Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 19:26
 En VENDÉE : 3 communes imbriquées qui n'arrivent pas à s'unir

En VENDÉE : 3 communes imbriquées qui n'arrivent pas à s'unir

REMARQUES LIMINAIRES SUR UNE ÉTUDE DONT ON ATTEND LA COMMUNICATION PUBLIQUE
EN ESPÉRANT QUE CE NE SOIT PAS UNE
ÉTUDE ALIBI, UNE MESURE DILATOIRE

 

Article un peu long mais indispensable pour  juger de l'avenir du Pays des OLONNES et du comportement de la municipalité de CHÂTEAU D'OLONNE coincée entre ses promesses électorales et le maintien du "système castelolonnais"des avantages acquis donnés aux uns et aux autres et de viles intérêts personnels qui polluent la politique très gravement locale.

 

Depuis 2008 où la municipalité de CHÂTEAU D’OLONNE parle de la nécessité d’un projet pour la « commune unique au Pays des Olonnes » opération baptisée auparavant « fusion des trois communes »,

Après le refus de la même municipalité de CHÂTEAU D’OLONNE de permettre aux castelolonnais de donner leur avis sur le projet de fusion en novembre 2009,

Après les élections de mars 2014 et les promesses de fusion et la présentation officielle d’une feuille de route pour une « commune nouvelle » en juin et juillet 2015 par délibérations des Conseils Municipaux des SABLES D’OLONNE et d’OLONNE-SUR-MER,

La même municipalité de CHÂTEAU D’OLONNE s’est donc déclarée incompétente pour répondre au projet présenté par les deux autres communes puisqu'elle se retourne vers un cabinet conseil.

Pour présenter un projet ou contre-projet qu’elle aurait pu et dû élaborer depuis 2008. (7 ans c’est une longue gestation) cette municipalité dirigée par Monsieur le maire Joël MERCIER, par son équipe, par l’ancien maire Jean-Yves BURNAUD a donné mission à un cabinet extérieur pour élaborer on ne sait quoi : à lire le communiqué ci-dessous : pas de propositions, pas de projet, pas de planning…rien.

On peut espérer que l’étude commandée à ce cabinet financée par la commune soit un document public et dont que tout citoyen  pourra en obtenir la teneur intégrale.

 

 

Lisez donc attentivement ce qui suit dans le bulletin officiel de la commune de CHÂTEAU D'OLONNE

Publié dans le bulletin municipal CASTEL ACTU N°37 du 19 octobre 2015

http://www.lechateaudolonne.fr/newsletter/coup-de-projecteur/1696-intercommunalite-l-ordre-naturel-des-choses-pour-reussir-a-trois-la-commune-nouvelle.html

 

"Intercommunalité : l'ordre naturel des choses pour réussir à trois la "Commune nouvelle"

 

Depuis son élection, l'équipe majoritaire affirme que pour réussir l'union des Sables d'Olonne, d’Olonne-sur-Mer, et du Château d'Olonne, il faut aborder les choses dans le bon ordre.

Essentielle et primordiale est l'élaboration concertée du projet d'union.

La deuxième chose, incontournable, sera sa validation par la population.

Les Castelolonnais se prononceront par vote.

La date de la création de la "Commune nouvelle" marquera ensuite l'aboutissement naturel du processus, et non le préalable.

 

Éclairage avec Marc-Antoine Vincent, du cabinet Sémaphores, expert sollicité à titre de conseil par la Ville.

Quel est votre premier regard d'ordre général ?

Schématiquement, nous partons de trois communes de 15 000 habitants pour arriver à une « Commune nouvelle » de 45 000.

Les communes de base sont déjà de grandes communes par rapport aux collectivités locales environnantes.

Chacune des trois se présente avec son fonctionnement propre, ses modes de gestion, ses moyens humains importants et structurés très progressivement au fil du temps, etc.

L'union provoquera des bouleversements à tous niveaux : politique, financier, administratif, etc.

Il existe des écarts à surpasser.

Ils ne sont pas insurmontables, mais il ne faut pas croire qu'ils seront faciles à résoudre.

J'ai aussi la conviction que l'union aura une plus forte portée si la « Commune nouvelle » à 45 000 habitants rayonne au cœur d'une communauté d'agglomération de grand périmètre.

Le territoire pressenti* m'apparaît un peu exigu.

 

Qu'est-ce qui vous paraît primordial pour bien lancer la création de la « Commune nouvelle » ?

La qualité du dialogue et la confiance réciproque entre les élus partenaires sont capitales.

Partir au pas de charge ou en forçant la main et les étapes, c'est courir à la rupture, à l'échec.

Chercher l'accord des parties n'est pas un signe de faiblesse ni de résignation à l'immobilisme.

 

Que doit-on entendre par « projet » de « Commune nouvelle » et quel devrait en être le contenu ?

Il doit dire pourquoi on s'unit. Il faut que la Commune unique s'élance avec une stratégie et une ambition. Il faut que le projet dise la direction à prendre.

Exemple, Le Château d'Olonne est, vu son aisance foncière par rapport à celle des deux autres partenaires, le territoire où la « Commune nouvelle » disposera de son avenir pour son développement économique, pour l'habitat de la population, etc.

Il est légitime que les élus actuels du Château d'Olonne puissent annoncer à leurs concitoyens quel sera leur probable futur cadre de vie.

Le projet doit dire sur quoi s'accordent les trois partenaires, comment et à quelle échéance seront nivelées les disparités d'imposition, de budget, d'urbanisme, etc.

 

La configuration de l'administration communale viendra-t-elle dans un second temps ?

Surtout pas. Si l'organisation n'est pas anticipée avec précision, le risque de blocage est majeur.

N'oublions pas que c'est l'administration qui fera vivre au quotidien la « Commune nouvelle » par ses services à la population.750 fonctionnaires sont concernés dans les trois administrations territoriales.

Ils travaillent différemment.

L'unification des services doit être réfléchie.

Il serait bon que dans leur projet, les élus informent les agents de leurs perspectives pour leur temps de travail, leur progression de carrière, l'organisation de l'encadrement, etc.

 

À quelle date pressentez-vous la naissance de la « Commune nouvelle » ?

La date tombera naturellement quand le projet sera mûr. Se buter sur une date ne revient qu'à s'ajouter de la pression.

L'important est d'être prêt à franchir le pas le jour « J ».

Plus le projet avancera, plus ce jour « J » approchera.

 

Le jour « J » de la « Commune nouvelle », quelle assemblée communale prendra les commandes ?

Le projet devra prévoir les modalités de pilotage de la « Commune nouvelle » jusqu'à l'élection municipale de 2020 dont sortira un nouveau Conseil municipal à 43 membres.

 

D'ici là, quelle sera la composition du Conseil municipal de la « Commune nouvelle » ?

Comment y seront représentées les sensibilités politiques des trois assemblées actuelles ?

*La « Commune nouvelle » plus L'Île d'Olonne, Sainte-Foy, Vairé et Saint-Mathurin."

 

 

Le Cabinet SEMAPHORES a pignon sur rue à LYON et parmi ses activités citons :

« le coaching territorial stratégique, véritable innovation d’analyse territoriale pour les élus et les services des collectivités. »

et dans la présentation de sa méthodologie citons aussi :

•« Définition par itération des orientations stratégiques et des leviers sur lesquels la collectivité peut et doit agir en priorité,

• Accompagnement des élus et des services dans l’identification d’actions concrètes à mettre en œuvre ; étape qui se veut la plus transversale et décloisonnée possible (économique, habitat, emploi et formation…),

• Restitution du plan d’actions et des préconisations quant aux prochaines « marches » à franchir.

Nous attendons comme nombre de responsables au Pays des OLONNES avec impatience ces prochaines marches dont ne parle pas dans l’article paru, reproduit ci-dessus in extenso.

Nous espérons donc que cette étude n’est pas une étude alibi ce qui serait une insulte aux citoyens et élus du pays des Olonnes et déshonorant pour le cabinet SEMAPHORES.

http://www.semaphores.fr/nos-offres/developpement-economique-emploi/offres-produits/coaching-territorial-strategique.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires