Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 18:16
LES SABLES D'OLONNE : LA DISTRIBUTION DES MASQUES EN TISSU SE POURSUIT, DÉCHÈTERIE "VERT" DES PLESSES OUVERTURE DU 2 AU 9 MAI

 

 

DES PRÉCISIONS SUR LA DISTRIBUTION DES MASQUES PAR LA VILLE DES SABLES D'OLONNE ET OUVERTURE PLUS LARGE DE LA DÉCHÈTERIE DES PLESSES ( strictement POUR LES DÉCHETS VERTS) DU 2 MAI AU 9 MAI ( FERMERTURE LES JOURS FÉRIÉS DES 1er et 8 MAI)

 

Voyez-dessous les détails pratiques concernant ces deux informations données par la Mairie des Sables d'Olonne.

Compte tenu des circonstances, il peut y avoir de l'attente à l'entrée de la déchèterie des Plesses : soyez patients et remercions particulièrement les agents de la ville qui assument cette tâche. 

Lisez bien les recommandations dont celle-ci : une seule personne par véhicule.

 

LES SABLES D'OLONNE : LA DISTRIBUTION DES MASQUES EN TISSU SE POURSUIT, DÉCHÈTERIE "VERT" DES PLESSES OUVERTURE DU 2 AU 9 MAI
LES SABLES D'OLONNE : LA DISTRIBUTION DES MASQUES EN TISSU SE POURSUIT, DÉCHÈTERIE "VERT" DES PLESSES OUVERTURE DU 2 AU 9 MAI
LES SABLES D'OLONNE : LA DISTRIBUTION DES MASQUES EN TISSU SE POURSUIT, DÉCHÈTERIE "VERT" DES PLESSES OUVERTURE DU 2 AU 9 MAI

Partager cet article

Repost0
27 avril 2020 1 27 /04 /avril /2020 22:26
LES ORDONNANCES N'ONT PAS VOCATION À SE SUBSTITUER À LA LOI

 

FACE À UNE SITUATION EXCEPTIONNELLE, LE GOUVERNEMENT PEUT, SOUS CERTAINES CONDITIONS, PRENDRE DES DÉCISIONS QUI SONT DU DOMAINE DE LA LOI

C'est l'article 38 de la Constitution qui autorise cette atteinte aux prérogatives du Parlement.

Selon l’article 38 de la Constitution: "le Gouvernement peut, pour l'exécution de son programme, demander au Parlement l'autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi.

Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis du Conseil d'État..."

 

EN DÉBUT MARS 2020, LA FRANCE ÉTAIT DANS UNE SITUATION EXCEPTIONNELLE AU NIVEAU DE LA SANTÉ PUBLIQUE

C'est incontestable. D'une part, COVID-19 sévissait et gagnait du terrain et d'autre part, le système français de la Santé était au bord de l'implosion.

Etaient-ce deux raisons nécessaires et suffisantes pour suspendre l'activité du Parlement, prendre des mesures qui portent atteinte à des libertés fondamentales, fermer les écoles, universités, interdire toute réunion...et bloquer quasiment toute activité économique, culturelle...pour une période devenue presque indéterminée ?

On prête à Machiavel cet adage "la fin justifie les moyens". Dans un régime démocratique parlementaire comme celui qui est instauré en France cette maxime est atténuée dans son application par des barrières.

Celles-ci permettent, au moins en théorie, aux citoyens d'éviter les excès de pouvoirs.

Cependant, gouverner dans l'urgence entraîne inévitablement des bavures. Il faut accepter cela : une bonne fin de crise justifiera a posteriori les moyens employés.

 

EN MAI 2020, LES FRANÇAIS JUGERONT DU BIEN FONDÉ DES MESURES PRISES POUR LUTTER CONTRE UN FLÉAU

Déconfinés en partie, les français jugeront si, oui ou non, les mesures prises "les moyens" étaient adaptés pour atteindre l'objectif : arrêter l'extension de l'épidémie et mieux la fin de celle-ci.

La France paraissait unie, résignée dans le combat. Elle acceptait les sacrifices. Aujourd'hui, la première étape s'achève.

Paradoxalement, il n'y a pas de sentiment de soulagement : le passé est un passif qui pèse sur le Pouvoir et ses erreurs y compris celles de communication et d'imprévision.

Les français et il faudrait ajouter les européens, si possible unis, devront assumer  la charge et collectivement, la responsabilité d'éponger solidairement les dégâts faits par cette crise sanitaire.

 

LA RÉFLEXION SUR LA GOUVERNANCE DE LA CRISE

Le vote en mars 2020 par le Parlement qui a ainsi abandonné son pouvoir (mais en a-t-il réellement et concrètement ?) et a confié à l'exécutif (en principe, le chef de l'État) a bousculé une nouvelle fois nos institutions.

La cinquième République a instauré en 1958 une Constitution taillée à la pointure du Général de Gaulle...après lui aucun Chef d'État n'a eu la même pointure.

Était-il nécessaire de mettre quasiment le Parlement en congés ?

Il faudra analyser les décisions prises et celles à venir comme le traçage, les restrictions aux déplacements et aux activités, le bouleversement du  droit du travail sans concertation...

Pour l'instant, le français subit. Il est sans réaction. Il faudra pourtant remettre les pendules à l’heure. Il faudra se réveiller.

Mais, il faut espérer que La France n'est pas prête à être gouvernée par ordonnances.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 21:53

 

UN PEU D'OXYGÈNE AVEC CETTE HISTOIRE POUR NOUS SORTIR D'UN QUOTIDIEN FAÇONNÉ PAR NOTRE ENNEMI COMMUN CORONAVIRUS

Ces mésanges ont choisi la sécurité et en payent le prix pour nourrir et protéger leur famille bien abritée

A-T-ON IDÉE DE FAIRE SON NID DANS UN POTEAU BOUCHE D'INCENDIE ?

A-T-ON IDÉE DE FAIRE SON NID DANS UN POTEAU BOUCHE D'INCENDIE ?

SORTIE PÉRILLEUSE : LA TÊTE, LA PREMIÈRE

SORTIE PÉRILLEUSE : LA TÊTE, LA PREMIÈRE

L'ENVOL APRÈS AVOIR NOURRI LA FAMILLE

L'ENVOL APRÈS AVOIR NOURRI LA FAMILLE

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 22:15
TROP DE POUVOIRS A TUÉ LE POUVOIR

TROP DE POUVOIRS A TUÉ LE POUVOIR

LE GÉNIE FRANÇAIS : LE SYSTÈME "D"

 

GOUVERNER, C’EST PRÉVOIR…UNE MAXIME D’UN AUTRE SIÈCLE

 

Cela, on le sait tous, mais dans la pratique, il faut constater que c’est un "vœu" ! Le concret c’est ce que nous vivons avec CORONAVIRUS : GÉRER LE PRESQUE IMPRÉVISIBLE n’est pas gouvernable.

 

 

Confiner…c’est bien parfois : on peut réfléchir…et nos politiques devraient se méfier des cogitations de ce temps de crises dans ses études sur le déconfinement : finira-ton pas dire qu’on a plus besoin de députés, de sénateurs...(beaucoup de citoyens l’ont dit et écrit dans le GRAND DÉBAT enterré) ?  On va plus loin puisque le chef de l’État veut s’occuper de tout et ne réussit pas : alors plus de Président aussi ? puisque le système D français, peut suppléer les carences de ceux qui ont la prétention de gouverner toute la France. Leur chef va même sur place voir comment marche le système D !

 

« Le président de la République paraît se mêler de tout mais, à y bien regarder, il se contente de donner le la et incite à ce que les autres fassent suivre l'intendance ! » extrait du site Voltaire

 

Mais comment suivre quand cela part dans tous les sens ?

 

UN CONSTAT LOURD DE CONSÉQUENCES : LE POUVOIR CENTRALISÉ EST UN ÉCHEC

 

Le citoyen constate les dégâts de cette « politique » ou « non politique » du Président Macron…notre chef ne sait pas où il va dans tous les domaines ni comment il y va :

 

Bien sûr, dans celui de la crise sanitaire où il aurait fallu crier bas les masques mais il n’y avait plus de masques à baisser, pas de masque du tout même pour les plus exposés dont les soignants !

 

En économie : la dette va s’envoler, les économies sur le train de vie de l’État : rien on va s’enfoncer dans le déficit public, et comment va-t-on payer quand les caisses sont vides ?

 

Sur la qualité des grands services publics : Justice, Armées, Éducation sont à la dérive

 

Les retraites : no comment ! sur la réforme du siècle !

 

En réformes de l’État : on les attend. Au plus haut niveau toujours plus de ministres et sous-ministres et toujours plus de couacs et toujours moins de service public y compris dans le domaine de la santé, hélas !

 

MAIS LE SYSTÈME « D » SUPPLÉE LES DÉFAILLANCES DE L’ÉTAT

 

On va avoir des masques : pas sur le stock commandé par le gouvernement qui réfléchit comment gérer ce qu’il n’a pas mais par le système D, le bénévolat, les entreprises, les associations, les donateurs …

 

Plus il y a de pénuries plus, il y a de génies dans la population pour remplacer les défaillances de l’État, responsable de la Santé publique.

 

Alors…après le déconfinement…il faudra faire les comptes et tirer les conclusions : l’État Providence, c’est terminé…car trop d’état a tué l’État, déjà paralysé il perd maintenant ostensiblement toutes ses capacités

 

Il faudra rendre le pouvoir à ceux qui en usent avec justice, parcimonie et efficience.

 

Par exemple : le Président n’aimait pas les maires, il continue (par exemple, en envoyant foutre certaines de leurs initiatives qui sont dans leurs compétences et protectrices des citoyens). Mais, le même Président, il fait appel aux maires…pour imaginer le déconfinement en toute sécurité ou presque !

 

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 19:02
DÉCONFINEMENT : LES SABLES D'OLONNE PRÉPARENT DEMAIN

 

CORONAVIRUS AUX SABLES D'OLONNE : DES MASQUES POUR LA POPULATION ET RÉOUVERTURE DES DÉCHÈTERIES POUR LES DÉCHETS VERTS SEULEMENT ET L’APRÈS-MIDI SEULEMENT POUR LES SABLAIS,

 

Voir toutes les informations ci-dessous : masques, déchèteries.

C'est un tout petit pas vers le délicat déconfinement où l'autodiscipline sera de rigueur...meilleure protection pour s'éviter collectivement le pire. Sacrifier un peu de liberté dans le présent pour établir solidement l'avenir dans la sécurité sanitaire.

Le Maire des Sables d'Olonne Yannick MOREAU ouvre une petite fenêtre sur demain où nous serons tous confrontés au délicat problème du déconfinement prévu le 11 mai prochain : entre peurs et précautions sanitaires et un peu plus de liberté.

Peurs : l'épidémie n'est pas éteinte, il faudra continuer à se protéger.

Liberté : un peu d'oxygène mais avec des entraves nécessaires comme le maintien ou l'instauration de mesures comme le port du masque recommandé ou obligatoire, se laver les mains très régulièrement, distanciation,...

 

Il est important de noter le travail concret, palpable, accompli au niveau local comme ces distributions de masques.

DÉCONFINEMENT : LES SABLES D'OLONNE PRÉPARENT DEMAIN
DÉCONFINEMENT : LES SABLES D'OLONNE PRÉPARENT DEMAIN
DÉCONFINEMENT : LES SABLES D'OLONNE PRÉPARENT DEMAIN
DES MASQUES POUR LES SABLAIS

DES MASQUES POUR LES SABLAIS

Partager cet article

Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 17:45
LE MASQUE POUR LUTTER CONTRE LA PROPOGATION DU COVID-19

LE MASQUE POUR LUTTER CONTRE LA PROPOGATION DU COVID-19

AUX SABLES D'OLONNE, COMMENT SE PROCURER LES MASQUES EN TISSU QUE VA DISTRIBUER LA MAIRIE ?

Voir ci-dessous dans le communiqué du maire de ce 20 avril 2020 les modalités de distribution des masques qu'avait annoncée le maire Yannick MOREAU ; cette distribution à la population est le fruit de la collaboration entre les municipalités des Sables d'Olonne et l'Agglo et celle de la Roche sur Yon.

voir :

http://www.olonnes.com/2020/04/coronavirus-en-vendee-deux-villes-s-unissent-dans-la-lutte-contre-le-virus-covid-19-les-sables-d-olonne-et-la-roche-sur-yon.html

 

 

 

 

 

CORONAVIRUS : LES MASQUES "ALTERNATIFS" ARRIVENT, LA MAIRIE DES SABLES D'OLONNE VA COMMENCER LA DISTRIBUTION À SES HABITANTS
CORONAVIRUS : LES MASQUES "ALTERNATIFS" ARRIVENT, LA MAIRIE DES SABLES D'OLONNE VA COMMENCER LA DISTRIBUTION À SES HABITANTS
CORONAVIRUS : LES MASQUES "ALTERNATIFS" ARRIVENT, LA MAIRIE DES SABLES D'OLONNE VA COMMENCER LA DISTRIBUTION À SES HABITANTS

Partager cet article

Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 09:22
CORONAVIRUS : LA FRANCE N’A PAS TROUVÉ SON CHEF POUR LA MENER AU COMBAT ET SURTOUT À LA VICTOIRE

FRANCE :  ELLE CHERCHE SON GUIDE

 

FRANCE

Le Premier ministre et le ministre de la Santé doivent prendre la parole, ce dimanche 19 avril à partir de 17 h 30, pour faire un point d’étape sur l’épidémie de coronavirus en France.  On devrait rentrer dans le concret sur les mesures concernant la situation actuelle et le déconfinement où « rien n’est clair » comme l’écrit un éditorialiste.

ESPAGNE

Le Premier Ministre espagnol a reporté le déconfinement au 27 avril mais ne se prononce pas lui-aussi sur les modalités de ce déconfinement. Il cède déjà sur un point à la pression populaire qui veut le lever de la mesure qui jusqu'à maintenant interdisait toute sortie des enfants.

L'Espagne a passé le cap des 20 000 morts (chiffre minoré contesté par plusieurs provinces). Ce qui nous impressionne, c'est le chiffre de 10 000 décès dans les maisons de retraites.

 

 

FACE À LA CRISE : NOUS AVONS ABANDONNÉ NOS « ANCIENS » ET L’ÉTAT N’A PAS ENCORE SON CHEF CHARISMATIQUE AVEC UNE ÉQUIPE SOLIDE ET SOUDÉE

Nous avons déjà parlé de notre responsabilité collective face aux conséquences de la non-gestion depuis des décennies des conséquences du vieillissement de la population qui génère « la dépendance » un très grave problème de société dans une société qui a perdu un autre repère celui de la solidarité familiale qui ne peut jouer son rôle de solidarité.

http://www.olonnes.com/2020/04/le-mauvais-choix-politique-et-humain-prioriser-des-reformes-a-consonance-politique-avant-les-reformes-a-consonance-sociale.html

 

Que préparons-nous pour le million et demi de personnes actuellement et pour les 2 millions de personnes en 2040 qui sont ou seront dépendantes. Quel lourd tribut, elles et leurs familles, vont-elles payer avec cette crise ?

Les nombreuses initiatives privées qui auraient pu se développer pour ces personnes ont été bloquées par le confinement et le manque de moyens de protection des soignants et des aidants : des fins de vie sans la présence des siens !

Qui pourra nous sortir de l'ornière ?

Il manque aujourd’hui à la tête de l’État un chef d’orchestre. Il existe pourtant et il est cependant en poste mais il se comporte en soliste et ses musiciens, son entourage, jouent chacun leur partition. Face au peuple français frondeur, ils ne peuvent se rendre crédibles.

Face à ce peuple et face à cette crise, au moment où il aurait fallu ce chef et un gouvernement d’union et de salut public, il n’y a qu’une équipe en laquelle les Français ne croient pas. Faudra-t-il croire au miracle d’un sursaut « à la française » : c’est possible quand on additionne la masse des initiatives locales, individuelles, collectives (les soignants) et la puissance de cette mobilisation. Oui, en ce dimanche, il faut croire au miracle pour ensemble se battre.

 

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 20:38
EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EXERCE LES "PLEINS POUVOIRS" DANS LE CADRE  D'UNE LOI D'HABILTATION

EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EXERCE LES "PLEINS POUVOIRS" DANS LE CADRE D'UNE LOI D'HABILTATION

 

 

LE MERCREDI, JOUR DE CONSEIL DES MINISTRES, CE SONT DÉSORMAIS LES DÉCLENCHEMENTS D'AVALANCHES D'ORDONNANCES APPROUVÉES QUI RENDENT ÉCLATANTE LA COMPLEXIFICATION DE LA GESTION DE NOTRE PAYS...INGÉRABLE

Mais le ordonnances cela peut être dangereux

 

Mais qui a parlé de simplification ?...le mot figure d'aiilleurs dans la deuxième ordonnance !

Qui contrôlera la conformité des textes à loi d'habilitation, qui pondra les dizaines de décrets, arrêtés, notes administratives qui vont découler de ces ordonnances ?

Déjà ces ordonnances corrigent des ordonnances approuvées il y a peu !

Là aussi, la sortie de "l'état d'exception", loi du 20 mars 2020, sera aussi difficile qu'un déconfinement : que fera-t-on de tous ces textes de circonstances et parfois attentatoires aux libertés ? Certes, c'est une nécessité mais ...il ne faut pas faire trop confiance...et ce n'est pas un contrôle a postériori par un Parlement qui restera fantoche qui laissera  espérer un beau toilettage des textes d'aujourd'hui.

 

Pour vous en convaincre, vous pouvez survoler le compte rendu officiel de ce Conseil des Ministres figurant ci-dessous...bon courage !

 

CONSEIL DES MINISTRES - 15 AVRIL 2020

 

 

Ordonnances

Faire face à l’épidémie de covid-19

Trois ordonnances prises en application de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 ont été présentées en conseil des ministres.

Ordonnances

Faire face à l’épidémie de covid-19

Trois ordonnances prises en application de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 ont été présentées en conseil des ministres.


1. La garde des sceaux, ministre de la justice, la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, le ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement, ont présenté une ordonnance portant diverses dispositions en matière de délais pour faire face à l’épidémie de covid-19.

L’ordonnance apporte des ajustements aux règles qui ont été fixées en matière de délais par une ordonnance du 25 mars 2020 afin de tenir compte des difficultés exposées par différents secteurs d’activité ou les administrations dans leur mise en œuvre. Elle précise le champ des exclusions afin de tenir compte des secteurs sensibles (gel des avoirs, sûreté nucléaire) ou des secteurs donnant lieu à des demandes de masse (mutation des agents publics, demande de logement étudiant) pour lesquels les démarches doivent s’accomplir dans les délais ordinaires. Elle apporte des précisions sur la possibilité pour les autorités administratives et les juridictions d’exercer leur compétence pendant la période d’état d’urgence sanitaire. Elle complète et modifie le régime des clauses résolutoires, pénales et prévoyant une déchéance, ainsi que des astreintes prévues aux contrats, pour redéfinir la période pendant laquelle elles sont privées d’effet compte tenu des mesures prises pour faire face à l’épidémie. Elle ajoute à la liste des motifs permettant, par décret, de refaire courir les délais normaux des décisions administratives ceux tenant à la sauvegarde de l’emploi et à la sécurisation des relations de travail. Elle raccourcit, dans le domaine de la construction, la période pendant laquelle les délais de recours contentieux et d’instruction des demandes d’autorisation sont suspendus.

2. Le ministre des solidarités et de la santé et la ministre du travail ont présenté une ordonnance portant diverses dispositions sociales pour faire face à l’épidémie de covid-19.

Cette ordonnance comporte diverses mesures de simplification pour faciliter le fonctionnement administratif des établissements publics de santé. Le texte garantit la continuité des droits sociaux, en cas d’arrêt de travail, en matière de prise en charge des affections de longue durée ou de la dépendance, et également s’agissant du versement de minima sociaux outre-mer. En matière d’activité partielle, il comporte des précisions nécessaires pour tenir compte des spécificités de certaines catégories professionnelles. Il adapte en outre les délais relatifs à la conclusion et à l’extension d’accords collectifs conclus pendant la période d’urgence sanitaire allongée d’un mois et dont l’objet est de faire face aux conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l'épidémie de covid-19.

3. Le ministre de l’action et des comptes publics a présenté une ordonnance relative à la prise de jours de réduction du temps de travail ou de congés dans la fonction publique de l’État et la fonction publique territoriale au titre de la période d’urgence sanitaire.

Cette ordonnance définit, à l’instar de l’ordonnance prise pour les salariés du secteur privé, les règles applicables aux jours de congés des agents publics de la fonction publique de l’État pendant cette période. Les agents en autorisation spéciale d’absence seront amenés à prendre cinq jours de RTT entre le 16 mars 2020 et le 16 avril 2020 et cinq autres jours de RTT entre le 17 avril 2020 et la date de reprise de leur service dans des conditions normales. Pour ceux qui ne disposent pas de jours de RTT ou pas d’un nombre suffisant, ces jours seront décomptés sur les congés annuels, dans la limite de six jours. Pour les agents en télétravail, il s’agira d’une faculté laissée à l’appréciation du chef de service, en tenant compte des nécessités de service et dans la limite de cinq jours pris entre le 17 avril 2020 et la date de reprise de leur service dans des conditions normales. Le nombre de jours est proratisé en fonction de la durée de l’autorisation spéciale d’absence et de télétravail. Il tient également compte des jours de congés posés volontairement et des arrêts de maladie. Les enseignants, qui répondent à une organisation horaire spécifique, ne sont pas soumis à ce régime. Les collectivités territoriales pourront mettre en œuvre, si elles le décident, ces dispositions. L’État adapte ainsi pour ses propres agents les dispositifs prévus pour le secteur privé et met une place une gestion des congés permettant de préparer au mieux la sortie de crise.

 

Partager cet article

Repost0