Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:39
FUSION Á DEUX AU PAYS DES OLONNES : COUP DE TONNERRE DANS UN CIEL ÉTOILÉ

CONSEIL MUNICIPAL DES SABLES D'OLONNE : MOTION SUR LA FUSION DES COMMUNES Á DEUX LES SABLES D'OLONNE ET D'OLONNE-SUR-MER AU 1er JANVIER 2018

 

Cette semaine de fin d'année 2015 marquera la longue histoire du Pays des Olonnes : En 2018, OLONNE SUR MER et LES SABLES D'OLONNE ne seront plus qu'une seule commune propriétaire du titre envié de "LES SABLES D'OLONNE" riche de son passé, de son site, riche de l'addition de leurs points forts.

Nous reviendrons en détail sur l'art et la manière de Joël MERCIER, maire de CHÂTEAU D'OLONNE pour tenter de faire capoter une nouvelle fois la fusion à 3 communes. Personne n'a le droit de se réjouir de cet échec de la fusion à 3 car la solution adoptée par dépit va à l'encontre de l'intérêt général.

Les habitants du Pays des Olonnes et tous nos lecteurs auront le privilège de savoir comment ce maire de Château d'Olonne et son équipe avec la connivence des oppositions de gauche et de droite ont tenté de tromper, de balader des mois durant leurs collègues élus des deux autres communes pour éviter la vraie fusion à 3.

 

UN CONSEIL MUNICIPAL DES SABLES D'OLONNE PRESQUE CONSENSUEL SUR LA FUSION Á DEUX

Ce conseil municipal des Sables d'Olonne du mercredi 9 décembre 2015 a respecté la tradition : plus de 4 heures de conseil avec moultes décisions importantes mais cette fois sans éclats de voix ni bruits de portes qui claquent.

Les projets ne manquent pas aux Sables d'Olonne et on en parle : une ville qui évolue et on ne peut, comme observateur, s'empêcher de comparer ces conseils des Sables d'Olonne vivants, riches et  portés par des projets d'avenir et ceux de Château d'Olonne où dominent l'ennui même au niveau des élus, ennui qui traduit une ville sans autres projets que la construction d'une mairie nouvelle et d'un seul lotissement, projet vieux de plus de 10 ans et qui voit un petit peu le jour.

Pour préparer le terrain, l'ordre du jour du conseil des Sables d'Olonne comportait dans son point 8 précédant celui de la fusion (point 9 de cet ordre du jour) le projet de création de l'agglomération qui a l'avantage de recevoir l'adhésion de tous les élus et d'ouvrir le débat sur la fusion dans la sérénité.

Pour présenter l'adhésion à une fusion des deux communes, Didier GALLOT maire des Sables d'Olonne à utiliser la procédure d'une motion.

Il a rappelé la démarche d'octobre 2014 de " l'union inexorable des communes d'Olonne sur Mer, Les Sables d'Olonne et Château d'Olonne projet partagé par les 3 communes".

"Mais la mise en œuvre et le calendrier de réalisation de cette commune nouvelle font l'objet d'approches différentes" pour ne pas dire de divergences.

Le maire de Château d'Olonne refuse la date du 1er janvier 2018 et l'esquisse de projet amendable proposée par les deux autres communes.

Il y a désaccord sur cette date et Didier GALLOT laisse la porte ouverte à Château d'Olonne :" lors du prochain mandat Château d'Olonne aura la possibilité de rejoindre les deux autres communes".

Madame Dominique HORDENNEAU pour l'opposition de droite regrette cette fusion à deux et une fusion qui se fera sans consultation. Le 15 janvier 2015 on a voté pour une fusion à 3 et non pour une fusion à deux . "Cette décision exclut Château d'Olonne d'une fusion que nous appelions de nos vœux".

"Pourquoi arrêter les pourparlers ? Pourquoi refuser la main tendue de Château d'Olonne ? " Et de demander de retirer cette motion.

Pour Monsieur Didier VASSET, élu de gauche, après le vote en faveur de la communauté, il y a amertume, crainte et critique "expliquez-nous l'intérêt d'une fusion à deux ?"... "nous ne  ferons pas d'économies..."ne va-t-on pas écraser les autres"...et de se demander s'il n'était pas envisageable une fusion à 7 : allusion aux 7 communes de la communauté d'agglomération. Pour l'élu de gauche cette fusion à deux est un "mauvais signal donné aux autres communes de la communauté d'agglomération".

Le Maire Didier GALLOT dans sa réponse n'a pas de mal à justifier cette décision même s'il est contraint à une certaine discrétion sur les négociations qui ont abouti à cet échec. Il ne veut plus d'une communauté de communes comme la CCO sur la gestion de laquelle il n'a pas de mots assez durs et de citer les grands échecs : Village Entreprises Nautiques, le gouffre du Vendeopôle, celui du contrat de transports urbains, la piscine...il ne veut plus de ce modèle-là.

La loi nous a imposé la Communauté d'Agglomération. Il lui faut pour que cette Communauté ne retombe dans les travers de la CCO une commune phare mais " il ne s'agit pas d'écraser les autres".

Au 1er janvier 2018 il y aurait pu y avoir "3 commune fusionnées, il n'y en aura que deux au rendez-vous."

"Il y a un temps pour la discussion, il y a un temps pour la décision."

"Les agents de la collectivité seront associés à ce processus."

'Le mariage à trois, c'est difficile à mener, à deux c'est complexe mais on va le réussir"

Quant à la troisième commune..."Ce n'est pas définitif"...conclut le maire...la porte reste entr'ouverte.

 

Pour les oppositions quelques réflexions complémentaires pour clore le débat : Didier VASSET s'interroge et s'inquiète, tandis que Loïc PERON regrette " l'incapacité de créer une fusion complète."

Le ton des échanges est resté courtois.

Il y avait dans la dignité de ce débat le souci louable et adroit de ne pas mettre de l'huile sur le feu des discussions et non discussions entre les 3 maires, de ne pas tomber dans la provocation des propos diffusés quelques heures auparavant largement par le Maire de Château d'Olonne chargeant ses collègues de l'entière responsabilité de l'échec de la vraie fusion à trois. Le maire de Château d'Olonne reste bien le seul coupable de cet échec.

 

 L'opposition de droite rejoint sur ce sujet de la fusion à deux la majorité pour voter la motion. Les deux représentants de la gauche qui ne supportent  pas les mots "fusion de communes"  votent contre la fusion. C'est pourtant un cheval de bataille du gouvernement socialiste mais cette opposition locale et indépendante doit avoir encore d'obscures raisons historiques et certainement électorales d'être contre la fusion de communes.

 

A SUIVRE...nombreuses autres décisions importantes

Partager cet article

Repost0

commentaires