Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 11:01
OUEST FRANCE : DES CRAINTES PROFONDES ÉMISES PAR LE JOURNAL SUR LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE

LE CLIMAT POLITIQUE EN FRANCE EST-IL AUSSI DÉGRADÉ ?

RÉQUISITOIRE ÉTONNANT D'OUEST-FRANCE POURTANT TRÈS MODÉRÉ D'HABITUDE

 

Nous avons été particulièrement surpris par le caractère particulièrement alarmant et alarmiste d'article d'OUEST France du dimache de Pentecôte sur la situation politique en France...Le Saint Esprit a-t-il soufflé sur la plume de journalistes d'OUEST France ou est-ce simplement le fait du hasard de l'actualité?

 

Il est vrai que le jour de Pentecôte les lecteurs de journaux sont moins nombreux.

Il est vrai aussi que le Journal dont le cœur est à RENNES est influencé par les événements violents qui frappent les deux capitales Régionales de RENNES et NANTES.

Mais comme vous êtes nombreux à n'avoir justement pas pu lire ces articles éditoriaux nous vous livrons quelques extraits de ce journal du Dimanche de Pentecôte 2016.

 

"Alors va-t-on vivre encore une année entière dans ce climat quasi insurrectionnel sans que le pouvoir réagisse ?

Il est sans doute utile que le Président de la République se rende en Afrique. Mais, pendant ce temps-là, la maison brûle ici même. Ce genre de voyage veut masquer l'impuissance du pouvoir, masquer la réalité, masquer l'impuissance de l'ensemble des responsables et pourquoi en sont-ils là ? Parce qu'ils ne pensent qu'élection et singulièrement élection présidentielle...

...bientôt ce sont les forces de l'ordre qui vont demander des comptes...

...et tout cela dans un régime d'état d'urgence proclamé comme devant assurer la paix et la sécurité. Cet état d'urgence est complètement oublié, négligé, ce qui manifeste encore plus cruellement l'impéritie du pouvoir.

...sinon la révolution se fera dans la rue avec beaucoup de violence..."

François Régis Hutin, ditorial : ÇA SUFFIT !

 

"...Les violences prolifèrent en terrain favorable...

La faiblesse d'un socialisme fatigué; initiateur de la réforme de trop en constitue la toile de fond.

Le radicalisme, lui, préfère la casse aux urnes. Le risque est alors , en répondant à la violence par la violence, d'être l'acteur d'une escalade malgré soi. Ainsi s'explique la hantise du dérapage.

La police fait partie de la démocratie dont elle protège les institutions. Et quand la police est débordée, quand la démocratie est-elle-même menacée, l'heure n'est plus à fragiliser ce qui permet de vivre ensemble et d'assurer des solidarités dont profitent les contestataires du système.

...le pouvoir n'a d'autre choix que la fermeté."

Michel URVOY "actes injustifiables sur terrain favorable "

 

Il est étonnant ce duo de lanceur d'alertes qui est d'habitude si tolérant avec le pouvoir. La situation est-elle si grave qu'elle nécessite de préparer l'annonce des lendemains qui déchanteront ?

Certes, quand ceux qui ont en charge de sauvegarder l'ordre républicain police, justice...n'en peuvent plus, quand il y a rupture totale entre le peuple et ses dirigeants politiques, quand le peuple ne croit plus en rien, désespère, on peut craindre le pire.

Comment va-t-on vivre cette année de fin de règne : n'est-il pas grand temps de rappeler les citoyens à la réflexion puis aux urnes en espérant que ceux-ci croient encore au pouvoir du bulletin de vote en la démocratie le moins mauvais des pouvoirs pour sauvegarder la liberté de tous et la solidarité nationale.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires