Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 20:29
CHÂTEAU D'OLONNE : conseil municipal du 27 juillet 2015

Suite de

http://www.olonnes.com/2015/07/chateau-d-olonne-conseil-municipal-du-27-juillet-2015.html

 

ACCESSIBILITÉ ET MAUVAIS CHOIX BUDGÉTAIRES

 

Rappelons qu'une loi du 11 février 2005 prévoit l'accessibilité des bâtiments recevant du public aux personnes à mobilité réduite.

Le calendrier d'application de cette loi n'a pu être tenu et il a fallu deux ordonnances de 2014 pour prendre acte de cette situation au grand dam des associations œuvrant dans ce domaine.

Il est vrai que le législateur avait certainement sous-estimé les difficultés d'application de sa loi.

Aujourd'hui par exemple au Pays d'Olonne nombre d'établissements ne pourront pas économiquement ou techniquement être adaptés aux normes. Seront-ils condamnés à disparaître ?

Le législateur a donc décidé que les établissements publics et tout établissement recevant du public qui n'ont pas encore rempli leur obligation de mise aux normes accessibilité devront établir un calendrier dit Agenda d'Accessibilité Programmée avant le 27 septembre 2015.

Madame Annick BILLON fait remarquer que la Ville de Château d'Olonne a rempli une grande partie de ses obligations et, que, compte tenu des problèmes budgétaires des collectivités (baisse des dotations de l'ÉTAT et charges supplémentaires), il faut faire des choix : on ne peut tout faire en même temps.

Les citoyens castelolonnais et la majorité municipale qu'ils se sont donnée ont effectivement fait des choix :

- une nouvelle mairie : 4,5 millions d'euros,

- ils ont refusé la fusion proposée par la loi au 1er janvier 2016...qui leur évitait, en plus d'autres avantages, la baisse des dotations de l'État.

Donc, cet argument de l'adjointe au maire, sénatrice...déjà entendu maintes fois en d'autres circonstances ne devrait plus être de mise dans cette enceinte : les élus ont fait des choix, ils doivent les assumer.

Le choix est fait : l'accessibilité des personnes à mobilité réduite attendra pour un certain nombre d'équipements.

Il est regrettable qu'aucun élu y compris ceux de l'opposition n'ait saisi l'opportunité de rappeler cette triste vérité et de corriger cette malheureuse phrase échappée lors de ce débat pour le moins confus.

Quant à l'opposition de gauche elle n'a pas pris une seule fois la parole au cours de ce conseil municipal.

C'est ainsi que peut se mesurer le fossé qui se creuse inéluctablement avec le cumul des mandats et le carriérisme des élus. Cette situation éloigne trop souvent les élus et les citoyens : l'élu qui traite des dossiers politiquement et  technocratiquement et le citoyen confronté aux dures vicissitudes de la vie quotidienne.

 

Il y a eu aussi sur ce sujet de l'accessibilité un court débat confus (bis repetita) sur la rampe d'accès située sur la plage de TANCHET dont il a fallu modifier une partie (faute de l'entreprise ?) et qui ne semble pas encore donner entière satisfaction pour son accès final sur la plage. Pourtant des solutions simples et peu onéreuses existent pour permettre aux personnes à mobilité réduite de franchir en fauteuil l'obstacle "sable".

Il a été bredouillé quelques préconisations en réponse aux questions de l'opposition.

Le mot de la fin revient au maire qui rapporte les propos des personnels responsables de la plage qui constatent une augmentation de la fréquentation de la plage par des personnes à mobilité réduite.

Aucune solution n'est donc envisagée pour améliorer la fonctionnalité de cette rampe. C'est le genre de débat stérile qui ne débouche sur rien si ce n'est un constat d'impuissance et de non décision.

Nous espérons que ce propos mesuré d'observateur attentif mais volontairement "moralisateur" est  un simple constat qui ne met personne en cause et ne vise qu'à contribuer à une saine réflexion plus globale : le devoir et le pouvoir des élus au service de leurs concitoyens et de l'intérêt général. Revenir à une conception humaniste de l'élu.

 

AUTRES QUESTIONS DÉBATTUES CE LUNDI 27 JUILLET 2015

 

De nouveaux groupements de commandes d'une part, pour un diagnostic Enfance, Jeunesse au niveau de l'intercommunalité et d'autres part, pour les fameux contrôles périodiques des bâtiments communaux et des matériels. Une procédure intéressante sur le plan des marchés et aussi sur le plan des habitudes à prendre de coopération entre les élus des 3 communes et de la Communauté de Communes des Olonnes.

Enfin, il y a eu un bref débat sur la gestion du personnel communal. L'objet était le régime indemnitaire en étendant le bénéfice de certaines indemnisations aux agents non titulaires.(par exemple en matière d'arrêts de maladie).

Bien sûr, l'opposition de droite voulait savoir ce qu'il en était de ces procédures et indemnités dans les autres communes et à la Communauté de Communes et si, sur un tel sujet, il y avait concertation.

Si l'on a bien compris la réponse du maire il s'agit d'une décision prise sans concertation avec les autres collectivités concernées par le projet de commune nouvelle ou fusion...avec en prime un coup de griffe à l'adresse de ses collègues faite par le maire "certains ont pris des décisions qui vont à l'encontre de cette harmonisation" ?

Encore une phrase dite en public qu'il faudra oublier pour une vraie et franche démarche entre partenaires d'une future commune unique.

Ainsi va la mésentente cordiale...où nous ménera-telle ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires