Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 22:22



Voilà l'article ou courrier des lecteurs que vous auriez pu lire dans le Journal des Sables "Les Sables  Vendée Journal" de ce jeudi 29 octobre si celui-ci avait bien voulu publier notre prose.


L’intérêt  général  et  les intérêts particuliers  sont conciliables

Le jeudi 22 octobre, la salle de réunion du Conseil Communautaire à la Pépinière d’Entreprises n’était pas assez grande pour accueillir tous les participants à la soirée de concertation sur le schéma d’aménagement du site de la Vannerie.

La création de cet « espace économique », à l’entrée Nord de l’agglomération du Pays des Olonnes,  répond à des impératifs qu’élus et forces vives associées au projet ont mis en avant après  5  années  de réflexions et d’études.  Convaincus ainsi du bien-fondé du projet, ils ont entamé, au nom de l’intérêt général, la procédure qui permettra à la collectivité de se doter d’une réserve foncière. Celle-ci pourra recevoir quatre  pôles d’activité dont le pôle de santé qui commence à émerger. Ces pôles accueilleront des implantations d’entreprises, de sociétés de service…C’est la possibilité pour le Pays des Olonnes d’attirer certains types d’entreprises  donc de créer des emplois.

Face à ce souhait des élus, il y a les habitants, les riverains du site, les propriétaires des terrains, les exploitants agricoles... Ceux-ci défendent bien naturellement leurs droits à une information claire et à  de  justes indemnisations en cas d’obligation de céder leurs biens ou de modifications de leurs conditions de vie.

S’il y a eu, après la présentation du « projet Vannerie », en première partie de la réunion, un dialogue  « musclé » entre les élus et les propriétaires ou exploitants concernés par ce projet, c’est simplement que la communication depuis l'origine du projet n’a pas été gérée de manière satisfaisante.  Les élus en ont convenu : des tracts dans les boîtes aux lettres, ce n’est pas de la communication, d’autant plus que la distribution de tracts au Pays des Olonnes souffre de carences. Des articles dans la presse ne remplacent pas la communication directe. Les ventes, ces dernières années, de maisons situées sur le site dans des conditions jugées par certains comme  regrettables  sont aussi  des éléments nuisibles au projet.

Dans la dernière partie de cette réunion, un dialogue plus serein s’est noué ; chacun reconnaît le bien-fondé du projet. Il faut, pour continuer dans cette voie, que les engagements respectifs soient tenus :

-          que le projet soit exemplaire dans sa conception et dans sa réalisation : information transparente, respect des sites, respect des habitants demeurant sur le site, association des citoyens à l’évolution du projet...

-          que les élus reconnaissent les justes droits des propriétaires, que le dialogue reste toujours ouvert et franc et que les parties aient le sens du compromis. Cela va demander beaucoup  de  disponibilité et d’ouverture des deux parts.

Alors, s’oublieront les incompréhensions, les invectives, les amertumes. Il ne restera que la satisfaction pour tous d’avoir collaboré à un projet vital pour la collectivité des Olonnes. L’intérêt général et les intérêts particuliers ne sont pas systématiquement antagonistes.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Francine VRIGNON 30/10/2009 08:53



Sur ce sujet sensible le maître mot est la transparence, si les personnes concernées ne connaissent pas le but de la collectivité, il y a forcément levée de boucliers. C'est ainsi depuis des
siècles, les dialogues de sourds sont à l'origine de bien des conflits. Il est pourtant si facile d'anticiper, mais d'autres mots entrent dans la danse: intérêt, secret... et naît
l'incompréhension. Alors cessons de communiquer par tracts interposés, les rencontres, les réunions d'information sont les meilleurs remèdes.


 



CACO 30/10/2009 09:15


Oui mais pour communiquer il faut du temps et pour avoir du temps les élus responsables - - ne doivent pas cumuler les mandats,
- doivent travailler leurs dossiers avec le seul souci de l'intérêt général,
- doivent savoir déléguer et s'entourer de personnels techniquement compétents

aujourd'hui notre communauté de communes des olonnes ne répond pas à ces exigences : son mode de fonctionneemnt et ses manques de moyens attestent sur chaque dossier qu'il faut trouver une autre
voie : la fusion peut être certainement la solution : un vrai maire, une équipe renforcée, des structures solides...la CCO c'est plus que le budget d'Olonne sur Mer et de Château d'Olonne réunies.
Cela les citoyens l'ignorent...communication????