Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 18:11

 

livret-A.jpg

 

 Voilà l'annonce de la baisse du taux du livret A

 

 Le taux de rémunération du livret A va descendre à 1,25% à partir du 1er août, contre 1,75% aujourd'hui, affirme ce jeudi matin le ministre de l'Économie Pierre Moscovici, confirmant une information du Figaro.

                            

Les hésitations ont duré plusieurs jours, mais c'est finalement 1,25% que le livret A (ainsi que le livret de développement durable) rapportera à compter du 1er août. Cette décision prise à l'Élysée après concertation avec les ministères de l'Économie et du Logement, ainsi qu'avec la Caisse des dépôts a été officialisée ce jeudi matin, confirmant une information du Figaro.

 

 «Ce taux de 1,25% permet de garantir le pouvoir d'achat du Livret A en le maintenant à un niveau supérieur à celui de l'inflation», a affirmé le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici

 

EXPLICATION DE TEXTE

A inflation quasi constante, le taux de "rendement" du livret A va baisser de prés de 30% !

Oser nous dire que cette mesure garantit le pouvoir d'achat du Livret A c'est se moquer des français ou les prendre pour ce qu'ils ne sont pas.

Le langage de la vérité est de dire " les caisses de l'Etat sont vides, on n'arrive pas à diminuer le train de vie de l'Etat et des collectivités locales et le gouvernement a besoin d'argent pour financer le logement social, un programme d'investissements...rembourser sa dette ...donc le gouvernement demande un effort collectif et particulièrement auprès des petits épargnants"...nous aurions mieux compris à défaut d'accepter de gaîté de coeur.

 

Monsieur le Ministre de l'Economie :

-  n'a pas voulu nous dire la vérité,

- n'a pas voulu trahir une promesse présidentielle..mais il la trahit dans les faits,

- cultive le mensonge...les membres de la commission parlementaire qui enquêtent sur le dossier CAHUZAC peuvent avoir un doute sur la sincérité des réponses de Monsieur MOSCOVICI quand ils l'entendent ainsi travestir la vérité à tous les français,

- ce n'est pas en agissant ainsi Monsieur MOSCOVICI que vous réconcilierez les français et leurs dirigeants politiques.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 22:20

elysee

 

Le mensonge en politique...

Sujet du jour avec l’affaire du Ministre du Budget…finira-t-on par dire merci à Monsieur Jérome CAHUZAC ?  

Il y a au moins deux aspects  à examiner avec calme et détermination dans ce dossier comme nous le faisons adepuis des années et tant qu'association citoyenne:

Le mensonge en politique : une institution

Un homme politique qui veut réussir se doit de mentir. C’est la triste réalité : il est obligé de promettre un monde meilleur pour se faire élire. Il est obligé de vendre de l’espoir. Mais comme d’une part, il ne sait pas comme tout citoyen de quoi demain sera fait…ses promesses n’engagent que ceux qui les entendent ! et comme il n'a jamais toute les compétences nécessaires pour savoir les conséquences de ses promesses...il peut tout promettre en toute mauvaise foi.

La fonction d’homme politique étant devenue un métier très lucratif et qui ne nécessite pas de compétences particulières et la course aux mandats répétitifs dans le temps (puisque c’est devenu hélas un métier !) étant la loi…l’élu doit multiplier les mensonges et vivre avec ses mensonges.

Il s’agit là d’un constat et non d’une critique…Monsieur Jérome CAHUZAC a menti une fois de trop…mais que l’élu qui n’a jamais menti lui jette la première pierre…il ne sera jamais lapidé !

 

La malhonnêteté, c’est plus grave que le mensonge !

voir : DEMOCRATIE ET ARGENT : contrôles de l'éventuel enrichissement illégal des élus  

Nous avons depuis des années condamné tout détournement de pouvoir des élus qui profitent de leur position pour agir malhonnêtement…la prisé illégale d’intérêts est la plaie de notre démocratie. Plus l’élu est en place depuis longtemps plus il est tenté de succomber au clientélisme : passe-droit accordé en échange d’avantages. Les parlementaires sont soumis aux pressions permanentes des lobbys.

 

On savait depuis plus de 15 ans que Monsieur CAHUZAC avait cédé face aux demandes de groupes pharmaceutiques et particulièrement des groupes FABRE et UPSA

 

« Puis, en 1993, il dépose les statuts de Cahuzac Conseil, une société qui travaillera exclusivement pour l'industrie pharmaceutique. En privé, Jérôme Cahuzac reconnaît avoir gagné beaucoup d'argent en officiant comme « conseiller purement technique » de la plupart des labos. »…« il est peu probable qu'il ait pu échapper totalement à une stratégie de lobbying bien rodée »…

Ceci n’a jamais été démenti et est connu du milieu politique du Sud Ouest particulièrement depuis 20 ans !

 

Il ne faut donc pas s’étonner que Monsieur CAHUZAC ait tiré des avantages financiers de cette situation…et cet argent il n’allait pas quand même le déclarer en France !

 

Faisons cesser les causes de prises illégales d’intérêts en obligeant les élus à déclarer leur patrimoine. Un tiers des élus qui doivent le faire ne le font pas. En effet,  il n’y a pas de contraintes liées  cette obligation…un projet de loi devait instituer des sanctions pour les élus et hauts fonctionnaires qui ne respectaient pas cette obligation.

Mais les parlementaires l’ont bien sûr repoussé !...c’est peut-être là où est le scandale de la complicité entre élus !

Si on arrive à partir de cet exemple CAHUZAC  à rendre les élus moins tentés, plus irréprochables on pourra  dire au nom de la démocratie merci Monsieur CAHUZAC !...mais n’oublions pas que tous les élus du Président de la République au maire voire au conseiller municipal des petites communes en passant par les responsables d’organismes publics …ils sont tous tentés mais tenter ne veut pas dire succomber ! 

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 16:52

  059

 photo de l'auteur du témoignage 

 

Intéressant ce témoignage car il n'a pas la même "sensibilité "que celle  que, hier soir, les diverses télévisions nous ont assénée. A vous de juger!

 

 "La composition des manifestants n'était pas du tout la même que pour la manifestation du 13 janvier.

À notre descente du car nous fûmes pris en charge par un service d'ordre organisé par une foule de jeunes lycéens, étudiants, jeunes adultes. La police était présente partout en force, à chaque carrefour, chaque coin de rue, chaque passage difficile. Son efficacité, sa compréhension sa disponibilité fût remarquée par la plus part d'entre nous. Beaucoup eurent besoin de leur conseil pour retrouver leur moyen de transport.

 Inlassablement les organisateurs nous ont mis en garde contre certains petits groupes qui ont essayé de nous infiltrer.

 Ces groupes étaient leur hantise. En aucun cas nous ne devions répondre. Un timide rayon de soleil s'est levé au départ du défilé. Celui-ci n'a pas pu aller plus loin que les Champs Élysée. Au-dessus des têtes une multitude de pancartes slogans, banderoles, de couleur: bleu, blanc, rose. Certaines interpelaient : "Jospin reviens, ils sont devenus fous, François marie-toi."

A un certain moment la foule a chanté la marseillaise, puis scandé: les Champs Élysée qui nous étaient interdits.....La tension était énorme.

Des orateurs de tous horizons sont venus apporter leur témoignage.

-Une dame de 49ans qui a été adoptée, nous a raconté ses souffrances, ses angoisses, le rejet de ses camarades de jeux,  les moqueries,

-Le responsable des musulmans de France avec son épouse qui ont dit combien étaient nécessaires un père et une mère

-Le député socialiste des territoires d'outre-mer, qui, suite à sa position, se voit exclu de son parti,

-Le responsable trotskiste avec ses mots rugueux s'en est pris violemment à ce projet,

-Le député socialiste représentant les Français votant à l'étranger a rapporté ce que pensent les étrangers de cette loi. Il est lui aussi, en disgrâce de son parti.

-Un homosexuel qui a eu le courage de venir témoigner des besoins d'un père et d'une mère pour élever un enfant.

-Un professeur d'université a repris les grandes lignes de notre civilisation héritée depuis plus de  1000 ans, rappelant qu'un enfant avait besoin: d'attention, d'amour, de tendresse, de sécurité.

Le nom de Pierre Bergé fût cité et hué à plusieurs reprises.

La tension était à son paroxysme. Les messages de calme, de retenue étaient sans cesse relayés. Un hélicoptère survolait sans arrêt la foule.

À 17h30, quelques gouttes d'eau se sont mises à tomber... Pour les organisateurs, elles étaient les bienvenues et à point. Peu à peu, la foule a commencé à décroître.

Combien étions-nous?.

Je peux vous dire beaucoup.

Allons-nous vers une radicalisation?

 Daniel TESSIER.

Partager cet article

Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 10:01

Source :Evene

 

 

    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur.
                    Pierre-Augustin Caron Beaumarchais

 

  marianne baillonnée-copie-1

 

 

Le Net est un espace de liberté de blâmer, dénoncer, féliciter, remercier...communiquer

Faisons le nécessaire pour préserver cette liberté...et n'oubliez pas qu'il peut être facilement menacé, rappelez-vous, c'était au Pays des Olonnes :

 

cliquez : LIBERTE D'EXPRESSION

Partager cet article

Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 17:36



             POLEMIQUE INUTILE APRES LA TEMPETE XYNTHIA

radE86D4

     POURQUOI LES ELUS SEULS NE SONT PAS SEULS RESPONSABLES ? TOUS, nous sommes TOUS responsables

 

Les ravages de la tempête ne sont pas encore effacés. Nos pensées vont toujours vers les familles cruellement touchées.

 

Mais déjà les medias s’attaquent à la recherche de responsables : c'est la curée sus aux élus qui ont laissé construire dans des zones à risques. Le pré rapport au Président de la République va être présenté.

 

Prenons le temps et la sagesse du recul : c’est si simple de trouver des boucs émissaires à jeter en pâture au bon peuple des lecteurs de journaux, aux auditeurs de la radio et aux spectateurs de la télévision !

 

En cette période électorale, vous qui attaquez les élus, sans preuve, qui usez de votre droit de lynchage médiatique dont le monde des medias a l’exclusivité et vous qui participez par acquiescement à ce lynchage, nous voulons rappeler des vérités basiques :

 

1)      Les français ont les élus qu’ils se sont choisis…si ces élus sont si mauvais pourquoi les avoir choisis ?

2)      Si le choix d’un élu s’avère mauvais, si l'élu se révèle indigne du mandat que l’élection lui a conféré, les citoyens ont le droit et le devoir de le faire sanctionner devant la justice administrative voire devant les tribunaux pénaux ; la passivité des citoyens devient coupable ; car ils sont complices (souvent bien involontaires, certes) des faiblesses de leurs élus,

3)       Si la justice et le pouvoir de l’autorité de tutelle (tutelle préfectorale ou ce qu’il en reste) ont contribué par leur passivité, leur faiblesse pour ne pas dire complaisance à « laisser faire » ces élus indignes, ces institutions et leurs serviteurs n’ont-ils pas leur part de responsabilité ?

4)      Les mêmes journaux qui condamnent sans jugement les élus ont-ils joué le jeu quand les citoyens, les élus de l’opposition leur signalaient que les lotissements envisagés étaient en zones à risques : l’autocensure des journaux et des journalistes s’exerce particulièrement dans nos journaux locaux qui sont les plus lus et les plus proches des faits et actes qui ont participé à cette catastrophe,

5)      Ces journaux et journalistes n’ont-ils pas censuré ceux qui dénonçaient le scandale des constructions en zones à risques, le non entretien des digues…si oui, vont-ils être accusés ou s'accuser d’être coresponsables de la catastrophe ?

 

En fait, nous sommes tous responsables des conséquences d’un phénomène climatique exceptionnel par la conjonction et la simultanéité de trois éléments :

-          coefficient de marée de plus de 100,

-          violence des vents de plus de plus de 120 kilomètres heure

-          surcote de la marée de 1 mètre cinquante.

 

Nous devons être tous solidaires dans la responsabilité et nous devons surtout tirer les conséquences de cette situation :

 

-          Que les citoyens gardent le contrôle du mandat qu’ils donnent à leurs élus, qu’ils puissent suivre et attaquer les décisions prises par leurs élus, que l’opposition puisse s’exprimer et soit dotée de moyens à cet effet,

-          Que les citoyens exercent leur droit et devoir de contrôle de l'action de leurs élus,

-          Que les mandats des élus soient limités dans le temps et dans leur nombre,

-          Que le pouvoir de tutelle du Préfet s’exerce pleinement,

-          Ne doit-on pas revenir au contrôle de légalité du préfet sur les actes des élus?

-          Que les journalistes puissent exercer leur métier en toute liberté et qu’au plan local ils gardent leur pleine liberté d’expression (ce qui n’est plus le cas actuellement)

-          Que la Justice, même de proximité, même administrative puisse s’exercer en toute indépendance.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0