Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 22:39
CHÂTEAU D'OLONNE, CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 28 JUIN 2016 suite...

Suite de :

http://www.olonnes.com/2016/06/chateau-d-olonne-premier-conseil-municipal-dans-le-nouvel-hotel-de-ville.html

 

DES DÉBATS ENTRE SOURDS : NAVRANTS !

Il y en eut plusieurs ce soir-là à Château d'Olonne

 

LA PISTE CYCLABLE sur la RD32a (route aérodrome vers Saint Jean d'Orbestier) . C'est une question de Mauricette MAUREL (opposition de droite, liste "Ensemble agir pour le changement") concernant un projet qui lui tient à cœur. Il s'agit de la création d'une piste cyclable ou d'une voie sécurisée cyclistes, piétons.

Il est proposé aux élus d'annuler les crédits concernant ces travaux estimés prioritaires aux dires de l'intervenant pour des raisons de sécurité évidentes pour les utilisateurs réguliers de cette voie.

Ce qui choque l'élue c'est que cette annulation de crédits de 90 000 euros a déjà eu lieu pour l'exercice 2015.

Mauricette MAUREL stigmatise cette mauvais habitude qui consiste à provisionner des investissements pour une année N, investissements  qui ne sont pas réalisés. Dans ce cas précis prévoir 90 000 euros pour la création de cet aménagement de voirie pour l'année N est logique. Annuler cette provision est normal si elle se révèle irréalisable l'année N.

Par contre, l'année suivante reprogrammer cet investissement puis à nouveau l'annuler en juin pose problème.

Si cet investissement est programmé c'est qu'il a une certaine importance.

S'il n'est pas réalisé deux années de suite...il faut savoir pourquoi...c'est la question posée par l'élue. ui demande au moins des aménagements sécurisants.

La réponse de l'adjointe Isabelle DOAT" chaque chose en son temps...ce dossier n'est pas abandonné...les emprises actuelles ne sont pas suffisantes...on n'est pas prêts, on reporte et j'espère que ce dossier se concrétisera avant la saison 2017..."

Une réponse qui ne peut satisfaire l'auteur de la question et qui ne convainc personne.

 

LA COLLABORATION, MAIN TENDUE DE L'OPPOSITION À LA MAJORITÉ, POUR L'ORGANISATION DE LA CAMPAGNE POUR LA CONSULTATION SUR LA FUSION

Le chef de file de l'opposition "Ensemble agir pour le changement" revient sur l'offre faite lors du précédent conseil municipal : travailler ensemble à cette préparation de la campagne et à sa réalisation.

Cette offre a fait l'objet d'un courrier au maire le 13 juin dernier.

Donc la question est reposée pour pouvoir "afficher ensemble notre engagement commun en faveur du OUI"; "Nous attendons avec impatience votre réponse."

Aucun enthousiasme du maire qui se retranche derrière un travail qui sera exécuté dans les commissions concernées. Sans plus de précisions.

L'auteur de la question estime, à juste titre, la réponse dilatoire : "Vous ne répondez pas à ma question".

Le maire "J'ai répondu..."

Le chef de file de l'opposition met les points sur les i : "Nous ne pouvons attendre septembre pour préparer la consultation."

 

OUI dialogue de sourds !

Pourquoi le maire refuse-t-il de dire qu'il ne veut pas de cette collaboration, qu'il ne veut pas préparer en toute transparence la consultation...?

Ce n'est pas beau la démocratie locale avec ce visage.

 

ENCORE UN DIALOGUE DE SOURDS

On est revenu aux Études sur la fusion...confiées initialement au cabinet Sémaphores.

Les 12 120 € payés à ce Cabinet l'ont été pour des "déplacements" (10) des chargés d'études du cabinet Sémaphores.

L'explication lors du précédent conseil était pour le moins trouble : 12 120 € pour préparer la fameuse question à poser le 11 décembre 2016 : c'est gros !.. Si c'est cela comme résultat annoncé pour "accompagner les élus dans la démarche sur la fusion! "...ce sont enfin des frais de déplacement.

Avec ces deux réponses qui cachent gêne ou mensonge on peut comprendre que le maire ne veuille pas fournir le document d'études qui aurait dû être fait et remis aux élus et aux castelolonnais curieux et financeurs.

Ce document existe-til ?

En fait, dit le maire " la mission d'accompagnement n'a pas abouti aux conclusions que nous espérions".

Là, on touche aux "études bidon" où le financeur demande pour couvrir une manipulation à un cabinet une étude dont il a fixé à l'avance le résultat, les conclusions !

Le maire se propose donc de poursuivre ce travail avec un nouveau cabinet "Challenge public ": budget de 18 000 € et les mêmes chargés d'études ?

Et voilà donc que maintenant est inscrit un nouveau budget !

Il nous semble qu'il appartient à l'opposition qui n'obtient rien de concret sur cette "étude" d'exiger publiquement que la première étude "Sémaphores" soit présentée. Cela lèvera un doute sur la justification de cette dépense.

À l'opposition de revenir à la charge pour éclairer les castelolonnais ou au maire de leur fournir toutes explications avec clarté.

 

À SUIVRE...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires