Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 18:27
L'HÔTEL DE VILLE DES SABLES D'OLONNE

L'HÔTEL DE VILLE DES SABLES D'OLONNE

UNE BONNE NOUVELLE : LE RAPPROCHEMENT DES SABLES D'OLONNE ET DE LA ROCHE SUR YON POUR LA LUTTE CONTRE LE VIRUS EN FAISANT UNE COMMANDE GROUPÉE DE MASQUES "NORMÉS".

Cette bonne nouvelle nous réconforte après le discours présidentiel d'hier qui nous a mis mal à l'aise.

En effet, dans notre  article du 10 avril 2020 nous avons marqué notre stupéfaction de voir le Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, dire à ses préfets qu'ils devaient demander aux maires qui prenaient des mesures comme l'instauration du couvre-feu de retirer ces mesures :

voir notre article : http://www.olonnes.com/2020/04/coronavirus-le-port-du-masque-et-les-pouvoirs-et-devoirs-des-maires.html

 

UNE NOUVELLE FOIS LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RAPPELLE AUX MAIRES QUE LA RÉPUBLIQUE EST UNE ET INDIVISIBLE ET QU'ELLE N'A QU'UN SEUL CHEF LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Le Président et son Ministre de l'Intérieur vont-ils distribuer eux-mêmes à une population demanderesse les masques qu'ils n'ont pas ?

Les maires, de par la loi, sont habilité, à décider d'actions pour protéger la santé de leurs concitoyens : face au risque d'épidémie ce n'est pas une possibilité, c'est un devoir du maire.

Comment un Ministre qui, la semaine dernière, demandait aux maires d'adapter des mesures qu'impose la situation aux spécificités de leurs communes, peut-il maintenant interdire aux maires par exemple le couvre-feu pour faire cesser la multiplication d'incivilités ?

Comment un Président de la République après avoir à plusieurs reprises, dans son intervention télévisée d'hier, rendu hommage aux élus locaux pour leurs actions contre le virus peut-il tancer les maires avec ce propos : 

« Je demande à tous nos élus, comme la République le prévoit en cette matière, d'aider à ce que ces règles soient les mêmes partout sur notre sol.»

« Des couvre-feux ont été décidés là ou c’est nécessaire mais il ne faut pas rajouter des interdits dans la journée »

Cette crise d'autoritarisme centralisateur est déplacée. Si le Président de la République a un compte à régler avec les maires,  il n'a pas à le faire publiquement de cette manière en prenant la nation à témoin sous forme de mise en garde surtout pour des pratiques bien établies qui sont de la compétence du maire.

Cela, c'est de la politique, ce n'est pas ce que le français attend : tous unis contre Covid-19 ! Et le chef de l'État est là pour incarner l'union contre l'ennemi? puisqu'on est "en guerre".

Si les maires dépassent les limites de la proportionnalité entre les mesures qu'ils décident et le danger...il existe des tribunaux pour faire, même en urgence, annuler la décision du maire ! Alors, pourquoi ce rappel à l'ordre choquant ?

Désolé, Monsieur le Président, les circonstances d'attaque du virus ne sont pas les mêmes dans toutes les villes et les maires doivent adapter les mesures au terrain ...les règles ne peuvent être les mêmes partout sur notre sol...ce qui se passe dans le département 93 n'est pas ce qui se vit dans le département 85...l'arrivée des vacanciers en nombre très important est un risque supplémentaire de contamination de la population d'une ville comme les Sables d'Olonne déjà en manque de personnel soignant ; ce risque n'est pas du type de  ceux qu'affrontent les communes de Seine Saint Denis !

Cette  prise de position d'un Président de la République, certainement pour conforter son Ministre de l'Intérieur en difficultés, n'est pas digne. C'est non une erreur, c'est une faute dans sa copie, une partie hors sujet ! qu'il aurait dû éviter.

 

Il faut espérer que l'excellente initiative des 2 communes vendéennes de faire un achat groupé de masques ne sera pas censurée pour manquement aux règles communes "partout sur notre sol " et qu'au contraire, elle fera des émules.

CORONAVIRUS, EN VENDÉE, DEUX VILLES S'UNISSENT DANS LA LUTTE CONTRE LE VIRUS COVID-19 : LES SABLES D'OLONNE ET LA ROCHE SUR YON

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 15:19
LA DÉPENDANCE : LE PROBLÈME SOCIAL LE PLUS URGENT À TRAITER

LA DÉPENDANCE : LE PROBLÈME SOCIAL LE PLUS URGENT À TRAITER

GOUVERNANTS, CITOYENS NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLES DES VICTIMES QUE FAIT CORONAVIRUS PARMI LES PERSONNES ÂGÉES

 

EXAMEN DE CONSCIENCE OU AUTOCRITIQUE

Citoyens, nous avons collectivement lâchement "abandonné" des membres de notre famille, des proches qui sont confinés chez eux, dans les EHPAD ou dans d'autres établissements.

Quand nous disons "abandonné" c'est parfois pour de justes raisons d'éloignement, de moyens...mais nous disons aussi politiquement. Nous avons laissé nos gouvernants nous endormir sur la prise en compte du cinquième risque qui découle du vieillissement de la population et d'autres facteurs comme le mode de vie.

Pourtant, les cris d'alarme n'ont pas manqué, l'alerte avait été donné avec les problèmes récurrents des canicules, avec ceux du personnel soignant des établissements des personnes âgées. Pourtant toute notre admiration va à ce personnel soignant et méritant.

Mais les victimes et leur entourage ne pouvaient pas descendre dans la rue pour, au moins, se faire entendre ! C'est tout juste si on parlait d'eux au moment des élections : un "ancien" en maison de retraite ou dans d'autres établissements, cela peut voter !

Donc, nous nous sommes laissés entraîner dans une impossible réforme des retraites, dans d'inutiles réformes des impôts (revenu, taxe d'habitation...), dans une réforme du droit social qui ne fut qu'accentuation de la complexité de notre législation et dans d'autres réformettes...et pendant ce temps un million de familles attendait des solutions au problème humain crucial, vital d'un proche ou d'un des leurs. Nous attendions vainement que soient rendues dignes les conditions de vie de nos anciens et ne disions presque rien sur ce drame social.

Avant de s'occuper de secouer des problèmes d'éthique diviseurs, ouvrant des portes sur des vides abyssaux sur notre civilisation nos gouvernants ont oublié l'essentiel : nos anciens dans l'oubli. Et nous, citoyens, n'avons pas eu le courage de le leur rappeler.

 

ON VIT EN DIRECT LE DRAME DES RAVAGES QUE FAIT  CORONAVIRUS DANS LES "ÉTABLISSEMENTS DE RETRAITE" UNE FIN DE VIE DANS DES CONDITIONS "INHUMAINES"

Quand on voit comment certains animaux entourent d'attention leurs parents qui sont dans la souffrance qui parfois se cachent pour mourir et quand on voit ce qui se passe aujourd'hui pour des hommes, des femmes et leurs familles, nous devons avoir honte de notre lâcheté collective.

C'est vrai que le Président de la République n'aime pas les personnes âgées qui ont pourtant redressé la France, n'ont pas compté leur temps, leurs efforts...

Mais, rappelons que le Président est le Président de tous les français même celui des retraités et des handicapés.

Au grand drame que nous révèle le nombre de décès des personnes âgées "à risques", il faut ajouter celui de ceux qui s'en vont seuls et celui de leur famille...voilà où nous a menés l'incurie de ceux qui nous gouvernent.

Ils étaient conscients du problème : chiffres à l'appui, coût financier, besoins de formation du personnel, adaptation de sites...

Ils ont fait un choix que nous dénonçons : les anciens n’étaient pas prioritaires. Ils ont priorisé les choix politiques au détriment des choix humains.

 

Et nous, citoyens, dans notre confort, nous n'avons pas eu l'idée et le courage de dire, de crier à l'adresse de nos dirigeants :

"Depuis 30 ans, depuis 40 ans, vous, gouvernants, vous nous bercez avec des promesses, maintenant qu'attendez vous pour prioriser le dossier des personnes âgées, des EHPAD et de leur personnel , des dépendances liées au vieillissement, du maintien à domicile et des aidants... en 2040, ces dépendants seront 2 millions !"

Le dossier est prêt.

Aura-t-il fallu CORONAVIRUS, ses statistiques macabres et ses drames pour vous rappeler vos promesses, et rappeler aux citoyens leur devoir collectif de solidarité ?

Le Président SARKOZY a abandonné le dossier suite à la crise de 2008. La crise qui suivra, peut-être, la fin des méfaits de CORONAVIRUS ne doit pas être une excuse pour ne pas commencer la prise en compte immédiate et dans son intégralité du problème humain qui passe avant le problème économique : celui du quatrième et cinquième âge et le droit à une fin de vie dans la dignité.

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 20:01
PAS FACILE D'EN TROUVER ! MAIS LES DOIGTS DE FÉE DES COUTURIÈRES ET AUTRES INFORMATICIENS SONT AU TRAVAIL

PAS FACILE D'EN TROUVER ! MAIS LES DOIGTS DE FÉE DES COUTURIÈRES ET AUTRES INFORMATICIENS SONT AU TRAVAIL

 

LES MASQUES ALTERNATIFS AUX SABLES D'OLONNE : UN BARRAGE À LA TRANSMISSION DU VIRUS COVID 19 SE MET EN PLACE

En faisant ses courses, autorisation de sortie en poche, mais sans masque, puisqu'on n'en n'avait pas tous pu s'en procurer, les intrus que nous étions cette semaine, sans masque, avaient un sentiment de culpabilité que le Maire YANNICK MOREAU veut leur ôter.

Il était étonnant de voir tant de masques posés sur les visages sablais alors qu'il n'y avait aucune obligation sauf celle personnelle de faire un geste pour la sécurité et bien sûr si on avait eu la chance de trouver la perle rare : le masque !

Les sablais restent  libres de porter le masque ou pas.

Mais la nouvelle vient de tomber : petit à petit, mais vite quand même, chaque sablais aura droit à son masque s'il le souhaite.

En effet, la mairie s'est engagée : elle  fournira dans quelques semaines les masques nécessaires car, à visage démasqué, les visages nus seront vite dévisagés et la honte les gagnera même s'ils ne sont pas fautifs.

 

Lisez ci-dessous le déroulement de l'opération "masque" aux Sables d'Olonne...

 

 

CORONAVIRUS : AUX SABLES D'OLONNE LES MASQUES ARRIVENT AVEC BEAUCOUP D'INGÉNIOSITÉ ET UNE VOLONTÉ DE LA MUNICIPALITÉ
CORONAVIRUS : AUX SABLES D'OLONNE LES MASQUES ARRIVENT AVEC BEAUCOUP D'INGÉNIOSITÉ ET UNE VOLONTÉ DE LA MUNICIPALITÉ

Partager cet article

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 18:53
IL NE FAUT PAS QUE LA PEUR DU VIRUS  OCCULTE LA FORCE D'ESPÉRER, LA FORCE DE LA SOLIDARITÉ

IL NE FAUT PAS QUE LA PEUR DU VIRUS OCCULTE LA FORCE D'ESPÉRER, LA FORCE DE LA SOLIDARITÉ

 

 

CORONAVIRUS NE POURRA PAS EMPÊCHER QUE LA FÊTE DE PÂQUES SOIT LE SYMBOLE DE L’ESPÉRANCE

 

 

 

Ce 12 avril 2020 aurait pu être un jour de fête largement partagée. C’est traditionnellement, pour les français, le souhait d’un beau long week-end, avec le printemps et le réveil de la nature qui nous invitent à l’espoir.

 

Pour 2020, ce sera pourtant un jour « sans ». La joie n’est pas au rendez-vous ; c’est pour beaucoup la peur du lendemain qui la remplace. 4 milliards d’hommes et de femmes sont confinés.

 

CORONAVIRUS SÉVIT MAIS IL FAUT ESPÉRER ET AGIR

 

Et pourtant, Pâques est pour des millions d’homme et de femmes, sur tous les continents, le symbole de l’espérance, de la mort vaincue. L’ONU, « gouvernement des nations », et le Pape François poussent les belligérants des peuples en guerre à observer une trêve. N'est-ce pas la preuve de l’existence de l'espoir.

 

Des gestes magnifiques de solidarité spontanés se manifestent partout, le personnel soignant fait l’admiration des français. Il n’y a pas qu’eux à faire notre admiration. Il y a tous ceux qui travaillent pour maintenir la machine France en état de marche. Il y a aussi tous les actes faits pour rompre les solitudes. Il y a aussi l’expression du soutien de tous les gens qui multiplient les communications avec leurs proches, avec leurs amis, avec leurs voisins, avec aussi l’expression de la reconnaissance par des gestes simples mais qui font du bien à ceux qui se dévouent.

 

 

Que de signes et de gestes d’espérance qu’il ne faudra surtout pas oublier ! Oui, Pâques 2020 sera porteur du message que la SOLIDARITÉ n’est pas un vain mot et que cette solidarité génère l'espoir.

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 23:04
LE MAIRE DES SABLES D'OLONNE PRÉSIDENT DE L'AGGLOMÉRATION YANNICK MOREAU SOUTIENT LES ASSOCIATIONS POUR PASSER LE CAP DES DIFFICULTÉS LIÉES À CORONAVIRUS

LE MAIRE, PRÉSIDENT DE L'AGGLOMÉRATION LES SABLES D'OLONNE MET EN PLACE UN DISPOSITIF SPÉCIAL POUR SOUTENIR LES ASSOCIATIONS DURANT CETTE PÉRIODE DIFFICILE

...et un appel à bien vivre ensemble

LE MAIRE DES SABLES D'OLONNE PRÉSIDENT DE L'AGGLOMÉRATION YANNICK MOREAU SOUTIENT LES ASSOCIATIONS POUR PASSER LE CAP DES DIFFICULTÉS LIÉES À CORONAVIRUS
LE MAIRE DES SABLES D'OLONNE PRÉSIDENT DE L'AGGLOMÉRATION YANNICK MOREAU SOUTIENT LES ASSOCIATIONS POUR PASSER LE CAP DES DIFFICULTÉS LIÉES À CORONAVIRUS

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 22:54
UN MINISTRE EN ABUS DE POUVOIRS ?

UN MINISTRE EN ABUS DE POUVOIRS ?

 

UNE DÉCISION CHOQUANTE TANT SUR LE PLAN HUMAIN ET LÉGAL QUE SUR LE PLAN DE L'EFFICACITÉ : LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR VEUT INTERDIRE AUX MAIRES DE DÉCIDER DU PORT OBLIGATOIRE DU MASQUE

 

Nous vous avons fait part des initiatives des maires concernant  les mesures de sécurité qu'ils peuvent ou doivent prendre dans le cadre de la lutte contre CORONAVIRUS :

http://www.olonnes.com/2020/03/coronavirus-les-communes-prennent-le-relai.html

Certains maires prenaient leurs responsabilités dans le cadre de leur pouvoir de police conformément aux stipulations du Code Général des Collectivités Territoriales CGCT .

Ce jeudi 9 avril 2020, le Ministre de l'Intérieur, Christophe CASTANER, a annoncé officiellement qu'il demandait à ses préfets qu'ils prennent contact avec les maires qui avaient des velléités de prendre des arrêtés municipaux qui imposeraient le port du masque pour lutter contre la propagation du virus.

Le Ministre demande donc à ses préfets qu'ils enjoignent aux maires concernés l'ordre de retirer leurs arrêtés !

 

LE MAIRE EST RESPONSABLE DE LA SANTÉ DE SES CONCITOYENS MAIS ALORS QUE CHERCHE LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR?

D'abord le dernier texte (ordonnance) qui stipule explicitement le rôle des Associations dans la lutte contre la pandémie. Les associations sont en lien avec leurs maires.

"Pour agir face au Coronavirus, le Président de la République a demandé au Gouvernement de travailler avec les partenaires sociaux et avec les associations pour valoriser les actions qui existent sur le terrain et les renforcer. "

Le maire ne serait-il pas un partenaire de l'État ?

Rappelons les pouvoirs du maire dont le fameux pouvoir de police qui  comprend :

"la prévention et la cessation des accidents, fléaux calamiteux, pollutions de toute nature (incendies, inondations, ruptures de digues, éboulements, avalanches, maladies épidémiques ou contagieuses, épizooties...) par la distribution des secours nécessaires, mesures qui, en cas de danger grave et imminent, doivent être portées d'urgence, selon l'article L. 2212-4 du CGCT, à la connaissance du représentant de l'Etat dans le département."

La loi Engagement et Proximité permet de revaloriser le rôle des élus locaux. Les dispositions de la loi renforcent les pouvoirs du maire, notamment leurs pouvoirs de police administrative.

N'oublions pas que dans le dossier XYNTHIA la maire a été condamnée entre autres motifs pour sdans son obligation de protéger ses concitoyens.

Donc, les maires sont bien dans leurs rôles, leurs droits et devoirs quand ils envisagent le port obligatoire du masque dans leur commune.

Pourquoi donc le Ministre de L'Intérieur prend-il une position qu'il tente de justifier ainsi : " ces mesures sont, selon lui, inégalitaires. En effet, certaines communes « peuvent avoir les moyens d’équiper l’ensemble de leur population en masques, quand d’autres ne l’auraient pas ». Celui qui est également le président du parti La République En Marche ajoute également que l’utilité sanitaire du port du masque « n’est pas médicalement démontrée ».

Le Ministre serait-il aussi Ministre de la santé ?

Dans les moments difficiles que les français subissent ce type de déclaration est donc particulièrement choquant dans son fond comme dans sa forme.

 

LE PRÉFET A LE POUVOIR DE DEMANDER AUX TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L'ANNULATION DE LA DÉCISION DU MAIRE.

Envoyer les préfets faire la leçon à des maires qui sont dans leurs droits pour tenter de les faire revenir sur leurs décisions est vraiment malvenu.

Les pouvoirs des maires sont définis par la loi. Le Ministre de l'Intérieur, Ministre des "collectivités locales", va-t-il partir en guerre contre ses maires ? Les Préfets vont-ils faire du zèle et demander par voie judiciaire l'annulation de décisions des maires concernés ?

Tout cela est particulièrement grotesque (le mot est faible !) au moment où se prêche l'union contre l'ennemi CORONAVIRUS.

Les maires agissent légalement et en leur âme et conscience : ce n'est pas le moment de les menacer et en prime, d'attenter à leurs pouvoirs.

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 11:29

DES COUPS DE POUCES AUX ENTREPRISES ET UNE RÉFLEXION POUR LA DOTATION DE LA POPULATION EN MASQUES

CORONAVIRUS  : LA COMMUNE DES SABLES D'OLONNE ET L'EGGLOMÉRATION SOIGNENT L'ÉCONOMIE ET PENSENT AVEC PRÉCAUTION AUX MASQUES
CORONAVIRUS  : LA COMMUNE DES SABLES D'OLONNE ET L'EGGLOMÉRATION SOIGNENT L'ÉCONOMIE ET PENSENT AVEC PRÉCAUTION AUX MASQUES
CORONAVIRUS  : LA COMMUNE DES SABLES D'OLONNE ET L'EGGLOMÉRATION SOIGNENT L'ÉCONOMIE ET PENSENT AVEC PRÉCAUTION AUX MASQUES

Partager cet article

Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 21:29
L'ÉLYSÉE NE SAIT PAS ÉCOUTER LES APPELS D'UN PEUPLE QUI LUI AVAIT DÉLÉGUÉ LES PLEINS POUVOIRS

L'ÉLYSÉE NE SAIT PAS ÉCOUTER LES APPELS D'UN PEUPLE QUI LUI AVAIT DÉLÉGUÉ LES PLEINS POUVOIRS

 

SUITE DE NOS RÉFLEXIONS SUR LA CRISE CORONAVIRUS

 

LE DÉMISSION COLLECTIVE FACE À UN PRÉSIDENT OMNIPOTENT

À tout attendre de l'État, le français a signé une démission collective, un chèque en blanc. Il dit aux gouvernants qu'il s'est donnés : élus, vous devez tout faire y compris ce qu'on n'avait pu imaginer lorsque, nous, citoyens votants, vous avons élu.

Et ainsi les gouvernants font ce qu'ils veulent mais à la moindre incartade ils peuvent donc être cloués au pilori par l'opinion publique dont on connait la versatilité.

Mais comment un peuple réputé censé peut-il ainsi abandonner, déléguer tous les pouvoirs à un chef de l'État qui, paradoxalement est un homme seul mais qui entoure aussi paradoxalement sa solitude avec des Ministres et hauts fonctionnaires, électrons libres émettant sur tous sujets des couacs tous azimuts ? C'est le pouvoir sans contre-pouvoir, c'est aussi le pouvoir victime d'une inorganisation totale où le citoyen sent qu'il n'a plus de guide, plus de repaires : situation dangereuse.

 

LE POUVOIR FAIT SEMBLANT DE NE PAS COMPRENDR

 

État d'urgence, ordonnances, mesures répressives...le pouvoir pour se sauver en occultant ses négligences et son inorganisation monte en épingle les mauvais français qui ne respectent pas assez le "confinement" remède miracle.

Comme l'écrit un éditorialiste Patrick de CASANOVE ; "Ce que l’on ne voit pas, c’est que le pouvoir se sert de ce qu’il nomme des « incivilités » relatives au mauvais suivi du confinement. Tout mauvais résultat de la politique étatique peut être désormais attribué à des boucs émissaires, de mauvais Français n’ayant pas respecté le confinement."

Une mauvaise raison qui permet de renforcer les mesures répressives et d'organiser de vastes et coûteuses opérations de propagande : pour tenter de faire oublier ses carences et les appels lancés par le personnel soignant qui, depuis des mois, manifeste son désarroi, bien avant l'attaque de CORONAVIRUS. Les cris des soignants n'atteignaient pas les ors de l'Élysée ni les oreilles de son locataire.

 

L'ÉLITE DIRIGEANTE PRISE À SON PROPRE PIÈGE : ELLE A TOUS LES POUVOIRS MAIS EST INCAPABLE DE PROTÉGER LES FRANÇAIS D'UN VIRUS MORTIFÈRE, INCAPABLE D'ANTICIPER

 

Il y a un an il a fallu calmer le peuple actif et en colère qui avait mis son gilet jaune et qui avait cru qu'il avait été entendu lors du Grand Débat.

Mais le sain mouvement de réaction du peuple fut pourri d'une part, par les extrémistes casseurs lâchés dans les villes avec une police paralysée et d'autre part, il fut endormi par la peur attisée par des images de pillages, casses...et par les promesses gouvernementales qui s'avèrent aujourd’hui sombrer dans l'oubli.

Les cahiers de doléances du Grand Débat remontés à Paris, à la Bibliothèque Nationale vont dormir tranquillement dans les rayons électroniques de la Bibliothèque Nationale.

Bien joué ...mais c'est un bien joué qui marque en noir les esprits : la crédibilité du chef de l'État, celle de l'État, des gouvernants a succombé écrasée sous les chenilles des chars de la rancoeur d'un peuple qui s'est laissé berner et qui, désenchanté, se tait. C'est ce silence qui est particulièrement dangereux.

Le Président seul est partout donc il est nulle part. Le peuple va lui dire qu'il a tous les pouvoirs mais lui demander comment se fait-il qu'il est incapable de tuer CORONAVIRUS ? Il n'a pas été capable de contenir l'épidémie et de mettre en place les moyens pour protéger ses citoyens.

Il demande sans cesse plus de pouvoirs...mais les décisions actuelles prises en catastrophe n'effaceront pas les négligences et atermoiements passés.

Les dirigeants de la France sont donc pris à leur propre piège...ils ont depuis presque 3 ans cumulé tous les pouvoirs, ils ont même raillé le bon peuple mais celui-ci va demander des comptes : monsieur le Président, qu'avez vous fait  de la confiance qui vous a été accordée, et de vos pleins pouvoirs. Qu'avez-vous fait pour nous protéger de CORONAVIRUS comme certains pays ont pu le faire ? Qu'avez-vous fait de notre État Providence à la française ?

 

Partager cet article

Repost0