Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 08:02
BANQUES : certains banquiers qui ont pignon sur rue sont-ils des escrocs, des incompétents ou les deux ??BANQUES : certains banquiers qui ont pignon sur rue sont-ils des escrocs, des incompétents ou les deux ??

LA BANQUE POPULAIRE EN CAUSE

 

Les clients particuliers engraissent les banques (300 milliards de dépôts non rémunérés) mais font payer des frais de gestion pour la tenue du compte.

Quels égards pour ces millions de clients captifs, dociles, généreux donateurs ?

 

Les banques font-elles payer les clients pour rattraper :

- les pertes du Crédit Lyonnais,

- les pertes de Monsieur Jérôme KERVIEL pour la Société Générale,

- les placements hasardeux, spéculatifs comme ceux qui ont été faits en Grèce (exemple BNP 4,6 milliards d'euros sur les 13 perdus par les banques françaises)

- les 10 voire 20 milliards d'€ de la banque DEXIA, filiale de la Caisse des Dépôts (de nos dépôts)...

 

 

En France, les banquiers commettent de lourdes erreurs et ce sont les clients qui payent !...dans d'autres pays, les sanctions pour les banquiers indélicats sont dissuasives...En France, les banquiers déchus (Crédit Lyonnais) se pavanent et donnent des leçons.

 

 

Voilà notre deuxième exemple de dysfonctionnements de la Banque Populaire.

PLUS DE 3 SEMAINES POUR EXÉCUTER UN ORDRE ET PAS DE RAPPELS DE LA PART DE L'AGENCE DE LA BANQUE POPULAIRE !

 

 

Vous, clients, un jour de découvert et vous avez des frais bancaires qui sont automatiquement prélevés sur votre compte tombent !

 

Par contre, quand la banque, comme dans ce cas concret, est prise en défaut…vous n’avez aucun droit ni à excuses ni à gestes commerciaux de dédommagement pour votre préjudice subi.

Les banquiers se disent mal aimés mais n'agissent-ils de façon à l’être ?

 

Ce client a un besoin urgent de fonds pour aider un proche qu'il faut dépanner d'urgence.

Il tappe dans sa tirelire sur un compte assurance vie FRUCTIVIE FRUCTI PLACEMENT

L'ordre de rachat partiel des fonds déposés sur un compte assurance vie du groupe Banque Populaire est signé à la succursale des Sables d'Olonne le vendredi 29 janvier 2016 au matin.

 

Malgré de nombreux rappels téléphoniques ce vendredi 19 février l'ordre n'est toujours pas exécuté alors qu'il faut normalement 8 jours...les 8 jours sont devenus 15 jours maintenant 3 semaines.

La succursale ne répond pas au client...l'appel tombe sur un répondeur d'un agent qui ne rappelle pas alors que les bureaux sont ouverts.

 

Que faire ?...Attendre et pour patienter envoyer cet article pour qu'à travers FACEBOOK et autres réseaux sociaux les clients des banques françaises et particulièrement ceux de la Banque dite Populaire sachent qu'on se moque d'eux.

 

A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0
Published by CACO - dans ECONOMIE
commenter cet article

commentaires

CACO 19/02/2016 23:18

Merci pour ces précisions que nous pourrons ajouter sauf désaccord de votre part à la suite que nous mettrons en ligne avec le dénouement de ce dossier

ROGER 20/02/2016 12:01

Ayant travaillé 30 ans à des postes de responsabilité à la Société Générale en agence et dans les services centraux, je peux conseiller bénévolement les gens qui ont des problèmes avec leur banquier.

ROGER 19/02/2016 11:44

A juste titre, beaucoup de gens se plaignent du comportement des banques et, paradoxalement très peu de clients ont le courage de changer de banque. 3 % seulement d’entre eux sautent le pas soit trois fois moins que dans les autres pays européens (selon une étude de l’UFC-Que Choisir publiée le 9 décembre 2014). Néanmoins 32 % des clients sont aujourd’hui prêts à ouvrir un compte ailleurs que dans une banque traditionnelle alors qu’ils n’étaient que 29% en 2014 (selon une étude de septembre 2015 du cabinet Deloitte).

Toutefois l’opération est jugée complexe et fastidieuse pour une majorité de français qui détiennent généralement plusieurs produits bancaires (crédit à la consommation, crédit immobilier, assurance-vie et comptes d’épargne règlementée…) au sein d’un même établissement et qui hésitent donc à changer par crainte de voir virements, prélèvements ou chèques rejetés… Résultat, la concurrence s’installe difficilement dans le monde bancaire.

Pourtant, la réglementation évolue. En cas de changement de banque, le dispositif qui contraint les établissements à proposer à leurs clients de prendre en charge le transfert de leurs opérations (virements, prélèvements), a été renforcé par la loi relative à la consommation (dite loi Hamon) du 17 mars 2014. Un décret publié le 8 juillet dernier (n° 2015-838) fixe, en outre, des délais précis aux créanciers (impôt, loyers, téléphonie…) pour traiter les changements de domiciliation, soit 20 jours à compter du 1er octobre 2015 (10 jours à partir du 1er avril 2017). Enfin, un amendement voté dans le cadre de la loi Macron (loi du 6 août 2015) obligera bientôt les banques à prendre intégralement en charge l’ensemble des démarches de

changement de domiciliation (un décret est attendu d’ici la fin de l’année). Objectif ? Favoriser la concurrence entre établissements bancaires.