Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:48
Un site exceptionnel mais un Casino et un Palais des Congrès  ingérables

Un site exceptionnel mais un Casino et un Palais des Congrès ingérables

UN MYTHE POUR NOMMER UN GOUFFRE DONT ON NE PARLE QU'Á MOTS COUVERTS

 

Ils ont bien du courage ces élus de s'attaquer aux problèmes ou alors c'est qu'ils n'ont pas le choix, ils sont simplement pris à la gorge et doivent affronter la réalité sans se soucier du passé qui leur a légué un héritage qu'ils savaient devoir accepter.

 

UNE HISTOIRE LOURDE Á ASSUMER

Le peuple des atlantes serait un peuple d’Afrique occidentale habitant peut-être cet autre mythe qu’est l’Atlantide.

La confusion est totale sur ce peuple qui, soit vivait dans l’Atlas, soit dans l’île ou presqu’île de l’Atlantide qui a disparu.

Donc mythes et légendes recouvrent une histoire de ce continent englouti et d’un peuple vaincu et exterminé par les troglodytes.

Alors il faudrait demander à l’ancien Maire LOUIS GUEDON et à son adjoint chargé du dossier de la construction de l’ensemble dit des atlantes "Pourquoi ce nom fut-il choisi ?"...un rapport avec la légende de créateurs de pyramide de ce "peuple " qui n'a peut-être jamais existé ?

Rappelons qu’il fut construit pour remplacer le Grand Casino celui qui eût ses heures de gloire.

Mais pourquoi donc ont-ils choisi ce nom qui n’était pas porteur de gloire et de pérennité ?

 

UN PROJET BANCAL INGÉRABLE

Lors de l'élaboration du projet, les considérations d'objectif à long terme n'étaient pas primordiaux. Il fallait aussi préserver certains intérêts locaux et accepter les choix de certains.

Les moins jeunes se rappelleront les marches de l'ancien casino, sa salle de spectacles où l'hiver condamnait les habitués courageux à lutter contre le froid plutôt qu'à suivre des spectacles souvent de grande qualité...et les marches à l'entrée, causes de nombreux dérapages contrôlés et chutes mémorables. Le Casino était condamné. Mais les Sables d'Olonne sans Casino, c'était inconcevable. La preuve, il y en a deux !

Autre aspect qu'il est bon de rappeler : tout vacancier, tout habitant du Pays d'Olonne pouvait profiter de ces installations...On ne demandait pas au public à l'entrée sa carte d'identité (sauf parfois pour les jeux) ! et pourtant tout le poids financier a reposé sur la seule ville des Sables d'Olonne...et quand il a fallu détruire pour reconstruire on n'a pas vu les maires d'Olonne sur Mer et de Château d'Olonne se précipiter pour offrir leur concours pour financer le nouvel ensemble. qui vit le jour en 1998.

C'est donc avec les seuls moyens sablais que fut édifié "Les Atlantes" . Déjà, les sablais investissaient et s'endettaient pour eux mais aussi pour les autres.

Ainsi fut conçu et réalisé le Palais des Congrès, les ATLANTES, avec ses imperfections : impossible d'accueillir les grands congrès, pas de restaurants avec vue sur mer, casino escamoté, stationnement quasi impossible pendant la saison et pas d'hôtel proche digne d'une station balnéaire de premier ordre...tout était bien fait pour un échec.

Mais que pouvait faire la ville des Sables d'Olonne toute seule ?...Autre chose, mais quoi ?

Fut choisi le premier délégataire (groupe ACCOR) qui a vite compris que cet ensemble était ingérable. Il a fini par jeter l'éponge et plus aucun spécialiste n'a voulu prendre le risque de gérer l'ingérable.

Donc la ville des Sables d'Olonne a récupéré le bébé.

Peut-être que si, à l'époque, la fusion des 3 communes avait été réalisée le projet aurait pu avoir la taille, la structure et l'environnement qui auraient évité de se retrouver dans la situation actuelle en 2016 !

 

A SUIVRE : La Ville des Sables d'Olonne à la recherche d'une solution miracle

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REGUIGNE REGIS 23/12/2015 08:40

" Ton casino , c ' est qu ' un tas d'pierres pépère ! " .
Les Sables donnent raison à SOUCHON .
" Y a d'la rumba dans l ' air " !