Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

23 février 2020 7 23 /02 /février /2020 22:30
BLE

BLE

 

ON NE S'IMPROVISE PAS MAIRE D'UNE COMMUNE ET L'ÉLECTEUR A LE DEVOIR DE BIEN CHOISIR POUR NE PAS SE TROMPER OU ÊTRE TROMPÉ

La démocratie est une porte ouverte sur la fragile liberté citoyenne de choisir ceux à qui les citoyens donneront mandat et sur son corolaire, sur la liberté des citoyens de se présenter au suffrage universel. Ce droit est aussi un concept fragile susceptible de tous les abus. (voir les cas de candidats dont les casiers judiciaires ne sont même pas vierges et ceux qui ne sont pas faits pour la riche et exigeante fonction d'élu).

 

DES ENJEUX CONSIDÉRABLES ET DES CITOYENS QUI S'IMPROVISENT CANDIDATS

Parmi la multitude des candidats qui vont figurer sur les listes qui se présenteront au suffrage de leurs concitoyens :

- il y a ceux qui causent et c'est tout,

- il y a ceux qui causent mais qui ne savent pas faire et ne sauront jamais faire,

- il y a ceux (plus rares) qui réussissent parce qu'ils causent, écoutent et savent faire.

Dans notre régime démocratique c'est l'électeur qui devra choisir parmi les nombreuses listes de prétendants. CHOISIR, c'est-à dire donner mandat à un de ses concitoyens qui va gérer sa commune et son intercommunalité. Mais gérer comment ?

L'électeur doit donc savoir que son choix est certainement plus important qu'il ne pense.

Aujourd'hui, par exemple, dans notre pays des Olonnes, il faudra qu'il choisisse la liste du futur maire et les membres de son équipe qui auront à gérer sa commune, et l'Agglomération soit environ un ensemble de mille salariés, 200 millions d'euros de de budgets, la vie quotidienne d'une population de 53 000 personnes, la vie des syndicats intercommunaux...!

 

POUR LES PETITES COMMUNES : UN CHOIX PLUS AISÉ DE PROXIMITÉ

Le choix dans les petites communes est aisé même si on note dans celles-ci des maires qui dérapent...c'est humain !...voir le maire de LA FAUTE SUR MER.

Les enjeux dans ces communes sont faibles sauf si ces élus prennent des responsabilités au sein des communautés de communes, agglomérations et syndicats intercommunaux. L'élu d'une commune parachuté dans une intercommunalité est encore moins préparé pour exercer sa fonction que le conseiller municipal de base pour sa commune.

 

POUR LES AUTRES COLLECTIVITÉS

Dans les communes de plus de 10 000 habitants, dans les Communautés de Communes et d'Agglomération le choix est plus grave et l'erreur a des conséquences plus désastreuses.

Ces collectivités sont des petites, moyennes et grandes entreprises et on ne s'improvise pas chef d'entreprise sinon comme au niveau de l'entreprise privée la sanction arrive, brutale...par le dépôt de bilan et le licenciement du personnel et des dettes...impossible juridiquement pour une collectivité territoriale mais possible sur le plan des dégâts que le contribuable local payera au prix fort.

 

NE PAS CONFIER SA COMMUNE ET SON INTERCOMMUNALITÉ À UNE ÉQUIPE INEXPÉRIMENTÉE

Il y a dans cette sentence deux mots : "expérience" (gérer ne s'improvise pas) et "équipe" (un maire et des adjoints ).

Le candidat peut raconter n'importe quoi...ce qu'il dit ou écrit n'engage que celui qui écoute ou lit les proclamations des candidats sauf si l'électeur assume ses responsabilités jusqu'au bout "en surveillant" celui à qui il a donné son mandat, son vote !

Et justement quand on voit l'extrême  pauvreté des déclarations de candidats on est fondé à se demander s'il ne faudrait pas faire passer un examen de droit à devenir élu de ces communes "importantes".

L'équipe du maire de ces collectivités doit à la population un investissement personnel qui est énorme en temps de travail, en temps d'écoute, en temps de concertation, en études...les candidats nouveaux et parfois même des anciens feignent d'ignorer cet engagement et ils resteront des amateurs très dangereux pour le devenir de leur collectivité. Ils ont le pouvoir de nuire.

La lecture des documents des candidats que nous recevons et de ceux qui figurent sur internet est déconcertante : trop souvent c'est du vent et ou des promesses intenables alors qu'il est demandé par les citoyens du concret, de l'espoir mais mesuré aux moyens et ambitions de leur commune.

On sent l'impréparation des élus, leur méconnaissance des dossiers en cours et des tenants et aboutissants des projets qu'ils proposent. Ils n'ont souvent même pas idée de leur marge de manœuvre financière et des lisibilités techniques et financières. Quand un élu dit qu'il va demander un audit ...alors qu'il est élu depuis plusieurs mandats, cela signifie qu'il ne connait même pas ce qu'il a voté des années durant !

C'est affligeant et c'est fréquent ! Examinez bien le cursus de votre candidat.

 

LE DUR MÉTIER D'ÉLECTEUR RESPONSABLE

Pour lui, voter c'est faire un choix et il est trop souvent privé de moyens pour faire justement le bon choix...pensons aux millions de français qui ont élu le Chef de l'État et qui, aujourd'hui, n'osent pas dire qu'ils ont voté MACRON !...ils se sont trompés sur les qualités de l'homme !

L'électeur au niveau d'une commune de taille moyenne et au niveau de son intercommunalité s'il n'a pas préparé son vote sera souvent dupé, déçu. Son vote par dépit s'est fait trop souvent contre une liste mais pas pour la meilleure liste ! C'est humain !

Continuons notre comparaison avec le niveau national ; en votant MACRON les électeurs ont voté CONTRE ce qu'ils exécraient, ils ont voté le changement, contre les partis...

Au  niveau local, l'électeur vote pour du concret, voire pour des candidats qu'ils connaissent. Il y a une grosse part de  risque dans le choix de l'électeur ; donner du pouvoir à un concitoyen s'il n'est pas "au top" c'est courir et faire courir le risque à ses concitoyens qu'avec le pouvoir sans limite bien fixée par la loi : 

- que l'élu se révèle un potentat local, le pouvoir peut griser et aveugler !

- ou que l'élu ne fasse rien pour sa collectivité si ce n'est inaugurer les chrysanthèmes et dépenser les fonds publics de ses concitoyens sans apporter une réponse aux aspirations justifiées de ses concitoyens.

Il ne faut pas que ce vote de mars prochain soit celui de la résignation, de la désillusion. Il faut des citoyens électeurs actifs, responsables qui n'aient pas à regretter une nouvelle fois le mauvais choix qu'ils ont effectué dans l'isoloir...et après son vote, il devra veiller à ce que son candidat choisi exerce son mandat conformément à ses engagements.

 

LES ÉLECTEURS ET LES ÉLUS POUR CES ÉLECTIONS MUNICIPALES DE MARS 2020 SONT FACE À DES RESPONSABILITÉS CERTAINEMENT PLUS IMPORTANTES QU'ILS NE PEUVENT L'IMAGINER : C'EST LE MESSAGE CITOYEN QUE NOUS ESPÉRONS FAIRE PASSER.

.

Partager cet article

Repost0

commentaires