Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 22:05
À DROITE, L'ADJOINT GÉRARD HECHT A PRÉSENTÉ LE DOSSIER DU COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE NOUVELLE VERSION

À DROITE, L'ADJOINT GÉRARD HECHT A PRÉSENTÉ LE DOSSIER DU COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE NOUVELLE VERSION

 

ENFIN ET À NOUVEAU, LE DOSSIER COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE ET CULTURELLE !  OBJECTIF OUVERTURE EN NOVEMBRE 2022

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU JEUDI 24 SEPTEMBRE 2020

suite de

http://www.olonnes.com/2020/09/les-sables-d-olonne-conseil-communautaire-dans-la-consensualite.html

 

Le projet de complexe sportif et culturel de la précédente mandature appartient au passé et le projet du nouveau complexe porté par les nouveaux élus et particulièrement par le Président Yannick MOREAU est sur les rails.

On sent même d'ailleurs un projet qui avance à marche forcée pour tenter de rattraper le temps perdu suite à la résiliation du marché concernant le projet initial de 2017.

Il appartenait à l'adjoint chargé des Sports et de l'Événementiel, Gérard HECHT, de présenter l'état d'avancement du nouveau projet que tant de clubs, d'amateurs de spectacles ...attendent.

Il n'existe pas au niveau de l'Agglomération d'équipements susceptibles de répondre à tous les besoins qui se sont révélés lors d'une large consultation.

Une nouvelle procédure a été lancée en juillet 2019 pour la création d'un complexe sportif et culturel sur le site de la Vannerie comprenant : 

- une Arena de 2 400  places assises, une salle annexe multi sports et des salles dédiées aux différentes disciplines. L'ensemble représentera environ 10 300 m²pour un coup estimé à 16 300 000 euros,

- une Halle polyvalente et culturelle de 2 000 places assisses dune superficie d'environ 5 000 m² pour une estimation financière de 13 300 000 euros.

Un projet d’investissements chiffré à 29 600 000 d'euros hors taxes.

Le 2 septembre, le jury de concours a choisi l'atelier FERRET de Bordeaux comme maître d’œuvre. L'objectif est une ouverture en novembre 2022.

Les deux équipements, ARENA et Halle, feront l'objet d'une opération globalisée avec un cofinancement avec la Ville des Sables d'Olonne.

 

LES CRAINTES DES OPPOSITIONS

Il y a d'abord le poids financier de l'opération.

Pour les oppositions, l'importance du projet peut faire de l'ombre aux équipements existants comme le Palais des Congrès Atlantes. N'aura-t-il pas un impact financier sur le budget en diminuant la capacité d'investissement de l'Agglomération ? Le projet n'aura-t-il pas aussi pour conséquence de sacrifier l'entretien des autres équipements sportifs et culturels ?

Autre problème de concurrence : cet ensemble ne va-t-il pas concurrencer le VENDESPACE et mettre Les Sables d'Olonne en porte à faux avec le Département et notamment avec "son" VENDESPACE.
 

La réponse de Gérard HECHT est claire :" le projet ne met pas en péril les autres projets "et "on ne laissera pas tomber les autres salles". "La réhabilitation des Atlantes est prévue". Le complexe ne peut faire concurrence au VENDÉSPACE car le projet sablais ne peut satisfaire tous les besoins. Il y aura un "équilibre au niveau du département" et cet ensemble "c'est l'intérêt de toute la Vendée."

Il est clair qu'aujourd'hui le niveau d'endettement de l'Agglomération permet cet engagement financier.

Anthony BOURGET souhaite qu'il y ait dans le projet une "ambition environnementale, un équipement du 21 ième siècle devant s'inscrire dans un schéma de haute qualité environnementale".

Sur cet aspect, Gérard HECHT promet un équipement peu énergivore avec des normes environnementales élevées.

Le Président Yannick MOREAU a rappelé que le projet a connu quelques vicissitudes. Il a muri et sera apprécié par la population de l'ensemble de l'Agglomération. Il confirme qu'il n'y aura pas de concurrence avec le VENDÉSPACE car il "on est bien en dessous du VENDÉSPACE".

Financièrement, les finances de l'Agglomération ont la capacité de maintenir dans les années à venir un niveau d'investissement de 10 millions d'euros par an. Ceci est, pour le niveau d'un agglomération comme celle des Sables d'Olonne, un niveau élevé.

Enfin, le Président tient à répondre à Caroline POTTIER qu'il sera vigilant sur la qualité environnementale du projet. Il semble avec son adjoint Gérard HECHT avoir rassuré les oppositions.

En effet, le projet de délibération soumis au Conseil est adopté à l'unanimité. Ceci fait dire au Président que "c'est un bon baptème que cette unanimité et qu'il faudra être vigilant et attentif à la conduite financière."

A SUIVRE...

 

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 22:00
UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

 

LES ÉCOLOGISTES NE PEUVENT SAUVER LA TERRE.

 

LA TRISTE ET DANGEREUSE COMÉDIE DE NOS ÉLUS ÉCOLOGISTES

Un duel au sommet du parti Europe Écologie Les verts EELV entre Yannick JADOT et Eric PIOLLE est en train d'émerger. C’est une mauvaise habitude chez les écologistes dont les leaders politiques voguent sur la vague du mouvement populaire écologique pour la sauvegarde de la planète pour tenter d’arriver sur la plage de sable fin de leurs ambitions personnelles.

Encore une fois, nous regrettons l’image torride que nous renvoie l’appareil écologiste qu’est le parti Europe Écologie Les Verts EELV. Quelle triste comédie que cette lutte pour le pouvoir des dirigeants pour être nommés le représentant de l’Écologie en France, lors des prochaines élections présidentielles !

Ils ne servent pas la cause écologique dont ils parlent beaucoup…paroles, paroles. Par contre, ils la desservent par leurs exigences irréalistes, leurs surenchères, par l’utilisation de menaces hypothétiques, par la culture des peurs et par ce qui est maintenant nommé la « dictature verte ». Ils sont dangereux.

 

L’ÉCOLOGIE, C’EST L’AFFAIRE DE DE NOUS TOUS ET LA DÉFENSE DE NOTRE PLANÈTE EST AUSSI L’AFFAIRE DE NOUS TOUS

Répétons-le l’Écologie n’appartient pas à un parti qui s’est déjà dans le passé déshonoré avec ses combats de personnes et ses excès nommés aujourd'hui "dictature écologique". L’Écologie n’entre pas dans le moule politique car elle n’appartient pas à un clan mais à tous les citoyens. Elle est donc incapable de se structurer et de construire un programme réaliste.

Le Président MACRON a cru que l’écologie était une planche de salut pour lui en perte de vitesse dans les sondages. Il a voulu aller dans le sens du vent et a facilité la Convention Citoyenne sur le Climat…CCC réalisée sous son impulsion.

Aujourd’hui ? Après la présentation des propositions de la CCC, covid-19, les difficultés économiques …la CCC va faire un énorme plouf comme il en a été du Grand Débat dont il n’est rien ressorti hormis quelques promesses vite oubliées !

MAIS ALORS, POURQUOI L’ÉCOLOGIE NE PASSE PAS EN POLITIQUE ?

Nous sommes tous d’accord, notre Terre est malade du traitement que les hommes lui font subir depuis des décennies.

Le Journal « Libération » pose très bien en 2019 le problème : il pose les bonnes questions et donne ses réponses

Les deux questions :

« Peut-on amener les citoyens à abandonner d’eux-mêmes un mode de vie suicidaire ?

La réponse est NON !

« Ou faut-il les y obliger pour la survie de tous ? »

La réponse est NON !

En effet, imposer brutalement la suppression du nucléaire, de l’agriculture chimique, de la voiture, la limitation des naissances, le TGV, l’avion, la récession économique, le chômage…c’est impossible !...même le chouchou des français, symbole écologique, Nicolas Hulot ne peut se passer de son hélicoptère, de son puissant bateau, de voyages en avion…

L’Écologie c’est le long terme. Par des diktats, on ne peut effacer des siècles de progrès même si ceux-ci sont synonymes de dangers pour notre terre nourricière.

Ensuite, les écologistes au pouvoir seront impuissants. En paraphrasant Clémenceau, le père La Victoire, qui a dit au sujet de la guerre « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des militaires »…nous disons : l’Écologie est une chose trop grave pour la confier aux écologistes.

Comme l’écrit aussi Libération « l’urgence écologique peine à trouver un écho dans un système politique gouverné par le court terme ». Or, sauver la planète, c’est du long terme.

Alors, faut-il dés maintenant, imposer des règles drastiques au nom de l’Écologie ? C’est impossible : les français ne supporteront pas ce qui serait une dictature verte que nous promettent les politiques écologistes. Toutes décisions réalistes importantes passent par un consensus de nombreux pays, un consensus international.

 

 

Il ne faut donc pas perdre de temps avec les élus écologistes, il faut et il suffit que la France, l’Europe prennent des décisions qui engagent la sauvegarde de la planète dans le long terme et de manière supportable : évolution vaut mieux que révolution. Et il faudra de l’éducation, beaucoup d’éducation pour faire évoluer nos mœurs. L’Écologie reste l’affaire de nous tous, pas celle d’un clan !

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 21:07
EAU, EAUX USÉES, DÉCHETS...LES CITOYENS CONTRIBUABLES ET LES ÉLUS LOCAUX DOIVENT VEILLER, AGIR...

EAU, EAUX USÉES, DÉCHETS...LES CITOYENS CONTRIBUABLES ET LES ÉLUS LOCAUX DOIVENT VEILLER, AGIR...

 

 

LES SCANDALES DÉJÀ DANS L’AIR AU PRÉSENT DEVIENDRONT ENCORE PLUS NOMBREUX ET PLUS IMPORTANTS

 

DE LA RÉGIE À LA CONCESSION À TOUT VA

Nous ne cessons d’attirer l’attention de nos concitoyens sur ces fameux contrats de concession de travaux ou de services dont la définition officielle est celle-ci :

« Il s’agit de contrats conclus par écrit et à titre onéreux par lesquels un pouvoir adjudicateur («autorités concédantes») confie l’exploitation de travaux pour les premières ou la prestation et la gestion de services pour les secondes, à un ou plusieurs opérateurs économiques («concessionnaires») à qui est transféré le risque d’exploitation de l’ouvrage ou du service et dont la contrepartie consiste soit uniquement dans le droit d’exploiter les ouvrages ou services, soit dans ce droit accompagné d’un prix. »

 

On peut comprendre que les communes particulièrement ne peuvent tout gérer directement comme cela se faisait il y a quelques décennies. Cela se nommait la « Régie » qui a fini par fortement régresser  suite à des abus et autres laxismes ; c’est le contrat de concession qui l’a remplacée.

Maintenant les collectivités concèdent à tout va : service eau, les transports publics, les ordures ménagères, la gestion des équipements sportifs, parkings, …et l’État pour les autoroutes allant jusqu’à scandaliser nos sénateurs !

 

LES ÉLUS NE LISENT PAS CES CONTRATS DE CONCESSION LORS DE LEUR CRÉATION ET LORS DU COMPTE RENDU ANNUEL DIT COMPTE RENDU ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE. QUASIMENT AUCUN ÉLU N’ASSUME SA FONCTION DE CONTRÔLE.

 

Nous allions crier au scandale quand nous avions appris le projet de fusion des deux grands VEOLIA ET SUEZ spécialistes du traitement et de la distribution de l'eau et des eaux et de toute la chaine de traitement des déchets.

Il faut être clair : déjà ces géants possèdent des techniques de marketing qui font qu’ils s’enrichissent sur le dos des collectivités c’est-à-dire sur le dos des contribuables. Comme la gestion de ces groupes internationaux est particulièrement opaque, les élus sont démunis pour jouer leur rôle lors la signature des marchés et lors du suivi de son exécution…puis les élus passent, les prestataires demeurent !

 

SUEZ VEOLIA : LA FUSION SE FERA SUR LE DOS DU CONTRIBUABLE

Ce projet de fusion va fausser encore plus une concurrence quasi inexistante. En France, ce groupe pèserait déjà 60 % du marché de l’eau. L’eau est un bien commun dont la gestion va être transférée à un groupe nébuleux et incontrôlable.

Que peut faire le maire qui est responsable de l’approvisionnement en eau de ses concitoyens face à ces géants. Rien : sauf passer sous les fourches caudines de ces groupes ?

 

LE PIRE EST À VENIR

Le Gouvernement vient de faire passer au Parlement 4 amendements de manière clandestine pour assouplir les règles de la commande publique (Information de MARIANNE dans sa lettre d’actualité de ce jour).

Donc,

  • D’un côté, l’État demande aux collectivités de mieux gérer, d’économiser, baisse sa participation au fonctionnement des collectivités …

 

  • De l’autre, il fait des faveurs injustifiées à ces grands groupes qui plument le pigeon nommé collectivités territoriales et qui pourront encore plus se servir ! Il prive les élus et les contribuables de procédures de passation des marchés qui sont des garanties de la fiabilité des contrats et de leur exécution. Les élus seront piégés pris entre des prestataires tout-puissants et des consommateurs contribuables mécontents des services et des prix ! Bravo !

 

NOUS PESONS NOS MOTS

Nous pesons les mots : c’est un scandale présent, ce seront des scandales énormes demain ! Et Cour des Comptes et autres protections ne pourront que constater. Ainsi cette opération (concession et dérèglementation des commandes publiques) appauvrit les collectivités, déconsidérera les élus qui n’ont pas besoin de cela, vole les contribuables, sape l’autorité de l’État qui ne pourra que constater les dégâts !

 

Quatre amendements gouvernementaux, tous adoptés, viennent modifier sensiblement les règles de la commande publique. Tous dans le même sens : moins de concurrence, moins de réponses aux appels d’offres, donc toujours plus de possibilités de renouveler implicitement les contrats, et notamment les très sensibles contrats de concession eau, traitement des déchets...

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 20:09
PIERRE HURMIC, MAIRE ÉCOLOGISTE DE BORDEAUX

PIERRE HURMIC, MAIRE ÉCOLOGISTE DE BORDEAUX

 

BORDEAUX : UN MAIRE ÉCOLOGISTE PASSE À L’ACTION…DES REMOUS SUR LA GARONNE

 

L’ÉCOLOGIE APPLIQUÉE AUX BORDELAIS…STATIONNEMENT, TRANSPORTS PUBLICS, SÉCURITÉ…EST-CE LA BONNE MÉTHODE ?

 

 

Les électeurs bordelais vont apprendre à vivre avec une certaine écologie appliquée. Les annonces comme la suppression des sapins de Noël au Centre-Ville entraînent même, déjà,  des interrogations de militants et électeurs écologistes étonnés des annonces de leur maire et de son adjoint Didier JEANJEAN.

 

La mesure annoncée concernant le stationnement en fonction des revenus des habitants, si elle est adoptée, posera problème quant à sa légalité et particulièrement quant au fondement de la décision mais surtout quant à la règle sacro-sainte (Conseil Constitutionnel) de l’égalité des citoyens devant l’impôt et devant les charges publiques.

 

Mais comment justifier que ces droits de stationnement variables selon les sites et les candidats au stationnement puissent faciliter la circulation et le stationnement ? Les explications données rapportées par la presse sont pour le moins peu convaincantes.

 

Ce qu’il y aura de sûr c’est que cette différenciation entre les candidats au stationnement va permettre aux élus écologistes de monter une belle usine à gaz pour fixer la tarification municipale en fonction de divers critères dont  : quartiers riches, quartiers pauvres, gens dits riches et gens dits à faibles revenus…et d’appliquer aussi le même principe pour d’autres recettes de la ville comme cela se pratique sur des bases admises comme pour l’accès à la cantine des enfants, les transports publics...

 

Ce projet sera aussi intéressant dans le cadre des mesures dites de simplification des actes administratifs imposées aux citoyens.

 

À ce titre, les recettes et tarification des « tickets de transports » des transports publics communaux sont tellement complexes et d’une telle difficulté à être effectivement appliquées que nombreuses sont les villes qui maintenant choisissent la gratuité !...qu’en sera-t-il aussi pour ce droit de péage pour le stationnement ?

 

Quant à l'autre projet municipal qu’est la  suppression des sapins de Noël au centre-ville de BORDEAUX, la réponse est donnée par la presse qui publie une photo du nouveau maire appuyé sur son grand bureau en bois avec ce commentaire piquant : faut-il condamner le maire qui a acquis un bureau qui a nécessité un arboricide…ainsi que tous les complices du meurtre de cet arbre ? Devant le tollé qui a répondu à l’annonce de ce projet, le maire a d'ailleurs déjà entamé une marche arrière souple !

 

N’accablons pas Pierre HURMIC, ce nouveau maire que les bordelais se sont choisis (au moins ceux qui ont voté ! quant aux autres, ils ont gagné comme abstentionnistes, le droit de se taire).  Monsieur Pierre HURMIC a déjà d’autres problèmes plus graves à résoudre comme la croissance vertigineuse de l’insécurité dans sa bonne ville.

 

En dehors de toute polémique, nous devons être conscients que nous devons tous faire, chacun à sa place, tout ce qu’il faut pour sauver notre planète que le pape François appelle « notre maison commune » …et qui, écrit-il, « semble se transformer toujours davantage en un immense dépotoir ».

 

Mais la méthode du nouveau maire de Bordeaux et ses premiers projets vont-ils vraiment dans le bon sens pour entraîner les bordelais à agir pour la vraie cause écologique ? Politique et écologie peuvent-ils faire bon ménage quand il s’agit d’unir tous les citoyens à une cause essentielle comme celle du devenir de la planète ?

 

Nous essaierons de suivre cette actualité locale et d’en rendre compte : un débat s’ouvre.

Partager cet article

Repost0
21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 21:32
POLLUTION DU LAC TANCHET INVASION CYANOBACTÉRIES (image d'archive)

POLLUTION DU LAC TANCHET INVASION CYANOBACTÉRIES (image d'archive)

DES GRANDES ET DES PETITES POLLUTIONS : IL NOUS FAUT RÉAGIR ET ÉDUQUER ET SI NÉCESSAIRE SANCTIONNER MAIS NE RIEN FAIRE DEVIENT CRIMINEL

 

 

Les nouvelles de l'été côté COVID-19 et pollutions ne sont pas rassurantes

 

- Un pétrolier échoué depuis plus d'un mois pollue l’ile MAURICE.

 

- OUEST -FRANCE de ce jour, en Bretagne :

"Une pollution de la rivière de l’Aulne à l’ammoniaque a été constatée mardi 18 août 2020, à Châteaulin (Finistère). Elle provient de la centrale de biométhanisation, Biogaz kastellin (groupe Vol – V), installée dans la zone de Lospars, à Châteaulin qui valorise les déchets des exploitations agricoles et des entreprises agroalimentaires pour en faire du gaz. Les résidus de ce procédé, le digestat, ont vocation à être épandus sur les sols pour les fertiliser."

Nous étions sceptiques quand les élus et les représentants de la FNSEA  nous ont dit et répété qu'avec la bio-métanisation il n'y avait pas de risques de pollution...EN VENDÉE,  il faudra bien veiller aux conditions d'exploitation de ces "centrales" mais aussi aux conditions d'épandage du "digestat". Deux sources potentielles de pollution.

Il y a une certitude l'agriculture industrielle et chimique ne maîtrise pas les dangers qu'elle fait courir à la santé publique.

 

- Le cours d'eau côtier du TANCHET et ses lacs aux Sables d'Olonne sont "sous oxygène" (enfin!) . Les pollutions suite à la prolifération des cyanobactéries dites inoffensives les années passées mais maintenant elles sont reconnues dangereuses pour les animaux et même pour l'homme !

 

- Nos déchets ...

Le civisme ne règne pas. Le confinement nous a rappelé que le silence est naturel et le bruit polluant, fatigant...la pollution sonore existe bel et bien et particulièrement certains deux-roues dépassent largement les 60 décibels ! et nous cassent les oreilles.

Et plus simplement regardez la photo ci-dessous prise sur la sortie d'une zone commerciale...oui il y avait bien divers déchets et même des masques ! Il nous reste des efforts à faire et à faire faire pour chasser les très mauvaises habitudes polluantes.

Ce ne seront pas les grandes réunions mondiales et politiques qui feront changer les choses en matière de dégradation de notre Terre. Ce sera le changement de nos mentalités, le travail sur le comportement des humains et leur prise de conscience des risques encourus par l'HOMME !

 

EN VILLE À LA SORTIE D'UNE ZONE COMMERCIALE ! À VOUS DE JUGER...

EN VILLE À LA SORTIE D'UNE ZONE COMMERCIALE ! À VOUS DE JUGER...

DES PARCS À HUITRES MENACÉS EN VENDÉE : UN BEL EXEMPLE DES DANGERS DE LA POLLUTION

 

Nous devons aussi porter à votre connaissance les méfaits des contaminations d'origines diverses qui rendent LES HUITRES de la GUITTIÈRE qui ont été interdites temporairement à la consommation.

https://www.easyvoyage.com/actualite/la-guittiere-meilleures-huitres-de-france-83725

Nous espérons l'alerte terminée.

Ce site réputé est situé dans un estuaire où s'élèvent des huitres de qualité. Mais celles-ci sont sans cesse menacées par la dégradation de la qualité bactériologique des eaux.

La création d'une porcherie industrielle avait mis en émoi la population qui avait manifesté ses craintes.

Voir les études dont celle-ci

https://archimer.ifremer.fr/doc/00123/23421/21248.pdf

qui s'achève ainsi :

"A partir de ces constats, il a été possible d’établir des propositions visant d’une part à orienter les démarches destinées à réduire les sources de contamination, et d’autre part à anticiper les périodes les plus à risque."

Les autorisations furent cependant données par la Préfecture et le dossier enterré dans la plus grande discrétion tandis que l'usine se construisait. Il n'est absolument pas dit qu'il y ait un lien entre la porcherie et l'incident sanitaire qui a conduit à interdire la commercialisation des huitres locales

Nous attendons simplement une communication sur cet incident de l'été (lié à la sécheresse ? ou à d'autres paramètres qui viennent troubler la qualité de l'eau des parcs ?). Il faudra une communication claire sur l'origine de cette pollution d'autant plus que qu'il s'agit d'une zone sensible et qui a fait l'objet d'études et recommandations.

Ainsi va la pollution aujourd'hui avec ses conséquences sanitaires, économiques...

 

Partager cet article

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 17:57
CELA EXISTE ENCORE !
CELA EXISTE ENCORE !

CELA EXISTE ENCORE !

 

 

STOP À LA MALADIE DITE CALAMITOCRATIE. DEVENONS DES CITOYENS CONSOMMATEURS RESPONSABLES ET RATIONNELS.

 

 

TOUT POUR FAIRE PEUR

 

Ne nous laissons pas impressionner : les médias et les lobbys s’en donnent à cœur joie avec des fausses et incomplètes nouvelles : sécheresse, calamité agricole…la canicule, autre calamité, coronavirus encore une !

 

Cherchons et appliquons les solutions qui existent. Ne restons pas sur nos peurs car c’est cela que des gens mal-intentionnés veulent obtenir.

 

Ce 13 août, c’est à la FNSEA de monter au créneau. FNSEA, syndicat des…  « exploitants agricoles »…qui ne sont, depuis longtemps, plus des agriculteurs ! comme leur nom l’indique : exploitants agricoles. Ce « syndicat » lobby et conservateur allergique à toute remise en cause va encore monter au créneau pour réclamer des subventions encore et toujours des subventions. Nous voyons les petits exploitants qui ont tant de mal souffrir alors que céréaliers, betteraviers…s’enrichissent et tuent la terre nourricière.

 

Trop c’est trop, c’est indécent ! Redemander plus de pesticides, plus d’agriculture chimique, plus de subventions, plus de dérogation pour la surconsommation d’eau et de gasoil est scandaleux.

 

Nous répondons ici avec l’exaspération du désespoir à ce pseudo syndicat professionnel, super lobby, hyper bien géré à ce titre et qui écume les subventions tout en étant le pollueur le plus important, le plus gros consommateur d’eau et son plus gros pollueur aussi.

 

Soyons logiques et cohérents : appliquons aux responsables « syndicaux » et à leurs institutions satellites la loi du pollueur payeur, interdisons les manifestations agricoles à base de tracteurs hyper polluants au service d’une agriculture destructrice de l’environnement et nuisible à la santé publique…réagissons et ne croyons plus aux boni…menteurs.

 

 

BOYCOTT DES PRODUITS ISSUS DE L’INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE ET PRIVLÉGIONS LES VRAIS ET COURAGEUX PRODUCTEURS INDÉPENDANTS

 

Citoyens, mobilisons-nous, boycottons les produits de trusts qui ne soucient pas des dégâts qu’ils causent à la terre et aux hommes. Les équipes de propagande des industriels de l’agro-alimentaire et la FNSEA doivent savoir que le consommateur n’est pas soumis à leurs productions et que s’ils veulent continuer à exister c’est à eux à changer et pas aux consommateurs.

 

Souvenons-nous que la pandémie nous a rappelé qu’il existe une multitude de petits et moyens producteurs honnêtes que nous avons retrouvés ou découverts à nos portes quand Covid-19 voulait nous en priver ! Ils peuvent être fiers de leurs produits et nous devons en consommateurs avisés les soutenir en les privilégiant dans nos achats

 

 

LE RÔLE MALSAIN DE LA FNSEA

 

La FNSEA, dit à tort « syndicat agricole » a pour objectif depuis des années la mainmise sur les terres agricoles pour ses adhérents, le blocage de vraies réformes de l’agriculture. Ce blocage permet à l’industrie agro-alimentaire de se développer aux frais des citoyens et des contribuables et au détriment de la santé publique et de l’environnement et de l’économie nationale et de la santé publique.

                                                                                                                                     

Ce syndicat a ruiné les petits producteurs, il les accule au suicide…et tout à coup la Pandémie fait découvrir aux français qu’il existe une agriculture propre, saine, soucieuse de la préservation de l’environnement que la FNSEA fait disparaitre.

 

Manger moins, manger mieux et avec plaisir, c’est possible avec le même budget ! mais pas avec les produits de l'agriculture chimique.

 

RÉAGISSONS EN CITOYENS RESPONSABLES !

Partager cet article

Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 22:11
DES SYMBOLES QUI APPARTIENNENT À TOUS

DES SYMBOLES QUI APPARTIENNENT À TOUS

LE CONTENU DU RAPPORT DE LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT EST DANGEREUX...SAUF S'IL EST JUGÉ INUTILE PAR LE GOUVERNEMENT...

 

 

Suite de

 

http://www.olonnes.com/2020/08/ou-peut-nous-mener-le-rapport-remis-par-la-convention-citoyenne-pour-le-climat-ccc-au-president-de-la-republique.html

 

Suite à la Convention Citoyenne pour le Climat CCC, nous poursuivons études et réflexions sur la place de l’Écologie dans la société d’aujourd’hui et demain et particulièrement dans le monde politique.

 

Convenons-en, notre planète est malade mais un malade cela se soigne mais de différentes façons : des traitements guérissent le malade, d’autres le tuent.

 

Le rapport (600 pages !) de la Convention Citoyenne pour le Climat remis au Chef de l’État, comme nous le rappelions précédemment, débouche sur des propositions dont nous avons commencé à analysé la teneur dans nos articles précédents.

 

 

IL FAUT DONC MAINTENANT REVENIR SUR LA MISSION CONFIÉE À LA CONVENTION PAR LE GOUVERNEMENT ET SUR LE CADRE TRÈS SOMMAIRE DÉFINISSANT LE RÔLE ET LES MOYENS DONNÉS À LA CONVENTION…LES DÉRIVES DU RAPPORT SONT GRAVES ET NOS LIBERTÉS EN JEU.

 

 

 

Voir ci-dessous la copie de cet ordre de mission signé il y a plus d’un an par l’ex 1er Ministre Édouard PHILIPPE.

 

Sur cette copie, nous soulignons l’essentiel qui aurait dû alerter l’opinion :

  • L’objectif ambitieux : associer plus fortement les français à l’élaboration des politiques dont particulièrement celle qui touche l’environnement,
  • Le caractère novateur dans la procédure : choisir un échantillon de 150 citoyens pour faire les propositions,

 

Ces deux points consacrent une nouvelle fois l’effacement du rôle du Parlement…à quoi va-t-il servir désormais si, sur chaque orientation nouvelle ou décision importante, il est remplacé par des citoyens tirés au sort ?

 

  • Enclencher une profonde transformation de nos modes de vie : une évolution ou une révolution ?

 

  • À partir d’une volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre proposer les mesures pour atteindre l’objectif : la lettre de mission ne fixe aucun cadre, aucunes bornes dans le choix des solutions, la Convention n’a-t-elle pas dérapé?

 

  • Une mission très technique fortement encadrée donnée au Conseil Économique et Environnemental (ex Conseil Économique et Social rejeté par les Gilets Jaunes et durant le Grand Débat) qui pilotera un comité de gouvernance et un collège de garants « pour garantir l’indépendance de la Convention » et les travaux des 150 citoyens. Ceci conforte le doute sur le rôle et la liberté effective des 150 citoyens face à une armada de conseillers surveillants.

 

  • Les 150 citoyens  seuls auraient été incapables de produire le Rapport. Ceci est confirmé à la lecture de celui-ci : c’est un rapport de spécialistes dont certains sont connus et marqués politiquement (Cyril DION, Jean JOUZEL, Thierry PECH…) On doit donc légitimement se demander à quoi ont pu effectivement servir les 150 citoyens prisonniers piégés, alibi d’une soi-disant représentation du peuple français. En réalité, le Rapport est un pur produit de la technocratie génératrice de projets de réglementations d’un État qui ne cesse de gonfler ses compétences et qui aboutit à l’incompétence du style gestion de la crise Coronavirus, du système sanitaire français…

 

 

POUR AFFRONTER TOUS LES PROBLÈMES LIÉS À L’ÉCOLOGIE IL FAUT DES CITOYENS CONSCIENTS DES PROBLÉMATIQUES, MOBILISÉS ET OUVERTS, SANS A PRIORI ET INDÉPENDANTS FACE AUX IDÉOLOGIES

 

Redisons que, dans ce domaine, comme dans les autres domaines de l’exercice du droit du peuple à propositions et critiques, que tous ceux qui tournent le dos au civisme et qui ne croient plus dans les vertus du débat démocratique sont disqualifiés pour critiquer les initiatives de toutes natures qui tendent à préserver notre planète.

 

Mais sur ce sujet, ce qui insupporte au plus haut point ce sont l’inclusion des professionnels auto-proclamés de l’écologie dont la tyrannie et le dogmatisme sont des dangers qu’il nous faut bien mesurer. Certains de ces pro de l'écologie étaient bien présents « auprès » des 150 membres de la Convention

 

Voir notre précédent article :

 

http://www.olonnes.com/2020/08/non-a-la-dictature-de-l-ecologie-politicienne-danger-pour-la-democratie-pour-nos-institutions-pour-notre-liberte-du-choix-de-notre-m

 

L’écologie n’appartient à aucun clan. Tous les citoyens sont concernés car tous subissent les méfaits des atteintes à l’environnement. Ils sont tous égaux devant la loi et il serait inconstitutionnel :

 

  • d’une part, de confisquer aux citoyens leur droit de s’exprimer sur l’avenir de leur mode de vie en les remplaçants par des « tirés au sort »,
  • d’autre part, de leur imposer de nouvelles contraintes, taxes, et autres atteintes à leurs libertés individuelles que l’on voit apparaitre dans le fameux Rapport de la Convention CCC.

 

Or, actuellement, nous devons donc rester très critiques sur le Rapport dont la rédaction a échappé aux 150 participants prisonniers d’un dispositif d’encadrement très contraignant.

 

La réflexion sur le monde de demain appartient à tous les français qui détiennent tous en eux-mêmes une part d’écologie.

 

C’est à l’ensemble des français et des parlementaires d’alerter la population sur les risques d’une manœuvre politicienne très dangereuse que pourrait imposer un chef de l’֤État pour tenter de conquérir une clientèle nouvelle ?

 

 

 

 

NOUS SOMMES TOUS ÉCOLOGISTES
NOUS SOMMES TOUS ÉCOLOGISTES

Partager cet article

Repost0
9 août 2020 7 09 /08 /août /2020 21:22
OÙ PEUT NOUS MENER LE RAPPORT REMIS PAR LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT CCC AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ?

 

 

LES PRINCIPES ÉCOLOGIQUES SORTIS D’UNE"CONVENTION"NE PEUVENT-ILS ÊTRE IMPOSÉS PAR LEURS AUTEURS, 150 CITOYENS « TIRÉS » AU SORT ?

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2020/08/non-a-la-dictature-de-l-ecologie-politicienne-danger-pour-la-democratie-pour-nos-institutions-pour-notre-liberte-du-choix-de-notre-m

 

 

Voilà la dernière mouture de la synthèse des propositions

https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/pdf/CCC-propositions-synthese.pdf

 

LE POUVOIR DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET SES COMPÉTENCES ÉTENDUES ?

 

Le Président de la République Emmanuel MACRON dit oui aux 149 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat. Il en accepte la mise en œuvre au moins pour 146 propositions.

 

Très inquiétant pour la démocratie et ce qui reste du régime Parlementaire : le 27 juillet 2020, le Président de la République annonce qu’il compte mettre en application des mesures incluses dans ces propositions par voie réglementaire (par décret par exemple). Il a d’ailleurs déjà présenté à son « conseil de défense écologique » les premières mesures qu’il a décidé de prendre pour la mise en application des propositions de la CCC avant même que le Parlement ne soit saisi des projets de loi !

 

Ainsi, une proposition faite par un groupe informel juridiquement de 150 citoyens deviendrait-elle obligatoire comme une loi votée par la Parlement ? Bien sûr ces « simples citoyens » furent accompagnés par une armada de conseillers dont certains sont fortement marqués politiquement et ont donc pu et dû orienter le débat et la forme du texte final.

 

Décidément, la crise sanitaire et les pouvoirs spéciaux donnent au Président de la République des idées et des moyens pour décider de piloter seul ce dossier dont on mesure l’influence exceptionnelle sur le devenir du Pays.

 

Les pouvoirs du Président de la République ne sont déjà plus ceux définis par la Constitution qui sont ceux d’un régime de démocratie parlementaire.

 

Ces pouvoirs sont désormais ceux d’un régime Présidentiel dont le contrôle et l’initiative du Parlement en matière de loi s’efface peu à peu.

 

Maintenant, avec cette annonce, le Président franchit une nouvelle étape vers un pouvoir absolu : il décide avec la complaisance de certains écologistes. Il pourrait même« légiférer » par décret sans contrôle parlementaire…on est dans l’absurde ! On ne peut imaginer et subir cela sans réaction.

 

Il est opportun pour illustrer notre réflexion de citer des extraits de la synthèse du fameux rapport qui définit ainsi l’objectif de la Convention Citoyenne pour le Climat :

 

« Pour atteindre les objectifs de réduction de CO2. Il s’agit d’agir sur les comportements, les technologies et sur l’organisation des territoires. »

 

« Nous proposons deux révisions de la Constitution du 4 octobre 1958 afin de mieux garantir dans le texte fondamental de la République française la lutte contre le dérèglement climatique et le respect de l'environnement, devenus des enjeux vitaux pour le système vivant.

 

L’objectif de ces révisions se décline dans deux ambitions :

 

Une ambition emblématique, en actant la lutte contre le dérèglement climatique comme un objectif de la République ;

 

Une volonté affirmée de mobiliser la nation en ce sens, par un engagement renforcé dans des actions effectives contre le dérèglement climatique, notamment avec la création d'outils concrets et opérationnels pour toutes les instances et administrations publiques. »

 

Le Président de la République a admis les propositions de la CCC et s'est engagé à les faire adopter !

 

De deux choses l’une :

 

  • Ou, les propositions de la CCC finiront dans un placard comme les propositions du « grand débat ». Les auto-proclamés écologistes verront leurs leaders honorés et les militants verront leurs souhaits s’envoler et passer aux oubliettes.
  • Ou, le Président de la République, comme il s’y est engagé, reprend à son compte toutes ces propositions sauf trois sous forme de lois, décrets, ordonnances et pourquoi pas sous forme de  référendum et c’est à un changement de société que la France est conduite.

Un coup de force de l'Exécutif, un coup de bluff, un coup politique sans lendemain ?...et tout cela en période estivale et période de remaniement gouvernemental.

 

À SUIVRE... NOUS SOMMES TOUS ÉCOLOGISTES

 

Partager cet article

Repost0