Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 19:19
La mairie des Sables d'Olonne

La mairie des Sables d'Olonne

Suite de

http://www.olonnes.com/2017/02/les-sables-d-olonne-conseil-municipal-du-mardi-21-fevrier-2017.html

 

LE DÉBAT SUR LES BUDGETS

Ce serait plutôt le consensus sur les budgets.

Le Budget primitif 2017 est voté avec « presque » l’approbation des oppositions. Monsieur Didier VASSET (opposition socialiste) félicite le responsable des Finances Yvan KERVENKA et son équipe pour « l’efficience de la gestion » mais c’est un "optimisme relativisé" donc il s’abstiendra même si c’est un budget primitif « raisonnable ».Une forme d’hommage à Yvan KERVANKA dont on sent l’assurance et l’humour s’épanouir au fil des budgets.

Pour l’opposition de droite par la voix de Jean-Noël LANDAIS ce sont quasiment les mêmes angles d’attaque que par le passé.

D’abord le mystère de la gestion du personnel. C’est l’État qui fixe la valeur du point d’indice des agents avec des coups de pouce par rapport à l’inflation. Avec ces hausses de salaires imposées, avec les augmentations individuelles et l’effet des primes d’ancienneté, à effectif égal, comment la commune réussit-elle à contenir comme elle le fait la masse salariale. La réponse est claire en deux points.

D’abord, le salaire d’aucun agent n’a été baissé puisque la loi l’interdit ; les élus sont rassurés (rires dans la salle).

Ensuite, il y a un effet des départs en retraite.

Deuxième angle d’attaque : le montant consacré aux investissements reste faible même s’il salue « la reprise des investissements. Yvan KERVANKA rappelle que le temps de l’euphorie est passé. Il faut faire avec. Il faut vendre des immeubles acquis par les précédentes municipalités. Mais ceci aura bien sûr des limites.

Troisième angle d’attaque : les emprunts toxiques. Jean-Noêl LANDAIS a la lourde et impossible mission de défendre une gestion passée hasardeuse voire très dangereuse pour les finances locales.

Les collectivités locales, les hôpitaux…se sont laissés entraîner dans les chemins bancaires semés d’embuches que sont les emprunts toxiques. Ils ont abandonné leur obligation de gestion en bon père de famille pour l’aventure interdite. La Cour des Comptes a mis trop longtemps à réagir, laissant filer…d'ailleurs le Président actuel de la Cour des Comptes fut aussi victime de cette errance en souscrivant largement de 2004 à 2007 des emprunts toxiques pour le compte des collectivités dont il était l'élu !

Voilà le résultat avec une ville comme les Sables d'Olonne dont les finances ont été plombées par cette faute lourde de gestion.

Alors pourquoi remettre cela sur le tapis alors que c’est la nouvelle municipalité qui doit éponger les dégâts en se serrant la ceinture et en investissant son temps en négociations dures avec les banques et avec le « fond d’indemnisations des victimes des emprunts toxiques » que le citoyen finance et financera encore des années durant !

Il faudrait que l’opposition de droite remercie la majorité actuelle pour ce travail de sauvetage ? Ce serait plus fair-play.

Enfin une question est revenue à l’ordre du jour : le dévenir de l’immeuble EDF cours DUPONT…le maire Didier GALLOT avait promis de parler de ses négociations avec le propriétaire de ce site peu valorisant et convoité. Dans sa réponse le maire laisse entrevoir que la mairie avance, cause… peut-être que la nouvelle bibliothèque y trouverait l’espace espéré…affaire à suivre.

Ces échanges sur le budget furent empreints de courtoise et se terminèrent par un vote où les oppositions se sont retranchées derrière l’abstention…en principe une opposition ne vote pas le budget...donc l'abstention est une modalité d’accord qui ne dit pas son nom...NON ?

 

A SUIVRE…il se passe aussi d’autres choses aux Sables d(Olonne

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires