Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 21:13
FUSION DES COMMUNES ET FUSION EN GÉNÉRAL

APRÈS LE DISCOURS DE LA MÉTHODE D'UN GRAND PHILOSOPHE FRANÇAIS, LA MÉTHODE D'UN STRATÈGE LOCAL FACE UNE INERTIE PARALYSANTE POUR LE PAYS DES OLONNES

 

Une chronique réfléchie d'un de nos lecteurs : un sage observateur décortique l'attitude de l'homme face à une fusion qu'elle soit de communes, d'entreprises, d'associations...qu'en pensent les élus castelolonnais ?...après cette réflexion et les autres déjà exprimées continueront-ils à ne pas voir la réalité en face ? Continueront-ils à ne pas assumer le choix de l'intérêt général et à ne pas répondre aux souhaits majoritaires des habitants de Château d'Olonne ?

 

"LA FUSION, UNE AFFAIRE :

- de choix sans ambiguïté,

- de responsabilité au regard de la fonction,

- de respect des procédures et de l'intérêt commun.

 

1ère étape : Si je suis détenteur d'un mandat institutionnel à savoir : Chef d'entreprise, Maire d'une commune, Président d'une association, l'éventualité de recourir à une fusion risque de se produire à tout moment.

Dans ce cas précis, face à la décision à prendre, quelle attitude liée à la responsabilité de la fonction puis-je avoir ?

- Puis-je me cacher derrière mon petit doigt en me retranchant pour prendre la décision derrière une consultation de tous les membres de la structure peu ou pas informés des tenants et aboutissants en rapport avec les enjeux ???

- Ou bien j'assume sans délai ce qui est la charge de ma fonction à savoir la vision prospective de ma structure et je lance la procédure d'application des règles de droit ou statutaires liées au pouvoir décisionnaire qui est le mien ???

 

2ème étape :

Dans le cas d'une décision acquise au principe de fusion, si je me considère comme garant de l'avenir à court et moyen terme et de la bonne santé financière de la structure en partant du principe que le temps c'est de l'argent, deux cas de figure s'offrent à moi ?

- Soit je décide de passer outre ces bons principes pour préserver dans la durée les avantages et autres privilèges liés à ma fonction en reportant aux calendes grecques sous des prétextes divers l'application de la fusion ???

- Soit je fais fi de mes intérêts personnels au profit de ceux de la structure et de ses membres en débattant pour décider avec mes futurs partenaires de la date de concrétisation de la fusion la plus rapprochée possible; date qui marquera le début du compte à rebours à prendre en considération pour préparer l'acte final ???

 

En conclusion : « Entreprendre pour réussir a toujours ses règles et son calendrier. Quiconque se risquerait à les ignorer prend le risque d'une grande désillusion. » "

 

Merci à l'auteur de cette réflexion.

Partager cet article

Repost 0

commentaires