Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 17:00
LE DOCTEUR MICHEL MALINET EST INTERVENU LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION "LA FACTURE D'EAU EST IMBUVABLE" SUR "LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS"

LE DOCTEUR MICHEL MALINET EST INTERVENU LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION "LA FACTURE D'EAU EST IMBUVABLE" SUR "LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS"

CONFÉRENCE DU DOCTEUR MICHEL MALINET

Le 13 mai 2016

 

LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS  : SAVOIR, DES PRÉCAUTIONS À PRENDRE EN ATTENDANT DES RÉGLEMENTATIONS

 

Des perturbateurs endocriniens peut-être aussi dans l’eau…mais pas que…

 

 

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques d’origine naturelle (phyto-œstrogènes présents dans le soja par exemple) ou artificielle (phtalates dans les plastiques mous, PCB dans les transformateurs électriques…) qui interfèrent avec le système endocrinien et provoquent des maladies chez l’homme et parfois ses descendants.

 

Citons  :

le diabète,

l’obésité,

problèmes thyroïdiens

mais aussi augmentation ou baisse du QI des enfants...

 

On suspecte très fortement que certains cancers hormonaux dépendants dont on observe l’augmentation, cancers tels que les cancers du sein, de l’utérus, de la prostate et des testicules pourraient être liés à l’absorption des ces substances présentes dans notre environnement.

 

Le lien de causalité est difficile à démontrer en raison de la multiplicité de l’exposition de chacun de nous à des centaines de molécules, dans certains cosmétiques (parabènes), dans les retardateurs de flamme (polybromodiphényles), dans notre alimentation (produits phytosanitaires), dans les tickets de caisse (bisphénol A) et tout simplement dans l’eau (produis phytosanitaires et tous les médicaments que la population a absorbés auparavant), pour ne citer que ces quelques exemples, mais aussi en raison des très faibles quantités de ces produits capables d’induire des effets délétères.

 

C’est sans doute pour ces raisons et aussi parce que les grands groupes de l’industrie chimique, mis en difficulté pour trouver des molécules de substitution, font pression pour retarder une réglementation européenne qui soit à la hauteur des enjeux de santé publique.

 

Dès à présent, et sans attendre l’évolution de cette réglementation, chacun de nous peut s’interroger sur la pertinence d’utiliser certains cosmétiques, de faire chauffer des plastiques au contact des aliments et d’utiliser des pesticides ; gageons que les fabricants sauront d’adapter à la demande des consommateurs clairvoyants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires