Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 20:09
Voilà la déco castelolonnaise de l'entrée de ville : friche de clinique de l'ex-groupe 3 H * qui vient d'évoluer statutairement

Voilà la déco castelolonnaise de l'entrée de ville : friche de clinique de l'ex-groupe 3 H * qui vient d'évoluer statutairement

LA CLINIQUE DU VAL D'OLONNE : UNE HONTE POUR UNE ENTRÉE DE VILLE STAION BALNÉAIRE

 7 années d'impéritie de la municipalité castelolonnaise.

Il y a effectivement maintenant 7 ans que cette friche exaspère les habitants du Pays des Olonnes. Pourtant l'ancien maire en fut actionnaire et gérant et même  gérant de la SCI propriétaire du site (2 hectares).

Il faut ne pas oublier que les castelolonnais ont donné pour le construction de la clinique leur caution pour les emprunts du groupe 3 H constructeur et exploitant de cliniques.(Monsieur Jean-Yves BURNAUD actionnaire du groupe 3 H à l'époque)

 

En remerciement nous avons en cadeau une friche qui résulte de la spéculation organisée par les actionnaires (les mêmes personnes que les propriétaires de la clinique). Les propriétaires pour en vouloir trop font que les promoteurs abandonnent leurs projets... Cela suppose de la part des propriétaires qu'ils n'ont pas besoin de "liquider" un terrain qui vaut au minimum 3 millions d'euros et que cela ne les gêne pas de défigurer une ville qui leur a beaucoup donné.

Ils sont Incapables de négocier un juste prix du terrain et de faire les démarches pour rendre à ces terrains une autre vocation puisqu'ils ont négligé une offre où une maison de santé pouvait s'établir.

L'entretien minimal n'est pas fait. La sécurisation du site prévue en conseil municipal de 2012 n'est toujours pas effective...incurie et impéritie des maires successifs !

 

ON EN REPARLE AU CONSEIL MUNICIPAL

Madame Mauricette MAUREL (opposition de droite qui, en général ,parle en son nom personnel) poursuit avec conviction et opiniâtreté sa campagne sur ce sujet et rappelle ses propositions.

Lors du vote du budget le maire une nouvelle  fois a laissé paraître la "richesse" de la municipalité. Pour Madame Mauricette MAUREL le budget municipal mieux géré permettrait de dégager 3 millions d'euros pour racheter le terrain.

"nous devons acquérir à l'amiable et emprunter..."

Madame Mauricette MAUREL fait fi de ses connaissances d'ancienne chef des services de la mairie : PLU, rachat pour une réserve foncière mais racheter pour faire quoi ?

C'est une opposante de gauche Madame Sophie MÉTAIREAU qui suggère d'y implanter le futur Palais des Sports Sablais.

La réponse lui est faite par Madame Annick BILLON qui, justement, connait bien le dossier Palais des Sports Sablais dont l'implantation est en cours d'étude par la Communauté d'Agglomération sur la Vannerie. Madame Annick BILLON a d'ailleurs précisé que les besoins en espace (parkings prévus) dépassaient largement les possibilités du terrain de la clinique. Il ne fallait pas en dire plus.

Par son intervention Madame Sophie MÉTAIREAU  a couru le risque de réveiller les vieux démons et pommes de discorde surgis pour l'implantation de la fameuse piscine castelolonnaise des Plesses.

Au moment de l'entente cordiale des 7 communes, les élus ne doivent plus prendre le risque de parler de choses qui dans un passé récent ont fâché surtout dans ce secteur géographique !

Par contre, il faudra bien un jour qu'une décision soit prise pour liquider la verrue purulente de la friche Clinique du Val d'Olonne même si les propriétaires sont un peu violés. Le maire aurait-il ce courage ? Pour l'instant ses explications embarrassées ne laissent  pas transpirer une parcelle de volonté de faire quelque chose. 

*groupe 3 H http://www.groupe-3h.fr/index.cfm/rencontre-avec-la-direction/ 

avec ce lien, allez sur ce site et demandez pourquoi la clinique reste cette friche qui est insupportable aux yeux des habitants du Pays des Olonnes.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REGUIGNE REGIS 07/03/2017 16:02

Et , " l ' état d ' abandon manifeste " ? Cela ne leur dit rien ? C ' est " un peu fort de café " , non ?
Une commune , " responsable " , devant une telle situation , déclenche , quand elle le décide ( ! ) une procédure d ' état d ' abandon manifeste , et , en 6 mois maximum , délai légal , le dossier est traité . A savoir que , le ou les propriétaire( s ) est mis en demeure , par la commune , de faire cesser la situation d ' abandon , avec les risques que cela comporte . Si ces personnes n ' agissent pas , avec vérifications à l ' appui , la commune " s ' empare " du bien , estimé par l ' administration des Domaines , puis , décide d' un nouvel usage du bien en cause . D ' où la question : " Mais que fait la police " ? Pardon : que fait le maire ?