Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 22:46
L'ancien et le futur Hôtel de Ville

L'ancien et le futur Hôtel de Ville

UN CONSEIL MUNICIPAL SUR LE BUDGET 2016

 

On peut changer les hommes mais on n'améliore malheureusement pas les méthodes de présentation du budget. Les élus qui ont le dossier suivent au moins au début, le public ne peut que s'ennuyer, le maire tapote sur sa tablette...

Quelques élus manquent à l'appel un habitué dont on peut demander pourquoi il s'est fait réélire et une élue dont l'absence ne passe pas inaperçue, l'adjointe au maire Isabelle DOAT...dure la vie d'élue !

La présentation du budget consiste encore une fois à une lecture interminable de chiffres incompréhensibles (y compris des opérations d'ordre qui n'ont aucun intérêt) et son approbation est ainsi faite quasiment sans débat. À Château d'Olonne, c'est ainsi la faillite de la démocratie locale.

Cette méthode est  indigne pour la  présentation de l'acte important qu'est l'approbation du budget. Nous ne cessons de le déplorer. C'est du déjà dit, écrit, répété...en fin de compte cela signifie que le citoyen n'est pas le bienvenu dans SON Hôtel de Ville. et que le budget qu'il va payer de sa poche ne doit pas l'intéresser.

 

LES PRINCIPALES DONNÉES QUE NOUS AVONS COLLECTÉES

Les impôts vont légèrement augmenter.

Les taux fixés par la commune (taxe d'habitation et taxes foncières) ne varient pas mais, par contre, les contribuables castelolonnais verront encore leurs impôts locaux augmenter : les bases de calcul sont augmentées de 1 % par la loi. Recette espérée par la commune 8 264 378 euros.

Budget ; 24 083 129,92 €

fonctionnement : 13 983 475 €

investissement : 8 638 487 € dont remboursement de la dette et emprunt revolving ce qui ne rend pas compte des investissements réels que nous verrons ci-dessous.

La Dotation Générale de Fonctionnement DGF que fournit l'Etat aux communes est condamnée à la baisse (plan d'austérité voté en 2013) : la recette de la commune est passée à 1.947 000 € en 2015 et est prévue pour 2016 pour un montant de 1.658 000. C'est le manque à recevoir dénoncé par les tenants de la fusion. En effet, s'il y avait eu fusion en 2014 la DGF était maintenue à son niveau antérieur. Tant pis pour les castelolonnais et pour tous les habitants du Pays d'Olonne.

Frais de personnel

C'est le poste important du budget de fonctionnement. Il continue à croître : 6 345 907 pour 2016 soit + 1.48 % en plus par rapport à 2015. La hausse est plus faible que par le passé ...mais la courbe n'est pas inversée ! et pourtant la compétence assainissement est transférée à la CCO.

Les principaux investissements prévus en 2016 : 7 370 000 € dont 680 000 pour constituer des réserves foncières

- Le nouvel Hôtel de Ville : 2 204 363 €

- Abbaye Saint Jean d'Orbestier : 397 500 €

- Le Perré du Tanchet : 200 000 €

- Avenue de Talmont (suite) : 275 000 €

- Travaux d'aménagement et de transformation de la Maison des Sports : 104 280 €

- remplacement de la balayeuse : 150 000 €

- ZAC Centre-Ville 3 ; encore 200 000€ pour un projet vieux de 20 ans qui ne voit jamais le jour : 222 300 €

- Divers travaux de voirie dont la liaison entre le grand contournement (Le bouillon) et le VENDÉOPÔLE (projet sur lequel les élus semblent émettre des doutes au moins pour 2016).

 

LE DÉBAT QUI N'A PAS EU LIEU

Il n'y a pas eu un réel débat .

Anthony PITALIER pour l'opposition de gauche a repris une partie de son argumentation sur la diminution décidée par le gouvernement concernant la DGF. En fait, la commune s'en sort bien et peut maintenir les 7 millions d'euros d'investissement annuels. Il fait une comparaison très osée avec le débat de la semaine passée à la CCO qui limite ses investissements nouveaux 2016 à 2 millions d'euros.

C'est omettre au moins deux choses :

- les investissements passés de la CCO, les compétences transférées des communes à la CCO et les compétences nouvelles de la CCO comme l'assainissement et la Petite Enfance,

- les communes n'ont pas réduit leur train de vie et les finances de la CCO ont été plombées. En effet, les élus auraient dû au niveau de la CCO adapter les prélèvements d'impôts ou demander aux communes de participer lorsque la CCO investissait. Les élus ne l'ont pas fait se contentant du blocage des taux d'impositions, solution calquée sur celle des communes d'Olonne-sur-Mer et de Château d'Olonne.

Comme on l'a vu ci-dessus le VENDÉOPÔLE préoccupe encore des élus comme ceux de la liste "Ensemble agir pour le Changement" qui, au sujet du projet de route ouvrant une sortie sur le grand contournement au BOUILLON, s'interroge sur cette prévision budgétaire. La langue de bois a permis de ne pas aborder le vrai problème du devenir du VENDÉOPÔLE qui risque de devenir très sombre surtout avec l'arrivée de la communauté d'agglomération.

Mais pourquoi ne pas en discuter ? Les citoyens ont le droit de savoir : ce sont les financeurs.

Enfin dernier sujet abordé : les indemnités des élus qui devraient être revues puisque la commune n'est pas éligible à la Dotation de Solidarité Urbaine DSU. Le maire Joël MERCIER préfère éluder ce sujet délicat eh public...il attend les chiffres officiels...quelques mois de gagnés avant la révision à la baisse des indemnités des élus .

Seule une élue de l'opposition votre contre le budget. Les 7 autres s'abstiennent.

 

IL Y AVAIT POURTANT MATIÈRE À DÉBAT 

Le budget 2016 de la Ville de Château d'Olonne est adopté sans qu'il y ait eu débat ni sur la forme, ni sur le fond. Par exemple :  sur la dégradation grave de la capacité d'autofinancement de la commune, le VENDÉOPOLE, le plan de rénovation de la voirie, la part anormale du coût du nouvel l'Hôtel de Ville qui consomme plus de 25% du budget investissement 2016 , quid des lotissements communaux en panne, faiblesse de la réserve foncière municipale...

S'il n'y a pas au moins un débat annuel sur le budget d'une commune, il n'y aura plus de débat sur les questions importantes : les oppositions castelolonnaises divisées jouent un rôle soft mais ambigu, loin d'une analyse critique faite de propositions et en oublient l'essentiel : POSER LES BONNES QUESTIONS POUR QUE LES CITOYENS QUI LES ONT ÉLUS ET MÊME LES AUTRES PUISSENT SAVOIR.

 

 

:

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires