Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 08:31
OLONNE-SUR-MER : CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 11 DÉCEMBRE 2015 : FUSION DES DEUX COMMUNES
Le Maire adjoint Yannick MOREAU tente la pédagogie pour convaincre les inconvictibles de l'opposition

Le Maire adjoint Yannick MOREAU tente la pédagogie pour convaincre les inconvictibles de l'opposition

UN CONSEIL MUNICIPAL DOMINÉ PAR LA FUSION Á DEUX : OLONNE-SUR-MER ET LES SABLES D'OLONNE

 

D'ABORD UNE EXPLICATION POLITIQUE EST NÉCESSAIRE AVANT DE SE PENCHER SUR L'ANALYSE DU DÉTAIL DU DÉBAT

 

C'était le point 1 de l'ordre du jour : "avenir des communes : motion"

Cette délibération avait pour objet d'acter la fusion à deux communes Olonne-sur-Mer et Les Sables d'Olonne au 1er janvier 2018.

En l'absence du maire Florence PINEAU, Yannick MOREAU a repris son siège pour cette soirée-débat du conseil municipal d'Olonne-sur-Mer.

 

DE LA COURTOISIE DU DÉPUTÉ MAIRE ADJOINT YANNICK MOREAU Á LA DISCOURTOISIE DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE EN PASSANT PAR L'ERREUR POLITIQUE DE L'OPPOSITION DE GAUCHE OLONNAISE

Cette séance, sur ce premier point de l'ordre du jour, était d'emblée plombée par les déclarations publiques du maire de Château d'Olonne difficilement admissibles par le député maire adjoint d'Olonne sur Mer.

Que ce soit au Conseil Municipal des Sables d'Olonne ou au Conseil Communautaire Didier GALLOT et Yannick MOREAU ont été d'une discrétion et d'une courtoisie exemplaires par rapport à la position de Château d'Olonne sur la fusion et par rapport au Maire lui-même et au caractère confidentiel de ce type de négociations.

Joël MERCIER maire de CHÂTEAU D'OLONNE par ses interventions sur le site de sa commune et par voie de presse a ouvert la boîte de PANDORE : accusations, informations fausses et mensonges de sa part ont obligé hier soir Yannick MOREAU à répondre pour une mise au point nécessaire. Ainsi fut dévoilée une attitude particulièrement choquante lors des discussions entre maires quand il pût y en avoir. En effet, le maire de Château d'Olonne n'honorait même  pas les offres de réunions de ses collègues.

Comment le maire de Château d'Olonne dans ces conditions peut-il justifier sa position injustifiable ?

Mais les mots de Yannick MOREAU ont été mesurés, courtois répondant ainsi à la discourtoisie du maire de Château d'Olonne que nous évoquerons.

Yannick MOREAU reste modéré dans son expression car il ne peut oublier qu'il doit pour l'intérêt général du fonctionnement intercommunautaire continuer de collaborer bon gré mal gré avec le maire de Maire de Château d'Olonne, ne serait-ce qu'au sein de la Communauté de Communes des Olonnes CCO et de la future agglomération.

Notre analyse ira plus au fond des choses (voir prochain article) : les citoyens ont le droit de savoir.

 

DES OPPOSITIONS DE GAUCHE QUI ONT UNE POSITION ANTIGOUVERNEMENTALE

Quant aux oppositions olonnaises dites de gauche elles ont pris le parti de défendre "Château d'Olonne", et même d'en faire un modèle. Cette erreur des oppositions de gauche  aveuglées par leurs échecs électoraux sont en parfaite contradiction avec les orientations gouvernementales de gauche qui prônent les fusions de communes, l'augmentation des compétences des intercommunalités, les économies d'échelle...Cette politique nationale de gauche qui passe par une réduction drastique des aides de l' État est une résultante de la crise mais aussi un moyen politique et vicieux de contraindre les collectivités locales à s'unir pour survivre.

Cela, la gauche, au Pays des Olonnes, ne veut pas le comprendre. En refusant l'union elle condamne le Pays des Olonnes à l'immobilisme donc à la paupérisation et l'affaiblissement des services publics locaux.

La gauche locale va donc à l'encontre de la gauche nationale mais aussi à l'encontre de l'intérêt général. C'est une autre forme d'expression du dogmatisme local qui aboutit à refuser de s'adapter aux virages obligatoires pris par le gouvernement pour faire et faire faire des économies aux collectivités et à l'État face à la crise.

 

UN COMMUNIQUÉ DE LA SÉNATRICE ANNICK BILLON ET LE POIDS DE LA RESPONSABILITE DE L'ÉCHEC DE LA FUSION SUR LES EPAULES DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE

Nous notons, dans la presse, ce matin, une intervention assez "neutre", conciliante de la sénatrice Madame Annick BILLON. Nous comprenons sa gêne et sa déception.  Maire adjointe de CHÂTEAU D'OLONNE elle a voté en faveur des textes favorables à la fusion de communes dites communes nouvelles et "son maire", pour la deuxième fois, fait capoter un projet de fusion attendu et promis par le même maire et son équipe en 2014.

Nous partageons les regrets de Madame Annick BILLON de l'échec (temporaire ?) de la fusion à 3 et nous nous interrogeons sur la fin de ce communiqué "les intérêts particuliers ne devraient jamais préempter l'intérêt général".

Est-ce à dire, comme nous avons osé le faire à diverses reprises, que c'est le petit lobby castelolonnais qui a contraint le maire, des élus de la municipalité castelolonnaise et l'ancien maire Jean-Yves BURNAUD toujours présent  à prendre des attitudes rendant impossible un accord avec ses collègues des Sables d'Olonne et d'Olonne sur Mer ?

Il est certain que le "système castelolonnais" n'aurait pas résisté à la fusion qui aurait imposé à la municipalité de Château d'Olonne d'adopter des procédures plus transparentes de gestion et que cela aurait pu mettre fin à des pratiques qui interrogent depuis des années nombre de castelolonnais.

Sont-ce les réels dessous des motivations profondes du maire de Château d'Olonne puisque, pour lui, la fusion à 3 était incontournable et qu'il a ainsi contraint ses collègues à se replier sur une fusion à 2 ?

Le maire de Château d'Olonne porte bien ainsi le poids de l'échec de la fusion à 3 et les conséquences de l'isolement de Château d'Olonne.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires