Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 11:07
LES SABLES D'OLONNE : LE FUTUR COMPLEXE  SPORTIF ET CULTUREL

 

LE GRAND PROJET DE COMPLEXE SPORTIF ET CULTUREL DES "SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION" ANNONCÉ ET MAINTENANT PRÉSENTÉ

 

Vidéo du futur complexe sportif et culturel de l’Agglomération des Sables d’Olonne

https://www.facebook.com/YannickMoreau85/videos/769828243564399

 

 

Voté à l’unanimité des élus de notre communauté d’agglomération, ce nouvel outil au service de notre dynamique sportive, culturelle et événementielle viendra d’ici 2023 s’implanter à #LaVannerie, face au Centre Hospitalier, au cœur d’un écrin de verdure de 25 hectares situés au centre de gravité de notre agglo.

 


C’est la cabinet Ferret qui sera le maître d’œuvre de cet investissement de 30 millions d’euros comprenant notamment :

- une aréna sportive de 2000 places assises
- une halle polyvalente culturelle de 2000 places assises également
- une salle de gymnastique
- une salle de boxe
- un espace d’athlétisme indoor
- un plateau multisports
- un théâtre de verdure pour l’organisation de grands concerts en extérieur.

Cela ne sacrifie pas les équipements collectifs actuellement en fonction qui ne seront pas négligés.

 

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 09:49
UN SITE EXCEPTIONNEL POUR CET INVESTISSEMENT

UN SITE EXCEPTIONNEL POUR CET INVESTISSEMENT

 

UN INVESTISSEMENT DE 3 MILLIONS D'EUROS POUR LE NAUTISME AUX SABLES D’OLONNE : CONSTRUCTION D’UN YACHT CLUB

 

Cette délibération présentée lors du Conseil Communautaire du 24 septembre 2020 avait simplement pour objet de valider le principe d'une maîtrise d'ouvrage assurée par la "SEM Les Sables d'Olonne Plaisanc"e et d'autoriser la signature de l'avenant au contrat de concession prévoyant la modification de son périmètre pour le projet de yacht club.

Cela nécessitait, bien sûr, une présentation du projet de Yacht Club.

Un Yacht Club est un outil structurant qui, aujourd’hui, fait défaut à la station balnéaire et à son activité nautique.

Port Olona, port de départ du Vendée Globe, un des pôles de développement économique et touristique de l’Agglomération affiche complet et les attentes pour les réservations d’anneaux sont de plusieurs années. Aucun investissement n’a été effectué sur le site depuis des années.

Une réflexion des plaisanciers et des associations œuvrant dans le nautisme a abouti à cette demande de l’implantation d’un Yacht Club.

La SEM « LES SABLES D’OLONNE PLAISANCE » qui est une "filiale" de la Communauté d'Agglomération serait le maître d’ouvrage. Cela fait partie de ses missions.

Le site disponible serait celui du parking du bureau du port. (voir photo ci-dessus). Le projet devrait être réalisé pour l’été 2022.

Il comprendra un bâtiment de 600 m² sur 3 niveaux :

  • Au rez-de-chaussée des surfaces commerciales (4 cellules)
  • Au 1er étage : le club house pour les remises de prix, réunions…
  • Au deuxième étage : un restaurant panoramique avec vue exceptionnelle sur le chenal

LE MONTAGE JURIDIQUE ET FINANCIER DU PROJET

 

C’est donc la SEM « les Sables d’Olonne Plaisance » qui assurera la maîtrise d’ouvrage d’une opération estimée à 3 millions d’euros dont 2,5 millions d’euros pour le bâtiment.

Il est espéré des subventions du Département et de la Région (au total 600 000 euros).

La location des surfaces commerciales, des salles et d’espaces ainsi que les loyers du restaurant permettront de financer l’emprunt que devra faire la SEM qui réalisera ainsi une opération en équilibre financier.

Ce projet a précisé le Président Yannick MOREAU est impulsé par Jean-Paul DUBREUIL, Président Directeur Général de la Société Anonyme d'Économie Mixte Les Sables d'Olonne Plaisance (SEM).

Bien que celui-ci ne soit plus élu, il demeure représentant des actionnaires de la SEM ce qui est un gage de bonne fin comme le montre la gestion du port. Dynamisé par cet investissement, le port se donne ainsi  une vision d’avenir.

Les opposants Anthony BOURGET et Catherine POTTIER n’ont pas été entièrement convaincus par cette présentation : manque d’ambition du projet, devenir du Club BENETEAU, manque de transparence…

L'opposante LREM, Claire LEGRAND, annonce qu’elle accompagne le « projet ».

Cette fois, le projet n’a pas pu faire l’unanimité : 1 voix contre et 3 abstentions.

 

La délibération est donc adoptée par la majorité des élus de la Communauté d’Agglomération.

Avec le vaste projet sur le site de l’ancienne préfecture villa Chailley, le projet sur l’ancien lycée Tabarly, l’agrandissement du cinéma « Le Grand Palace » et maintenant  le yacht club…à la Chaume, cela bouge !

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 22:05
À DROITE, L'ADJOINT GÉRARD HECHT A PRÉSENTÉ LE DOSSIER DU COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE NOUVELLE VERSION

À DROITE, L'ADJOINT GÉRARD HECHT A PRÉSENTÉ LE DOSSIER DU COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE NOUVELLE VERSION

 

ENFIN ET À NOUVEAU, LE DOSSIER COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE ET CULTURELLE !  OBJECTIF OUVERTURE EN NOVEMBRE 2022

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU JEUDI 24 SEPTEMBRE 2020

suite de

http://www.olonnes.com/2020/09/les-sables-d-olonne-conseil-communautaire-dans-la-consensualite.html

 

Le projet de complexe sportif et culturel de la précédente mandature appartient au passé et le projet du nouveau complexe porté par les nouveaux élus et particulièrement par le Président Yannick MOREAU est sur les rails.

On sent même d'ailleurs un projet qui avance à marche forcée pour tenter de rattraper le temps perdu suite à la résiliation du marché concernant le projet initial de 2017.

Il appartenait à l'adjoint chargé des Sports et de l'Événementiel, Gérard HECHT, de présenter l'état d'avancement du nouveau projet que tant de clubs, d'amateurs de spectacles ...attendent.

Il n'existe pas au niveau de l'Agglomération d'équipements susceptibles de répondre à tous les besoins qui se sont révélés lors d'une large consultation.

Une nouvelle procédure a été lancée en juillet 2019 pour la création d'un complexe sportif et culturel sur le site de la Vannerie comprenant : 

- une Arena de 2 400  places assises, une salle annexe multi sports et des salles dédiées aux différentes disciplines. L'ensemble représentera environ 10 300 m²pour un coup estimé à 16 300 000 euros,

- une Halle polyvalente et culturelle de 2 000 places assisses dune superficie d'environ 5 000 m² pour une estimation financière de 13 300 000 euros.

Un projet d’investissements chiffré à 29 600 000 d'euros hors taxes.

Le 2 septembre, le jury de concours a choisi l'atelier FERRET de Bordeaux comme maître d’œuvre. L'objectif est une ouverture en novembre 2022.

Les deux équipements, ARENA et Halle, feront l'objet d'une opération globalisée avec un cofinancement avec la Ville des Sables d'Olonne.

 

LES CRAINTES DES OPPOSITIONS

Il y a d'abord le poids financier de l'opération.

Pour les oppositions, l'importance du projet peut faire de l'ombre aux équipements existants comme le Palais des Congrès Atlantes. N'aura-t-il pas un impact financier sur le budget en diminuant la capacité d'investissement de l'Agglomération ? Le projet n'aura-t-il pas aussi pour conséquence de sacrifier l'entretien des autres équipements sportifs et culturels ?

Autre problème de concurrence : cet ensemble ne va-t-il pas concurrencer le VENDESPACE et mettre Les Sables d'Olonne en porte à faux avec le Département et notamment avec "son" VENDESPACE.
 

La réponse de Gérard HECHT est claire :" le projet ne met pas en péril les autres projets "et "on ne laissera pas tomber les autres salles". "La réhabilitation des Atlantes est prévue". Le complexe ne peut faire concurrence au VENDÉSPACE car le projet sablais ne peut satisfaire tous les besoins. Il y aura un "équilibre au niveau du département" et cet ensemble "c'est l'intérêt de toute la Vendée."

Il est clair qu'aujourd'hui le niveau d'endettement de l'Agglomération permet cet engagement financier.

Anthony BOURGET souhaite qu'il y ait dans le projet une "ambition environnementale, un équipement du 21 ième siècle devant s'inscrire dans un schéma de haute qualité environnementale".

Sur cet aspect, Gérard HECHT promet un équipement peu énergivore avec des normes environnementales élevées.

Le Président Yannick MOREAU a rappelé que le projet a connu quelques vicissitudes. Il a muri et sera apprécié par la population de l'ensemble de l'Agglomération. Il confirme qu'il n'y aura pas de concurrence avec le VENDÉSPACE car il "on est bien en dessous du VENDÉSPACE".

Financièrement, les finances de l'Agglomération ont la capacité de maintenir dans les années à venir un niveau d'investissement de 10 millions d'euros par an. Ceci est, pour le niveau d'un agglomération comme celle des Sables d'Olonne, un niveau élevé.

Enfin, le Président tient à répondre à Caroline POTTIER qu'il sera vigilant sur la qualité environnementale du projet. Il semble avec son adjoint Gérard HECHT avoir rassuré les oppositions.

En effet, le projet de délibération soumis au Conseil est adopté à l'unanimité. Ceci fait dire au Président que "c'est un bon baptème que cette unanimité et qu'il faudra être vigilant et attentif à la conduite financière."

A SUIVRE...

 

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 17:04
LA SALLE DU CONSEIL AVEC LE RESPECT DES RÈGLES SANITAIRES : DISTANCIATION ET MASQUES

LA SALLE DU CONSEIL AVEC LE RESPECT DES RÈGLES SANITAIRES : DISTANCIATION ET MASQUES

 

LE PRÉSIDENT YANNICK MOREAU, EN DOUCEUR, IMPRIME SA MARQUE CONSENSUELLE DANS LA MARCHE DE L’AGGLOMÉRATION DES SABLES D'OLONNE

 

Lors de son élection à la Présidence de L’AGGLOMÉRATION Les Sables d’Olonne, en juillet 2020, Yannick MOREAU promettait que « ce mandat sera celui d’une gouvernance collective et participative ».

Certes, la salle de la Jarrie qui accueillait ce Conseil ne se prête pas trop à ce type d’exercice qui consiste à présenter des projets ardus et à un public bouté, en principe, hors de la salle sous le règne qui se prolonge de Covid-19 et du masque obligatoire.

Ce Conseil Communautaire, pour l’observateur attentif des Conseils Communautaires que nous devenons, est révélateur d’une évolution post période électorale positive.

Les représentants des 3 oppositions ont joué positivement leur rôle sans sérieuse agression verbale, sans outrance et sans surenchère. Nous espérons que cela augure bien pour l’avenir : le dialogue majorité/oppositions dans la sérénité ne peut être qu’une bonne chose pour l’épanouissement de la démocratie locale et pour un travail sérieux.

On peut simplement regretter que les moyens limités donnés à l’opposition par la loi soient un frein au dialogue avec une modalité d’élection qui la défavorise. Ceci impacte la qualité et la productivité du dialogue majorité/oppositions. En effet, quand on regarde l’ampleur de la tâche des élus s’ils veulent étudier sérieusement tous les dossiers présentés par exemple lors de ce conseil communautaire, cela nécessiterait un investissement personnel dépassant certainement les possibilités et capacités de ces quelques élus. D’ailleurs, ceux-ci l’ont exprimé avec amertume.

Il y a certes le travail déjà fait par tous les élus dans les commissions que le maire a d’ailleurs largement ouvertes aux oppositions. Mais ce travail est lui-même chronophage pour les quelques élus des 3 oppositions.

On en peut que souhaiter que l’ambiance de ce Conseil du 24 septembre 2020 soit non seulement préservée mais aussi puisse ainsi prospérer. Le climat était plus serein dans la salle qu’à l’extérieur où l’on sentait les prémices de début d’automne tempétueux

Nous allons prendre les dossiers les plus importants pour vous en rendre compte dans nos prochaines parutions homéopathiquement : la Communauté d’Agglomération « les Sables d’Olonne Agglomération » est une institution qui bouge pour préparer l’avenir de l’Agglomération avec des projets aussi ambitieux que nombreux et complexes.

 

À SUIVRE...

 

ENFIN ET À NOUVEAU, LE DOSSIER COMPLEXE SPORTIF ET HALLE POLYVALENTE ET CULTURELLE !

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 22:00
UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

 

LES ÉCOLOGISTES NE PEUVENT SAUVER LA TERRE.

 

LA TRISTE ET DANGEREUSE COMÉDIE DE NOS ÉLUS ÉCOLOGISTES

Un duel au sommet du parti Europe Écologie Les verts EELV entre Yannick JADOT et Eric PIOLLE est en train d'émerger. C’est une mauvaise habitude chez les écologistes dont les leaders politiques voguent sur la vague du mouvement populaire écologique pour la sauvegarde de la planète pour tenter d’arriver sur la plage de sable fin de leurs ambitions personnelles.

Encore une fois, nous regrettons l’image torride que nous renvoie l’appareil écologiste qu’est le parti Europe Écologie Les Verts EELV. Quelle triste comédie que cette lutte pour le pouvoir des dirigeants pour être nommés le représentant de l’Écologie en France, lors des prochaines élections présidentielles !

Ils ne servent pas la cause écologique dont ils parlent beaucoup…paroles, paroles. Par contre, ils la desservent par leurs exigences irréalistes, leurs surenchères, par l’utilisation de menaces hypothétiques, par la culture des peurs et par ce qui est maintenant nommé la « dictature verte ». Ils sont dangereux.

 

L’ÉCOLOGIE, C’EST L’AFFAIRE DE DE NOUS TOUS ET LA DÉFENSE DE NOTRE PLANÈTE EST AUSSI L’AFFAIRE DE NOUS TOUS

Répétons-le l’Écologie n’appartient pas à un parti qui s’est déjà dans le passé déshonoré avec ses combats de personnes et ses excès nommés aujourd'hui "dictature écologique". L’Écologie n’entre pas dans le moule politique car elle n’appartient pas à un clan mais à tous les citoyens. Elle est donc incapable de se structurer et de construire un programme réaliste.

Le Président MACRON a cru que l’écologie était une planche de salut pour lui en perte de vitesse dans les sondages. Il a voulu aller dans le sens du vent et a facilité la Convention Citoyenne sur le Climat…CCC réalisée sous son impulsion.

Aujourd’hui ? Après la présentation des propositions de la CCC, covid-19, les difficultés économiques …la CCC va faire un énorme plouf comme il en a été du Grand Débat dont il n’est rien ressorti hormis quelques promesses vite oubliées !

MAIS ALORS, POURQUOI L’ÉCOLOGIE NE PASSE PAS EN POLITIQUE ?

Nous sommes tous d’accord, notre Terre est malade du traitement que les hommes lui font subir depuis des décennies.

Le Journal « Libération » pose très bien en 2019 le problème : il pose les bonnes questions et donne ses réponses

Les deux questions :

« Peut-on amener les citoyens à abandonner d’eux-mêmes un mode de vie suicidaire ?

La réponse est NON !

« Ou faut-il les y obliger pour la survie de tous ? »

La réponse est NON !

En effet, imposer brutalement la suppression du nucléaire, de l’agriculture chimique, de la voiture, la limitation des naissances, le TGV, l’avion, la récession économique, le chômage…c’est impossible !...même le chouchou des français, symbole écologique, Nicolas Hulot ne peut se passer de son hélicoptère, de son puissant bateau, de voyages en avion…

L’Écologie c’est le long terme. Par des diktats, on ne peut effacer des siècles de progrès même si ceux-ci sont synonymes de dangers pour notre terre nourricière.

Ensuite, les écologistes au pouvoir seront impuissants. En paraphrasant Clémenceau, le père La Victoire, qui a dit au sujet de la guerre « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des militaires »…nous disons : l’Écologie est une chose trop grave pour la confier aux écologistes.

Comme l’écrit aussi Libération « l’urgence écologique peine à trouver un écho dans un système politique gouverné par le court terme ». Or, sauver la planète, c’est du long terme.

Alors, faut-il dés maintenant, imposer des règles drastiques au nom de l’Écologie ? C’est impossible : les français ne supporteront pas ce qui serait une dictature verte que nous promettent les politiques écologistes. Toutes décisions réalistes importantes passent par un consensus de nombreux pays, un consensus international.

 

 

Il ne faut donc pas perdre de temps avec les élus écologistes, il faut et il suffit que la France, l’Europe prennent des décisions qui engagent la sauvegarde de la planète dans le long terme et de manière supportable : évolution vaut mieux que révolution. Et il faudra de l’éducation, beaucoup d’éducation pour faire évoluer nos mœurs. L’Écologie reste l’affaire de nous tous, pas celle d’un clan !

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 21:56
L'APPENDICE AU BÂTIMENT ADMINTRATIF: SALLE DU CONSEIL ET DES MARIAGES

L'APPENDICE AU BÂTIMENT ADMINTRATIF: SALLE DU CONSEIL ET DES MARIAGES

L'APPENDICE, SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL, NOUVEL HÔTEL DE VILLE DE CHÂTEAU D'OLONNE EN FIN DE TRAVAUX (archives 2016)

L'APPENDICE, SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL, NOUVEL HÔTEL DE VILLE DE CHÂTEAU D'OLONNE EN FIN DE TRAVAUX (archives 2016)

 

QUE PENSEZ-VOUS DE CE GÂCHIS ? UNE MAIRIE NOUVELLE POUR 4,6 MILLIONS D'EUROS DEVENUE INUTILE ET DIFFICILEMENT AMÉNAGEABLE APRÈS 27 MOIS D'UTILISATION.

 

Aux Sables d'Olonne, nous avons un crève-cœur : la nouvelle mairie de Château d'Olonne qui comporte un appendice présenté sur la photo ci-dessus qui était la salle du conseil municipal et des mariages et qui était une folie de l'ancienne municipalité de l'équipe Jean-Yves BURNAUD, Joël MERCIER, Isabelle DOAT et leurs colistiers élus co-responsables de ce gâchis.

Ce bâtiment a été inauguré quasi clandestinement le 30 septembre 2016.

Rappelons que cette mairie a eu l'honneur de la presse nationale dans la revue "Capital" lors d'une enquête sur 500 gâchis (revue d'octobre 2016) avec la photo du maire de l'époque Joël MERCIER.

La fusion des 3 communes les Sables d'Olonne, Olonne sur Mer et Château d'Olonne a été effective le 1er janvier 2019.

 

RENVERSANT : UN BÂTIMENT POUR 27 MOIS ET 4,7 MILLIONS D'EUROS POUR SA CONSTRUCTION !

 Donc, 27 mois après son inauguration, la nouvelle mairie de Château d'Olonne n'avait plus de raison d'être et sa reconversion malaisée en mairie annexe a été décidée.

Il reste que pour la Salle du Conseil Municipal et ses équipements il était évident qu'elle ne servirait plus à rien après la fusion des 3 communes.

Cette fusion était hautement prévisible alors pourquoi les élus de l'époque ont-ils pris cette folle décision?

Le sort s'est acharné sur cette salle, le Préfet de la Vendée s'est alliée au Procureur de la République du Tribunal des Sables d'Olonne pour interdire cette salle à la célébration des mariages.

 

SOUCIEUX DE LA BONNE UTILISATION DES DENIERS PUBLICS

Nous lançons un appel à tous les sablais...qui aura l'idée de génie pour trouver des moyens d'utiliser cette salle ?

Mais, si nous revenons sur cette douloureuse erreur de gestion, c'est pour attirer l'attention des citoyens sur leur rôle... il était patent que cette réalisation était la folie de quelques élus...certains ont osé le dire, l'écrire mais ils ne furent pas entendus.

Combien d'élus et de citoyens ont osé manifester leur craintes, leurs doutes sur l'opportunité d'une telle dépense ?

C'est le consensus silencieux, lâche, fataliste, c'est la crainte de représailles que pourrait exercer le maire. Toutes ces raisons qui n'en sont pas ont permis cette folie. Il ne faut pas oublier.

 

C'est ainsi que nous jugeons  qu'il est de notre devoir de revenir sur ce sujet : plus jamais cela au Pays des Olonnes ...et m^me dans toutes les collectivités ! Place à une vraie démocratie locale, place aux élus responsables et responsabilisés. Place à un statut de l'élu et surtout celui du maire et des adjoints qui en fasse des hommes et des femmes responsables et responsabilisés (répétons-le) devant répondre de leurs fautes et même de leurs erreurs.

 

VOILÀ LA BELLE SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE ÉQUIPÉE ET MAINTENANT DÉSAFFECTÉE

VOILÀ LA BELLE SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE ÉQUIPÉE ET MAINTENANT DÉSAFFECTÉE

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 21:07
EAU, EAUX USÉES, DÉCHETS...LES CITOYENS CONTRIBUABLES ET LES ÉLUS LOCAUX DOIVENT VEILLER, AGIR...

EAU, EAUX USÉES, DÉCHETS...LES CITOYENS CONTRIBUABLES ET LES ÉLUS LOCAUX DOIVENT VEILLER, AGIR...

 

 

LES SCANDALES DÉJÀ DANS L’AIR AU PRÉSENT DEVIENDRONT ENCORE PLUS NOMBREUX ET PLUS IMPORTANTS

 

DE LA RÉGIE À LA CONCESSION À TOUT VA

Nous ne cessons d’attirer l’attention de nos concitoyens sur ces fameux contrats de concession de travaux ou de services dont la définition officielle est celle-ci :

« Il s’agit de contrats conclus par écrit et à titre onéreux par lesquels un pouvoir adjudicateur («autorités concédantes») confie l’exploitation de travaux pour les premières ou la prestation et la gestion de services pour les secondes, à un ou plusieurs opérateurs économiques («concessionnaires») à qui est transféré le risque d’exploitation de l’ouvrage ou du service et dont la contrepartie consiste soit uniquement dans le droit d’exploiter les ouvrages ou services, soit dans ce droit accompagné d’un prix. »

 

On peut comprendre que les communes particulièrement ne peuvent tout gérer directement comme cela se faisait il y a quelques décennies. Cela se nommait la « Régie » qui a fini par fortement régresser  suite à des abus et autres laxismes ; c’est le contrat de concession qui l’a remplacée.

Maintenant les collectivités concèdent à tout va : service eau, les transports publics, les ordures ménagères, la gestion des équipements sportifs, parkings, …et l’État pour les autoroutes allant jusqu’à scandaliser nos sénateurs !

 

LES ÉLUS NE LISENT PAS CES CONTRATS DE CONCESSION LORS DE LEUR CRÉATION ET LORS DU COMPTE RENDU ANNUEL DIT COMPTE RENDU ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE. QUASIMENT AUCUN ÉLU N’ASSUME SA FONCTION DE CONTRÔLE.

 

Nous allions crier au scandale quand nous avions appris le projet de fusion des deux grands VEOLIA ET SUEZ spécialistes du traitement et de la distribution de l'eau et des eaux et de toute la chaine de traitement des déchets.

Il faut être clair : déjà ces géants possèdent des techniques de marketing qui font qu’ils s’enrichissent sur le dos des collectivités c’est-à-dire sur le dos des contribuables. Comme la gestion de ces groupes internationaux est particulièrement opaque, les élus sont démunis pour jouer leur rôle lors la signature des marchés et lors du suivi de son exécution…puis les élus passent, les prestataires demeurent !

 

SUEZ VEOLIA : LA FUSION SE FERA SUR LE DOS DU CONTRIBUABLE

Ce projet de fusion va fausser encore plus une concurrence quasi inexistante. En France, ce groupe pèserait déjà 60 % du marché de l’eau. L’eau est un bien commun dont la gestion va être transférée à un groupe nébuleux et incontrôlable.

Que peut faire le maire qui est responsable de l’approvisionnement en eau de ses concitoyens face à ces géants. Rien : sauf passer sous les fourches caudines de ces groupes ?

 

LE PIRE EST À VENIR

Le Gouvernement vient de faire passer au Parlement 4 amendements de manière clandestine pour assouplir les règles de la commande publique (Information de MARIANNE dans sa lettre d’actualité de ce jour).

Donc,

  • D’un côté, l’État demande aux collectivités de mieux gérer, d’économiser, baisse sa participation au fonctionnement des collectivités …

 

  • De l’autre, il fait des faveurs injustifiées à ces grands groupes qui plument le pigeon nommé collectivités territoriales et qui pourront encore plus se servir ! Il prive les élus et les contribuables de procédures de passation des marchés qui sont des garanties de la fiabilité des contrats et de leur exécution. Les élus seront piégés pris entre des prestataires tout-puissants et des consommateurs contribuables mécontents des services et des prix ! Bravo !

 

NOUS PESONS NOS MOTS

Nous pesons les mots : c’est un scandale présent, ce seront des scandales énormes demain ! Et Cour des Comptes et autres protections ne pourront que constater. Ainsi cette opération (concession et dérèglementation des commandes publiques) appauvrit les collectivités, déconsidérera les élus qui n’ont pas besoin de cela, vole les contribuables, sape l’autorité de l’État qui ne pourra que constater les dégâts !

 

Quatre amendements gouvernementaux, tous adoptés, viennent modifier sensiblement les règles de la commande publique. Tous dans le même sens : moins de concurrence, moins de réponses aux appels d’offres, donc toujours plus de possibilités de renouveler implicitement les contrats, et notamment les très sensibles contrats de concession eau, traitement des déchets...

 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 21:06
LA RELANCE : 100 MILLIARDS D'EUROS À RÉPARTIR EFFICACEMENT ET ÉQUITABLEMENT

LA RELANCE : 100 MILLIARDS D'EUROS À RÉPARTIR EFFICACEMENT ET ÉQUITABLEMENT

 

 

DES MILLIARDS D’EUROS POUR SAUVER LES ENTREPRISES DONC DES EMPLOIS MAIS COMMENT DISTRIBUER LA MANNE ?

 

 

Différentes critiques sérieuses commencent déjà à poindre d’abord sur le montant jugé insuffisant pour certains et aussi pour la mise en œuvre du plan tant attendu.

 

Nous aurions eu des scrupules à nous joindre aux critiques alors que le plan de relance correspond à un besoin vital pour l’économie après ce premier stade de la crise sanitaire et qu’il ne faut pas se joindre à une critique systématique comme celle de certains syndicats qui voudraient que l’État demande aux entreprises bénéficiaires de cette manne des contreparties en s’engageant sur le maintien de l’emploi, la priorité aux projets écologiques…

 

Nous voudrions rappeler que ce ne sont pas les entreprises qui ont imposé le confinement qui coûte à l’économie 3 mois de production. Ce fut une décision courageuse de l’État. Mais, c’est donc un peu logique que l’État « dédommage » l’entreprise qui a fermé ses portes sur ordre des pouvoirs publics.

100 milliards d’euros à « distribuer » cela nécessite réflexion et décisions.

 

 

DES « SOUS-PRÉFETS À LA RELANCE » : ON RÊVE ?

 

Pour cette mise en œuvre du Plan, Amélie de MONTCHANIN, la Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (sic), a donc annoncé la création de sous-préfets qui seront de jeunes énarques chargés de veiller localement à la bonne exécution du plan de relance.

 

Alors que la réforme de l’État promise par le Chef de l’État n’est toujours pas en marche pourquoi nommer à de nouvelles fonctions un corps de fonctionnaires ?

 

Les citoyens ont le droit de s’interroger.

 

D’abord cela nous rappelle la triste information de la création d’un commissariat au plan nommé dont le haut-commissaire vient d’être nommé François BAYROU alors qu’on ne sait pas où va la France.

Voir :

http://www.olonnes.com/2020/08/non-a-la-recreation-d-un-commissariat-au-plan.html

 

Il semble qu’on nage dans le délire complet. C’est malheureux de devoir expliquer cela à nos concitoyens !

 

Mais analysons cette annonce des « sous-préfets à la relance et à la transformation ».

 

Primo : on attend toujours la réforme de l’État annoncé par le Président MACRON et les 45 milliards d’économie promis.

Au moment où le secteur public doit donner l’exemple pourquoi créer de nouveaux postes, est-ce raisonnable ? La France manque-t-elle de fonctionnaires capables aujourd’hui ?

 

Pire…l’État ferme des sous-préfectures et on va nommer de nouveaux sous-préfets !

 

Encore pire : voilà la Ministre chargée de gérer la crise de l’ÉNA voire de proposer sa Transformation qui va envoyer sur le terrain de jeunes apprentis énarques sans expérience dans un rôle de contrôleur gestionnaire de la relance alors que chaque Département, chaque Région dispose de structures étatiques de fonctionnaires en place connaissant assez bien le tissu des entreprises locales. Le « sous-préfet à la relance » parachuté dans ce poste aura de la part de ses collègues fonctionnaires un accueil froid et sceptique…cette situation est bien connue ainsi que ses conséquences néfastes sur la productivité des intéressés.

 

De plus, structurellement les diverses directions régionales qui ont pour compétence « l’industrie » au sens large font l’objet d’un regroupement, d’une forte restructuration. Le jeune énarque carriériste n’y trouvera pas naturellement sa place.

 

UNE SOLUTION : PAS DE NOUVEAUX FONCTIONNAIRES MAIS PUISER DANS LE VIVIER DES FONCTIONNAIRES EN PLACE ET DES DEMANDEURS D’EMPLOI LOCAUX POUR CETTE MISSION TEMPORAIRE

 

Le chômage ne va pas régresser. Il y aura donc bien des demandeurs d’emploi disponibles au bon profil connaissant bien le tissu économique de leur région qui pourraient être chargés de cette mission temporaire.

 

On peut espérer que le projet annoncé par la Ministre d’abord sera expliqué afin que, nous, citoyens, puissions avoir les réponses aux questions que nous sommes en droit de poser et qu’après cela, les forces vives que sont les entreprises aient leur mot à dire.

 

Tout cela doit être fait dans l’urgence. Le plan a déjà pris du retard avec le changement de Premier Ministre et les « vacances d’été ». Plus vite les 100 milliards seront injectés dans l’économie moins il y aura de défaillances d’entreprises et moins de suppressions d’emplois.

 

 

 

Partager cet article

Repost0