.

 

 

UNE EMBROUILLE POLITIQUE MALVENUE : UNE HONTE

 

C’est une honte : cette idée est lancée avec l’arrière-pensée de donner une belle place et des honneurs à François BAYROU, ministre éphémère (35 jours) de la Justice ! d’Emmanuel MACRON, qu’il soutient encore du bout des lèvres contre un coup de pouce pour la prochaine élection présidentielle.

 

François Bayrou a été mis en examen en fin 2019 dans le dossier dit des emplois fictifs du MODEM au niveau européen. Qu’il gère ce dossier du MODEM avec son amie Marielle de SARNEZ et ses autres amis inculpés.

 

Des politiciens comme celui-ci, les français n’en veulent plus. Qu’il reste gérer et si possible bien sa mairie de Pau puisque les palois l’ont réélu. Et que le Président de la République n’ait pas à supporter le poids d’un échec supplémentaire. Il a tant de dossiers plus urgents : l’Europe, la crise Sanitaire, la dette, le budget 2021…

Partager cet article

Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 08:54
RÉFLEXIONS ESTIVALES

RÉFLEXIONS ESTIVALES

 

 

LA FRANCE VA PAYER TRÈS CHER LE LAXISME DE CES DERNIÈRES DÉCENNIES IMPOSÉ PAR LES GOUVERNEMENTS SUCCESSIFS ET ACCOMPAGNÉ PAR LES MÉDIAS

 

 

UNE FRANCE APPAUVRIE ET UNE GOUVERNANCE À LA DÉRIVE

 

 

LA CENSURE S’EXERCE MOINS OU PLUS DIFFICILEMENT, CERTAINEMENT GRÂCE AUX RÉSEAUX SOCIAUX. L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT DÉJÀ AFFAIBLIE EST SANS CESSE BAFOUÉE ET SON ACTION OUVERTEMENT CRITIQUÉE.

 

Cela se sait et c’est ancré dans les consciences des citoyens. Ils ne croient plus en leurs dirigeants, en leur justice, en leur police, en leur système de santé, en leur système éducatif…

 

Chose étrange et triste constat, il existe désormais des sites internet spécialisés ou généralistes qui font systématiquement part de faits qui révèlent l’impuissance des gouvernements successifs.

 

Ces  derniers n'assument plus du tout leurs missions de garant de la sécurité des citoyens et plus globalement l'exercice des fonctions régaliennes qu'ils se sont engagés à assumer.

 

Ainsi :

 

Les attentats terroristes sont perpétrés par des malades mentaux !

 

Les incivilités dans les lieux publics sont le fait de pauvres immigrés en détresse ou de jeunes au chômage !

 

Plus de places dans les prisons !

 

Pas assez de juges, de plus, certains juges contaminés par l’ambiance actuelle sont démobilisés et lassés par des Ministres laxistes, démagogues qui ouvrent les portes des prisons sans discernement comme a pu le faire Nicole BELLOUBET. Cette ex Ministre est une juriste qui a perdu son droit et ses dossiers en chemin et a tenté de réformer  à tout va et n’importe comment la JUSTICE,  notre Justice !

 

Une ministre, encore, Nicole BELLOUBET ...encore !,  qui défend une loi liberticide comme la loi AVIA, loi déclarée « inutile et inapplicable ! » (formule trouvée dans les Débats à l’Assemblée Nationale…donc avant la décision du Conseil Constitutionnel annulant l'essentiel de cette loi).

 

Une police cassée par les procès qui lui sont faits et aussi dont l'ex Ministre Christophe CASTANER laissera des traces déshonorantes de l'expression du laxisme et qui, malgré son incompétence reconnue, fut maintenu artificiellement à son poste.

 

Un Parlement croupion qui vote des lois démolies par le Conseil Constitutionnel, un Président de la République qui avance pour mieux reculer et fait l’inverse de ce qu’il a promis, un ex Gouvernement PHILIPPE sans cohésion qui part dans tous les sens et qui bat le record du nombre de démissions de ses membres !

 

 

LES INDICATEURS SONT AU ROUGE POUR LA FRANCE, PAYS EN DÉCLIN

 

Abstentions record aux dernières municipales

 

Chômage

 

Déficits budgétaires records et donc dette publique qui va aussi battre des records

 

Dégringolade de la France au niveau européen et OCDE pour le système de santé, pour la Justice, pour l’éducation, pour la sécurité…

 

Économie : recul de la position de la France au niveau mondial au 6ièmeou 7ième rang

 

Crise au niveau de la recherche

 

Championne des prélèvements sociaux et fiscaux d’où paralysie de l’embauche face aux coûts salariaux de production des pays concurrents

 

…cet inventaire est celui d’un pays qui est sur le déclin. Et cela, nombre de français en sont conscients et le moral des citoyens est au plus bas...la crise de la gestion de Covid-19 ne fait qu'accentuer la crise morale traversée par les citoyens.

 

 

À QUAND UN VRAI GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIC ?

 

Les français savent rebondir : l'après-guerre, 1958...mais il leur faut une gouvernance en laquelle ils croient.

 

On pourrait poursuivre cette macabre description ainsi résumée des désordres actuels qui sévissent en FRANCE. Sa conséquence : LE LAXISME GÉNÉRAL QUI CONDUIT LE PAYS À SA PERTE…réitérons notre souhait pressant d’un gouvernement apolitique de salut public avec un Premier Ministre réel chef de l’exécutif reconnu et avec un Président de la République qui se cantonne à son rôle constitutionnel de Chef de l’État.

 

Faudra-t-il que les français se réveillent calmement et résolument car, traités de "veaux" par le Général de Gaulle, ils peuvent devenir sous le règne d'Emmanuel MACRON des chiens enragés qui chasseront violemment la caste dirigeante actuelle qui s’est accaparée le pouvoir et ses ors ?

Pour éviter le désordre et ses violences dévastatrices il existe donc bien une solution reconnue, légaliste et pacifique. Pourquoi nos gouvernants actuels ne l'utilisent-ils pas ? Ils y perdraient certes quelques privilèges, ils y gagneraient la reconnaissance de la Nation.

Partager cet article

Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 17:04
2010

2010

2020

2020

 

EST-CE LA FIN DE LA SCABREUSE ET SCANDALEUSE HISTOIRE DE L'EX CLINIQUE DE CHÂTEAU D’OLONNE ?

 

Rappelons que la Clinique du Val d’Olonne a été créée en 1984 après l’abandon du site de la Clinique Notre Dame qui était implantée au Centre-Ville des Sables d’Olonne.

 

Pour ce transfert, notre attention avait été attirée sur le fait que la nouvelle clinique était dirigée par le Maire d’alors de Château d’Olonne qui a même été Président de la SCI du TANCHET, propriétaire du terrain sur lequel la Clinique dite du Val d’Olonne a été construite. Une confusion et collusion qui sentaient fort la prise illégale d’intérêts d’autant plus que les emprunts faits par la société 3H propriétaire de la Clinique étaient cautionnés…par la Mairie !

 

Le maire de Château d’Olonne a même été plus loin puisqu’il a replongé dans le mélange des genres lors de l’agrandissement de ladite clinique et lors du dernier transfert de la clinique sur le site de la Vannerie devenu « Pôle Santé ». Il a d’ailleurs été rappelé à l’ordre par le Procureur de la République sous forme d’un « rappel à la loi » en date du 3 décembre 2008 pour des faits avérés constituant un délit de favoritisme et une prise illégale d’intérêts.

 

L’histoire malsaine se poursuit malheureusement au niveau de l’ensemble « Pôle de Santé » des Olonnes (La Vannerie) qui réunit donc sur le même site de la Vannerie le Centre Hospitalier "Côte de Lumière" et la Clinique "Porte Océane" qui s’y est implantée en 2010.

 

Mais la répartition des secteurs d'activités  entre les deux entités publique et privée s’est faite au détriment de l’Hôpital englué dans des problèmes financiers qui sont encore aujourd’hui parfois fort nuisibles à la qualité des soins et parfois à la confiance accordée à l’institution.

 

De plus, comme chacun a pu le constater, la « fermeture de la Clinique du Val d’Olonne » a généré une friche squattée, taguée, incendiée…L’ancien maire ex directeur de la Clinique a ainsi fait un beau cadeau empoisonné aux habitants. Depuis 2010, le site abandonné défigure l’entrée de ville : une honte qui a duré 10 ans !

 

 

 

2020 UN PROJET SUR LE TERRAIN DE 2,3 HECTARES SOUMIS À ENQUÊTE PUBLIQUE

 

Le nouveau maire des Sables d’Olonne Yannick MOREAU, ville fusionnée en 2019, a réussi en quelques mois à débloquer le dossier et à trouver un accord avec le propriétaire du terrain, qui rappelons-le, n’est autre que Monsieur Alain FOLTZER de l’ex groupe 3H gestionnaire de cliniques devenu gérant de la SCI du TANCHET reprenant, en 2010, la gérance que détenait Jean-Yves BURNAUD, ex-maire de Château d’Olonne parti à la retraite.

 

Nous espérons savoir un jour pourquoi pendant 10 ans ce site aussi bien placé a-t-il été ainsi abandonné : spéculation foncière ? Règlement de comptes ? Peur que la vente de ce terrain ne dévoile des choses pas claires ?

 

Mais, tournons vite cette page noire et regardons devant nous.

 

C’est ce qui se passe avec le projet de modification du PLU pour préparer les projets pour lesquels la population est donc consultée pour la première fois.

 

C’est avec un certain plaisir et soulagement que la population sablaise peut voir autour du site des pancartes qui l’appellent à consulter le dossier à donner leur avis.

 

 

UNE ENQUÊTE PUBLIQUE ? MOBILISONS-NOUS, CETTE FOIS !

 

Nos chers lecteurs savent tout le mal que nous pensons de cette procédure de consultation administrative qui finit le plus souvent à n’intéresser plus personne. Lors d’enquêtes publiques des milliers de personnes sont concernées et il n’y a parfois que quelques « observations » que le commissaire-enquêteur se charge vite de balayer pour que le conseil municipal ratifie la décision !

 

Ceci est un comble puisque justement l’enquête publique a pour but de révéler au public un projet d’intérêt général ! donc censés concernés tous les citoyens !

 

Cette fois, faisons amende honorable comme cela vient de se faire pour le projet de la villa CHAILLEY et l’aménagement du site de l’ancienne sous-préfecture à LA CHAUME; il faudra agir pour que la population se manifeste.

 

Pour l’instant, cette première phase est celle de la mise en forme administrative du dossier : il s’agit de faire sauter le verrou de la classification (zonage) de ce terrain pour l’adapter au futur projet d’aménagement d’un ensemble qui devrait comprendre principalement une résidence intergénérationnelle. Quant à la commune et l’agglomération, elles rachèteraient une portion de terrain pour y implanter des projets d’intérêt général...mais cela sera examiné ultérieurement.

 

Un dossier dont on reparlera et à laquelle il faut espérer qu’une large consultation permettra à la population une réelle participation  à son élaboration.

 

Enquête publique : du 26 août au 25 septembre 2020

 

AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE

AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE

Partager cet article

Repost0
9 août 2020 7 09 /08 /août /2020 21:22
OÙ PEUT NOUS MENER LE RAPPORT REMIS PAR LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT CCC AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ?

 

 

LES PRINCIPES ÉCOLOGIQUES SORTIS D’UNE"CONVENTION"NE PEUVENT-ILS ÊTRE IMPOSÉS PAR LEURS AUTEURS, 150 CITOYENS « TIRÉS » AU SORT ?

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2020/08/non-a-la-dictature-de-l-ecologie-politicienne-danger-pour-la-democratie-pour-nos-institutions-pour-notre-liberte-du-choix-de-notre-m

 

 

Voilà la dernière mouture de la synthèse des propositions

https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/pdf/CCC-propositions-synthese.pdf

 

LE POUVOIR DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET SES COMPÉTENCES ÉTENDUES ?

 

Le Président de la République Emmanuel MACRON dit oui aux 149 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat. Il en accepte la mise en œuvre au moins pour 146 propositions.

 

Très inquiétant pour la démocratie et ce qui reste du régime Parlementaire : le 27 juillet 2020, le Président de la République annonce qu’il compte mettre en application des mesures incluses dans ces propositions par voie réglementaire (par décret par exemple). Il a d’ailleurs déjà présenté à son « conseil de défense écologique » les premières mesures qu’il a décidé de prendre pour la mise en application des propositions de la CCC avant même que le Parlement ne soit saisi des projets de loi !

 

Ainsi, une proposition faite par un groupe informel juridiquement de 150 citoyens deviendrait-elle obligatoire comme une loi votée par la Parlement ? Bien sûr ces « simples citoyens » furent accompagnés par une armada de conseillers dont certains sont fortement marqués politiquement et ont donc pu et dû orienter le débat et la forme du texte final.

 

Décidément, la crise sanitaire et les pouvoirs spéciaux donnent au Président de la République des idées et des moyens pour décider de piloter seul ce dossier dont on mesure l’influence exceptionnelle sur le devenir du Pays.

 

Les pouvoirs du Président de la République ne sont déjà plus ceux définis par la Constitution qui sont ceux d’un régime de démocratie parlementaire.

 

Ces pouvoirs sont désormais ceux d’un régime Présidentiel dont le contrôle et l’initiative du Parlement en matière de loi s’efface peu à peu.

 

Maintenant, avec cette annonce, le Président franchit une nouvelle étape vers un pouvoir absolu : il décide avec la complaisance de certains écologistes. Il pourrait même« légiférer » par décret sans contrôle parlementaire…on est dans l’absurde ! On ne peut imaginer et subir cela sans réaction.

 

Il est opportun pour illustrer notre réflexion de citer des extraits de la synthèse du fameux rapport qui définit ainsi l’objectif de la Convention Citoyenne pour le Climat :

 

« Pour atteindre les objectifs de réduction de CO2. Il s’agit d’agir sur les comportements, les technologies et sur l’organisation des territoires. »

 

« Nous proposons deux révisions de la Constitution du 4 octobre 1958 afin de mieux garantir dans le texte fondamental de la République française la lutte contre le dérèglement climatique et le respect de l'environnement, devenus des enjeux vitaux pour le système vivant.

 

L’objectif de ces révisions se décline dans deux ambitions :

 

Une ambition emblématique, en actant la lutte contre le dérèglement climatique comme un objectif de la République ;

 

Une volonté affirmée de mobiliser la nation en ce sens, par un engagement renforcé dans des actions effectives contre le dérèglement climatique, notamment avec la création d'outils concrets et opérationnels pour toutes les instances et administrations publiques. »

 

Le Président de la République a admis les propositions de la CCC et s'est engagé à les faire adopter !

 

De deux choses l’une :

 

  • Ou, les propositions de la CCC finiront dans un placard comme les propositions du « grand débat ». Les auto-proclamés écologistes verront leurs leaders honorés et les militants verront leurs souhaits s’envoler et passer aux oubliettes.
  • Ou, le Président de la République, comme il s’y est engagé, reprend à son compte toutes ces propositions sauf trois sous forme de lois, décrets, ordonnances et pourquoi pas sous forme de  référendum et c’est à un changement de société que la France est conduite.

Un coup de force de l'Exécutif, un coup de bluff, un coup politique sans lendemain ?...et tout cela en période estivale et période de remaniement gouvernemental.

 

À SUIVRE... NOUS SOMMES TOUS ÉCOLOGISTES

 

Partager cet article

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 17:23
EN MODIFIANT NOS COMPORTEMENTS, EN ÉDUQUANT, EN MILITANT ON POURRA SAUVER LA PLANÈTE PLUS SEREINEMENT ET EFFICACEMENT QUE PAR DES DIKTATS, DES LOIS, DES TAXES...

EN MODIFIANT NOS COMPORTEMENTS, EN ÉDUQUANT, EN MILITANT ON POURRA SAUVER LA PLANÈTE PLUS SEREINEMENT ET EFFICACEMENT QUE PAR DES DIKTATS, DES LOIS, DES TAXES...

 

 

POURQUOI DIRE NON À LA DICTATURE DE L’ÉCOLOGIE POLITICIENNE QUI NOUS MENACE

 

 

UNE COMPARAISON ET UN AVERTISSEMENT AUSSI OSÉS QU’IMPORTANTS

 

Avec des mots, on peut tuer.

 

L’histoire est pleine de dictateurs adulés par certains et honnis par d’autres. Ils sont souvent soutenus par une idéologie attractive pour une partie de la population et répulsive pour la majorité trop silencieuse.

 

Parfois les hommes sont remplacés par des idéologies servies par des génies de l’opportunisme et avides de pouvoirs.

 

Ainsi MARX et tous les adeptes du communisme comme Staline, Mao, Castro, Pol Pot...   ont imposé à des millions de personnes un mode de vie détestable. Ces dictateurs sont devenus criminels, assassins de la liberté, de la famille, du respect de la vie.

 

Le fascisme à la Hitler fut aussi un autre exemple de l’idéologie qui a séduit certains de ses serviteurs et massacré beaucoup d’autres.

 

Après la guerre, était jugé fou celui qui voyait dans le communisme en URSS et dans les pays satellites des pouvoirs totalitaires criminels. Le communisme au nom du peuple assassinait sommairement le peuple.

 

Aujourd’hui, les millions d’êtres humains sacrifiés au nom cette idéologie sont une triste vérité incontestée. L’existence du goulag n’est plus contestée. Le communisme ne sauvera pas le genre humain. Il tombe dans l’oubli. Pourtant nos penseurs de l’époque, Sartre par exemple, ont été adulés alors qu’ils étaient des complices de massacres.

 

N’oublions pas !

 

L'ÉCOLOGIE : UN MOUVEMENT SOUS-TENDU PAR DES IDÉOLOGUES PAS TOUJOURS BIEN-INTENTIONNÉS ET PAS DÉSINTÉRESSÉS

 

En 2020, une nouvelle idéologie tend à être imposée par une caste qui abusant de la peur des citoyens sur le devenir de la planète va menacer nos libertés et nos institutions : L’ÉCOLOGIE.

 

Il s’agit d’une certaine écologie dont les tenants ne veulent pas moins que bouleverser institutions et mode de vie des français. Une écologie à caractère parfois violent, organisé, sectaire…qui rappelle trop par ses dérives et ses méthodes la forme dictatoriale que nous dénoncions ci-dessus.

 

Il n’y a pas à avoir de complaisance avec cette violence que nous devons dénoncer. Les faiblesses de la démocratie en France, l’apathie des français ne doit pas occulter d’une part, le danger qui menace la Terre et d’autre part, le danger d’une certaine écologie dictatoriale qui menace les citoyens.

 

Il faudra se prendre en mains, nous les citoyens de base...

 

À SUIVRE…LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT (LA CCC)

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 22:18
PAS UN EURO D'ARGENT PUBLIC N'EST À GASPILLER

PAS UN EURO D'ARGENT PUBLIC N'EST À GASPILLER

 

NOS GRANDS ÉLUS ET TOUS CEUX QUI NOUS GOUVERNENT DOIVENT, POUR RESPECTER LES CITOYENS, VEILLER AU BON EMPLOI DES FONDS PUBLICS

 

Cela fait partie des réflexions d'été sur fond de Covid-19. Il faut parfois oser se lâcher pour asséner de dures vérités, de dures réalités.

 

L’économie ne se gère pas par décret ou par ordonnance et encore moins à coup de déclarations publiques intempestives.

 

Là, où il n’y a pas de besoin concret et pas de confiance en l’avenir, des milliards d’argent public déversés ne servent à RIEN.

 

En effet, il y aura bien des multinationales peu scrupuleuses qui feront le nécessaire pour tenter de récupérer ces milliards ,voire de les détourner, avec la complicité de fonctionnaires et politiques.

 

On peut rêver : ceux-ci qui jouent à ce jeu devront à l’avenir être sanctionnés de manière exemplaire. Le législateur doit aller jusqu'au bout de ses promesses de loi sur la transparence de la vie publique. Si technocrates et politiques sont  jugés coupables et responsables de gaspillage ils devront être condamnés. Il ne faut plus de "responsables et pas coupables".

 

La démocratie ne supportera plus l'irresponsabilité des politiques qui participent par leurs actions à la perte de crédibilité des élus. Ils sapent les fondements de la démocratie et participent ainsi à l'effondrement des valeurs de la citoyenneté et du civisme.

 

L'incitation à la haine, la diffusion de fausses nouvelles peuvent mener leurs auteurs devant les tribunaux. L'incitation au risque de  dilapidation des fonds publics devrait aussi être sanctionnable. C'est trop facile de promettre la lune avec l'argent des autres ou avec de l'argent qui n'existe pas!  L'impunité de la duperie dans ce domaine a trop duré.

 

 

DES ANNONCES IMPRUDENTES DE MINISTRES SONT DES FAUTES AUX CONSÉQUENCES GRAVES

 

Un super ministre des finances se permet de déclarer qu’il affectera 30 milliards d’euros à des projets dits de "transition écologique" dont il ne connaît sérieusement ni les tenants ni les aboutissants.

 

Mais posons les questions à l'intéressé : où avez-vous trouvé ces 30 milliards d'euros ? Pour quoi faire précisément ? Ce sont les bonnes questions que se posent les français. Où et comment un État français super endetté, dont, en plus les recettes budgétaires vont être amputées par deux mois de "confinement", peut-il trouver 30 milliards d'euros alors qu'il n'arrive pas à sortir les fonds pour réajuster les salaires des personnels soignants, qu'actionnaire de l'ex EDF il n'investit pas pour le démantèlement de ses centrales nucléaires ...dont on aura encore besoin ?

 

Cette annonce de 30 milliards d'euros disponibles incite à réveiller des fantasmes d'un État "riche à millions", il incite donc de manière irresponsable à la dépense,  à la gabegie, aux projets bidon alibis pour pomper l’argent du bon peuple et des bons chefs d’entreprise et de leurs salariés.

 

C’est l’incitation à une forme de détournement de fonds publics : c'est une tromperie à l’égard de tous les français.

 

On ne fait pas impunément joujou avec l’argent du peuple ou avec l'argent dont on ne dispose pas dans un pays où l’extrême pauvreté est en train d’exploser.

 

On peut rêver au bon sens, à la raison et poser les questions : 

 

- soutien à l'automobile mais mise en accusation de celle-ci qui pollue,

- soutien à l'aéronautique mais interdiction de se déplacer par avion,

- soutien à la SNCF mais conditions mises pour accéder aux trains...

 

"Le bon sens est la chose la mieux partagée du monde..." sûre ?

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0