Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 16:54
Usine TMB du Taffeneau en construction (image d'archives)

Usine TMB du Taffeneau en construction (image d'archives)

DES PROMESSES NON TENUES ET DES SILENCES QUI PÈSENT SUR UNE GESTION QUI MANQUE DE TRANSPARENCE

TRIVALIS est le syndicat mixte départemental d'études et de traitement des déchets ménagers et assimilés de la Vendée. (www.trivalis.fr ).

 

Il faut rappeler l'échec financier et technique qui pèse sur le Syndicat Départemental et sur son plan départemental de traitement des déchets : de 5 usines TMB il a fallu passer à 2 mais et ces deux ont coûté le prix des 5 !

Techniquement l'échec est consacré par les derniers chiffres que l'on a pu collecter et qu'on aimerait que TRIVALIS mis en cause puisse démentir.

Les usines TMB avaient un objectif de production de compost...32 000 tonnes par an . Le chiffre n'a jamais été atteint et c'est pourtant ce chiffre qui a été déterminant pour le choix des prestataires ! Les élus se sont-ils aussi fait induire en erreur comme sur le prix de la construction des usines? Cela fait beaucoup.

Depuis 2013, nous demandons un audit public fait par un organisme indépendant ; c'est quand même les citoyens qui financent avec leurs impôts ce qui peut être une faute grave de gestion du syndicat. dont il faut déterminer la nature afin de rechercher d'autres voies moins couteuses et plus efficaces. Et elles existent en France et à l'étranger pour le traitement de nos déchets et leur diminution.

 

LE PARADOXE DES ÉLUS VENDÉENS : ILS N'OSENT PAS DIRE "STOP AU GACHIS"ET "ON VEUT SAVOIR"

Nous allons arriver à la période des votes des budgets.

Cette période permet aux élus d'examiner et de voter les impôts et taxes dont celles qui correspondent aux "ordures ménagères"

Pour ce chapitre cela monte, monte, monte...les élus s'étonnent sauf que ce sont eux qui votent les budgets de la collecte des ordures ménagères et autres déchets et leur traitement.

Le citoyen vendéen fait des efforts pour trier...et il n'est pas récompensé de ses efforts (à la différence d'autres départements où celui qui trie... gagne ).

 

Donc, chose étrange ! Le vendéen diminue "sa production" d'ordures ménagères" mais sa taxe augmente...les élus quand ils constatent cela logiquement s'indignent, ils s'interrogent . Mais cela en reste là : ils ne demandent pas des comptes à leur "Syndicat" TRIVALIS dont ils sont portant les "gérants" . En effet, ce sont eux qui constituent le Conseil de TRIVALIS.

Quand on constate cela, on comprend mieux que l'État qui cherche des économies ait imposé à ces structures de Syndicats de faire des économies et donc à tous les élus de veiller au grain.

Mais que font-ils, ces élus ? Ont-ils les moyens d'exercer leurs missions et toutes leurs responsabilités ? L'expérience nous a montré  qu'ils n'ont ni les moyens, ni l'envie d'exercer ces lourdes responsabilités qu'ils ont cependant acceptées.

Faudra-t-il attendre un scandale pour que la clarté soit faite et que les élus réagissent ? Ce serait si simple de jouer cartes sur table .

 

UNE GESTION OPAQUE

C'est vrai que la communication de plaquettes et autres manifestations et informations pour mieux trier, gérée ses propres déchets...donne l'impression au Syndicat TRIVALIS d'exister et de justifier de son utilité et efficacité..  

Posons la question pour demain :

Un Centre de TRI imposant va être inauguré à la FERRIERE (commune dont le maire est par hasard l'ex Président de TRIVALIS et Président actuel du Conseil Départemental  de la VENDÉE.) La Chambre Régionale des Comptes a signalé le dérapage budgétaire de ce projet.

Ce projet a comme corollaire la suppression des centres de tri locaux jugés hâtivement obsolètes . Cela a généré la suppression de nombre d'emplois locaux.

Tout pourrait être clair si TRIVALIS acceptait d'avoir comme partenaires les associations habilitées à participer avec voix consultatives aux organes de direction de TRIVALIS (dans les commissions locales, dans les ex commissions de suivi des sites, au conseil ...)

La fait de refuser de nommer ces associations représentatives des utilisateurs et usagers génère la suspicion. De quoi peut avoir peur le Syndicat  TRIVALIS pour devoir contourner son obligation de faire participer les Associations d'usagers qui frappent à la porte de TRIVALIS depuis des années?

C'est aux élus vendéens de se poser la question et d'y répondre.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CACO - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article

commentaires