Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 18:38
La Justice est une institution indispensable pilier de la Nation

La Justice est une institution indispensable pilier de la Nation

RETOUR SUR 2016 : RÉHABILITER LA JUSTICE EÛT ÉTÉ PLUS JUDICIEUX QUE D'HUMILIER SES SERVITEURS...AUX CITOYENS DE RÉAGIR

La trêve de Noël doit permettre de consacrer quelques minutes pour le réflexion...et revenir sur des fondamentaux un peu massacrés.

On prête des propos au plus haut magistrat de la France, le Président de la République, qui, pour le citoyen de base sont incompréhensibles, inaudibles, irresponsables :

« Une institution de lâcheté [...] C’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n’aime pas le politique »

D'une part, déjà nous avons appris ces dernières années que le citoyen  français n'a plus ses dirigeants et ses magistrats en haute estime et que d'autre part, le chef de l'État  qui a le devoir de protéger les Institutions aurait tenu ces propos humiliants : tout pour casser la Justice !

Que devient un  pays démocratique où il y a le divorce total entre le peuple, la JUSTICE et les gouvernants ?

 

RESPECTER LA JUSTICE DE SON PAYS : PILIER INDISPENSABLE DE LA SOCIÉTÉ

L’a-t-il dit ou ne l'a-t-il que penser ?

Le problème n’est plus là puisque la presse a abondamment diffusé l’information envoyant l'institution et ses serviteurs aux géhennes. D’ailleurs, les media en ont moins fait pour la diffusion des "excuses" présidentielles.

 

LA JUSTICE, INSTITUTION HUMAINE FAILLIBLE

La Justice est rendue par des magistrats professionnels (à quelques exceptions près) qui sont des hommes et des femmes avec leurs imperfections et leurs faiblesses que l'on doit sanctionner individuellement s'il y a faute...si on ne veut plus d'affaire OUTREAU.

La JUSTICE n'est donc certes pas infaillible. Casser la Justice en s’en prenant aux magistrats d'une manière générale c'est d’une rare irresponsabilité de la part de celui qui est le garant de l'unité nationale et  de la  bonne marche de la Justice.

Ce n'est pas une erreur "judicaire" imputée à un magistrat fautif qui permet de condamner la JUSTICE et tous les magistrats ! Ce n'est pas une erreur d'un membre du corps médical qui condamne tout le corps médical et le service public de LA SANTÉ. Ce n'est pas une bavure policière qui permet de condamner tous les policiers et gendarmes...

 

LA JUSTICE EST UNE INSTITUTION FRAGILE

Ce n’est pas parce que les hommes magistrats ont des faiblesses

ce n’est pas parce qu’ils sont faillibles

ce n’est pas parce qu’ils peuvent donc se tromper

ce n’est pas parce que des syndicats de magistrats confondent justice et lutte des classes ou défense d’un corporatisme désuet peut-être,

qu’il faut jeter en pâture tous les magistrats à la vindicte populaire.

 

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, QU'AVEZ-VOUS DONC FAIT POUR LA JUSTICE DE VOTRE PAYS ?

 Rappelons que le Président de la République a été incapable :  

- de porter une vraie réforme de la Justice ( nécessaire ?) : par contre, les ravages de pseudo réformes faites avec démagogie et incompétence, dans la précipitation, ou pour répondre à des circonstances exceptionnelles n'ont fait qu'enfoncer le grand service public de la Justice,

- de lui donner les moyens d'exercer dignement  sa fonction régalienne en prélevant sur les dépenses injustifiées de l’État et des collectivités territoriales. 

Le Chef de l’État commet une faute lourde en déstabilisant un Corps qui, au contraire, par définition a besoin de sérénité et du soutien de la Nation pour exercer sa mission.

Donc, non content :

d’avoir fait dégringoler le statut de la France en matière de classement de sa Justice, le chef de L’État l'enfonce en oubliant sa propre responsabilité et ses engagements  : MOI PRÉSIDENT...

de devoir endosser la responsabilité des réformes qui sont mauvaises et de les imposer,

le Chef de L’État, comme certains de  ses prédécesseurs, ose penser à haute voix que ce sont les magistrats qui sont mauvais et non l'institution qui est sans cesse chahutée par les politiques et qui est devenue malade.

En dégradant la fonction de magistrat le chef de l'État a donc aussi dégradé la fonction présidentielle.

 

AUX CITOYENS DE DÉFENDRE LEUR JUSTICE

Français, allez donc assister à des audiences de vos tribunaux,

Français, mesurez ainsi la dégradation des conditions d'exercice du service public de la Justice.

Français, ne manquez aucune occasion d'appréhender votre Justice.

 

Qu’a donc fait l'actuel Chef de l’État pour rendre à la Justice ses lettres de noblesse ?

Faut-il lui rappeler le fameux adage entendu maintes fois dans nos tribunaux "Nemo auditur propriam turpitudinem allegans": "Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude"...en clair et en français on ne peut pas se plaindre de dommages ou de préjudices qu'on s'est provoqué à soi-même, c'est-à-dire dont on est responsable...les négligences de l'État à l'égard de la Justice sont bien celles de nos gouvernants successifs dont celles du Président de la République.  

En dégradant la fonction de magistrats, le chef de l'État a aussi dégradé la fonction présidentielle.

Dans ce domaine comme dans tant d'autres, il appartient donc aux citoyens de "prendre les armes", de ne plus être des acteurs passifs, désabusés, critiques mais sans réaction. Les moyens d'action ne manqueront pas durant cette période électorale que nous allons vivre en 2017. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CACO - dans JUSTICE
commenter cet article

commentaires