Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 20:35
LES SABLES D'OLONNE : conseil municipal du 19 mai 2015

SUITE DE

http://www.olonnes.com/2015/05/les-sables-d-olonne-conseil-municipal-du-19-mai-2015-suite.html

 

Au moins ce n'est pas l'ennui qui gagne facilement élus et citoyens qui viennent vivre les conseils municipaux des Sables d'Olonne.

Il est même difficile pour un "petit rapporteur" de tout appréhender durant ces heures de débats. Il y a une pluie d'informations sur le vie locale et il est délicat d'en trier les gouttes.

En plus, des morceaux de bravoure cités dans nos articles précédents citons quelques autres dossiers.

 

LE DOSSIER SPORTS

Il y a la litanie des subventions "extraordinaires" pour événements d'importance mais il y a aussi des loupés qui tombent sur la tête des élus.

Il est d'ailleurs étonnant que cette avalanche de subventions ne fasse pas plaisir aux détracteurs de la décision pour cause de basses eaux des finances communales d'amputer de10 % les subventions aux associations ! Nous avons cependant observé dans les rangs de l'opposition quelques sourires et commentaires sur ces subventions.

Le premier avatar étudié en Conseil c'est celui du Tennis Club Sablais TCS ...il était un temps où les quelques 500 licenciés du club étaient béats d'admiration devant cette bulle qui abritait deux cours en terre, bruyants, humides mais couverts !

La tempête est passée par là (en 1999?) et un beau matin gisait sur le sol toute la toile de la bulle.

Le TCS avait financé cet équipement avec un emprunt d'environ 206 000 euros cautionné par la Ville des Sables. Le Club était dans l'incapacité financière d'assumer les échéances de remboursement de prêt et la Ville des Sables a pris l'habitude de payer engagée par sa caution !...et les années passèrent, l'emprunt fut remboursé.

Les présidents du TCS se succédèrent ...il faut savoir que la vie du bureau du TCS est depuis des générations secoué par des crises successives !

Tout semblait réglé pour ce dossier ...sauf que ce ne fut pas ainsi que l'entendait la Direction des Finances Publiques. : la ville des Sables d'Olonne financièrement avait une créance de 206 000 sur le TCS : une créance que le maire a baptisé "créance baladeuse"

La Direction des Finances Publiques a menacé de ne pas approuver le dernier compte administratif s'il n'y avait pas régularisation !

Cette mauvaise découverte pour le maire et son équipe s'est accompagnée d'une autre mauvaise nouvelle: la Direction des Finances Publiques avait rappelé à l'ordre la municipalité précédente...et le dossier en 2015 était bien vide en mairie.

Le maire Didier GALLOT aurait bien aimé que Jean-Noël LANDAIS fût présent pour qu'il puisse expliquer les tenants et aboutissants du dossier.

Un grand vent de gêne a soufflé non seulement la bulle mais aussi sur l'opposition de droite et son porte parole du jour Loïc PERON.

Il est donc proposé de régulariser cette situation en subventionnant le Club pour que celui-ci puisse rembourser la Ville ! sans devoir mettre la clef sous la porte.

 

Ce tour de passe passe n'est pas du goût de l'opposition de gauche : ce cadeau rappelle à Didier VASSET le syndrome grec ! et puis pourquoi favoriser ce Club ? alors que d'autres assocoations sont mises à la diète.

Monsieur Yvan KERVENKA, adjoint aux finances, a bien du mal à convaincre que l'annulation d'une créance (même ancienne) n'est pas une perte de recette !

Le maire profite de cette bavure pour rappeler à l'opposition qu'elle devrait être plus modeste et plus modérée dans ses critiques car ce dossier devrait l'accabler !

La gauche a voté contre cette décision.

 

Après le TENNIS CLUB, le TVEC 85

La précédente municipalité avait accordé une "avance "de 60 000 euros à ce club phare du pays des Olonnes.

Les promesses électorales de la précédente municipalité sont mises en cause : il y a eu un certain laxisme pour ne pas parler de clientélisme !

Chacun savait que le dit club était dans l'incapacité de rembourser cette avance ...qui est donc transformée en subvention pour annuler cette dette.

 

Ces deux cas entraînent des réflexions de la municipalité nouvelle qui veut mettre de l'ordre dans les clubs qu'elle subventionne : leur mode de gestion laisse aujourd'hui parfois à désirer. Nous avons appris que le départ de l'entraîneur du TVEC était lié à cette remise en ordre.

Pour notre part, nous ne pouvons qu'approuver tout ce qui assainira la gestion des subventions et le gestion des clubs sportifs. Nous savons que les clubs versent des rémunérations occultes, rémunèrent des "bénévoles" au mépris des règles fiscales et sociales. Ces clubs et leurs pratiques pénalisent les dirigeants des clubs qui sont honnîtes. De plus il y a des clubs qui vivent au-dessus de leurs moyens. Ils espèrent que si cela tourne mal les élus voleront à leur secours. Il faut effectivement une sérieuse remise en ordre mais pas seulement au niveau du Pays d'Olonne.

 

AUTRE QUESTIONS

Retenons quelques points

La question 37 était anodine "convention pour la mutualisation de la production de plantes à massif"

Désormais conformément à la loi les 3 communes te la CCO mutualisent, créent des groupements d'achat...

Un élu a proposé que cette mutualisation soit un moyen à utiliser pour envoyer des fleurs au maire de Château d'Olonne...il a même été question d'impatiens !....pas si anodine que cela la proposition pour accélérer la fusion !

Lancement de souscriptions publiques pour la rénovation de l'Eglise Notre Dame du Bon Port et pour la mise en valeur du blockhaus : une procédure qui permettrait de faire appel aux dons à travers la Fondation du Patrimoine et d'alléger la charge de la commune. L'unanimité se fait sur ces propositions.

L'ancien hôpital le camping des Roses invités au débat !

Enfin un mot sur la vente de terrains de la Ville pour une opération de promotion immobilière. La vente de ce terrain fixée à 800 000 euros soit 100 000 euros de plus que le prix proposé par le service du Domain,. cela pose question à Loïc PERON qui aurait préféré une vente à prix plus bas pour faciliter l'accession pour les logements sociaux...et encore une fois le débat a tourné à l'affrontement en passant par le Camping des Roses et l'ancien Hôpital qui devient une friche en latence. La municipalité actuelle a acté son plan avec la reprise du camping et a monté un projet cohérent.

Il y a des combats qu'il ne vaut mieux parfois ne pas mener si l'on ne dispose pas d'un super contre-projet...l'héritage que laisse la précédente municipalité sur ce secteur sera difficile à défendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires