Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 20:53
SAUVER LA DÉMOCRATIE LOCALE

« Un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis est capable de changer le monde. D’ailleurs rien d’autre n’y est jamais parvenu.» Margaret Mead (1901-1978)

 

 

Depuis près de 15 ans, l’Association « Citoyens pour un Avenir Commun au pays des Olonnes » CACO qui, aujourd'hui s'exprime à travers ce blog, œuvre pour un changement profond dans le mode de fonctionnement de la démocratie et particulièrement de la démocratie locale.

Si celui-ci n'est pas fondamentalement revisité, la démocratie locale va dans le mur et ne résistera pas aux scandales d'abus de pouvoirs d'une minorité d'élus et  aux scandales de leurs fautes de gestion.

La France compte plus de 650 000 élus dévoués à la chose publique. Il ne faut pas que quelques élus dévoyés qui confondent intérêt général et leurs petits intérêts particuliers nuisent dans l’opinion publique à l’image de marque de l’ÉLU.

 

DÉMOCRATIE LOCALE ET ÉTHIQUE ne sont pas contradictoires.

 

Parole et écrit d’une élue

Extrait de "démocratie en péril " de Ghislaine BOURLAND. 7 ECRIT Editions : 102, Avenue des Champs Élysées 75008 P A R I S

 

« Dans la sphère politique, je croise des femmes et des hommes à fort potentiel dont l’action serait profitable à une collectivité et à travers elle au pays.

Mais, ils ne font que passer, car ils ébranlent le château de cartes d’une caste qui se prétend « bien-pensante » et qui voient en eux des obstacles à leur propre ascension ou à celle de leurs alliés de circonstance.

Ces prétendus « bien-pensants » sont en partie responsables du désaveu citoyen pour l’ensemble de la classe politique. »

 

« Être maire ne s'improvise pas, c'est une vocation et un acte politique au sens le plus noble. Cela demande une attention de tous les instants, un engagement sans faille et des convictions profondes et sincères.

Un maire est un acteur de terrain.

Tout au long de son mandat, il doit être en mesure de prendre en compte toutes les opinions, toutes les souffrances, tous les refus, toutes les différences.

Il se doit d'être le maire de tous, de parler à tous. Il doit entendre chacun, endosser ses responsabilités et agir.

Il se doit de respecter ses fondamentaux de campagne.

N’ayant cependant pas toutes les cartes en main au moment de l’écriture du projet de liste, des ajustements au cours du mandat sont inévitables. Ces derniers doivent être dans la lignée des promesses électorales : c’est une question d’éthique. »

 

UN POUVOIR ABSOLU SANS CONTRE POUVOIR

 

Ces écrits nous rappellent aux réalités des dysfonctionnements de la démocratie locale dans lesquels nous avons tous notre part :

- le mode d'élection au niveau des communes est défavorable au bon fonctionnement de la démocratie : les minorités sont exclues du dialogue et de toute responsabilité dans la vie municipale.Ces minorités peuvent même représenter plus de 50 % des voix elles n'ont aucun droit réel effectif, contrairement à ce qui se passe dans des pays démocratiques voisins,

- la décentralisation, avec la disparition du pouvoir des préfets, a permis aux maires de s'émanciper même parfois de ne plus respecter la loi et de ne pas être sanctionnés. Certains maires sont de véritables dictateurs locaux imbus d'une responsabilité qu'ils ne savent pas gérer dans l'intérêt de tous leurs concitoyens,

- des élus brillent par leur suffisance et leur incompétence et comme leur pouvoir est sans limites les fautes de gestion s'accumulent et coûtent très cher à la collectivité sans être sanctionnées,

- les juges de l'ordre judicaire s'il y a faute pénale et de l'ordre administratif ne sanctionnent que rarement les fautes graves commises par les élus locaux. Qu'en sera-t-il pour les élus nationaux après les lois sur la "transparence de la vie publique" (voir prochain article) ?

- les indemnités généreuses que se votent les élus ont pourri l'esprit de l'élu dévoué à ses concitoyens et son image : le cumul des indemnités est souvent indécent (maire, président ou vice-président de Communauté de cCmmunes, président de syndicats mixtes...3 000, 4000 euros ..par mois qui se cumulent avec leurs salaires ou retraites ). Ceci a tué le respect qu'avait acquis l'élu et de plus crée une disparité honteuse entre les élus eux-mêmes et parfois un lien de dépendance,

- le citoyen subit et part du principe que changer les élus ne changera rien ; l'apathie des citoyens électeurs est aussi responsable de cette situation.

 

La rentrée sera marquée par le procès en appel à POITIERS du maire de la FAUTE SUR MER Monsieur René MARRATIER et de ses adjoints dit procès XYNTHIA : jusqu'à maintenant personne n'a tiré les conclusions de ce scandale des pouvoirs incontrôlés d'un maire et de son équipe qui a conduit à cette catastrophe.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CACO - dans CITOYENNETE
commenter cet article

commentaires