Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 21:23
La dépendance : un risque qui mérite solidarité

La dépendance : un risque qui mérite solidarité

LES BUDGETS DE LA MUNICIPALITÉ CASTELOLONNAISE DEVRAIENT PERMETTRE DE FAIRE JOUER LA SOLIDARITÉ

Nous sommes surpris par des décisions où le maire fait la sourde oreille à de justes suggestions.

Lors du dernier conseil municipal deux sujets ont retenu notre attention.

D’abord, ce fut la délibération concernant les tarifs des séjours ado 2017. La participation moyenne de la commune aux frais de séjour d'un jeune est de 50 %.

Ce point de l’ordre du jour fut l’objet d’un long débat pour un séjour qui ne va concerner que 23 jeunes. Pourquoi ce chiffre limité demande l'opposition. Le blocage du maire et de son adjointe Annick TRAMEÇON. La lettre de cadrage du maire fixe à 1% l’augmentation des dépenses donc il n(y a rien à négocier.

Ce qui est sûr c’est que des jeunes ne pourront bénéficier de cet accompagnement qui peut être une occasion de vie sociale positive et encadrée.  Il y a déjà plus de demandes que l’offre faite par la collectivité.

 

En fin de séance c’est l’opposition de droite qui pose une question importante et qui ne cesse de prendre de l’importance : l’aide des collectivités aux personnes en perte d’autonomie avec le respect de la priorité reconnue : le maintien à domicile.

Le Plan Local de l’Habitat a mis en évidence le vieillissement de la population et propose un « plan d’action dont la mise en œuvre était de la compétence des communes ».

Le nombre de projets subventionnés de mise aux normes handicapées : des salles de bains, rampes d’accés, domotique…est inférieur aux prévisions.

Les élus de l’opposition souhaitent que le bulletin municipal parle des aides possibles.

Pour botter en touche le maire dit que ces aides ne sont plus de sa compétence mais celle de l’Agglomération. Ce que conteste l’opposition.

Sue ce grave sujet nous feront deux remarques. La première est de forme mais grave. La question pose par écrit par l’opposition n’a pas reçu de réponse réelle, étudiée. Elle fut traitée nous dirons dans l’indifférence totale et avec mépris. À notre avis, c’est très dommage voire révoltant car il s’agit d’un grave problème de société pour lequel nous menons un combat quotidien. C’est celui des conséquences du vieillissement, du handicap et de la misère cachée à Château d’Olonne.

 

UN BUDGET QUI PERMETTRAIT PLUS DE SOLIDARITÉ

Le maire sur les deux points évoqués ci-dessus a manqué deux occasions de justifier l’aide à ses concitoyens. Pour le premier cas celui des jeunes et pour le second celui du handicap, le budget 2017 permet des ouvertures. À la fin de l’année 2017, 3 ou 4 millions d’euros seront passés en "résultats" reportés sur l’exercice 2018. Ces résultats ne servent à rien : alors pourquoi refuser une ouverture de la municipalité à ses responsabilités en matière social ?

C’est un vrai paradoxe inexplicable humainement : refuser une action sociale qui est un engagment de la commune alors que les finances communales peuvent assumer ces charges nouvelles et  que l’endettement de la commune est faible.

Il y a dans le corps humain un endroit qui s’appelle le cœur, c’est à ce même endroit que se met le portefeuille. Il faudrait que notre équipe municipale vive la dure réalité des situations de certains jeunes et celles des certaines personnes âgées et rapproche cœur et portefeuille.

Ce soir-là, au Conseil Municipal, il y a eu un malaise : la commune est riche nous a-t-on montré, la commune n’a pas su montrer qu’elle pouvait jouer la solidarité.

 

DES TRAVAUX SANS FIN, DES RIVERAINS A LA PEINE PENDANT CINQ ANS

C'est à peine croyable : les travaux de l’axe RIAUX MOULINEAU sont désormais programmés. Ils se sont faits attendre. Mais la mauvaise surprise c’est que le maire annonce que cette programmation s’étirera sur 5 ans !

Cette tradition des travaux interminables se poursuivra jusqu’à la fin de la mandature dans la tradition castelolonnaise : il y a eu Clémenceau, il y a eu les Prés de la Clais, il y a eu Les OCEANES et maintenant la route de Talmont…deux ans, trois ans de travaux là ou quelques mois auraient suffi et permis de limiter la gêne des riverains, commerçants…

Pour l’axe RIAUX-MOULINEAU c’est un nouvel engagement de 4 millions d’euros mais c’est aussi un engagement pour 2017 à 2022 : 5 ans. Un manque total de considération pour la population.

L’opposition a tenté de demander en vain une durée plus compatible avec la vide ses concitoyens.

Dans ce type d’opération on a l’impression que ce sont les entreprises qui dictent leur loi au détriment de la population.

 

CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES CRC : SUIVI DES OBSERVATIONS

À ce titre, des travaux et des marchés publics, nous fûmes étonnés qu’il n’y ait eu aucun débat sur ce grave problème de la mise accusation des élus sur la passation des marchés et la gestion du personnel.

Les observations de la CRC auraient dû être commentées aux élus : appels d’offres bancal, 13,1 millions d’euros de marchés mis en cause et cela au bénéfice de la même entreprise, les dossiers envolés et comme le fit remarquer la CRC : ces opérations litigieuses ont perduré.

Décidément à quoi sert la CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES ?

http://www.olonnes.com/2017/03/la-cour-des-comptes-a-quoi-sert-elle-vraiment.html

 

Il faut espérer que la commune nouvelle unique permettra de tourner définitivement une page tachée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires