Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 21:35

A l'unanimité le Conseil Municipal des Sables d'Olonne a adopté la proposition faite par son maire :

- consultation le 29 novembre prochain des sablais et des chaumois

- sur la question suivante : "êtes-vous favorable à la création d'une nouvelle commune fusionnant les communes du Château d'Olonne, des Sables d'Olonne et d'Olonne sur Mer"

-   si la réponse est positive  phase suivante : un référendum sur la fusion en 2010

Demain, mardi 22 septembre 2009, à Château d'Olonne les élus auront à se prononcer sur les questions figurant dans le document suivant

CONSEIL MUNICIPAL Château d'Olonne extraordinaire
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/47/65/24/FUSION/fusion-conseil-municipal-2009-sept0001.pdf

Malheureusement cela n'a rien à voir avec ce qui a été voté aux Sables d'Olonne dans l'enthousiasme et la sérénité.

Espérons que le bon sens des élus castelolonnais l'emportera et que les conseillers municipaux ne laisseront pas Château d'Olonne dans un splendide isolement face aux Sables d'Olonne et à Olonne-sur-Mer unis.

A demain soir, 22 septembre 2009, à Château d'Olonne 20h Conseil Municipal extraordinaire

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain Rivier 22/09/2009 11:00



Monsieur Jean Yves BURNAUD est surprenant par son obstination décallée ! Comment ses conseillers dont certains - je suis sur -, sont des hommes et des femmes de bon sens peuvent encore le
suivre ? Il s'est riddiculisé avec son référé perdu (son avocat aurait du le mettre en garde). Le Président Le Pogam est un fin juriste, il ne s'est pas trompé et notre conseil a su parfaitement
argumenter en droit durant sa plaidoirie. Qui va payer les honoraires ? Devant un tel désaveu général, la solution qui le grandirait serait la démission. Je ne crois pas de ma vie avoir
jamais vu une homme aussi obtus !



CACO 08/10/2009 10:30


Oui Château d'Olonne vit cela...et comment faire pour que les castelolonnais soient informés de cette situation de fait dont leur ville aura du mal à se remettre.