Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 20:27
le 20 novembre le barrage retient ce qu'il peut, gasoil ou autre hydrocarbure arrive à passer...le 20 novembre le barrage retient ce qu'il peut, gasoil ou autre hydrocarbure arrive à passer...

le 20 novembre le barrage retient ce qu'il peut, gasoil ou autre hydrocarbure arrive à passer...

le 21 novembre le barrage ne retient plus rien : les hydrocarbures et autres déchets peuvent courir vers le zoo et le lac de TANCHET

le 21 novembre le barrage ne retient plus rien : les hydrocarbures et autres déchets peuvent courir vers le zoo et le lac de TANCHET

Á CHÂTEAU D'OLONNE L'AMOUR DE LA NATURE, DEUX FORMES POUR UNE FORME D'ÉCOLOGIE : celle de Jean qui rit et celle de Jean qui pleure

 

JEAN QUI RIT

C'est la rituelle fête des 1000 arbres où les élus, ce week-end des 21 et 22 novembre 2015, offrent arbustes et autres plantes aux citoyens castelolonnais.

C'est un petit retour sur les impôts qu'ils sont entrain de payer, un peu de bonheur et l'occasion de rencontrer quelques élus et peut-être pour les féliciter, pour se plaindre, pour dialoguer ou demander quand se fera la fusion des 3 communes promise ?

 

JEAN QUI PLEURE

C'est notre cours d'eau Le TANCHET fort de ses 8 kilomètres qui irrigue la place de la mairie avec ses jets d'eau qu'on voit si peu, qui serpente aux Vallées pour rejoindre le zoo et se jeter dans le lac de TANCHET.

Il pleure une nouvelle fois puisque depuis plus de 3 semaines il est teinté parfois fortement même de l'irisation des hydrocarbures qu'un accident (répété) ou une malveillance (répétée) ont amené dans ses eaux.

Cette pollution ne va pas nourrir les poissons du cours d'eau TANCHET qui ont disparu mais va nourrir les animaux du zoo, les poissons du lac, incidemment nos enfants et petits enfants qui font leurs armes de jeunes navigateurs sur le lac...puis va rincer le sable de la plage et nourrir les derniers poissons et crustacés qui ont résisté aux déversements d'eaux pluviales douteuses mêlées à l'eau "traitée" de la station d'épuration (sauf phosphates et nitrates ) de l'émissaire "en mer et en péril" à hauteur de l'anse de la Parée.

 

Ainsi va la défense de la nature en terre castelolonnaise...à quand l'abattage des arbres à la Pironnière...? Pourvu que ce ne soit pas un mauvais présage !

CHÂTEAU D'OLONNE : ÉCOLOGIE Á DEUX FACETTES

Partager cet article

Repost 0

commentaires