Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 22:00

 

CETTE BELLE JOURNÉE DU VENDREDI 15 MAI 2020 : CIRCULATION PIÉTONNE SUR LE REMBLAI, ACCÈS À LA PLAGE

Respectons les consignes : CORONAVIRUS RESTE UNE MENACE RÉELLE QUI DEMEURE.

Heureux de vous offrir ces images d'espoir...l'équipe municipale a fait entendre la voix de la sagesse...aux citoyens, maintenant, la responsabilité de respecter les engagements pris qui ne sont que des mesures pour garantir la santé publique.

LES PREMIERS PROMENEURS ...ILS DOIVENT RESPECTER LA "DISTANCIATION"LES PREMIERS PROMENEURS ...ILS DOIVENT RESPECTER LA "DISTANCIATION"

LES PREMIERS PROMENEURS ...ILS DOIVENT RESPECTER LA "DISTANCIATION"

DES RÈGLES À RESPECTER

DES RÈGLES À RESPECTER

L'ACCÈS AU REMBLAI ET LES RÈGLES DE CIRCULATION DES PIÉTONS QUI CIRCULENT EN SENS UNIQUE CÔTÉ MER DES ATLANTES VERS LE SUD, CÔTÉ VILLE VERS LE NORD...SUIVRE LES FLÈCHES

L'ACCÈS AU REMBLAI ET LES RÈGLES DE CIRCULATION DES PIÉTONS QUI CIRCULENT EN SENS UNIQUE CÔTÉ MER DES ATLANTES VERS LE SUD, CÔTÉ VILLE VERS LE NORD...SUIVRE LES FLÈCHES

Partager cet article

Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 21:29
QUAND LE SOLEIL AURA DISPARU...ATTENTION ! ON FERME LA PLAGE

QUAND LE SOLEIL AURA DISPARU...ATTENTION ! ON FERME LA PLAGE

 

LE PRÉFET DE LA VENDÉE A SIGNÉ L'ARRÊTÉ QUI ROUVRE L'ACCÈS AUX PLAGES DES SABLES D'OLONNE MAIS...

Lisez attentivement ci-dessous l'article 1 de l'arrêté d'"ouverture sous réserves":

- durée d'ouverture : du lever au coucher du soleil,

- accès limités aux activités : promenade, baignade, pêche à pied et pratiques sportives individuelles sous condition du respect des mesures sanitaires et règles de distanciation sociale.

Pas de bronzette dite "présence statique assise ou allongée" et pas de pique-nique.

Profitez-en bien. Prudence et respect des règles, CORONAVIRUS est toujours menaçant.

 

L'ACCÈS AUX PLAGES DES SABLES D'OLONNE EST ENTROUVERT
L'ACCÈS AUX PLAGES DES SABLES D'OLONNE EST ENTROUVERT

Partager cet article

Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 21:57
UN LUEUR SE LÈVE À L'HORIZON

UN LUEUR SE LÈVE À L'HORIZON

 

DE BONNES NOUVELLES SOUS CONDITIONS : ÊTRE TOUS RAISONNABLES

 

Pour ne pas trahir la tradition, les saints de glace ont refroidi l’atmosphère mais certaines nouvelles l’ont heureusement un peu réchauffée :

 

Hier, jour du déconfinement, grand nettoyage de notre rue par les employés municipaux masques sur le nez…merci à eux !

 

Mais plus important :

 

Ce jour, réouvertures des plages des Sables d’Olonne, de toutes les plages sous conditions,

 

Voir l’annonce du maire Yannick MOREAU

 

 

https://www.facebook.com/YannickMoreau85/posts/2939461312837682?comment_id=2939512276165919&notif_id=1589374402874360&notif_t=feed_comment

 

 

Le 16 mai, réouverture du zoo,

Stationnement gratuit au Centre-Ville, navette estivale…

 

CORONAVIRUS N’A PAS DIT SON DERNIER MOT ET LA PRUDENCE RESTE AU PROGRAMME

 

La condition essentielle au retour à la normalité est accompagnée de mesures parfois très restrictives et fondées sur le risque du retour de Covid-19, épée de Damoclès suspendue au-dessus de toutes nos têtes.

 

Le virus n’a pas encore dit son dernier mot.

 

Distanciation, masque, pas de regroupement de plus de 10 personnes, des sens uniques même pour les piétons…tout cela avec une notion, un vieux concept moral parfois mis entre parenthèses : LE RESPECT DES AUTRES qui est lié au respect de la loi.

 

Il y aura besoin de beaucoup de communication, de tolérances, de doigté des autorités…

 

 

NUL N’EST CENSÉ IGNORER LA LOI : c’est sûr en théorie.

 

C’est sûr comme un principe.

 

Mais aujourd’hui, crise oblige,

  • d’une part, la loi est à géométrie variable,
  • et d’autre part, il nous pleut des tempêtes successives de textes lois, décrets, ordonnances, arrêtés préfectoraux, municipaux…

 

Disons-le malgré la bonne volonté de chacun il est aujourd’hui impossible de savoir parfaitement tout ce qui est interdit, possible sous conditions…

 

Prenons un exemple aux Sables d’Olonne où la circulation piétonnière sur le remblai est autorisée, avec un masque certains jours, mais en sens unique sur un remblai aménagé à cet effet…à cela, on ajoute la distanciation, l’interdiction des deux roues… la circulation est même exclusivement piétonnière de 12h à minuit.

 

On est seulement à la première étape du déconfinement. Nous n’avons pas le droit à l’échec et pas envie de voir le retour du confinement et la réinstallation de CORONAVIRUS. Souhaitons que cette étape soit une réussite et un entraînement débouchant sur d’autres étapes où nous retrouverons plus de libertés grâce au civisme de tous les citoyens.

 

Merci pour eux et pour nous tous.

 

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 21:28
VOUS AVEZ DIT TÉLÉTRAVAIL ?

 

LE TÉLÉTRAVAIL, UN ESPACE DE LIBERTÉ ? MAIS DEMAIN ?

L'épidémie que nous devons à Covid-19 a fait surgir au grand jour un mode de travail qui vivait un peu clandestinement : le télétravail.

Une seule chose est sûre l’après Coronavirus verra donc le télétravail se développer au grand jour.

Une sorte de pudeur entourait ce mode de travail. Le salarié, l'entrepreneur sont, comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir. Les salariés peu ou beaucoup télétravaillaient ainsi voire depuis longtemps. Ils n'avaient pas attendu le confinement !

Ils recevaient des messages de leurs employeurs, effectuaient des travaux sur un ordinateur en général à leur domicile, voire aussi le dimanche pour des recherches ou simplement pour les besoins de leurs fonctions...

D'autres salariés avaient obtenu officiellement et ou contractuellment y compris souvent par accord tacite, un temps partiel ou même un temps complet de télétravail, avec un encadrement juridique précisant parfois mais pas nécessairement les modalités de ce travail : un coin de bureau sur son ordinateur ou sur l'ordinateur mis à leur disposition par leurs employeurs l'entreprise, avec ou sans horaire précis, avec ou sans avenant au contrat de travail...

Il y avait donc une forme certaine  de liberté et le salarié était généralement libre de s'organiser à son domicile ? Un accord employeur salarié qui pouvait rester tacite, adapté à l'évolution de l'entreprise et du salarié.

 

DÉJÀ, EN 2017, UNE PREMIÈRE ORDONNANCE S'EMPARE  JURIDIQUEMENT DU TÉLÉTRAVAIL

C'est  l’ordonnance (déjà!) du 22 septembre 2017 qui définit le télétravail régulier, mais également le télétravail occasionnel lequel se trouve donc désormais légalement reconnu.

Le télétravail est ainsi défini par l’article L.1222-9 du Code du Travail :

« toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux, de façon volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication ».

C'est la consécration du volontariat...mais pas pour combien de temps ?

 

LA BUREAUCRATIE ET LA JURISPRUDENCE VONT S'EMPARER DU SUJET : IL Y A DANGER

En effet, le télétravail commence donc à être encadré : 

L’article L. 1222-11 du Code du travail mentionne le risque épidémique comme pouvant justifier le recours au télétravail sans l’accord du salarié. La mise en œuvre du télétravail dans ce cadre ne nécessite aucun formalisme particulier !

La Ministère du Travail, Muriel PENICAUD, annonce alors imprudemment que l'employeur ne peut pas refuser le télétravail.

"J'ai demandé à toutes les entreprises de mettre en place systématiquement le télétravail. Cela n'est pas une option. Si vous êtes salarié et que votre travail peut être fait en télétravail, il faut rester chez vous. C'est un droit automatique !"

Certes, la période de crise est une période qui justifie peut-être des dérogations aux obligations légales. Mais point trop n'en faut !

Donc, là aussi, nous ne pouvons que rappeler à nos concitoyens que, comme nous l'espérons tous, cette période cauchemar passera vite et que les protections des citoyens face à l'arbitraire seront rétablies voire améliorées lors de l’après- CORONAVIRUS.

Mais nous voudrions aussi que ceux qui bénéficient employeurs et salariés (à la plus grande sanctification des parties) de l'usage positif du télétravail ne voient pas ce mode de travail envahi, bloqué par l'invasion de la réglementation et donc par la mauvaise bureaucratie.

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 21:23
LE PRÉSIDENT ET SES POUVOIRS

LE PRÉSIDENT ET SES POUVOIRS

 

 

SOUS QUEL RÉGIME VIT LA FRANCE ?

 

 

En ce dimanche, veille du déconfinement, deux informations doivent nous interroger :

 

Le Parlement a adopté une nouvelle loi qui prolonge l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet inclus abandonnant provisoirement ses prérogatives

 

L’espace d’expression des libertés individuelles se rétrécit sans cesse : des obligations nouvelles, le pistage, limitation des déplacements…

 

 

 

LE RÔLE DU PARLEMENT AFFAIBLI

 

Le Sénat et la Chambre des Députés qui font la loi vont à nouveau suspendre leurs prérogatives pour tout ce qui a trait de près ou de loin voire de très loin à l’épidémie de CORONAVIRUS...l’habilitation va très loin puisqu'elle comprend même les conséquences économiques, judiciaires...

 

C’est un Parlement squelette qui a voté puisque les parlementaires sont eux aussi confinés. Mais, au moins, il y a eu débat.

 

Désormais jusqu’au 10 juillet 2020, des textes de tous ordres seront élaborés et mis en application sans passage par la loi…des décrets vont pleuvoir comme il a plu des ordonnances depuis mars : plus de 70 ! Le Parlement, la représentation nationale a signé son inutilité.

 

Ceci est une dérogation très grave à la démocratie fondée sur le nécessité acceptée par les français afin de lutter contre Covid-19.

 

 

 

LE RÔLE DES INDISPENSABLES CORPS INTERMÉDIAIRES, MAIS IL EST TOMBÉ EN DÉSAFFECTION

 

La démocratie directe est quasiment impossible dans un pays comme la France. La voix du peuple entre deux élections ne peut plus se faire entendre même si les libertés d’expression, de circulation et celle de manifestation existent encore en théorie (un rassemblement de plus de 10 personnes est interdit !). Les tentatives de référendum d’initiative populaire…il ne reste qu’au niveau local que les consultations et référendums locaux pour dénouer des situations locales bloquées ou trancher mais cela reste une initiative d’élus.

 

Puisqu’il en est ainsi et pour maintenir le lien ou au moins un certain dialogue entre citoyens et État où se sont développés les indispensables corps intermédiaires : partis politiques, syndicats…qui devraient être les porte-paroles des citoyens. Une sorte de contre-pouvoir.

 

Malheureusement, ils ne peuvent jouer leurs rôles de bons offices car ils ne sont plus crédibles aussi bien auprès du peuple qu’auprès de l’État. Les derniers exemples des déviations du rôle des syndicats est celui de la CGT qui fait fermer une usine comme celle de RENAULT SANDOUVILLE par un simple référé sans consultation du personnel ! Bientôt que va-t-il rester de la représentation syndicale ?

 

C’est une situation dangereuse car justement en cas de crise il ne restera plus au peuple que la rue pour tenter de se faire entendre. Cela peut déboucher par le triomphe des extrémismes qui crient plus fort que les autres dans la rue…Or, chacun sait que lorsque la parole est prise par la rue, c’est la porte ouverte au pire.

 

LE PARADOXE :

  • PLUS DE PARLEMENT, PLUS DE CORPS INTERMÉDIAIRES, UNE JUSTICE AU POUVOIR IMPUISSANT…DONC UN PRÉSIDENT SEUL AVEC SON GOUVERNEMENT AUX ORDRES

 

  • EN FACE : UN PEUPLE SOUMIS, SONNÉ, SANS RÉACTION QUI NE COMPREND PAS QUE, NI LUI, NI SES REPRÉSENTANTS, N’ONT PLUS LEUR MOT À DIRE

 

Le Président concentrant des pouvoirs exceptionnels, c’est un mode de gouvernance peut-être adapté à un temps de crise…(l’histoire le dira) qu’il faut, peut-être, aussi, accepter…le prix à payer pour gagner la lutte contre le virus. ?

 

Quel échec pour notre Pays démocratique et légaliste !

 

Mais, il faut avoir en tête que cette délégation au Président doit être ponctuelle, limitée strictement à son objet…une parenthèse à vite refermer qui a une signification terrible : c’est l’aveu collectif de l’incapacité de notre « système » dit démocratique à affronter et résoudre une crise.

 

Le peuple, nous tous, devons donc veiller pour éviter que le cadre défini par cette nouvelle loi d’habilitation dans son objet et dans son temps soit strictement respecté.

 

Mais nous devons surtout pour l’avenir savoir pourquoi notre système est incapable de gérer une crise avec ses moyens constitutionnels, légaux et démocratiques…est-on « en marche » vers la VI ième République ?

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 22:12

 

 

DEUX ILLUSTRATIONS DE CE SAMEDI 9 MAI 2020 AUX SABLES d'OLONNE

 

- Une plage déserte sous un soleil printannier,

- La distribution des masques : super organisation pour distribuer à la population plus de 15 000 masques dans la journée sans avoir à faire la queue. Une belle mobilisation du personnel dont on pouvait deviner le sourire (masqué) et remarquer la grande amabilité. La structure municipale doit tourner à fond pour répondre aux exigences de la situation : merci à tous pour ce dévouement. 

Pour ceux qui n'auraient pu se procurer ce masque tissu un lien pour avoir un rendez-vous et le retirer semaine prochaine :

https://masques-lessablesdolonne.fr

 

LA PLAGE DÉSERTE... POUR NE PAS TENTER CORONAVIRUS

LA PLAGE DÉSERTE... POUR NE PAS TENTER CORONAVIRUS

DISTRIBUTION DES MASQUES SUR LE PARKING DU CENTRE SPORTIF COUBERTIN DU QUARTIER DE CHÂTEAU D'OLONNE

DISTRIBUTION DES MASQUES SUR LE PARKING DU CENTRE SPORTIF COUBERTIN DU QUARTIER DE CHÂTEAU D'OLONNE

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 20:55
L'HÔTEL DE VILLE DES SABLES D'OLONNE

L'HÔTEL DE VILLE DES SABLES D'OLONNE

 

 

PREMIÈRES ET TRÈS IMPORTANTES MESURES DE CE DÉCONFINEMENT "PROGRESSIF" AUX SABLES D'OLONNE POUR CE LUNDI 11 MAI 2020

Principales mesures arrêtées à ce jour, des libertés retrouvées mais encadrées pour contrer les attaques de Covid-19

- Liberté de circuler en bord de mer - remblai (page 2)

- Ré-ouverture des plages (pages 2 et 3)

- Liberté retrouvée pour les locations et résidences secondaires (page 3)

- Commerces centre ville stationnement gratuit stationnement gratuit 3 heures au parking de la gare (page 4).

 

Comme l'écrit Yannick MOREAU, maire des Sables d'Olonne :

"L'ouverture du déconfinement ne signe pas la fin de nos efforts, bien au contraire".

Par notre civisme, sauvons le déconfinement !

Voir ci-dessous le communiqué du Maire des Sables d'Olonne qui fixe les règles à respecter :

À LIRE ATTENTIVEMENT

DÉCONFINEMENT, ON Y ARRIVE AUX SABLES D'OLONNE, MAIS ATTENTION IL EST ENCADRÉ
DÉCONFINEMENT, ON Y ARRIVE AUX SABLES D'OLONNE, MAIS ATTENTION IL EST ENCADRÉ
DÉCONFINEMENT, ON Y ARRIVE AUX SABLES D'OLONNE, MAIS ATTENTION IL EST ENCADRÉ
DÉCONFINEMENT, ON Y ARRIVE AUX SABLES D'OLONNE, MAIS ATTENTION IL EST ENCADRÉ

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 19:12
8 MAI 1945 / 8 MAI 2020...75 ANS APRÈS

 

 

8 MAI 1945 / 8 MAI 2020 : SE SOUVENIR

 

Le 8 mai 1945, au matin, c’est la fin officielle de la guerre entre les alliés et l’Allemagne, suite à la capitulation pure et simple de l’Allemagne signée à Reims la veille et confirmée le 9 mai par la fin des hostilités entre la Russie et l’Allemagne.

 

Aujourd’hui, nous eussions aimé entendre plus parler de cet anniversaire que de CORONAVIRUS. Mais, 1945, c’est loin et 2020, c’est aujourd’hui, 75 ans après. C’est l’année du virus et des tourments qui viennent troubler ce temps de paix.

 

Ce n’est pas une raison pour oublier cette deuxième guerre mondiale 1939/1945 et son cortège de souffrances, d’héroïsme, de solidarité.

 

La France, nous le rappelons, est pourtant encore « au front » où son Armée se bat pour tenter de faire reculer le terrorisme et nous protéger. Ce front est nommé pudiquement « Opérations Extérieures ». Il mobilise cependant 30 000 militaires français : un jeune légionnaire vient encore d’y être tué au combat pour défendre des populations civiles et nous-mêmes de la menace terroriste permanente.

 

8 mai 1945, il faut non seulement se souvenir mais il faut aussi sans cesse rappeler aux plus jeunes que la paix est un bien précieux qu’il faut défendre parfois au prix de sacrifices et de sacrifiés qu’il ne faut jamais oublier.

 

 

 

"Ce 8 mai ne ressemble pas à un 8 mai"

 

Message du Président de la République :

 

"Ce 8 mai ne ressemble pas à un 8 mai. Il n’a pas le goût d’un jour de fête. 

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous rassembler en nombre devant les monuments de nos villes, sur les places de nos villages, pour nous souvenir ensemble de notre histoire. 
Malgré tout, la Nation se retrouve par la pensée et les mille liens que notre mémoire commune tisse entre chacun de nous, cette étoffe des peuples, que nous agitons en ce jour dans un hommage silencieux. 

C’est dans l’intimité de nos foyers, en pavoisant nos balcons et nos fenêtres, que nous convoquons cette année le souvenir glorieux de ceux qui ont risqué leur vie pour vaincre le fléau du nazisme et reconquérir notre liberté.  
C’était il y a 75 ans. 
Notre continent refermait grâce à eux le chapitre le plus sombre de son histoire : cinq années d’horreur, de douleur, de terreur. 

Pour notre pays, ce combat avait commencé dès septembre 1939.
Au printemps 1940, il y a 80 ans, la vague ennemie avait déferlé sur les frontières du Nord-Est et la digue de notre armée n’avait pas tenue. 
Nos soldats pourtant s’étaient illustrés à de nombreuses reprises. Ceux de Montcornet, d’Abbeville, de Gembloux ou de Stone, les hommes de Narvik, les cadets de Saumur, l’armée des Alpes avaient défendu avec vigueur notre territoire et les couleurs de notre pays. 
Ils sont « ceux de 40 ». Leur courage ne doit pas être oublié. 
Dans le crépuscule de cette « étrange défaite », ils allumèrent des flambeaux. Leur éclat était un acte de foi et, au cœur de l’effondrement, il laissait poindre la promesse du 8 mai 1945. 

Cette aube nouvelle fut ensuite conquise de haute lutte par le combat des armées françaises et des armées alliées, par les Français Libres qui jamais ne renoncèrent à se battre, par le dévouement et le sacrifice des Résistants de l’Intérieur, par chaque Française, chaque Français qui refusa l’abaissement de notre nation et le dévoiement de nos idéaux. 
La grande alliance de ces courages permit au Général DE GAULLE d’asseoir la France à la table des vainqueurs.
La dignité maintenue, l’adversité surmontée, la liberté reconquise, le bonheur retrouvé : nous les devons à tous ces combattants, à tous ces Résistants. 
A ces héros, la Nation exprime son indéfectible gratitude et sa reconnaissance éternelle.

Le 8 mai 1945, c’est une joie bouleversée qui s’empara des peuples. Les drapeaux ornaient les fenêtres mais tant d’hommes étaient morts, tant de vies étaient brisées, tant de villes étaient ruinées. A la liesse succéda la tristesse et la désolation. Avec le retour des Déportés, les peuples découvrirent bientôt la barbarie nazie dans toute son horreur…

Rien, plus jamais, ne fut comme avant."

 

 

 

Partager cet article

Repost0