Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 21:03
Extrait du rapport mettant en évidence les dangers de rupture de l'émissaire...c'était en 2010 !

Extrait du rapport mettant en évidence les dangers de rupture de l'émissaire...c'était en 2010 !

PROTÉGER LES ÉLUS

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2015/11/l-emissaire-en-mer-assainissement-environnement-les-elus-face-a-des-dossiers-tres-techniques-n-ont-ni-la-disponibite-ni-les-competen

 

 

CONCLUSIONS

Nous sommes quasiment en 2016,

- le principal contentieux concernant l'émissaire en mer est à notre connaissance soldé,

- l'état de l'émissaire en mer est préoccupant et rien n'est décidé à ce jour pour résoudre le risque révélé de rupture de la canalisation décelé et étudié dès 2010 !,

- les analyses des eaux, de la flore et de la faune en sortie d'émissaire seraient (au conditionnel de précaution) satisfaisantes...il serait bon qu'elles fussent publiées. Nous essaierons d'en savoir plus pour éviter toutes suspicions et supputations,

- le traitement des eaux en sortie de la station d'épuration pour éviter les excès de déversement en mer d'eaux chargées en phosphates et nitrates n'est pas encore programmé. L'investissement a été étudié par la CCO, la loi va imposer ce traitement. On est dans l'ambiguïté d'une attente infondée.

 

LA PROBLÉMATIQUE

Nous avons tenu à reprendre ce dossier mis au goût du jour suite aux articles de presse sur l'émissaire en mer pour que les citoyens imaginent :

1) la complexité des dossiers soumis aux élus et les enjeux financiers souvent fort importants ; le contentieux cité dans le précédent article mettait en jeu des millions d'euros !

2) que les élus devaient créer cette station d'épuration qui était une nécessité vu l'obsolescence de cette des Sables d'Olonne et la croissance de l'agglomération,

3) que les élus ont dû faire des choix dont celui de cet émissaire en mer qui empoisonne tout maintenant : la mer, les finances locales...il y avait d'autres solutions,

4) que l'élu n'est pas omniscient et les conseils extérieurs n'ont certainement pas été à la hauteur vu les résultats constatés en 2015...et on passe sous silence d'autres mauvaises surprises comme celles du fonctionnement de la station d'épuration inhérentes aussi à ce type d'installation.

L'élu face à de tels dossiers ne sait pas tout faire et tout faire bien.

 

DES SOLUTIONS

Aucune ne sera parfaite mais il existe des précautions à prendre :

1) l'élu doit rester modeste, écouter et se faire conseiller par des cabinets extérieurs indépendants et réputés, Nous avons trop vu des cabinets incompétents voire des cabinets dont l'indépendance était douteuse. Dans le dossier des usines Tri Mécano Biologique le Conseil Général devenu départemental s'est laissé embarquera par ce type de cabinets et on ne sait combien cela va coûter aux contribuables,

2) la deuxième précaution est d'aller voir comment les problèmes ont été résolus dans d'autres collectivités voire à l'étranger,

3) les élus doivent se renseigner sur la qualité des conseils qu'ils choisissent et des assurances qui garantissent la bonne fin des projets,

4) tout cela c'est un investissement personnel lourd des élus et des équipes techniques des collectivités. C'est pour cela que nous prônons :

- que le rôle des préfets soit accru et effectif dans la gestion des collectivités locales : aujourd'hui ils ont démissionné de cette fonction et déresponsabilisés par la loi sur la décentralisation,

- le non cumul des mandats: non cumul dans le temps et dans le nombre de mandats : avoir été maire d'une grande ville ou d'un ville moyenne pendant 25 ans avec d'autres mandats (régional, départemental ou national) ne devrait pas être une fierté mais simplement interdit,

- un statut d'élus digne de leurs responsabilités et de leurs engagements pour la collectivité.

On pourrait ainsi éviter des erreurs monumentales comme celle des emprunts toxiques qui coûtent des millions d'euros aux collectivités, un procès XYNTHIA où le maire et son adjointe ne connaissent plus la limité entre leurs interêts personnels et ceux de la collectivité, les usines Tri Mécano Biologique, des études inutiles...de quoi largement payer des élus méritants qui auraient le sens de l'intérêt général et seraient plus à l'abri des tentations du clientélisme...

Partager cet article

Repost 0

commentaires