Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 03:09

CHAISE VIDE

 

POURQUOI L’OPPOSITION S’EST RETIREE LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU d’OLONNEDU 24 MARS ?

 

Le Conseil Municipal de Château d’Olonne du 24 mars dernier a été marqué par le départ des membres de l’opposition au début du Conseil Municipal.

 

Or, en principe, «  les absents ont toujours tort ». La politique de la chaise vide n’a cependant pas toujours été quelque chose de négatif puisqu’elle fut pratiquée par le Général de Gaulle…mais restons à Château d’Olonne !

 

Il faut donc expliquer aux citoyens pourquoi des élus sont condamnés à prendre une telle décision ?

 

SUR LES MOTIVATIONS IMMEDIATES

 

Elles figurent dans nos précédents articles (DEMOCRATIE LOCALE absente au Conseil Municipal de Château d'Olonne  et CONSEIL MUNICIPAL de Château d'Olonne mars 2009 Travaux G Clemenceau ) ayant trait aux pratiques de la  majorité vis-à-vis de l’opposition : agressions verbales, réponses erronées à une question écrite posée par l’opposition dans les formes…et pas de réponse au courrier adressé au maire par l’opposition. Le dossier des travaux de la rue Georges Clemenceau a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Si l’opposition n’a plus de droit de poser de question écrite sans être mise au pilori que peut-elle espérer des débats en Conseil Municipal ? Le Conseil Municipal n’est pas un régiment où le Colonel, même s’il a tort, a toujours raison !

 

SUR LES MOTIVATIONS PROFONDES

 

La majorité qui a obtenu 52 % des votes en mars 2008 n’accepte aucun dialogue avec l’opposition, surtout ne tient compte d’aucune suggestion et oublie ses promesses électorales. Dans ces conditions quel rôle peut jouer une opposition constructive à Château d’Olonne ? Son départ avait pour buts :

 

- de faire prendre conscience à la majorité qu’elle a en face d’elle une opposition qui représente 48 % de la population avec qui elle entretient un dialogue permanent,

- que les représentants de ces 48% de castelolonnais ont droit au respect,

- de faire prendre conscience à la population le type de management de l’équipe de Monsieur Jean-Yves BURNAUD,

- et ainsi de mettre en évidence les raisons qui font que Château d’Olonne, ville de 14.000 habitants est gérée sans ambition, sans programme, sans solidarité humaine et que les promesses électorales de l’Équipe de Monsieur Jean-Yves BURNAUD sont enterrées .

 

Prenons deux exemples :

 

le stationnement : l’enquête que l’opposition a menée auprès de tous les castelolonnais a entraîné les réponses de plus de deux cents castelolonnais soit sous forme de pétitions soit sous forme de réponses individuelles. Les résultats de cette enquête ont été communiqués à l’adjoint chargé du problème. Le dossier doit être égaré. Monsieur Jean-Yves BURNAUD avait pourtant parmi ses promesses électorales le règlement de ce problème : un an après, force est de constater que rien n’a changé et que les castelolonnais sont laissés dans le plus grand trouble : quelles règles s’appliquent en matière de stationnemnt, quels aménagements doivent être faits ? Pourquoi ne pas prendre en compte les suggestions de ces centaines de castelolonnais ?

 

la voirie : après l’échec que constituent l’exécution du chantier de la rue Georges Clemenceau et le déficit de concertation avec les riverains, l’opposition a proposé un audit de la voirie pour planification des travaux de remise en état de tout notre réseau communal (100 kilomètres).

 

Le budget VOIRIE pour 2009 sera accru mais sans planification des travaux, sans étude préalable…et comme on sait qu’il faut près de 3 ans pour réaliser les travaux de la rue Georges Clemenceau (2 kilomètres de voirie) on peut imaginer dans quelle situation se trouvera la voirie castelolonnaise en fin de mandature ?

 

Nous demandons que Château d’Olonne soit gérée comme une ville de 14.000 habitants avec prévisions, suivi technique, respect des règles sur les marchés publics, concertation…et que l’opposition puisse apporter sa contribution.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires