Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 18:14
SALLE AUDUBON PLEINE: L'INTÉRÊT DE LA POPULATION SABLAISE NE SE DÉMENT PAS

SALLE AUDUBON PLEINE: L'INTÉRÊT DE LA POPULATION SABLAISE NE SE DÉMENT PAS

 

 

UN SUCCÈS INCONTESTABLE : LA SALLE AUDUBON PLEINE ET UNE TRENTAINE DE QUESTIONS ET AUTRES PRISES DE PAROLES

 

 

Les réunions d’informations sur le projet monté par l’ancienne municipalité de Château d’Olonne seraient-elles comme le bon vin ? …Il faut constater que Oui, car elles s’améliorent au fil du temps.

 

Le rituel mis au point par l’équipe d’élus sablais Armel PÉCHEUL et Jean-Pierre CHAPALAIN s’affine même si, avec l’assistance du personnel de la ville nouvelle des Sables d’Olonne et d’une journaliste, tout n’est pas encore parfait. L’art et la réussite, en la matière, sont effectivement toujours perfectibles.

 

Comme l’a dit, dans son introduction, le premier Adjoint Armel PÉCHEUL pour définir le débat ; « ce sera chaud et je demande que ce ne soit pas brulant » en exhortant une nouvelle fois les intervenants à la courtoisie. Ce fut parfois un peu chaud mais il n’y a pas eu le feu.

 

La présentation de Jean-Pierre CHAPALAIN fut suivie avec attention par les 500 personnes présentes.

 

LE DÉBAT : COMMENT PEUT-ON SE DIRE ÉCOLOGISTES ET DÉFENDRE UN PROJET DESTRUCTEUR DE L’ENVIRONNEMENT FONDÉ SUR DES HYPOTHÈSES QUI ELLES NE RÉSISTENT PAS AUX OBSERVATIONS FAITES SUR LE TERRAIN ?

 

Lors du débat il y a eu plus de questions pratiques et concrètes…les sempiternels preneurs et accapareurs de la parole, porte-paroles de mouvements comme les gilets jaunes, l’APNO, la France Nature Environnement ont été un tantinet plus raisonnables et ils n’ont fait que répéter leurs proclamations de foi souvent teintée d’un écologisme dogmatique incompréhensible par la majorité des présents. Sur leur« dada » qu’est l’érosion de la côte (érosion marine) leur pseudo-scientifisme se heurte à la réalité : ces cent dernières années la roche du Puits d’Enfer n’a pas subi d’érosion. Pourquoi ne résisterait-elle pas encore cent ans ou même des millénaires ?

 

Il faut bien constater que le rapport du BRGM a fait l’objet d’interprétations lors du montage du dossier puisqu’il annonce une érosion de 22 centimètres par an. LE BRGM peut se tromper et là il se trompe et il trompe. Certes, il reste sur cette partie de la côte quelques points faibles comme les Moulières et l’Anse de la Parée. Ils seront traités par la nouvelle municipalité.

 

MAIS ALORS POURQUOI, POUR "RENATURER" LA ZONE, FAUT-IL OBLIGATOIREMENT DÉVOYER LA ROUTE, DÉTRUIRE, MASSACRER ?

 

Le public ose désormais supposer que cette nouvelle route pourra permettre à certains acheteurs de terrains de faire sur le site des opérations immobilières ?

 

Cette hypothèse, jusqu’à ce soir chuchotée, cette fois fut exprimée clairement.

 

Il faut reconnaitre que certaines intervenantes dont l’ancienne élue de gauche et de Château d’Olonne Sophie METAIREAU et le docteur Soizic DARY-CHABOT sont maladroites car elles se trouvent personnellement en position délicate puisque leurs domiciles bénéficieraient du dévoiement.

 

Leurs interventions ouvrent donc la porte à de nombreuses supputations…on est plus en défense de l’environnement on est dans le domaine de l’immobilier et de la spéculation.

 

Le Conservatoire du Littoral dans cette histoire aussi s’est avancé imprudemment et son responsable local ne sait pas faire marche arrière. Le projet qu’il a promu peut effectivement être beau. C’est facile de dire qu’un projet est beau.

 

C’est un projet « Pharaonique » sur le plan financier et sur le plan des désastres écologiques, comme l’a bien exprimé une intervenante. Mais s’il n’est pas nécessaire…pourquoi le réaliser ?

 

Après toutes ces questions et ces constats vient la question dure pour les tenants du OUI au dévoiement. Une bonne question qui a dû leur faire du mal : comment les associations comme l’APNO, France Nature Environnement qui se disent défenseurs de l’Environnement peuvent-elles défendre un projet qui condamne non seulement des espèces et de la faune protégées mais aussi une zone forestière et qui, en plus, va créer une voie qui sera accidentogène ? Les réponses à cette question sont des banalités qui ne collent pas au projet  : réchauffement de la terre, montée des eaux…catastrophisme qui fait dire à la majorité des assistants dans la salle que, quand cela arrivera, la belle ville des SABLES D’OLONNE sera engloutie …et que le projet pharaonique de l’ancienne municipalité de Château d’Olonne n’aura servi à rien.

 

 

 

UN GAGNANT DANS LE DÉBAT : L’APPRENTISSAGE DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

 

Il y a de la part de la municipalité un effort méritoire d'informer.

Ce soir-là les intervenants ont pu s’exprimer, questionner, accuser…

Ce n’était pas évident après la première réunion à LA CHAUME.

Un pas a été franchi : les POUR et les CONTRE LE PROJET ont pu dialoguer.

 

DERNIÈRE RÉUNION

 

LUNDI 17 JUIN

18h30

SALLE CALIXTE-AIMÉ PLISSONNEAU (entre la mairie ancienne et  nouvelle et la poste )

CHÂTEAU D’OLONNE

LES SABLES D'OLONNE

Partager cet article

Repost0

commentaires