Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 15:48
LE TEMPLE DE LA RÉPUBLIQUE : L'ÉLYSÉE

LE TEMPLE DE LA RÉPUBLIQUE : L'ÉLYSÉE

LA TRANSPARENCE ET L'ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE VIE PUBLIQUE POLITIQUE EN FRANCE NE SONT PAS POUR DEMAIN

Deux informations convergentes sont venues nous rappeler les promesses présidentielles en matière de morale en politique, déontologie, éthique...tout devait être clair quand furent tirées les leçons de l’affaire CAHUZAC.

Les citoyens espéraient pour les élus que le principe TOLÉRANCE ZÉRO serait adopté pour les élus qui fautent : condamnation pour prises illégales d'intérêt, favoritismes et autres condamnations pénales entrainant l'inéligibilité...

Tout devait être fait pour que pour réconcilier les citoyens avec leurs élus.

 

L'INÉGIBILITÉ POUR LES ÉLUS CORROMPUS

Le procès XYNTHIA nous a révélé au fil des audiences un système maffieux organisé à LA FAUTE SUR MER qui a permis de construire des maisons en zone inondable avec la complicité active du maire, de son adjointe, la passivité des autres élus et la non-réactivité du Préfet...une chaîne de défaillances où la morale en politique est passée aux oubliettes. Le résultat est malheureusement connu.

Malgré ces "fautes" et manquements, le Maire René MARRATIER a failli être réélu !

Cela ne peut s'expliquer que par le principe malsain de la reconnaissance d'électeurs due à un élu qui a distribué les passe-droits, octroyé les petits privilèges aux uns et aux autres.

On peut changer les lois, on ne changera pas les tentations et faiblesses humaines.

 

TRANSPARENCY FRANCE FAIT LE POINT : UN AN APRÈS L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

"2018 L'ÉTHIQUE ET LA TRANSPARENCE DE LA VIE PUBLIQUE DOIVENT REDEVENIR DES  PRIORITÉS"

https://transparency-france.org/wp-content/uploads/2018/04/Rapport-Un-an-apr%C3%A8s-les-%C3%A9lections.pdf

 

"Malgré l'entrée en vigueur, en septembre 2017, d'une loi censée interdire aux personnes condamnées de se présenter à une élection, Transparency France relève que des élus récemment reconnus coupables de corruption sont toujours en place."

...."plusieurs élus ou ex-élus condamnés ces derniers mois pour des faits de corruption ou de détournement de fonds publics pourront en effet se représenter, sans aucune restriction, aux prochaines élections"

Ce rapport de TRANSPARENCY FRANCE rappelle les mesures qui étaient promises et les conditions d'une amélioration espérée pour sauver la démocratie de la gangrène du "tous pourris ": interdiction du cumul des mandats, nombre de mandats limités dans le temps, plan de prévention de la corruption...

 

MAIS UN FAIT DIVERS NOUS RAPPELLE À L'ORDRE : UN MAIRE REVEND LE MATÉRIEL MUNICIPAL SUR 'LE BON COIN"

Des élus locaux font encore tout leur possible pou que l'image du "tous pourris" continue à coller à la peau de ceux qui devraient être exemplaires : les élus.

Ainsi divers organes de presse reprennent le cas de ce maire de Haute Garonne, Patrick DOUCÈDE, maire de PONLAT-TAILLEBOURG,  qui vendait le matériel municipal sur "le bon coin ".

Il est condamné à une peine légère et va faire appel. Il a écopé de six mois de prison avec sursis et 3 ans inéligibilité.

La presse explique que ce maire a ses défenseurs et que ceux-ci estiment qu'il aurait pu ou dû rester maire...alors qu'il a quand même fini par démissionner.

Ces défenseurs de "l'impossible" expliquent le peu de cas que des citoyens peuvent se faire du devoir d'honnêteté de l'élu...à moins que ces défendeurs aient été les amis et obligés de ce maire indélicat.

Faut-il admettre qu'un maire qui vole sa commune et donc ses concitoyens puisse être réélu ?

EN FRANCE, LE "TOUS POURRIS" AURA ENCORE LA VIE DURE.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires