Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 18:09
UN PRÉSIDENT QUI AFFRONTE UNE BRONCA INSOLITE

UN PRÉSIDENT QUI AFFRONTE UNE BRONCA INSOLITE

LES INDEMNITÉS DU PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION : DÉBAT INAUDIBLE, BLESSANT, INUTILE...POUR L'INTÉRÊT GÉNÉRAL

 

Pour les  concitoyens qui suivent de loin l'actualité locale, pour  qui la chose publique (res publica) mérite réflexion, nous devons décortiquer le non événement que constitue  ce conseil communautaire et particulièrement le malheureux débat pugilat verbal sur les indemnités du Président.

La position du maire de Château d'Olonne ne peut qu'interroger les citoyens qui ont vu dans la création de l'agglomération et dans le projet acté de fusion des 3 communes du Pays d'Olonne une lueur d'espoir, de renouveau, de dynamisme pour le territoire.

Nous allons tenter de vous donner toutes les clés pour décrypter, par épisodes, les tenants et aboutissants  de ce qui pourrait être une crise  locale grave, nuisible à l'intérêt générale et qui nous l'espérons ne sera qu'une tempête dans un verre d'eau.

UN VOTE À BULLETIN SECRET SANS APPEL : 31 POUR, 15 CONTRE

Ce débat qui n'aurait jamais dû avoir lieu comme l'ont dit certains élus fut donc clos démocratiquement par un vote à bulletin secret qui a donné le résultat suivant ;

48 élus

47 votants

1 vote blanc

31 voix pour l'adoption de la délibération qui fixe le nouveau montant des indemnités du Président Yannick MOREAU

15 voix contre

Rappelons aussi que tous les intervenants (une dizaine) ont reconnu le caractère légal de la demande : les textes fixent un plafond d'indemnité pour le Président d'une collectivité type Communauté d'Agglomération et la proposition présentée aux élus entre dans la limite légale.

 

MAIS QUELLE MOUCHE A PIQUÉ CERTAINS ÉLUS ?

Face à ce résultat presque prévisible du vote qu'avaient donc à gagner les élus qui sont montés au créneau pour flinguer le Président de l'Agglomération, quel objectif poursuivaient ces élus ? 

Parmi ceux-ci il faut distinguer globalement : 

- les élus politiquement contre le Président Yannick MOREAU comme les élus socialistes d'Olonne-sur-Mer et des Sables d'Olonne et leurs collègues du front de gauche. Pour ces socialistes, la prise de la Bastille que constituait la Ville d'Olonne-sur-Mer est le fondement de leur opposition systématique à l'usurpateur qu'est Yannick MOREAU. Pour s'en rendre compte il suffit d'assister aux Conseils Municipaux d'Olonne. Cela ne justifie pas la virulence des attaques à l'encontre du Président de l'Agglomération.

- et les élus qui appartiennent à la majorité du Président de la Communauté  d'Agglomération essentiellement les élus de Château d'Olonne restés fidèles à leur maire Joël MERCIER devenu ce soir-là opposant.

Ainsi, premier intervenant, celui-ci, vice-président de la Communauté, a proposé maladroitement une demi-mesure d'augmentation des indemnités de son Président et a demandé le report de la délibération. Il a voulu lui donner une leçon de civisme, de moralisation de la vie publique et de gestion des fonds publics. Cette critique de son Président par un Vice-Président dans un long exposé lu, donc très préparé, est donc une attaque en règle inadmissible pour l'autorité du Président Yannick MOREAU.

On pourrait appeler cela une tentative d'intimidation, de chantage enfin de mise en cause de Yannick MOREAU devant l'opinion publique.

Monsieur Joël MERCIER est-il habilité, est-il à même de jouer ce jeu-là quand on sait qu'il n'est pas suivi par toute sa majorité castelolonnaise et que dans ce combat (et ce fut effectivement un combat) il s'allie avec la gauche et l'extrême gauche ce qui ne peut que désorienter son électorat ou ce qui lui reste d'électorat ?

 

PROCHAIN ARTICLE :

LE MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JOEL MERCIER, VICE PRÉSIDENT DE LA COMMNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION, EST-Il BIEN PLACÉ POUR SAPER L'AUTORITÉ DE SON PRÉSIDENT ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires