Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 21:45
Mairie d'Olonne-sur-Mer

Mairie d'Olonne-sur-Mer

UN DÉBAT SUR LE DÉBAT D'ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES DOB

Même si la loi Macron impose aujourd'hui une délibération sur les généralités concernant ce débat il n'en reste pas moins que l'essentiel de cette présentation n'est pas soumis au vote et ceci est est démobilisateur pour les élus.

 

QUELQUES CHIFFRES

811 € (844 € en 2015), c'est le montant de la dette par habitant. Ramené au nombre de "contribuables " par commune on note que les 3 communes OLONNE SUR MER, CHÂTEAU D'OLONNE et LES SABLES D'OLONNE convergent vers un montant quasiment identique d'endettement par foyer fiscal puisque la commune de Château d'Olonne, prise à la gorge par ses frais de fonctionnement et son engagement de maintenir son programme d'investissement, a annoncé, en décembre 2015, qu'en fin de mandat le taux d'endettement sera de 759 € par habitant et que la commune des Sables d'Olonne aussi baisse son  taux et a annoncé déjà un désendettement pour 2016.

Budget de fonctionnement : 13 millions d'euros

Programme d'investissement : 6 millions d'euros dont 3 millions d'opérations nouvelles.

Comme dans toutes les communes, la présentation du DOB s'accompagne d'une incantation contre l'État qui, d'une part diminue ses dotations ...depuis 2013, cette mesure constitue un perte de recettes pour la ville d'Olonne-sur-Mer de 503 924 euros et d'autre part, l'État augmente aussi les compétences et charges des communes !

Impôts : la commune ne les augmentera  pas de plus de 1% (cela fera en moyenne 2 % avec les hausses des bases fixées par la loi de finances),

Les nouveaux investissements programmés sont le restaurant scolaire, le Plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics, l'effacement des réseaux route des Amis de la Nature, l'Église et la rue du 8 mai 1945. L'aménagement du Parc de la Jarrie se poursuivra.

 

UN DÉBAT OÙ LES MOTS PEUVENT DÉPASSER...

C'est Éric GARDES, pour le front de gauche, qui ouvre le débat sur un air déjà entendu. S'adressant au maire Florence PINEAU et à Patrick HOUSSAINT adjoint chargé des finances il déplace le débat sur le plan politique, sur la baisse des dotations " Auriez-vous utilisé ces termes si c'était un gouvernement de droite?"

Son second point d'attaque concerne le fond de péréquation qui plombe les recettes potentielles de la commune. Pour Éric GARDES, on ne peut se gausser d'être la 4 ième ville de VENDÉE dans une future agglomération la plus importante et refuser la solidarité entre les territoires." Cela me paraît déplacé"

Patrick HOUSSAINT ne veut pas prendre à la légère la perte de recettes de la dotation de l'État : "500 000 € ce n'est pas rien !" dit-il à l'adresse d'ric GARDES.

Régis BERNARD, liste socialiste "Ensemble pour Olonne", revient sur la baisse d'une autre recette qu'est la dotation de solidarité intercommunale que la Communauté de Communes reverse aux 3 communes. Elle aurait pu être supprimée compte tenu des difficultés financières de la CCO mais justement compte tenu de cette situation Régis BERNARD devient philosophe " Il faut faire avec". Il reviendra aussi sur la vente des terrains comme ceux de la BAUDUÈRE et de BELLE NOUE.

Patrick HOUSSAINT laisse espérer que sur un budget annexe comme celui de la Belle Noue, la commune arrive à l'équilibre en 2017.

Ce débat eût été courtois s'il n'y avait pas eu une nouvelle intervention d'Éric GARDES qui vaudrait voir reconnaître qu'une partie des investissements réalisés sont à mettre à l'actif des mandats précédents comme" l"ESPADON" "pourquoi l'Espadon ?" dont peu d'olonnais doivent avoir le souvenir peu "glorieux" ? Mais il en rajoute avec cette phrase assassine "Les fossoyeurs de la Ville d'Olonne-sur-Mer c'est pas nous, c'est vous! " L'élégance du propos n'a pas eu l'heur de plaire aux élus outrés de la majorité ! Comme quoi le débat démocratique peut parfois déraper et devenir indigne.

Ce débat s'est terminée par quelques tentatives de chicaya de la part de Nicole LANDRIEAU sur les recrutements et Régis BERNARD en rajoute une couche mais plus consensuel ou plus humoristique. Il finit par reconnaître qu'il pourra l'an prochain,... SI...voter le budget.

Pour ce DOB et sa partie analyse donnant lieu à vote...les oppositions votent contre.

 

Encore une fois, nous dirons que ces débats budgétaires ne vont pas au fond et que les oppositions n'en sortent pas grandi faute d'avoir des contre-propositions à faire, suite à des analyses qui pourraient être plus sérieuses sur le fond du dossier et  grâce à une meilleure connaissance des finances de leur collectivité. L'apport d'une opposition constructive pour le bon fonctionnement de la démocratie locale est esentiel...on est loin de cette perspective.

 

C'est une constatation triste pour la DÉMOCRATIE LOCALE : l'opposition, démunie de moyens et de pouvoirs, campe sur des positions passées et n'est pas proposante. Ses interventions, de plus parfois véhémentes, leur font perdre leur crédibilité.

 

Enfin ce Conseil s'est terminé un peu dans la confusion. Les deux élus du front de gauche sortaient des questions diverses qu'ils n'eurent pas loisir de poser, le règlement intérieur leur ayant été opposé...peut-être qu'au prochain conseil municipal nous aurons connaissance du mystère que ces questions cachent !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires