Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 21:45
LA FOULE LA PLAGE LE SOLEIL ET LE SPECTACLE : LES SABLES D'OLONNE, STAION ANIMÉE

LA FOULE LA PLAGE LE SOLEIL ET LE SPECTACLE : LES SABLES D'OLONNE, STAION ANIMÉE

SOUS BONNE GARDE : ILS ET ELLE ONT EU CHAUD...ILS PAYENT LE PRIX DE NOTRE SÉCURITÉ

SOUS BONNE GARDE : ILS ET ELLE ONT EU CHAUD...ILS PAYENT LE PRIX DE NOTRE SÉCURITÉ

UN BEAU DUO ...MAIS IL Y A EU DURANT CES PLUS DE 3 HEURES TANT D'AUTRES EXPLOITS

UN BEAU DUO ...MAIS IL Y A EU DURANT CES PLUS DE 3 HEURES TANT D'AUTRES EXPLOITS

À VOUS COUPER LE SOUFFLE

À VOUS COUPER LE SOUFFLE

MEETING AÉRIEN DES SABLES D'OLONNE SAMEDI 17 JUIN 2017
MEETING AÉRIEN DES SABLES D'OLONNE SAMEDI 17 JUIN 2017
MEETING AÉRIEN DES SABLES D'OLONNE SAMEDI 17 JUIN 2017
LE FINAL

LE FINAL

Repost 0
Published by CACO
commenter cet article
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 12:53
LES ESSAIS DE NUIT : L'ORECA 38 SUR LA PISTE

LES ESSAIS DE NUIT : L'ORECA 38 SUR LA PISTE

À 15 HEURES, AU MANS, CE SAMEDI 17 JUIN 2017 LE PILOTE CASTELOLONNAIS S'ÉLANCERA POUR CES 24 HEURES EN 3 ième POSITION DE LA CATÉGORIE REINE DES LMP2

Rejoignez ses soutiens

https://www.facebook.com/ThomasLaurentPro/

et suivez-le durant ces 24 heures et après. 

Le pilote castelolonnais  à 19 ans porte haut les couleurs des SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION sur la célèbre piste du Mans.  

 

THOMAS LAURENT en juillet 2015 at home au KARTING du COUDRIOU...2 ANS PLUS TARD IL PARTICIPE AUX 24 HEURES DU MANS

THOMAS LAURENT en juillet 2015 at home au KARTING du COUDRIOU...2 ANS PLUS TARD IL PARTICIPE AUX 24 HEURES DU MANS

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 21:49
LE CODE DU TRAVAIL VRAIMENT RÉFORMÉ ?

LE CODE DU TRAVAIL VRAIMENT RÉFORMÉ ?

RÉFORME OU REFONTE DU CODE DU TRAVAL : UNE ÉPREUVE TEST AUJOURD’HUI EN SON DÉBUT MAL GÉRÉE PAR LE GOUVERNEMENT

suite de

http://www.olonnes.com/2017/06/reforme-du-code-du-travail-est-elle-possible.html

 

On ne sait pourquoi le Président MACRON veut-il faire passer en priorité ce dossier aussi ardu politiquement que complexe techniquement.

L’expérience de la loi fourre-tout MACRON devrait servir de leçon et inciter à la recherche d’autres voies dans la méthode. Le volet prud'hommes de cette loi MACRON est en effet un fiasco et réussit à faire l'unanimité contre lui tant des employeurs que des salariés.

"Un an après la publication d'un décret de la loi Macron qui complexifie la procédure de saisie des Prud'hommes, nombreux sont les salariés découragés d'y avoir recours"

Le Président veut-il montrer qu’il sait mieux faire que ses prédécesseurs ?

La communication sur le projet est très mauvaise comme on a pu en juger sur la « feuille de route » qui n’en était pas une et qui finalement en fut une suite à une fuite nommée "vol" qui fait l’objet d’une plainte de la Ministre

 

LES AMBITIONS RÉFORMATRICES SE RÉDUISENT MALHEUREUSEMENT. LA PROMESSE D'UNE REFONTE DU CODE DU TRAVAIL S'ESTOMPE.

Le tir commence à être rectifié et il est ainsi annoncé par l'ÉLYSÉE que seulement la procédure sera ainsi fixée : « Les ordonnances permettant la réforme du code du travail devront être publiées à la fin de l'été ».

Il n’est donc plus dit que la réforme sera faite en 3 mois mais simplement que l’outil législatif sera prêt pour une réformette.

En effet, si on comprend bien cette communication du gouvernement il ne s’agit plus de la refonte du Code du Travail mais d’une réforme voire d’une nouvelle réformette qui risque de faire alors plus de mal que de bien.

 

En effet, le premier Ministre et la Ministre du Travail ont a déjà mis des bornes :

  • Le CDI restera la règle : on peut l’admettre. Mais pénaliser les CDD (contrats à durée déterminée)…est-ce raisonnable et nécessaire ? Que faut-il envisager pour les nouvelles formes de travail ?

  • Les objets de la réforme sont réduits :

au plafonnement des indemnités prud'homales,

à la fusion des instances représentatives ou articulation entre la négociation d'entreprise et de branche,

aux motifs de licenciement négociés dans l’entreprise : mais un jour c’est OUI, le lendemain c’est NON. La Ministre Muriel PANICAUD contredit ce que dit le Premier Ministre.

à une négociation réduite au niveau de l’entreprise

 

Le Premier Ministre réduit aussi le champ de la réforme « J'ai déjà exprimé le fait que toute une série de règles relatives au contrat de travail n'avaient pas vocation à être discutées dans l'entreprise", citant "le nombre de CDD, la durée du CDD, le fait que le CDI est le contrat de droit commun, que c'est la norme… »

 

La Ministre du travail parle d’un droit « protecteur » . On suppose qu'il s’agit de protéger le salarié. Mais protéger une partie dans un contrat c’est présupposer que, dans ce contrat, il n’y a plus d’équilibre naturel entre les deux parties au contrat. Va-ton sortir le contrat de travail du droit civil, du droit des contrats ? Un contrat c’est un équilibre entre les parties : déroger à cette règle c'est une remise en cause du fondement du droit donc de tout le Code du travail.

Ceci est une  nouvelle contradiction avec les objets de réformes annoncés.

On n'est pas loin de l'improvisation voire de la cacophonie. C'est bien dommage pour cette épreuve test du Gouvernement sur lequel les français ont fondé par leurs votes tant d'espoirs. 

 

À SUIVRE : LA VOIE D’UNE REFONTE DU CODE DU TRAVAIL, C’EST AUTRE CHOSE

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 17:36
TOUS LE NEZ EN L'AIR SUR LA GRANDE PLAGE DES SABLES D'OLONNE

TOUS LE NEZ EN L'AIR SUR LA GRANDE PLAGE DES SABLES D'OLONNE

LE GRAND RENDEZ-VOUS DE CE WEEK-END

 

Et en avant-première, la patrouille de France s'entraîne ce jeudi 15 juin dans le ciel sablais : un avant-goût délicieux d'une après-midi de samedi où sablais, touristes, vendéens... viendront apprécier LES SABLES D'OLONNE ville agglomération animée toute l'année.

Une belle introduction pour une saison 2017 souhaitée heureuse à tous et à toutes  

QUEL BEAU DÉSORDRE CES JETS DANS TOUS LES SENS

QUEL BEAU DÉSORDRE CES JETS DANS TOUS LES SENS

Repost 0
Published by CACO
commenter cet article
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 20:47
MARIANNE A BESOIN D'UNE JUSTICE EXEMPLAIRE POUR APPLIQUER ET FAIRE RESPECTER LA LOIMARIANNE A BESOIN D'UNE JUSTICE EXEMPLAIRE POUR APPLIQUER ET FAIRE RESPECTER LA LOI

MARIANNE A BESOIN D'UNE JUSTICE EXEMPLAIRE POUR APPLIQUER ET FAIRE RESPECTER LA LOI

LES INSTITUTIONS NE VALENT QUE PAR LES HOMMES

QUI LES SERVENT

N'ATTENDONS PAS DES MIRACLES DE CE TEXTE PRÉSENTÉ EN CONSEIL DES MINISTRES !

A été présenté au Conseil des Ministres de ce 14 juin 2017 le nouveau et nième projet regroupant des mesures pour des élus afin que les citoyens reprennent confiance en ceux à qui ils confèrent une part de pouvoir de la puissance publique. Il ne s'agit donc que de mesures visant l'intégrité des élus mesures qui s'empilent au cours des ans comme l'indique d'ailleurs le compte rendu du Conseil des Ministres ci-dessous.

Le Gouvernement voudrait que ces règles nouvelles provoquent un "choc de confiance". Nous l'espérons aussi mais sans trop d'illusion . En effet, depuis des années l'on voit des élus, depuis les élus municipaux jusqu'aux députés, sénateurs et ministres, pris la main dans le sac et condamnés symboliquement voire bénéficier de non-lieux. "Je me sens tout à fait responsable mais je ne me sens pas coupable. "(Georgina DUFOIX, affaire du sang contaminé). Il y a eu des tentatives de textes moralisateurs des mœurs politiques dont les effets n'ont pas été brillants.

UN ARSENAL DE MESURES PRÉVENTIVES ET COERCITIVES EXISTAIT DÉJÀ MAIS IL N'ÉTAIT PAS UTILISÉ

L'élu est un perpétuel "tenté" qui succombe souvent comme l'a écrit Martin HIRSCH en 2010 "Pour en finir avec les conflits d'intérêts"

http://www.olonnes.com/article-conflit-d-interets-suite-60701819.html

Voir cet article et les dizaines d'autres figurant dans ce blog ! sous la rubrique "politique et morale"

Rappelons aussi le fameux article 40 du Code de Procédure Pénale inappliqué par faiblesse et craintes des citoyens et par grande faiblesse aussi des magistrats.

Pourtant ce texte a les mérites de la clarté et de ses larges possibilités moralisatrice de la vie publique :

"Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l'article 40-1.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs."

Prise illégale d'intérêts, favoritisme, abus de confiance et autres formes de délits seraient donc instruits et éventuellement sanctionnés...

Sauf que les citoyens courageux voire téméraires" lanceurs d'alerte" qui ne font qu'appliquer la loi par des signalements au Procureur, ces lanceurs d'alerte ne bénéficient d'aucune protection et pire ils encourent les fameux risques de "représailles". Les vrais lanceurs d'alerte ne sont pas des délateurs mais des citoyens conscients de leurs responsabilités et que la loi doit protéger contre les abus de tous les puissants de tous niveaux. 

Ces faiblesses passées dans l'application de la loi ont entraîné  ce que le nouveau gouvernement appelle la perte de confiance dans l'action publique, confiance qu'il veut restaurer par cette loi organique qui n'aurait jamais dû être nécessaire si un certain nombre d'élus n'avaient pas fauté et si ces élus fautifs avaient été sanctionnés dans le cadre de la législation déjà existante.

L'ARSENAL DE MESURES VA S'AGGRANDIR MAIS CE N'EST PAS UNE GARANTIE D'AMÉLIORATION DE LA TRANSPARENCE DANS LA VIE PUBLIQUE

Les cinq blocs de mesures proposées peuvent être salutaires comme peut l'être la peur du gendarme. Mais seront-elles suffisantes pour remettre en confiance le citoyen ?

Ce ne sont pas ces textes supplémentaires qui vont régler les conséquences d'un laxisme passé inexcusable pour les élus fautifs.

Il faudra la volonté politique, les exemples de leur application intransigeante, sans complaisance au nom des devoirs des élus et de tous dépositaires d'une part de la puissances publique.

Il ne faut pas non plus bouder cette tentative nouvelle de faire un certain ménage pour éjecter habitudes malsaines ou pire. Cette loi ne sera un choc de confiance que si elle et les textes qui l'ont précédée font l'objet d'une application exemplaire. et immédiate.

 

Rétablissement de la confiance dans l’action publique

Le ministre d‘Etat, garde des sceaux, ministre de la justice a présenté un projet de loi organique rétablissant la confiance dans l’action publique, un projet de loi rétablissant la confiance dans l’action publique et un décret relatif aux collaborateurs du Président de la République et des membres du Gouvernement.

La transparence à l’égard des citoyens, la probité des élus, l’exemplarité de leur comportement constituent des exigences démocratiques fondamentales. Elles contribuent à renforcer le lien qui existe entre les citoyens et leurs représentants, comme elles doivent affermir les fondements du contrat social.

Plusieurs lois ont été votées ces dernières années sur ces sujets : les lois organique et ordinaire du 11 octobre 2013 relatives à la transparence de la vie publique, qui ont notamment créé la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, la loi du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière qui a institué un Procureur de la République financier, la loi du 20 avril 2016, qui a renforcé les obligations déontologiques des fonctionnaires et, plus récemment, la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, qui a notamment créé l’Agence française anti‑corruption.

Ces textes ont imposé des règles d’éthique et de transparence financière aux responsables publics, à travers des mécanismes de publicité et de contrôle nouveaux. Cependant, et alors que la confiance des citoyens dans leurs élus a parfois été mise à mal ces dernières années, des progrès restent à accomplir pour restaurer la confiance entre les citoyens et leurs élus.

La vie publique a aujourd’hui besoin d’un « choc de confiance ». Les premières lois du quinquennat apportent une réponse globale, fondatrice, en proscrivant définitivement certaines pratiques, mais aussi en renforçant la transparence et le pluralisme de la vie politique.

La réforme présentée en conseil des ministres complète les dispositions existantes sur plusieurs points :

- La situation patrimoniale du Président de la République : la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique pourra publier un avis sur l’évolution de son patrimoine entre le début du mandat et la fin des fonctions présidentielles ;

- L’exercice du mandat parlementaire : de nouvelles obligations sont prévues en matière de prévention et de cessation des conflits d’intérêts et de cumul de fonctions, notamment s’agissant de l’activité de conseil ; les parlementaires devront en outre justifier, dès leur entrée en fonction, avoir respecté leurs obligations fiscales ; les frais de mandat des parlementaires seront désormais remboursés sur présentation de justificatifs ; la pratique de la « réserve parlementaire » sera supprimée ;

- Les conditions d’embauche et de nomination des collaborateurs du Président de la République, des membres du Gouvernement, des parlementaires et des titulaires de fonctions exécutives locales : il sera désormais interdit pour ces derniers d’employer des membres de leur famille proche ;

- L’inéligibilité en cas de crimes ou d’infractions traduisant des manquements à la probité pour les candidats aux élections législatives et sénatoriales : une peine complémentaire d’inéligibilité sera obligatoirement prononcée, sauf décision spécialement motivée, pour les crimes et pour une série d’infractions relatives à la probité, dans la mesure où ces infractions portent atteinte à la confiance publique ;

- Le financement de la vie politique : le contrôle des comptes des partis politiques sera renforcé ; le financement des partis et des campagnes électorales, tout en étant davantage encadré, sera facilité par la création du médiateur du crédit ; une structure pérenne de financement sera également créée afin de pallier les carences du financement bancaire privé.

Enfin, cette réforme sera complétée ultérieurement par d’autres dispositions qui ont vocation à figurer dans une révision de la Constitution.
Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 20:49
CE CODE QUI FAIT TANT PARLER DE LUI

CE CODE QUI FAIT TANT PARLER DE LUI

RÉFORMER LE CODE DU TRAVAIL : CE QUI, À CE JOUR, N’EST PAS ASSEZ EXPRIMÉ CLAIREMENT

 

SOYONS SÉRIEUX ET PARLONS VRAIMENT D’UNE RÉFORME ANNONCÉE ET QUI NE SERA PEUT-ÊTRE JAMAIS VRAIMENT RÉALISÉE

Nous versons cette analyse au dossier dit de Réforme du Code du Travail sans prétention mais avec quand même l’expérience (hélas !) de plusieurs décennies de responsable de PME et de conseiller prud’homal (depuis 20 ans suite aux prolongations des derniers gouvernements!).

 

LE CODE DU TRAVAIL NE SE RÉFORMERA PAS EN 3 MOIS ! C’EST IMPOSSIBLE ! DIRE LE CONTRAIRE, C’EST MENTIR AUX FRANÇAIS, TROMPER LES PARTENAIRES SOCIAUX… C’EST FAIRE DE LA POLITIQUE COMME AVANT !

UNE OEUVRE TITANESQUE

Déjà pour illustrer la complexité de la réforme du « code du travail » il faut savoir que celui-ci est en lien, en symbiose, avec d’autres codes comme le code civil, le code de la mutualité, le code de la sécurité sociale, le code pénal, le code de procédure civile, le code de l’éducation, le code de l’action sociale…toucher le code du travail, c'est s'attaquer à un monstre tentaculaire.

En effet, le code du travail compile près de 2 siècles de législation. Le formalisme y tient une part exagérée : un jour de retard pour une convocation à un entretien préalable à une sanction cela peut coûter 50 voire 100 000 euros à l’entreprise fautive qui peut avoir simplement été victime d’une grève ou d’un dysfonctionnement des services postaux !

De plus, l’inflation des lois dites sociales crée une instabilité du droit du travail très préjudiciable à l’embauche et génère des droits quasi intouchables..

 

UNE PREMIÈRE TENTATIVE RÉCENTE AVORTÉE

Le rapport BADINTER de janvier 2016 n’a fait que d’expliciter 61 principes fondamentaux du droit du travail.

Il devait ouvrir la voie aux propositions de la "commission de refondation du code du travail" qui avait deux ans pour remettre ses travaux pour un code du travail nouveau.

 

Sur cette base, selon les hypothèses de 2016, à peine réalistes, une vraie réforme du code du travail représentait avec les concertations nécessaires au moins 3 ans de travail, de négociations et d’examens de passage devant la Parlement.

D’ailleurs, le rapport BADINTER qui fut la première phase de l'édifice de la réforme du code du travail n’a pas eu l’heur de plaire à Monsieur Emmanuel MACRON alors Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique . Ce fut l’objet d’échanges aigres doux entre lui-même et le Premier Ministre de l’époque Manuel VALLS.

…et le projet est tombé aux oubliettes.

 

À SUIVRE…RÉUSSIR UNE RÉFORME OU FAIRE UNE RÉFORMETTE ?

 

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 20:16
UNE VISION NOUVELLE PARTICULIKÈREMENT ATTRACTIVE POUR LES ENFANTS ET LES FAMILLES

UNE VISION NOUVELLE PARTICULIKÈREMENT ATTRACTIVE POUR LES ENFANTS ET LES FAMILLES

LES SALINES, AUX SABLES D'OLONNE, PASSENT  À LA VITESSE SUPÉRIEURE

Le parc des SALINES dédié au sel, cette fantastique aventure humaine,  attire de plus en plus de monde. 35 000 visiteurs en 2016 ont séjourné dans cet écrin de calme où les migrateurs viennent maintenant nicher.

La ballade de 8 kilomètres sur les "canaux ", le canoë, le parcours, la ciné scénie du sel, l'observation des oiseaux...une belle journée en famille, entre amis pour bronzer intelligents.

René CLOUTEAU et son équipe dans leur écrin ont encore innové pour rendre plus vivante, plus animée  cette histoire du SEL. Les enfants y ont leur place de choix pour devenir de futurs sauniers.

Les deux cents personnes qui ont participé à cette dégustation du cru 2017 ont apprécié. Quelle belle fin d'après-midi ce samedi 10 juin 2017 aux SALINES !

www.lessalines.fr

 

 

 

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 20:22
Photo de Frédéric VEILLE RTL

Photo de Frédéric VEILLE RTL

Depuis plusieurs années, sur ce blog, vous suivez le jeune pilote castelolonnais THOMAS LAURENT

Sur ce sujet comme sur bien d'autres nous nous sommes souvent retrouvés bien isolés mais heureusement bien entourés par nos fidèles amis pour de justes combats. Sur ce "sujet" comme sur d'autres la persévérance finit par payer ! La preuve : sur la combinaison du pilote Thomas Laurent vous pouvez distinguer la signalétique 'Les Sables d'Olonne Agglomération".

Samedi 17 juin 2017 et Dimanche 18 juin nous suivrons " notre pilote" aux 24 heures du Mans.

 

C'est donc avec plaisir qu'on se sent moins seuls à promouvoir ce jeune castelolonnais méritant sympathique, ses parents qui y ont toujours cru malgré les moments difficiles, les sponsors locaux dont surtout  PASO traiteur et promoteur du PREFOU ! et les autres.

Voilà ci-dessous ce que RTL lui consacre ce jour et qui nous fait grand plaisir.

Nous espérons que ce samedi (malgré la grande fête meeting aérien aux Sables d'Olonne) et le dimanche tous les sablais seront aussi là pour encourager Thomas et que la chance sera aussi au rendez-vous. Car dans ce sport il en faut toujours un peu. De toute façon, Thomas a toute notre sympathie et notre admiration.

 

de RTL

24 Heures du Mans 2017 : la folle ascension de Thomas Laurent

PORTRAIT - À 19 ans, l’ancien champion du monde de karting va participer à ses premières 24 Heures du Mans, les samedi 17 et dimanche 18 juin.

Publié le 12/06/2017 à 15:07

Au bord de la piste, dans le paddock, dans le public, tout le monde veut rencontrer le phénomène Thomas Laurent. D’abord pour son charisme et son sourire, car le garçon a la tête pleine et sait aussi jouer de son charme avec son physique de beau gosse. Mais c’est aussi et surtout pour son indécent palmarès qu’on cherche à mieux connaître celui qui pourrait être un futur grand du sport automobile.

En effet, à tout juste 19 ans, le jeune vendéen affole le monde des sports mécaniques. Champion du monde de karting à 17 ans, il monte quelques mois plus tard dans un prototype et devient meilleur "rookie" sur les courses asiatiques d’endurance ; il gagne l’an passé la course "Road to Le Mans", en préambule aux 24 Heures, et est sacré en fin d’année meilleur "rookie" sur le circuit européen.

L’écurie "Jackie Chan" lui fait alors les yeux doux et lui propose une place dans le baquet de son prototype Oreca, et là bingo : première course à Silverstone en avril dernier et première victoire lors de cette première manche du Championnat du monde d'endurance. À Spa, début mai et avec ses co-équipiers, le Chinois Ho Pin Tung et l'ancien pilote Audi Oliver Jarvis, il monte de nouveau sur le podium, sur la 3e marche cette fois-ci.

Si nous gagnons, je crois bien que ce serait historique

Thomas Laurent

Le voilà donc au Mans pour la plus mythique des épreuves. Et c’est au volant de l’Oreca Gibson numéro 38, engagée en catégorie LMP2, qu’il va participer pour la première fois aux 24 Heures. "J’ai hâte parce qu’après nos deux très bons résultats de début de saison nous arrivons ici dans les meilleures conditions, avec en plus une place de leader au classement de notre catégorie. Et puis je découvre cet univers, cette course unique et légendaire. Je mesure la chance que j’ai d’être ici".

Passionné de surf, qu’il pratique aux Sables-d’Olonne avec ses amis, c’est sur la vague du succès qu’il va tenter de bien figurer aux 24 Heures. "Passer le drapeau à damier serait déjà formidable pour une première. Si nous gagnons, je crois bien que ce serait historique". En effet, à ce jour, le plus jeune vainqueur des 24 Heures du Mans avait 22 ans. Il s’agit de l’Allemand Alexander Wurz qui, au volant d’une Porsche, remporta l’épreuve en 1996, dès sa première participation. Quant au plus jeune pilote ayant participé aux 24 Heures du Mans, mais ayant dû abandonner, il s’agit du Mexicain Ricardo Rodriguez qui, à 17 ans, avait pris le départ de l’édition 1959.

 

Remercions RTL pour cet excellent article .

 

Repost 0