Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 21:45
FUSION DES COMMUNES AU PAYS d'OLONNE : CE SERAIT SI SIMPLE

UN SAGE, ANCIEN ÉLU, NOUS ÉCRIT :

 

DÉBAT SUR LA FUSION : DÉSORMAIS LE GRAND N'IMPORTE QUOI !!!!

 

Tout et le contraire : Des réactions à l'emporte-pièce de sources les plus diverses, voilà ce que l'on entend au quotidien et que l'on peut lire dans les journaux.

Et pourtant, les choses semblaient d'une simplicité évidente au départ.

Trois équipes municipales élues démocratiquement en 2014 sur le principe de réaliser « enfin » la fusion.

Malgré quelques réserves du côté castelolonnais, on pouvait déceler globalement une détermination à servir l'intérêt commun en faisant bouger les choses.

Et puis : « patatras !!! », les vieux démons remontent à la surface et l'on assiste au retour d'un projet de fusion comme politique spectacle de bas étage que l'on espérait ne plus jamais revoir.

Fort heureusement, le duo olonno/sablais, malgré quelques ratés bien compréhensibles de départ semble tenir le cap dans la tempête et se résoudre à construire le trimaran espéré avec seulement deux flotteurs.

D'où la question qui se pose de la fiabilité d'une telle structure et surtout de la position des castelolonnais encore et toujours en situation de repli et d'attente.

Mais de quoi ?

Quelles sont les conditions à remplir pour réussir une fusion ?

Avec un peu d'expérience concrète et un sens de l'observation des fusions réussies, qu'elles soient d'entreprises, d'associations ou de collectivités territoriales, la réponse se doit d'être claire par rapport à la procédure qui s'impose à tous.

QUOI, QUAND et COMMENT : en sont les éléments incontournables.

Essayons d'en définir les caractéristiques essentielles :

 

QUOI ?

– Une fusion est une réforme structurelle dont l'aboutissement est concrètement la volonté commune des parties en présence pour un nouveau projet de territoire commun plus attractif par rapports aux objectifs de chacun.

Que les élus castelolonnais après plus de 15 ans de vie commune avec leurs voisins en intercommunalité en soient encore à, semble-t-il, ne pas avoir une vision claire sur ce projet et vouloir discuter à nouveau des conditions de sa réalisation a de quoi surprendre.

De plus, un projet de territoire est souvent conditionné par une politique de développement économique et social laquelle sera de la compétence de la future communauté d'agglomération qui va voir le jour en 2017.

Dans ce cadre, les élus castelolonnais auront leur part légale de légitimité, mais rien que leur part. Si l'on ajoute globalement les difficultés financières de nos collectivités, la position de repli des castelolonnais a de quoi surprendre car totalement irréaliste et de surcroît totalement incompréhensible.

Une fusion est un engagement basic au départ : On y va ou on y va pas !

 

QUAND ? :

Pourtant jugé comme élément accessoire par M. Mercier, si O.K sur le Quoi. la 1ère procédure qui s'impose est le calendrier.

Aucun acte d'engagement, qu'il soit d'ordre privé ou publique ne peut s'en dispenser.

C'est la date précise arrêtée pour la réalisation de l'objet qui va commander tous les travaux de préparation en amont notamment avec le personnel.

Et, pour ne pas risquer une modification intempestive dans la situation des parties intéressées de nature à remettre le projet en question, il est impératif que cette date soit la plus rapprochée possible de celle de la décision de fusionner.

Dans ce cadre, connu de tous, la position des castelolonnais de s'en tenir à nouveau à une échéance la plus lointaine possible ne peut que s'apparenter à une remise en question de leur détermination pour fusionner.

 

COMMENT ? :

A quelques détails près, la procédure de fusion est encadrée par la loi et chaque partie est tenue de s'y conformer.

Ce sont ces textes de loi qui décident notamment de la future assemblée communale en nombre qui aura légitimité pour conduire la nouvelle commune jusqu'aux futures élections de 2020.

Là encore, la marge de manœuvre de nos élus en place reste à la marge.

Il semble que la boutade : « Fusion= Confusion » soit sortie de la bouche ou de la plume d'une élue castelolonnaise.

Si elle en a la volonté, elle peut méditer sur la simplicité et le bon sens de ces procédures, lesquelles, adoptées par ses collègues et son maire auraient conduit à une fusion réaliste avec la rapidité et l'efficacité qui s'impose toujours en pareil cas.

A moins qu'elle prouve à tous que la position actuelle de la municipalité castelolonnaise soit uniquement impactée par l'intérêt général ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires