Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 10:43
Yvan KERVENKA l'adjoint aux finances de la Ville des Sables d'Olonne

Yvan KERVENKA l'adjoint aux finances de la Ville des Sables d'Olonne

AUX SABLES D'OLONNE UN BUDGET 2016 QUI RENOUE AVEC UN CERTAIN OPTIMISME

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2016/02/les-sables-d-olonne-conseil-municipal-du-16-fevrier-2015.html

 AVEC NOS EXCUSES, CET ARTICLE DU 17 FÉVRIER 2016 A ÉTÉ SUPPRIMÉ INTEMPESTIVEMENT PAR L'HÉBERGEUR DU BLOG...si l'incident est irréparable nous redonnerons une petite synthèse de cet article disparu au champ du déshonneur technique.

Dernière nouvelle le 19 02 2016 : l'article est à nouveau en ligne

 

 

Les clignotants budgétaires au rouge en 2015 passent à l'orange presque au vert  en 2016

 

UN DÉBAT SUR LE BUDGET ÉXÉCUTÉ 2015

Didier VASSET pour l'opposition de gauche rappelle son intervention du 17 janvier 2015 où il avait stigmatisé le pessimisme exprimé dans le budget 2015 et pour 2016 il découvre "un soupçon d'optimisme". Il ne peut s'empêcher de faire un petit tour au niveau national où il rappelle le déficit chronique du budget de l'État qui a entraîné l'obligation pour celui-ci de diminuer l'aide aux collectivités locales "l'Etat devait diminuer les dotations globales de fonctionnement...et cela n'a pas empêché de faire."...Didier VASSET délivre cependant un satisfecit à l'équipe de la majorité.

 

Pour l'opposition de droite d'ailleurs peu présente à ce Conseil (démobilisée ?) Jean-Noël LANDAIS est plus critique particulièrement sur les frais de personnel ces deux dernières années : le vice pour la majorité actuelle, la vertu pour la majorité du précédent mandat.

Plus justifié est l'argument sur le faible taux de réalisatiion des investissments prévus en 2015. Ceci explique en partie un résultat aussi positif : si une commune ne réalise pas les investissements prévus pour l'année...elle réalise une économie qui augmente le "résultat" ! donc, cette économie, somme-toute fictive,  prête le flanc à la critique. Est aussi critiquable ce résultat qui comprend la vente d'actifs de la commune.

Enfin, autre critique sous forme de leçon de gestion: un fonds de roulement excessif qui aurait dû permettre de différer le recours à l'emprunt.

La réponse d'Yvan KERVENKA ne touche que les investissements : les retards dans le lancement des deux gros chantiers que sont celui de l'Église Notre Dame et celui de l'ancienne  Sous-Préfecture, et dans une moindre mesure, celui des travaux engagés pour la rénovation de la bibliothèque expliquent le faible taux de réalisation des investissements programmés en 2015.

Pour maintenir un certain consensus, il faut éviter la polémique et ce débat dans le débat se termine par "on ne va pas refaire l'histoire."

Gérard MERCIER, pour l'opposition de gauche, revient à la charge et regrette qu'il n'ait pas été fait plus d'investissements en 2015..."7 millions de résultat ".. "cela fait presque une médiathèque...la politique d'une ville n'est pas de faire des économies mais d'investir"...et de conclure à l'adresse de la majorité ."vous avez été trop frileux!"

Le maire conclut "La frilosité a un synonyme : la prudence"

Seuls les élus de l'opposition de droite s'abstiennent. Le compte administratif 2015 est adopté.

 

APRÈS LE PASSÉ 2015, L'AVENIR 2016 : UN BUDGET QUI REFLÈTE LA VOLONTÉ DE RÉALISER LES PROMESSES ÉLECTORALES

 

MAIS LA PRUDENCE EST ENCORE DE MISE

Il appartient à Yvan KERVENKA de présenter le projet de budget 2016 présenté dans le précédent article. Un budget de 55 millions d'euros.

Rappelons les grandes lignes :

- faire face au désengagement de l'État qui fait perdre 2 milions d'euros de recettes,

- poursuivre le désendettement de la ville.  La dette a culminé à 42,7 millions d'euros. Elle doit repasser sous la barre des 40 millions : 39,8 millions d'euros en fin 2016. Continuer la désensibilisation des emprunts toxiques (59 % de la dette !),

- maintenir les taux d'imposition à leur niveau de 2012,

- poursuivre la recherche d'économies de fonctionnement,

- dégager des marges pour investir,(9 775 000 euros)

- zéro emprunt. 

Après cette présentation Yvan KERVENKA en appelle à la prudence : les contraintes budgétaires en 2017, le projet de réforme de la DGF(versée par l'Etat). C'est un "budget responsable";

 

Pour l'opposition de gauche, Didier VASSET débute son propos en donnant un satisfecit "je suis en accord avec vous". Son gros regret est qu'il n'y ait rien pour le Musée. Cela ,et c'est peu, justifie l'abstention de la gauche pour le vote de ce budget;

Mais le maire Didier GALLOT met du baume sur cette plaie.."Sur le Musée nous y reviendrons .C'est également une de nos préoccupations, je ne l'oublie jamais."

 

Quant à l'opposition de droite, toujours par la voix de Jean-Noël LANDAIS, c'est l'attaque à nouveau sur les frais de personnel, sur les dépenses de fonctionnement, le faible taux de réalisation des investissements en 2015 "on est loin de la période 2007 à 2014 !". Le porte-parole de l'opposition de droite soulève aussi le lièvre d'un risque de conflit avec les Établières.

En conclusion "nous ne distinguons pas d'effort sans précédent" et de faire le décompte d'une cagnotte de 1.5 à 2 millions d'euros . Pour quoi faire ? "Est-ce la dot pour le mariage avec Olonne- sur-Mer?" ..."C'est un budget sans ambition."

Le Maire Didier GALLOT n'aime pas trop les leçons de gestion de l'opposition de droite qui était aux manettes durant la précédente mandature. Aussi il invite à  la modestie celle-ci en prenant l'exemple du Blockhaus ...sa mise en valeur reviendra moins cher que la démolition envisagée par la municipalité précédente et, en prime, il annoce qu'il a découvert que les chiffres présentés ne comprenaient pas la démolition des murs de soutènement avenue de Talmont et avenue de Verdun !

Armel PECHEUL, pour la majorité, rajoute son désaccord sur les qualificatifs donnés au budget par l'opposition "il s'agit d'un budget habile et qui ne manque pas d'ambition."

et il loue la prudence de ce budget : emprunts toxiques, finances publiques inquiétantes pour respecter les accords de Maastricht, la réforme de la DGF...L'avenir, c'est être raisonnable"

Gérard MERCIER, pour la gauche, exhorte le maire "ne soyons pas frileux, c'est un budget vertueux, sans ambition...c'est un budget d'attente."

Passons au vote : la gauche s'abstient, la droite vote contre...le budget 2016 est adopté lors d'un débat malgré tout assez apaisé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires