Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 20:18
OUI À LA RENATURATION, NON AU DÉVOIEMENT

OUI À LA RENATURATION, NON AU DÉVOIEMENT

CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE : UN DÉBAT DÉCEVANT SUR LE SUJET TRÈS IMPORTANT DU PROJET DU MAIRE, "LITTORAL" 3, QUI INCLUT LA FERMETURE ET LE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

suite de :

http://www.olonnes.com/2018/07/16-juillet-2018-date-historique-pour-la-ville-et-les-habitants-de-chateau-d-olonne-en-vendee.suite.html

 

Exceptionnellement; nous donnerons dans les prochaines parutions beaucoup d'importance à ce débat qui illustre une situation que la presse n'a pu décrire ou n'a pu saisir.

Il faut que les citoyens castelolonnais, ceux des communes voisines, nos visiteurs sachent...et nous leur laissons à tous la possibilité de diffuser nos écrits.

 

Après l'exposé succinct du maire la parole est donnée aux élus.

D'emblée, le propos de la sénatrice Annick BILLON fait ressortir la gêne des élus sur ce dossier. Pourtant l'élue suit le dossier depuis plus de 10 ans. Elle en connait tous les dessous. Elle a pu mesurer le degré de rejet de la population.

Elle confirme ce que tout le monde sait mais que le maire refuse de dire : "le dévoiement n'était pas prévu dans le projet initial".

Elle reprend les arguments contre la prise de la décision ce soir-là. Certes initialement, ne pouvait pas être prévue, en 2013, la fusion que le maire de Château d'Olonne de l'époque Jean-Yves BURNAUD avait enterrée. Annick BILLON estime que la décision doit être prise sur ce projet en prenant en compte "un périmètre plus large". Il est donc urgent d'attendre le 1er janvier 2019, date de création de la Commune Nouvelle.

L'institution que constitue le Restaurant hôtel du Roc Saint Jean aussi avec le dévoiement a signifié son avis défavorable au dévoiement.

De plus, le tracé proposé par le maire va couper l'espace boisé et cela  interroge aussi l'élue.

Autant d'arguments qui justifient pour l'élue une opposition à la décision que propose le maire.

On pouvait penser un vote CONTRE, ce sera une abstention sur la première délibération sur ce sujet et un vote pour les deux autres délibérations.

Nous tenterons plus tard d'expliquer ce que peut signifier une telle "abstention" sur ce type de dossier. Cette abstention comme d'autres votes POUR posent beaucoup de questions sur le comportement des élus castelolonnais face à une responsabilité à prendre.

Après cette intervention, le public et le élus ont eu droit à la lecture d'un texte plaidoyer en faveur du projet du maire. Ce fut l’œuvre de l'adjointe Annick TRAMEÇON, cinquième adjointe "chargée de l'Éducation, enfance, jeunesse" donc particulièrement peu qualifiée pour porter ce dossier auquel elle ne participe pas. Elle a dû être désignée porte-voix du maire qui restera muet, transparent quasi absent pendant tout le débat.

L'Adjointe a repris l'historique et passé en revue les études de ce projet "particulièrement innovant" .

Elle a fait, dans un élan de lyrisme, une description idyllique de ce projet comme cela est représenté sur la vidéo-propagande  du maire : une jeunesse dans les poussettes...

Cette évocation-provocation était de trop et a entraîné la réaction du public et même de certains élus et celle du maire qui, alors, a pris la parole pour menacer de poursuivre le débat à huis-clos.

Ainsi va la démocratie locale à Château d'Olonne.

DÉBAT ...À SUIVRE

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires